Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
cedric

cedric

Tous les commentaires de ce membre (11 publications)
La voiture n'est finalement qu'une petite revolution. Les camions semi automatique et automatique arriveront probablement avant. Cela a une grande probabilite de diminuer les temps de transport routier et de compenser l'augmentation des coups de transport. Cela permettra a la mondialisation de continuer pendant encore quelques annees.

Le probleme des petites eoliennes, c'est justement qu'elle tourne trop vite et qu'il faut alors les freiner ! La seule solution etant alors d'utiliser le generateur en fonctionnement inverse, c'est a dire en moteur et donc consommer de l'energie. Le bilan annuelle de la tres grande majorite de ces petites eoliennes est ainsi negatif, consommant plus d'energie qu'il n'en produit...

L'evolution des technologies a lieu dans direction actuellement, l'hyper centralisation (Google a acces a plus d'information que la NSA, a un budget et des revenus superieur a une grande majorite de pays dans le monde, et maintenant est le premier fournisseur de robot pour l'armee americaine, cela s'applique dans une moindre mesure a Apple et d'autre mega corporation). De l'autre cote, des technologies completement decentralise se developpe dans la direction avec les peer 2 peer, bitcoins, tor, ...

Dans les deux cas, ceux ne sont pas les vieilles structures etatiques qui s'adaptent... 

@imhotep: Sauf que on se rapproche tres tres vite du pic de production petrolier (sans compter le rechauffement climatique). Il faut donc investir le capital disponible dans ce qui libere le plus d'energie potentiel le plus rapidement possible. En gros, il faut etre efficace et pour cela, les depences a court terme dans le solaire ne changeront rien et seront un gaspi (les ordres de grandeur ne sont pas la). Alors que dans le nucleaire a sel liquide, on a plus de 10000ans de reserve prouve et facilement accessible (uranium + thorium). De quoi voir largement venir.

Je pense que notre civilisation est a un tournant cruciale, soit on passe le pic des energies carbones en faisant un bon vers une energie encore plus dense avec une complexite technologique qui va en s'augmentant grandement (le developpement durable, c'est de la high tech), soit la civilisation s'ecroule et il faudra litteralement des millions d'annees avant que le potentiel d'energie disponible permette a une nouvelle civilisation de revenir la ou on en est.

 

Je suis pour une fois tres decu de votre article et du manque de recherche sur le sujet. Il y a un certain nombre de probleme avec la technologie nucleaire tel que implementer en France. Entre autre chose, necessite d'enorme quantite de capital, les alternances politiques francaises ont completement bloques le developpement ces 20 dernieres annees au bas mot, les entreprises francaises du domaine se complaise en se reposant sur leur laurier.

Maintenant si on regarde en detail ce qui se passe dans le domaine du nucleaire et quel avantage la france peut en tirer, le paysage est legerement different. Les developpements principalements autour des reacteurs a sel fondu autour des cycles uranium sont extremement prometteur (permettant de bruler 95% des dechets actuels, bombe atomique incluse , a tres longue duree de vie, dechet produit en faible quantite et ayant des durees de vie de l'ordre de la centaine d'annee, 150 ans de stock d'energie si on passe toute la consomation d'energie sur le nucleaire, 300 ans si on garde juste la production electrique, et 4000 ans de reserve prouve) et si on a besoin d'aborder le cycle thorium un jour les reserve sont tout aussi faramineuse.

Dans le domaine ceux sont les startup americaines et l'etat chinois qui sont aujourd'hui a la pointe de la recherche et du developpement. Les premiers prototypes en Chine sont annonce pour le milieu de la prochaine decennie. Aux etats-unis, il est probable que ce soit les producteurs de petrole qui se paye leur propre mini centrale nucleaire pour produire leur petrole en premier. On peut s'attendre a quelque chose avant la fin de la decennie sur les petites puissances juste a cause du pic de production petrolier qui approche.

Enfin croire que le soleil peut apporter une solution pour l'industrie, c'est une juste vaste blague ! Certe le cout des panneaux suit une courbe de Moore pour le cout du W/$ et cela amenera un prix equivalent au nucleaire a la fin de la decennie, mais les batteries de stockage ne suit un gain que de l'ordre de 10% tous les deux ans. C'est bien pour ca que Tesla construit ca giga factory pour atteindre 30% de reduction dans ... 6 ans ! Enfin meme si le prix et le stockage etaient des problemes resolus, il resterait la surface total a couvrir... Pas gagner d'avance tout ca (Je vous conseille d'aller regarder le site http://manicore.com pour toutes les calculs detailles de chaque solution).

Enfin il faut arreter de dire que le renouvelable n'a pas de subvention ! Moins de 15 jours des subventions pour les energies renouvelables des etats participants au projet ITER serait suffisament pour en payer l'integralite de son budget ! Les sommes colossales qui sont investit par les etats pour subventionner les renouvelables ne meme en plus a aucune veritable solution.

Pour rappel, l'ordre des sources de consomation d'energie, c'est d'abord le chauffage, puis le transport, puis l'industrie. Ainsi la priorite donnee a la production d'energie photovoltaique est idiote ! Il vaudrait mieux depenser l'argent dans l'isolation massive des maisons, bien plus rentable ! Optimiser la logistique et faire en sorte que le reseau de transport en commun et de transport de bien soit plus efficace. Les TGV sont ainsi hors de prix compare a la solution de la bagnole et clairement indapte pour transporter des marchandises d'un bout a l'autre de la France et encore moins de l'Europe... Bon on va pas resoudre le probleme ici, mais clairement le nucleaire fait parti de la solution.

Le probleme de c'est reserve, c'est l'energie net produite. Si il faut plus d'energie pour l'exploiter que d'energie produite alors on a affaire a une batterie et non a une source d'energie. A priori, dans l'etat actuel des technologies, exploiter un champ deep water comme ceux du golf du mexique necessite entre 2 et 5 fois plus d'energie que ceux d'Arabie Saoudite. Les sables bitumineux ont le meme probleme, c'est la raison pour laquelle, je crois, Total avait envisage de construire une centrale nucleaire au canada pour les exploiter.
  La conclusion, oui, on a des champs de petrole, est-ce que ceux-ci augmente notre capacite energetique, probablement que non. Hors notre augmentation de niveau de vie est directement lie a l'augmentation exponentielle de notre consomation d'energie. Il est necessaire pour conserver cette augmentation. d'avoir une technologie qui nous permet de continuer cette croissance exponentielle. Ce ne sera pas les gaz de shistes, ni le petrole des sables bitumineux, c'est juste une evidence.
  Technologiquement, il y a actuellement deux chemins probables : le photovoltaique dont le prix par kw est divise par deux tous les 18 mois (ca c'est une progression exponentielle), les LFTR et tous les reacteurs nucleaire de 4 eme generation qui ont un rendement potentiel nettement plus eleve que celui des reacteurs actuels (consomation de 99% des produits nucleaire au lieu de 1%) en utilisant une source abondante comme carburant (Thorium) qui a comme effet de bord de rendre les terres rares beaucoup beaucoup moins rare...
 
C'est triste d'avoir une aussi faible comprehension du monde et de ces contraintes. La plus grande erreur que peu faire un modele economique est d'integrer uniquement le capital (production passe des hommes) et le travail en ignorant l'impact collossalle des intrants. Sans matieres premieres et surtout sans energie, les hommes n'ont plus de travail et le capital devient inutile. Le probleme c'est que le systeme actuel est incapable d'anticiper quoi que ce soit. Mais deja on en voit les consequences.

Inflation de 10% sur les produits de premieres necessites qui correspondent a la grande majorite du panier de la classe pauvre. Cela a resulte en la crise des sub primes, car les pauvres se sont appauvris plus vite que anticipe. Et cela a aussi fait le printemps arabe, ou les gouvernements autoritaire prive de visibilite sur les contraintes de leur peuple s'est pris une revolution d'affame sans espoir.

La question n'est pas de savoir quand la terre n'aura plus de matiere premiere ni de petrole ou de charbon, mais quand notre systeme economique ne sera plus capable de se le payer. Et vu que a chaque fois que le prix du baril remonte un peu trop haut, on se tape une recession, creant un chomage et de la dette qui jamais ne se resorbe. Nie le probleme, ne permettra pas sa resolution. Et au passage, les evenements des dix dernieres annees colle avec une augmentation de la temperature lie a l'activite humaine. De plus nous sommes encore dans le chemin des predictions du club de rome. Pour l'instant, tout se deroule comme prevu...

Quand a sauver mere nature, c'est simple, par contre. Vraiment tres tres simple: ne rien faire. La production de CO2 a baisse comme jamais de 2008 a 2010 (merci la crise). Vu que la production de petrole et de gaz va aller en declinant a partir de 2018/2020, on aura d'ici la une croissance nulle et apres une recession tous les 2 a 4 ans. Les relations internationale (dans l'est de l'europe, le moyen orient et en asie) sont a leur tendu du fait principalement d'une dependence energetique. En ne faisant rien, je suis certain que la theorie de malthus se verifiera d'elle meme comme une grande. Ne faisont rien et la terre sera sauve.

Par contre, l'espece humaine, c'est un peu moins sure... Finalement, cet article est une apologie au these de malthus et comment les implementer subtilement !
Sur le long terme et dans un scenario de rarefaction de l'energie, mettre de cote des reserves de maniere force est a mon avis une bonne idee. On les ressortira quand on en aura vraiment besoin, a un moment ou les techniques d'extraction auront bien progresse et seront plus efficace. D'un point de vue speculatif, c'est potentiellement un tres tres bon investissement...
Definir ce qu'est la croissance et ce que les gens en esperent me semble louable. Tout au tant que de prendre comme fait que la croissance est ce que tout le monde aspire reellement. On veut tous obtenir plus avec moins. Maintenant, est-ce qu'on a vraiment le choix ? Est-ce que les lois de la physique et les capacites de notre planete le permettent. De mon point de vue notre capacite, notre force reelle a modifier le monde et donc a obtenir plus avec moins cache une formule assez simple : Pouvoir = Effort humain * Capital * Energie Le capital regroupant finalement ce que l'effort humain a ete capable de creer au cout du temps et que l'on est capable d'optimiser. L'energie, c'est la quantite d'energie disponible et necessaire pour faire agir ce capital. La question qui me preoccupe, est assez simple. Le capital qui contient les robots, les transports et tout un tas d'automatisme electronique, electrique et mecanique, developpe une puissance d'un ordre de grandeur 1000 fois superieurs a ce que l'homme le plus entraine peut developper. C'est donc principalement par l'augmentation des capacites de ce capital et de l'energie qu'il consomme qu'on a eu notre croissance passe. Cela veut aussi dire que c'est uniquement sur ces deux valeurs que l'on peut jouer. Or nous aurons de moins en moins d'energie accessible vu que nous sommes sur un plateau depuis 2005 a peu pres. La question etant est-ce que historiquement la majorite de notre progres est du a l'utilisation exponentiel d'energie ou bien est-ce que le progres technique et les optimisations du capital permettrons de compenser cette baisse d'energie disponible. Et est-ce que le futur nous permet d'esperer des gains sur l'utilisation du capital ? Si la reponse est non, alors nous n'aurons pas d'autre choix que de gerer une decroissance. Et la, ca a du sens de preparer tout le monde a gerer cette frustration. Si la reponse est oui, alors effectivement vouloir la decroissance absolument c'est se creer des problemes sans raison. Donc etons capable d'ameliorer exponentiellement notre technologie dans les annees a venir ou bien sommes nous encore trop lie au source d'energie stocke depuis des millenaires sur terre ? D'apres votre graphique la croissance lie au progres technologique a ete de 1.4% de maniere a peu pres constante sur les 35 dernieres annees. Ce qui me fait pencher vers la conclusion que l'on doit se preparer pour la decroissance des que notre production de gaz, petrole et charbon diminuera de 1.4% par an. Pour l'instant, la production est quasi stable et deja le systeme est instable. Il parait donc sage de se preparer a la decroissance maintenant pour eviter la casse au maximum.
@jesuisunhommelibre Si on reprend votre formule : Pouvoir = Effort humain * Capital * Energie Vous constaterez que le capital croît en permanence (puisqu’il est le cumul de toutes les productions antérieures), ainsi que l’effort humain (au moins par l’augmentation de la population et l’accélération des échanges). Sauf qu'il y a deux effets que vous negligez, le capital s'use avec le temps et les energies sont incompatible entre elle (Essayait d'utiliser un diesel avec du charbon). Il faut donc constament consommer de l'energie, du capital et de l'effort humain pour juste maintenir notre niveau actuel. Il n'y a pas de courbe exponentielle qui se cache de ce cote la non plus. Le progrès tendant, naturellement, à économiser l’énergie et à en trouver de nouvelle source, la croissance à donc encore de beaux jours devant elle. Oui, mais comme le graphique le montre, notre dependance est encore tres eleve. Nous nous en defaisons a un rythme largement inferieur a la croissance mondiale. La seule conclusion est que toute croissance supplementaire est exclusivement du a l'augmentation de la consommation d'energie. La seule solution est donc soit d'avoir un plan pour sortir du petrole a marche forcer (et il faut commencer maintenant) soit s'organiser pour gerer une decroissance. Sortir du petrole et maintenir notre niveau de vie semble a peu pres jouable avec les technologie actuelle. Mais il faudrait une demarche totalitaire, car le marche n'anticipe pas un retournement de tendance d'une tel ampleur (probablement du fait de biais positif chez la generation au commande) et quand on y sera, on n'aura plus d'energie pour changer notre outil de production et renouveler notre capital.
«DébutPrécédent12SuivantFin»