Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Placements

Placements

La recherche de rendement pour nos patrimoines financiers est de plus en plus compliquée à concrétiser.

Les banques centrales ont lancé une énorme guerre au cash et à la rente. En clair, plus rien ne rapporte.

Il faut désormais prendre des risques et souvent travailler pour réaliser du rendement avec ses capitaux.

Objectifeco passe en revue toutes les possibilités offertes de placements et les idées d'investissement par rapport à cette problématique

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Investir dans les planches et les couvertures de bandes dessinées

Audience de l'article : 1766 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
La BD comme solution d'investissement, c'est possible techniquement parlant ! Les vieilles bandes dessinées ont une aptitude à conserver la valeur, voire à en créer avec la hausse des prix. Certaines pièces très recherchées s'apprécient même fortement avec le temps. 

Au niveau du marché grand public, l
a bande-dessinée ne connaît pas la crise ! Depuis une quinzaine d'année, le volume de publication de bandes dessinées ne cesse de grimper, + 3,04% en moyenne.

Pourquoi investir dans la bande dessinée ?




Aujourd’hui, ce secteur  laisse quelques opportunités d’entrées si l’investisseur est sélectif et analyse bien les offres qui peuvent se présenter à lui. Certains segments du marché sont plutôt surévalués et laissent présager à court terme un krach lors de l’explosion d’une bulle spéculative. Comme tous les actifs, immobiliers, actions, art, voitures de collection en ce moment, du fait des taux d'intérêt bas, les prix sont stratosphériques.


Spécificités du marché





Un marché volatile

Comme tout marché de gré à gré, le marché de la bande dessinée est soumis aux aléas de l’offre et de la demande. Les désamours sont soudains et impossibles à anticiper.

Marché de connaisseurs et de passionnés, il est toujours possible d’acquérir dans un budget maîtrisé des actifs en se fixant des limites maximum. La patience doit être le maître mot pour acquérir l’œuvre d’un artiste à un cours raisonnable.

Comment investir dans la bande dessinée ?

Le premier lieu d’achat de bandes dessinées se fait dans le réseau des librairies spécialisées. Le libraire accompagnera souvent sa vente d’un bon conseil et tel un caviste il pourra vous orienter vers les meilleurs crus. Pour trouver des opportunités d’investissements, vous devrez plutôt vous orienter vers les rayons « tirages de tête », « collection », « produits dérivés » ou « planche originales ».

Les autres lieux d’achats possibles sont les sites de ventes aux enchères comme eBay, les salles des ventes à Paris et Bruxelles ou les galeries spécialisées. La visite d’une exposition avant une vente ou dans une galerie, vous donnera souvent l’impression de parcourir les pièces d’un musée.


Sur quels critères baser son achat ?


La valeur d’une bande-dessinée dépend de trois choses : son âge, sa rareté, et son état.

L’âge et la rareté de l’album doivent être les critères de choix principaux de tout chineur  qui se respecte.

Les plus anciennes BD datent de 1903. Soyez très vigilant avec les rééditions ; elles sont très décotées. Pour s’assurer de la date d’édition originale, référez-vous à la date du Dépôt Légal, noté "DL + année et mois ou trimestre".

L’état de conservation est lui aussi déterminant dans le calcul de la cote d'une BD. On peut dire d'une BD qu'elle est en "bon état" si elle ne présente ni déchirure, ni scotch, ni écritures. Une BD en "très bon état" entraîne une surcote de 30%. Pour une BD "état neuf", c'est le jackpot : la surcote peut atteindre 150%, voire 300 % !

A l’inverse, restez à l'écart des ouvrages dont l'état est "moyen" ou "mauvais", qui se verront appliqués une décote de 30 à 80%.

Les collections ont plus de valeur. Un ouvrage seul aura toujours moins de valeur que s'il est vendu au sein d'une collection.

tout-tintin

Les classiques une valeur sûre toujours prisée


Les premières éditions originales des légendes de la bande-dessinée peuvent atteindre des sommets. Le premier album de Tintin, "Tintin au pays des Soviets", publié en 1930, peut valoir entre 15 000€ et 30 000€. Lucky Luke a aussi la cote. "La mine d’or de Dick Digger", publié en 1949, peut se vendre jusqu’à 1 500€.

Les premiers albums d’Astérix le Gaulois, édités dans les années 1960, sont les plus chers de la collection : 100€ minimum.


Les autres façons d’investir dans la bande-dessinée

Acquérir des planches originales

Les planches originales sont les illustrations, réalisées au crayon, parfois complétées au feutre, à l’encre ou à la peinture, qui servent à l'impression en série des bandes-dessinées. La valeur d'une planche originale peut dépasser 100 000€, et du fait de leur rareté, elles conservent très bien leur valeur, voire s'apprécient.

Editeur de BD, une alternative originale

Mymajorcompany.com, qui a débuté comme label de musique participatif, se lance dans l'édition de bandes-dessinées.

Le principe : si vous avez un coup de cœur pour une BD, vous investissez dans des parts, au prix de 10€ la part.

Si l'investissement total des internautes dépasse 10 000€, l’album est édité. Vous devenez ainsi co-éditeur de la bande-dessinée, aux côtés de MyMajorCompany et d'une grande maison d'édition (Dargaud, Dupuis, ou Le Lombard).

Vous percevrez alors une rémunération sur les ventes de l'album pendant les 3 premières années de son exploitation, à hauteur de 25% des ventes entre 0 et 8000 exemplaires vendus, 12% entre 8001 et 15 000 exemplaires, 6% entre 15 001 et 30 000 exemplaires, et 3% au-delà de 30 001 exemplaires.


Conclusion


La bande dessinée a connu depuis quelques années un développement phénoménal au point que certaines planches ont été érigées au rang d’art. Nombre de passionnés investissent dans ce marché et collectionnent des œuvres diverses.

Ce marché fluctuant nécessite de bonnes connaissances. Comme pour le vin, les plus grands collectionneurs ne vendent pas et dégustent la lecture de chaque album pendant de nombreuses années. Ils attendent en fait, une hausse de la valorisation sur le long terme, afin d’y effectuer des plus values énormes qui battent les rendements boursiers nettement.  
lead-enrichir-25000
Poster un commentaire