Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jérôme Verlaine

Jérôme Verlaine

dividendes.ch, le spécialiste des titres offrant un revenu solide et croissant sous forme de dividendes.

Inscivez-vous à ma newsletter gratuite et profitez de mon e-Book en bonus "Le chiffre magique" !

Marre de votre job ? Changez de profession en devenant rentier ! 

Participez au forum

promospeciale

La bourse ? Non merci ! Je ne jure que par mon compte épargne.

Audience de l'article : 3736 lectures
Nombre de commentaires : 5 réactions

Depuis que j’investis en bourse j’entends souvent parler autour de moi de méfiance envers les marchés boursiers. Quand je dis que j’achète des actions les gens deviennent sceptiques, pour ne pas pas dire critiques. Je peux comprendre quelque part leurs inquiétudes étant donné les mauvaises surprises que nous ont fait traverser les marchés financiers depuis 2000. Mais le risque n’est pas toujours là où on le croit. L’argument qui revient sans cesse est plus ou moins le suivant : « Je préfère laisser mon argent sur mon compte épargne, comme ça je peux dormir sur mes deux oreilles ». Soit, alors pour s’amuser on va juste voir ce que ça donne.

Admettons que vous ayez ouvert un compte de ce type en 1996. Pour faire simple on va dire que vous avez touché un héritage de 10’000 francs de votre grand-mère, que vous les avez placés et que vous n’y avez plus touché (aucun versement, ni retrait). 15 ans après, à fin 2010, selon les taux appliqués durant cette période, vous auriez gagné 2’067 francs en intérêts. C’est pas énorme, mais vous ne vous êtes pas pris la tête, et vous êtes quand même un peu plus riche. Quoique…

On a oublié le renchérissement. Les 10’000 francs que vous avez touchés en 1996 ne valent plus autant ! Les prix ont grimpé, les primes d’assurances et le loyer aussi, quant à votre salaire… il devrait avoir fait de même. Au total durant la même période, le renchérissement s’est élevé à 13%, ce qui est encore correct, grâce à la prudence légendaire de la Banque Nationale Suisse. Donc, votre gain réel, n’est plus de 2’067 francs, mais de 680 francs. Ou 45 CHF par année… à partir d’un capital de départ de 10’000 francs, ça fait déjà moins glorieux. Sans compter que vous avez encore dû payer les frais bancaires et des impôts sur les intérêts créditeurs. Au final si vous n’avez pas perdu de l’argent vous pouvez être content.  Pire, si vous aviez placé cet argent à partir de 2004 seulement, vous perdiez de l’argent à coup sûr (en termes réels) !

 

Du coup, quand on y pense, on dort déjà moins sur ses deux oreilles. Mais bon, au moins on n’aurait pas tout perdu en bourse ! Ah oui, tiens, qu’est-ce qui se serait passé si on avait investi dans la bourse suisse durant la même période (1996-2010) ?

Le SPI (Swiss Performance Index) qui regroupe l’ensemble des actions cotées à la SIX Swiss Exchange, affiche durant la même période une rentabilité totale (avec dividendes) de 166% ! Cela signifie que les 10’000 francs hérités de votre grand-mère vous auraient rapporté 16’660 CHF. Vous auriez donc aujourd’hui un capital total de 26’660 francs. Bien entendu, il vous faut encore soustraire 1’300 CHF pour la perte du pouvoir d’achat, et payer quelques frais bancaires et des impôts sur les dividendes (et uniquement les dividendes, pas sur le gain en capital !). Mais même avec ces déductions, et même si vous aviez considéré l’année 2011 qui était médiocre sur les marchés financiers, vous vous en tireriez avec un bilan qui est sans commune mesure avec celui d’un compte épargne. Et pourtant la période observée ci-dessus est loin d’être idéale pour la bourse…

Maintenant je vais porter l’estocade. Il y a un dernier point dont on parle rarement et c’est même étonnant quand on y pense. Pourquoi croyez-vous que les millionnaires suisses possèdent tant de titre déposés auprès de leurs banques ? Juste l’appât du gain ? Il y a certainement un peu de cela, oui, mais ce n’est pas tout.

Jusqu’à la disparition de Lehman Brothers en 2008, on croyait les grandes banques à l’abri de la faillite. Mais depuis lors, on ne fait plus que de parler de ce risque. Pour calmer le jeu, la garantie des dépôts a dû être augmentée à 100’000 francs. La loi fédérale sur les banques prévoit ainsi que les dépôts effectués auprès d’une banque, en cas de faillite de celle-ci, sont privilégiés,  dans la mesure où ils sont honorés en premier sur les actifs de la banque en faillite, avant les créances des autres créanciers non privilégiés. Le système de garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières garantit le remboursement des dépôts en cas de liquidation forcée ou de mesure de protection. Si les actifs de la banque considérée ne suffisent pas à payer l’ensemble des dépôts, leur paiement est garanti par les autres banques.

Tout ceci n’est pas très clair… on parle de dépôts privilégiés et de paiement garanti par les autres banques. On peut se demander ce qu’il adviendrait en cas de faillite systémique, comme on en parle actuellement. Si l’ensemble du secteur financier se porte mal, sans compter les Etats qui n’ont plus les moyens de lui venir en aide, cette garantie sera tuée dans l’oeuf. Et puis dans le meilleur des cas, ça se limite à 100’000 francs.  Pour beaucoup d’entre nous ça suffirait, mais pour un millionnaire c’est plus ennuyeux, même en plaçant ses billes dans plusieurs banques.

C’est là que ça devient intéressant car jusqu’ici on n’a parlé que des dépôts bancaires. Contrairement à ces derniers, les valeurs déposées (par ex. actions, parts de placements collectifs et autres titres) sont la propriété du client. En cas de faillite d’une banque, elles sont immédiatement et intégralement distraites de la masse, c’est à dire qu’elles ne tombent pas dans la masse en faillite mais sont remises aux clients. Cette réglementation concerne toutes les valeurs déposées, mais aussi les métaux précieux conservés à la banque et propriété du client.

En conclusion, pour autant qu’on diversifie ses placements, investir en bourse est moins risqué et plus rentable que placer ses sous sur un compte épargne. Juste histoire de dormir sur ses deux oreilles.

 

Poster un commentaire

5 commentaires

  • Lien vers le commentaire Vincent BENARD samedi, 07 janvier 2012 00:15 Posté par Vincent BENARD

    Heureux suisses, dotés de banques gérées selon des principes sains.

    En France, les contrats sur la propriété des titres en cas de faillite sont hélas nettement moins clairs.

    Si un lecteur a des précisions sur la législation et les pratiques des banques françaises en la matière, je suis preneur.

    @gavroche 76: Olivier Crottaz l'avait déjà explique dans ces colonnes. La législation suisse est on ne peut plus claire: les titres appartiennent aux clients, et si certaines banques proposent de pouvoir reprêter vos titres contre rémunération, vous pouvez vous y opposer.

    Mais la Suisse est un havre de bon sens dans un monde de non sens.