Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Quelles sont les possibilités d'être rentier aujourd'hui ? Avec 140.000€ !

Audience de l'article : 2153 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Bonjour Charles,

Je suis client d’objectif eco essentiellement sur le thème de l'expatriation. Je compte quitter la France d'ici 1 à 2 ans, j’espère pour toujours.

Mais le plus important pour moi est de ne plus avoir à travailler du tout pour me concentrer sur des projets artistiques, quelque soit l'endroit ou je vis… d'où une recherche de stratégie de revenus passifs fiables mais pas forcément élevé ( 1700 / 2200 euros nets par mois).

Ma question est :

- quelle stratégie vous mettriez en place si vous étiez à ma place (37 ans, 140 000 euros de cash, aucun bien immobilier, pas d'enfants), pour pouvoir être libre du « travail conventionnel » et du choix du lieu de vie ?

Ma stratégie s'orienterait vers l'immobilier en France (même si j'aurais préféré un autre pays...). 

Faire 2 investissements locatifs avec l'argent des banques et un tout petit apport, puis partir. Je connais des experts qui font cela. J'aid'ailleurs vu que vous conseillez à ce sujet de « backer » à plus de 80 % un emprunt pour investir de cette manière, dans l'un de vos articles.

J'imaginequ'ilvaut mieux garder du cash ? Je ne connais rien aux produits financiers, ca ne m'intéresse pas de me lancer là dedans.

Merci d'avance pour vos lumières. Bonne journée/soirée à Panama city !



Ce message est intéressant. Il montre que de nombreux français sont coincés et cherchent.

Gagner 2000€ par mois avec un capital de départ de 140.000€, donc plus de 20% par an, cela n'existe pas. Du moins sans prendre des risques conséquents et acquérir des compétences complexes.

Le prix de la rente est aujourd'hui exhorbitant. 

La rente immobilière est intéressante, mais si incertaine du fait de la fiscalité. Je comprends bien que un capital avec un effet de levier de 4 qui gagne 2% net par an, ca donne du 8% et offre un put sur la monnaie. Mais quid d'une hausse des impôts ? Nous allons vers un état communiste et un krach obligataire certain. Je ne parle pas d'inflation et d'hyper inflation avec des taux en hausse. Les banques centrales ont déjà bloqué les taux dans le passé sur des durées supérieures à 10 ans. Une inflation de 5 ou 6% par an avec un 10 ans à 0.50% par an suffit à tout déglinguer. J'ai étudié tous les cas de la planète. L'immobilier ne survit jamais à une forte inflation. C'est une légende que les loyers compensent. Le prix réel des biens chutent la plupart du temps car ils ne grimpent pas aussi fort que l'inflation en nominal. donc ils régressent. Si on rajoute les mesures politiques de contrôle des loyers, implémentées dans les années 30 aux US ou en ce moment, en Californie ou en France, l'incertitude est élevée et le rendement faible. 

Rappelons que les promoteurs immobiliers et les spéculateurs se suicidaient en France en 1990 / 1995. Que le siège du Crédit Lyonnais a pris malencontreusement feu (devant mes yeux, un dimanche, rue du 4 septembre !)... que Lehman Brothers a été exécuté en 2008... L'immobilier, ce n'est pas le paradis et ca tue... les plus gros, les meilleurs investisseurs, les plus sophistiqués ou les plus simples... Ce n'est juste qu'une question d'époque, de timing, de chance et malchance...

La finance est complexe et beaucoup de français ne souhaitent pas s'y lancer dedans.

Donc quand je reçois ce genre de message, il n'existe qu'une seule porte de sortie, le business. Or il est exprimé clairement que le business n'est pas une option non plus. Le but est une carrière artistique.

La vérité crue est donc qu'il n'existe aucune option pour cette personne qui représente le gros de la population de notre pays.

Charles


Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Thibault vendredi, 18 septembre 2020 12:35 Posté par Thibault

    En réalité, les placements à 20% existent bien, j'en ai dans mon portefeuille, j'en ai même un qui me sert du 60% et ce n'est ni du ponzi, ni une arnaque. Mais il faut comprendre une chose, il est totalement illusoire d'utiliser ce genre de véhicule avec un capital de 140.000 $ ou alors de façon tellement parcellaire (par exemple 500 $ par position) que le rendement numéraire sera dérisoire.

    En effet, les véhicules permettant ce type de rendement sont :
    - risqués : il n'existe pas de placement sans risque, dans mon cas, le risque est un risque de contrepartie sur l'actif lui-même qui fluctue sur les marchés de façon très volatile, car il s'agit de start-up.
    - non pérennes : Les rendements ne sont pas garantis et ont tendance à baisser rapidement à mesure de l'adoption des technologies impliquées
    - demandent des connaissances : Utiliser ces véhicules demandent une bonne connaissance de l'environnement dans lequel on investit, pour être capable d'identifier ce qui est un projet sérieux de celui qui ne l'est pas, de savoir comment se servir d'outils nouveaux, de comprendre les projets, de faire de la veille techno. Ce qui demande un un gros travail et du temps.

    La réalité au bout est que si on diversifie suffisamment de tels placements et en considérant avoir un très bon niveau de compréhension, il faut partir du principe que 50% des positions seront probablement perdues à moyen terme (à moins d'avoir le nez collé sur les réseaux H24 pour sortir à temps si ça foire), diminuant d'autant les rendements réels en bout de course.

    Le problème de votre client est donc bien entendu le capital de départ qui est insuffisant pour remplir l'objectif poursuivi. Il faudrait être fou pour risquer 100% de son capital. En partant de 140.000 $ on peut difficilement accepter une perte de plus de 10 ou 15K$. En partant de 2.000.000 $, selon son aversion au risque, on peut se permettre de perdre entre 200 et 400K$ par exemple, et donc prendre des risques plus importants, engrangeant de facto des rendements plus élevés.

    Je te rejoins donc sur la conclusion : commencer par capitaliser via un business et augmenter son exposition au risque progressivement. Si aujourd'hui je devais recommencer avec 140.000 $, 120.000 $ seraient affectés à mon seul logement principal et/ou à un outil de travail et je diversifierais les 20.000 $ restants sur des placements à risque maitrisés pour en tirer en moyenne peut-être 6-8%. Je mettrais quand même 2.000 $ sur des paris techno pour m'exposer au risque d'accident positif et accélérer ma capitalisation.