Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Placements

Placements

La recherche de rendement pour nos patrimoines financiers est de plus en plus compliquée à concrétiser.

Les banques centrales ont lancé une énorme guerre au cash et à la rente. En clair, plus rien ne rapporte.

Il faut désormais prendre des risques et souvent travailler pour réaliser du rendement avec ses capitaux.

Objectifeco passe en revue toutes les possibilités offertes de placements et les idées d'investissement par rapport à cette problématique

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

Investir dans les cheptels de vaches laitières - un placement agricole tangible qui pourrait gagner en intérêt

Audience de l'article : 1907 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Dans le rang des investissements qui offrent un bon rendement, on pense notamment, à la bourse ou à l’immobilier, mais il y a d’autres secteurs qui peuvent fournir des performances bien plus intéressantes qu’un simple livret A.

vache

Qui penserait investir dans un cheptel de vaches laitières ? Pas grand monde, à vrai dire. Et pourtant, ce placement présente des avantages certains avec une rentabilité croissante.

Un organisme propose ce service, l’AFIC (Association française des investisseurs pour la croissance). Il détient plus de 800 éleveurs en portefeuille.





Comment investir dans les vaches laitières avec l’AFIC ?


L’idée est la suivante, on investit des vaches qui sont louées à des éleveurs. Le ticket d’entrée est aux alentours des 1 600 euros. C’est l’éleveur qui se charge de l’entretien, qui règle les assurances et qui s’occupe des soins. L’AFIC fait guise d’intermédiaire. Elle va tout prendre en main une fois que l’on a acheté ses têtes de bétail.

Les vaches sont réparties à travers plusieurs élevages différents. Il est donc difficile d’avoir un contact physique avec son investissement.


Quel retour sur investissement ?

Un éleveur récupère l’ensemble de la descendance mâle, la moitié de la descendance femelle (il faut bien renouveler l’âge du cheptel) ainsi que la production laitière.

L’investisseur recueille 50% de la descendance femelle. Ces génisses assurent un retour sur investissement. On estime le taux moyen de rendement autour de 4 à 5%.

Deux options s’offrent alors à l’investisseur : prendre ses gains, c’est-à-dire vendre les vaches une fois qu’elles ont atteint l’âge adulte ou réinvestir, c’est-à-dire intégrer les vaches au troupeau. C’est le même principe que la revente de dividendes en Bourse.


Combien ça coûte ?

Pour une bête, il faut compter 1650 euros à l’achat. Avec un budget 10 000 euros, on peut démarrer avec un petit troupeau de 5 vaches. Au niveau taxation en France, il y a une taxe à payer : 125 euros de droit d’enregistrement par vache.


Pourquoi investir dans les cheptels de vaches laitières ?

La mutualisation des profits ou des pertes rend le placement attractif pour une retraite future. Il y a aussi le côté évolutif de l’investissement qui représente un argument de poids. Le troupeau grossit et prend de la valeur au fil du temps. La France possède un panel impressionnant de sortes de vaches, un autre atout de choc ! Montbéliardes, Jersiaises, Normandes, Prim’holstein, il existe pléthore de choix !

En l’espace de 10 ans, un milliard d’habitants supplémentaires ont été enregistrés par notre planète, ce qui correspond à plus de 83 millions chaque année, soit plus de 5 personnes supplémentaires toutes les deux secondes ! Un laps de temps pendant lequel de nombreuses terres agricoles nourricières, sont détruites en France et dans le monde…

Les produits alimentaires seront toujours à la base des besoins des humains. De 1950 à 1984, la production alimentaire a été plus forte que l’accroissement de la population, mais depuis 1984 c’est le contraire qui se passe. On ne produit donc plus assez, pour une population mondiale qui devrait varier entre 8 à 10 milliards d’individus en 2050.


Soutenir l’agriculture

Selon Pierre Marguerit, PDG de l’AFIC, « On est dans un outil qui aide l’éleveur à moins s’endetter et à concentrer des moyens sur autre chose comme de l’innovation ». Même si l’investissement n’est intéressant que sur du long terme et que la production laitière est en baisse, ce placement est aussi sentimental. Il y a un petit air de nostalgie qui flotte au dessus de la tête de certaines personnes qui ont encore la ferme de leurs parents ou grands-parents.


Un investissement de diversification de patrimoine

Malgré que ce placement soit relativement sûr, il faut diversifier ses sources de revenus.

Avec les vaches, on sait au moins que le nombre de personnes à nourrir sur terre ne fait que croitre, donc il y aura toujours une demande.

Investir dans un cheptel exige de se projeter sur le long terme, pour faire grandir son troupeau et en récolter les dividendes le moment venu. Si l’on souhaite récupérer sa mise avant 5 ans, mieux vaut réaliser un autre investissement plus liquide !
















lead-enrichir-25000
Poster un commentaire