Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
svane

svane

Tous les commentaires de ce membre (56 publications)
Le graphe dit top entre 1490 et 1530, effectivement.

Et le sentiment des petits porteurs est inquiétant:

Bullish 46.4%
up 7.7
Neutral 26.6%
up 1.5
Bearish 26.9%
down 9.3


Change from last week:
Bullish: +7.7
Neutral: +1.5
Bearish: -9.3


Long-Term Average:
Bullish: 39.0%
Neutral: 30.5%
Bearish: 30.5%
On peut néanmoins penser que les" illuminés" ont raison: un long marasme comme celui du Japon — qui garde un certain niveau de vie et de confort et surtout de paix sociale — et sans doute préférable à un cataclysme comme la dépression des années 30 aux USA et pire encore en Allemagne, avec toutes les catastrophes politiques que cela implique.

Le graphe de l'Eurostoxx est en effet étonnament ressemblant à celui du Nikkei. Mais, ce que je ne comprends pas dans votre analyse, c'est que vous semblez opposer le scénario japonais à un scénario de forte baisse long terme: or, sur ces plus bas, le Nikkei avait perdu près de 80% par rapport à ces plus hauts de 1990. Nous sommes encore loin d'avoir obtenu de tels niveaux sur les indices US et européen (avec la possible exception du DAX, qui avait perdu plus de 75% en 2000-2003 avant de tout reprendre), cela impiquerait un SP500 vers les 400 points et un CAC autour des 1500 points.
enfin Alex, pas de krach en 2011? Juillet-août s'apparente quand même à un krach, avec 30% perdus en 2 mois, et toujours pas récupéré un an et demi plus tard...
Ayant cassé sa trendline haussier sep2011-oct-2012, le SP500 se devait de faire un pullback vers ce trend avant de poursuivre sa chute. Il lui reste 0,78% à grapiller pour la toucher aux 1420 (correspondant aussi à la mm50 et aux plus hauts de mars-avril), on verra alors s'il arrive à reintégrer se trend, ou si ce "kiss of death" provoquera une accélération de la chute, vers les plus bas de mai voire de septembre
Après seulement 5% de correction cela paraît logique... nul besoin du NYLOW pour le comprendre.

Ce qui est intéressant ici, c'est qu'avec le NYLOW comme pour les indics MACD RSI etc, il faut trader la divergence: le véritable bottom du marché apparaît souvent lorsque le NYLOW fait des hauts plus bas, et le macd etc des bas plus hauts.
Cette figure est pour moi beaucoup trop compliqué pour avoir un quelconque intérêt. Il suffit de voire les très grosses résistances long terme sur le NASDAQ en particulier, mais aussi le Dow, le DJ et le DAX, sans parler des retournements d'indicateurs long terme (croisement baissier du MACD mensuel + cassure support RSI mensuel (sortie triangle LT) sur le DOW, pour comprendre que nous touchons à la fin du rallye 2009-2012 et que  nous entamons un nouveau marché baissier (avec un nouveau plus haut possible vers 1492-1524, théoriquement même à 1600).
Je remarque néanmoins qu'à l'été 2007 nous avions eu une cassure de biseau très similaire à celle observé aujourd'hui, et pourtant les US avaient mis en scène un dernier rallye avec un top un tout petit plus haut (en octobre, je crois).

Donc, je n'exclue pas formellement ce scénario (et même un top à 1493-1524 points).... mais vous voyez bien qu'avec ma comparaison avec 2007 que je n'ai pas le moindre doute sur où tout cela finira...
L'aggressivité et la stupidité du commentaire d'alex6 me paraissent un bon commentaire contrarien en faveur des bears.

Car d'où croit-il savoir que patrick short tous les plus bas depuis 2008? Peu de bears, me semblent-il, sont aussi stupide.

Et dans le cas contraire, la stratégie tant décriée par alex6 ne me semble pas aussi mauvaise que ça: shorter tous les excès haussiers, avec un stop serré, puis ajusté au PRU, jusqu'à ce que la vraie baisse s'enclenche. On fera des petites pertes, des trades flats et des petits gains pendant un moment, mais on pourra alors escompter des gains très importants quand la vrai correction arrivera. Pour rappel, les bx4 ont fait +100% entre debut juillet et mi-septembre 2011, alors que le CAC n'avait baissé que de 30%. Cela compense largement les petites pertes qu'on aura eu sur des stops etc avant. 
Signe providentiel qu'un tel article paraisse certainement après un top majeur MT sur les indices actions?

Chacun de vos points est en effet hautement contestable:

1.) Vous prétendez que les gains à la hausse sont incomparablement plus élevés que à la baisse, puisqu'une action ne peut que perdre 100% alors qu'elle peut gagner 500% voire plus. Certes, mais une VAD sur une action qui perd 90% (comme Peugeot par exemple) ne rapporte pas une PV de 90% mais bien de 800%, puis'que j'achête à 10€ une action que j'ai vendu à 100€, soit un gain de 90€ par 10€ investis ( a posteriori). C'est vrai, en revanche, qu'en jouant la baisse on est victime des frais SRD, de l'érosion et du béta slippage des produits à levier etc. qui rendent le trade moins profitable...

2.) Vous dites que plus de 85% du temps les marchés ne sont pas en tendance baissière soutenue. Vous oubliez ici deux choses: premièrement, quelque soit la tendance LT, les baisses sont toujours beaucoup plus rapides que les hausses, parler du facteur temps ne veut pas dire grand chose, le short permet des gains beaucoup plus rapides (par exemple, en 2007-2008 le marché perd en A ans et demi ce qu'il avait mis 4 ans et demi à gagner entre 2003-2007, ou à l'été 2011 le CAC perd 30% et les BX4 gagnent 100% en deux mois.... soit deux ans de hausse effacé en 2 mois !

3.) Votre remarque est valable dans les marchés haussiers séculaires (comme 1920-1929, 1949-1966, 1982-2000) mais certainement pas dans les marchés baissiers séculaires (comme 1900-1920, 1929-1949, 1966-1982 et.... 2000- 2015 ou 2020). Il y a dans ces marchés certes des phases haussières à jouer, mais étant donné que ces marchés perdent en règle générale 75% de leur valeur depuis le pic précédent, en terme de pourcentage (et non de temps) de gain, le trade baissier y est plus gagnant.

Il est vrai qu'horizon très long terme (plus de 30 ans), les marchés sont inexorablement haussiers, et que par exemple le SP500, ayant gagné 1400% en 18 ans de 1982 à 2000, sera toujours haussier LT s'il finit par perdre 70% depuis ses plus haut — un SP500 à 475 en 2014, par exemple, représentera toujours une hausse de 375% en 32 ans.... ce qui est pas mal !

4.) Curieux quand même de trouver Jesse Livermore en première place de vos traders "qui ne jouent que la hausse", alors que Livermore est connu comme le plus" grand bear de Wall Street" , et qu'il est réputé d'avoir gagné 100 millions de dollars en ayant shorté le crash de 1929.....

5.) La statistique sur la loi de Pareto peut aussi appuyer la thèse contraire... Le graphe est de plus fortement biaisé, surtout à cause de la période qu'il utilise: en partant près d'un plus bas historique sur les marchés en 1983 (avec un PER de 7 en 1982 sur le S&P) et en terminant proche d'un plus haut historique en 2006.... Ce n'est vraiment pas sérieux de choisir comme période d'analyse le plus grand et le plus long marché haussier de tous les temps......
Je vous remercie pour la rectification concernant le mode de calcul de la VAD, c'est moi, effectivement qui me suis trompé.

j'ai du mal à comprendre votre phrase: " cela signifie qu'il seront AUTOMATIQUEMENT actifs dans les marchés haussiers" ?

Le bon conseil pour les investisseurs non avertis, c'est effectivement de rester cash dans les marchés baissiers, donc durant toute la période 2000-2015 et peut-être plus.

Car pendant ces périodes, on ne peut pas faire d'investissement long terme à moins d'être un stock-picker vraiment hors-pair. On ne peut qu'y faire que du trading, peut importe l'UT (on peut garder ses poses plusieurs mois). Mais dés lors, peut importe qu'on joue la hausse ou la baisse, il faut être vigilant, réactif, soigner ses points d'entrées et ses points de sorties (en PV comme en MV).

Personnellement, je préfère le short, pour une simple raison: les niveaux de résistance sont beaucoup plus facilement identifiables (et solides !) que les niveaux de supports dans les marchés baissiers, et l'inverse vaut dans les marchés haussiers, où par définition, il n'y a presque pas de résistances identifiables à l'avance, puisque les cours évoluent dans un terrain inconnu et jamais encore visité.

Donc je me porte très bien en 2012 en shortant la zone autour des 3600 points, j'ai aussi achêté les 3050 points debut mai (pour jouer un rebond vers 3450), mais  suis sorti rapidement sur un stop certes trop serré. Mais dans le cycle actuel, j'ai beaucoup plus de confiance dans les shorts sur les points hauts que dans les longs sur les points bas (j'ai une certitude quasi absolue qu'on ne dépassera pas les 3600 points voire à la rigueur les 3750-3800  points, mais le point bas pourrait se trouver à 2700, 2300, 1700 voire même beaucoup plus bas), et je pense que j'ai raison, même si je rate des PV (et pire, perd (un peu) d'argent sur les longs avec des stops trop serrés !).