Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Paul Sarrazin

Paul Sarrazin

Je m’appelle Paul, j’ai 37 ans et je suis fonctionnaire.

Je vis en couple et suis papa de deux jeunes enfants, un garçon et une fille.

Depuis quelques années, ma compagne et moi-même avons accumulé une modeste expérience dans les domaines de l’immobilier et de l’investissement et c’est tout l’objet de ce blog que de vous faire partager celle-ci.

Aujourd’hui, nous sommes propriétaires dans la région normande de notre maison et de 6 lots qui nous rapportent environ 2500 euros mensuels. Enfin, quand je dis « nous sommes propriétaires », c’est surtout la banque.

Mon objectif n’est pas de devenir votre gourou mais de vous faire un retour de nos aventures (et mésaventures).

Comme vous vous en apercevrez vous-mêmes, au fil du temps, notre démarche a été de plus en plus construite et réfléchie.

Au départ, notre seul objectif était de posséder notre chez-nous : rien de très original.

Puis, nous avons développé un goût pour la chose immobilière le jour où, ayant accumulé un peu d’épargne, on s’est dit « bon, et maintenant, qu’est-ce qu’on fait, on laisse cet argent dormir à la banque ou on vise un peu mieux ? »

Ma compagne travaillant dans l’immobilier, nous nous sommes dits que c’était la solution la plus évidente.

Ce n’est qu’au bout de 4 opérations positives (je sais, on est un peu long à la détente) que je me suis dit qu’il fallait creuser davantage la question.

Aujourd’hui, nous sommes propriétaires de 6 lots générant un revenu de 2550 euros par mois.

Finalement, après avoir lu pas mal de livres, blogs, sites, revues… et échangé avec des investisseurs et des « professionnels de l’immobilier », un collègue m’a demandé un jour pourquoi je ne livrais pas notre expérience sur le Net.

D’abord un peu dubitatif, je me suis dit « pourquoi pas, si cela permet à d’autres personnes d’avancer plus vite dans leurs réflexions ».

Voilà donc l’objet de ce blog : vous proposer une méthode afin de construire votre patrimoine et vous enrichir (matériellement et intellectuellement, j’insiste sur ce point), vous faire partager nos réussites comme nos échecs afin que vous évitiez les pièges pour être aussi efficaces que nous l’avons été, si ce n’est plus.

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
david renan telechargement livre

OÙ PLACER SON ARGENT EN 2017 ?

Audience de l'article : 1626 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Où placer son argent en 2017 ? Voilà une question que vous devez vous poser dès maintenant. L’art de l’anticipation n’est-elle pas une des qualités essentielles d’un investisseur qui se respecte ?

2016 aura été une année très favorable à mon investissement favori : l’immobilier. Grâce aux taux d’intérêt d’emprunt historiquement bas et à des prix que je trouve stables, contrairement à ce que disent certains, cette année aura été un très bon cru. Peut-être même que dans, dans quelques temps, on se dira que c’était l’âge d’or de ce type d’investissement !

En parallèle, l’épargne réglementée et sa « star » le livret A tiennent davantage du suicide financier que de l’investissement stratège.

Enfin, il y a des investissements « exotiques » que j’ai trouvé sympa de partager avec vous.



Où placer son argent en 2017 : un peu de projection !

Le cabinet via-ap.com m’a gentiment proposé cette infographie qui résume le choix qui s’offre à vous si vous vous vous demandez où placer votre argent en 2017. Je précise que je ne suis pas commissionné sur la future clientèle du cabinet passant par ce lien  .

infographie-placements

Comme vous le voyez, l’infographie est présentée en trois placements : financiers, immobiliers et placements de diversification.

Inutile de vous préciser ce qui garde ma préférence. Mais faisons un tour d’horizon de ces investissements.

L’épargne réglementée

Qu’entend-on par épargne réglementée ? Il s’agit des produits d’épargne dont le taux est fixé par l’Etat.

L’avantage majeur de ces livrets est l’exonération d’impôt et de prélèvements sociaux sur les intérêts perçus.

LIVRET A

Ha, le bon vieux livret A ! Placement préféré des Français durant des décennies. Enfin, soi disant. Cela tient à présent de la pure plaisanterie.

Avec un taux de rendement de 0,75 %, cela revient à cacher son argent sous le matelas. Car, avec une inflation 2016 estimée à 0,4 %, autant dire qu’il vous reste des cacahuètes en fin d’année … Allez, juste pour se faire bien mal : vous placez 100 euros en début d’année. Et récupérerez 100,75 euros au bout d’un an. Avec l’inflation, vous gagnerez donc 35 centimes !!! Arrêtez, j’en ai les larmes aux yeux…

Et encore, il parait qu’il faut s’estimer heureux parce que le taux du livret A devrait encore baisser à 0,5 %. Le gouvernement actuel ne s’y est pas résolu mais, vous connaissez l’adage : c’est « reculer pour mieux sauter ».

Pour les indécrottables du livret A, un petit graphique en forme de soupe à la grimace. Mais tant pis   .

ou placer argent en 2017


LIVRET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Même taux et même résultat avec un livret de développement durable.

LIVRET D’ÉPARGNE POPULAIRE

Réservé aux personnes disposant d’un revenu modeste, son rendement est (un peu) meilleur : 1,25 %.

Vos revenus ne doivent pas dépasser 19 255 euros pour la première part du quotient familial.

Au final, l’épargne réglementée présente  peu d’intérêt vu son faible rendement. Personnellement, je ne l’utilise pas dans l’optique de gagner de l’argent. En revanche, je m’en sers comme épargne disponible s’il faut engager des travaux dans mes lots immobiliers ou faire face à des vacances locatives.

L’épargne non réglementée

Ce type d’épargne est mieux rémunéré mais fait l’objet d’une imposition plus complexe.

L’ASSURANCE VIE

L’assurance vie adossée à des fonds euros est en perte de vitesse. Regardez la performance moyenne sur ces dernières années. Il semble que la baisse se poursuivra dans les années à venir.

où placer son argent en 2017


Tiens, comme je suis adepte de la transparence, je vais vous donner les chiffres de mon assurance-vie que j’ai ouverte à l’été 2013. La banquière m’a tanné pendant des semaines pour que je me lance parce qu’il « fallait prendre date » comme elle disait. Entendez par là que, plus tôt vous ouvrez une assurance vie, plus vite vous bénéficiez de son avantage fiscal : vous êtes exonéré d’impôts sur vos gains après 8 ans dans la limite du retrait de 4600 euros par an. Au-delà de cette somme, les gains sont taxés à hauteur de 7,5 %.

Et puis il fallait que je diversifie mes placements. Ca aussi, c’est la banquière qui le disait : « vous êtes bien trop exposé à l’immobilier ». Or, c’est bien connu, pour éviter d’être trop exposé à un risque et assurer son capital, il faut diversifier. C’est marrant parce que, plus le temps passe et plus je pense le contraire : je me concentre à fond sur ce que je connais et qui fonctionne. Mais, c’est un autre débat…

Pour l’anecdote, cette banquière a décidé de placer l’ensemble de son épargne sur l’assurance-vie. Comme quoi, elle ne diversifie pas plus que moi…

J’ai donc décidé de verser 1 000 euros, ce qui correspond au minimum quand on ouvre une assurance vie. J’ai opté pour un profil prudent : 2/3 de fonds euros, 1/3 d’actions européennes et américaines. Pourquoi prudent me direz-vous ? Hé bien, tout simplement parce que, comme je viens de l’expliquer, je ne maîtrise pas ce type de placement. J’ai préféré observer les premiers résultats… Bien m’en a pris !

Assez de blabla. Voilà les chiffres :

– versement de départ 26/07/2013 : 1000 euros

– versement net de frais : 961 euros – hé oui, n’oubliez pas que, avant de gagner de l’argent, il faut rémunérer la banque, ce sont les frais de versement et de gestion. Vous pouvez également avoir des frais d’arbitrage.

– capitalisation au 21/09/2016 : 1069 euros

Qu’est ce que çà donne à ce jour ?

108 euros de gain soit 6.9 % en 3 ans, soit 2.3 % par an. Youpi !!!

Non, je plaisante. Certains s’en contenteront peut-être. Moi, je trouve çà triste. Pour pas dire minable.

Alors, devez-vous placer votre argent sur l’assurance vie en 2017 ? Certains vont chercher à vous en convaincre. Et c’est bien normal puisque c’est leur métier. Vous aurez compris que pour ce qui me concerne, je ne vais pas augmenter la mise.

LE PLAN D’EPARGNE EN ACTIONS (PEA)

Bon, ici également, je dois avouer mes limites. J’en ai ouvert un à l’été 2013 (encore), toujours sur les conseils de la même banquière. En effet, le PEA dispose également d’avantages fiscaux : vos plus-values et dividendes sont exonérés d’impôts au bout de 5 ans (mais pas de prélèvements sociaux, faut pas exagérer quand même ). Toujours dubitatif sur l’intérêt de la chose, je n’ai déposé que 500 euros.

Résultat des courses trois ans plus tard : une magnifique performance de 3,92 %. Ramené à l’année : 1, 31 %. Champomy pour tout le monde !!! Non, je déconne… .

Je ne peux même pas m’en prendre aux frais du courtier car il sont minimes et j’ai passé très peu d’ordres (donc engendré peu de frais).

Sur la même période, le CAC 40 a gagné environ 10 %, soit deux fois et demi ma « performance ».

dans quoi investir en 2017


Bon, il faut croire que le monde de la bourse n’est pas fait pour moi. Ou plutôt que je ne suis pas fait pour lui.

Il faudra peut-être que je m’y intéresse à nouveau dans quelques temps. Une formation sera même nécessaire. Par exemple en lisant ce blog : http://plus-riche.com/.

Les SCPI

Vous ne savez pas ce que sont les Sociétés Civiles de Placement Immobilier ? Voici une petite vidéo qui va vous aider.




Leur rendement se tasse un peu mais reste intéressant : aux alentours de 4,6 % attendus en 2016.Non négligeable donc.

De plus, comme avec l’investissement immobilier traditionnel, vous pouvez emprunter pour investir dans ce type de support.

Pour rappel, quand vous achetez des parts de SCPI, vous investissez la plupart du temps dans des immeubles de bureaux ou de commerces mais à travers une société de gestion. En direct, ce serait inaccessible.

Une astuce consiste à loger ses parts de SCPI dans une assurance-vie pour bénéficier de la fiscalité avantageuse de cette dernière.

Si les SCPI vous intéressent, n’oubliez pas de vérifier le taux d’occupation : il faut qu’il soit supérieur à 90 %.

Voici un classement des SCPI les plus performantes en 2015.

Vous voulez sortir des sentiers battus ?

Dans l’infographie que je viens de vous présenter, il y a deux types de placement qui m’intéressent de longue date.

LE VIN

Ha investir dans le vin, quelle belle idée ! Etant amateur à mes heures perdues de bonnes bouteilles, je trouve l’idée plutôt sympa.

J’ai même songé à produire mon propre vin – ne riez pas ! L’idée peut paraître saugrenue en Normandie, mais, il paraît qu’avec le réchauffement climatique, la région pourra bientôt produire les mêmes vins que dans le Bordelais…

Pour l’instant, je me contente d’acheter régulièrement des vins de garde et observe la valeur de ma cave augmenter tous les ans.

Bon, le hic, c’est que j’ai plutôt tendance à boire ces bouteilles avec mes amis !

Seulement, il y a quelques semaines, un de ces amis m’a raconté comment il a gagné quelques centaines d’euros en spéculant sur du vin.

Bon, c’est vrai, il a la chance de connaître un caviste qui avait mis la main sur du Saint-Estèphe et du Saint-Emilion pour même pas la moitié du prix habituel (entre 7 et 9 euros).

Comme c’était une bonne affaire, mon ami en a acheté 250 bouteilles ! Puis, il s’est dit que cela faisait un peu trop pour sa consommation personnelle.

Il a donc décidé d’en revendre 220 sur un site que vous connaissez bien : Leboncoin. Et bingo ! En deux semaines, toutes les bouteilles étaient vendues. Et mon ami plus riche de plus de 1500 euros !

Le genre de petit commerce qui vous permet d’arrondir vos fins de mois.

Perso, je trouve çà bizarre. Vous achèteriez du vin vous à un particulier que vous ne connaissez pas sur Leboncoin ? Sans savoir si le vin a été conservé dans des conditions optimales – ce que mon ami avait fait mais ses « clients » n’étaient pas censé le savoir ?

Et pourtant, il existe une rubrique spéciale « vins et gastronomie » sur ce site. Il y a donc un public.

La production mondiale de vin en 2016 devrait être en recul mais la consommation est toujours aussi importante. Les Chinois sont les premiers consommateurs.

Alors, où placer son argent en 2017 ? Peut-être bien dans le vin…

Si vous êtes intéressé par le sujet, je vous invite à jeter un œil sur ce type de site : Patriwine ou Cavissima. L’avantage de ces sites est qu’ils vous proposent de conserver votre vin dans des conditions idéales.

LES ARTS

ou placer son argent


Arrivés ici, vous vous dites que j’ai (encore) pété les plombs. Investir dans des œuvres d’art ? Mais il est complètement « barjot » ce type !

Je sais, vous n’avez pas les moyens de vous payer un Matisse ou un Rembrandt. Moi non plus d’ailleurs. Et puis, quelle responsabilité d’avoir çà accroché à un mur de la maison ! Imaginez que l’on vous cambriole ou qu’il y ait un incendie !

Rassurez-vous, je pensais à un art considéré comme « mineur » par certains : les bandes dessinées. Cela va sans doute en faire sourire quelques uns parmi vous. Mais bon, il paraît que même les Legos peuvent prendre de la valeur aujourd’hui !

Certaines bandes dessinées prennent une cote phénoménale avec le temps. Jugez par vous-mêmes : 2,6 millions pour une planche de Tintin. Wouahou !!! Je suis fan mais il y a des limites.

Il n’empêche que cela fait réfléchir.

Vous ne vous demandez jamais quel dessinateur contemporain va passer à la postérité ? Voire déclencher des enchères historiques comme peut le faire régulièrement Hergé ?

Je trouve la chose assez stimulante pour tout dire. Même si je ne suis pas un amateur éclairé de bandes dessinées. Mais je connais des collectionneurs qui sont sans doute assis sur une mine d’or sans même s’en apercevoir ! Ce sont leurs enfants qui découvriront le trésor !

Enki Bilal ou Jean Giraud commencent à se vendre à des tarifs importants par exemple : dans les 300 000 euros pour certaines planches !

Si le sujet vous intéresse, voici l’un des spécialistes des ventes aux enchères de bandes dessinées : Art Curial.

Il ne reste plus qu’à dénicher le dessinateur qui va enflammer les enchères dans 10 ou 15 ans.

Au final, où placer son argent en 2017 ?

DANS L’IMMOBILIER

Ai-je vraiment besoin de développer ce point ? Vous savez que c’est mon investissement favori. La période est ultra-favorable pour réaliser de bonnes affaires et devrait le rester en 2017 malgré une légère remontée des taux d’emprunt. Et, comme je l’ai évoqué plus haut, vous pouvez investir dans les SCPI si vous trouvez l’immobilier traditionnel trop chronophage.

DANS L’ÉPARGNE DE PRÉCAUTION

Malgré ses défauts, elle est indispensable pour palier aux risques d’investir dans l’immobilier. Aussi, gardez toujours quelques milliers d’euros sur ce type de support. En cas de dépenses imprévues, vous pourrez toujours piocher dedans. Par exemple pour faire face à de grosses réparations.

DANS DES SUPPORTS D’INVESTISSEMENT ORIGINAUX

Ici, vous pouvez vous faire plaisir en défrichant de nouveaux secteurs. L’essentiel est de flairer le bon filon avant tout le monde. Car, vous savez ce que l’on dit : quand le grand public commence à investir dans un domaine c’est qu’il est déjà trop tard. Faites donc jouer votre côté aventurier !
Poster un commentaire