Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

Viré de RMC pour avoir dit la vérité sur la nullité de nos dirigeants!

Audience de l'article : 1396 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Je reproduis ici un article du site arrêt sur image.

Je vous invite d’ailleurs à aller y voir la vidéo concernée.

Certains s’interrogent doctement pour savoir si le Président a bien « géré » la situation.

Moins nombreux sont ceux qui osent dire (état d’urgence oblige) que si les choses avaient été bien faites à tous les niveaux, notre Président n’aurait rien eu à gérer du tout et notre pays n’aurait pas eu à pleurer ses 130 victimes.

Charles SANNAT



Guénolé viré de RMC : suite à sa chronique sur les dysfonctionnements de la brigade d’intervention de la police judiciaire lors des attentats du 13 novembre, le politologue et auteur d’une chronique quotidienne sur RMC a été remercié vendredi.
Adieu RMC. Le politologue Thomas Guénolé a été viré vendredi de la chaîne où il tenait une chronique quotidienne dans Bourdin direct depuis mars dernier. En cause : sa chronique du 17 novembre sur les défaillances de la brigade d’intervention de la police judiciaire lors des attentats du 13 novembre. Comme nous le racontions ici, Guénolé assurait que « les brigades d’intervention manquaient gravement d’hommes et de moyens » et que « plusieurs policiers n’avaient ni gilets pare-balles lourds, ni casques lourds ».

Selon lui – et La Lettre A d’où il tirait ses informations – seuls trois fonctionnaires étaient de garde ce soir-là à la BRI. Or, comme nous l’expliquait le secrétaire général adjoint et porte-parole du syndicat Unite SGP police FO, Nicolas Comte, 12 fonctionnaires étaient également d’astreinte. Ces derniers ont par ailleurs obligation d’habiter à proximité du siège de la police judiciaire. La chronique de Guénolé avait suscité de vives réactions et notamment de la part de Marie-Emmanuelle Assidon, conseillère spéciale du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve mis en cause par le politologue.
Contacté par @si, Guénolé confirme son licenciement : « le directeur de la rédaction de RMC Philippe Antoine m’a téléphoné vendredi, et dimanche soir j’ai reçu un mail me confirmant que j’étais viré. Mais comme je n’ai pas reçu de courrier formel, je me suis tout de même rendu dans les locaux de la radio ce matin histoire de ne pas être en faute. On m’a refusé l’accès au plateau. Je peux donc dire officiellement ce matin que j’ai été viré de RMC. »
Guénolé en profite pour revenir sur notre article qu’il juge abusif : « j’ai signalé trois fonctionnaires de garde et vous évoquez 12 fonctionnaires supplémentaires d’astreinte. Je ne vois pas en quoi mon information est erronée. De garde et d’astreinte, ce n’est pas la même chose. De même, je dis dans ma chronique que si ces accusations de dysfonctionnement sont fausses, elles doivent faire l’objet d’une commission d’enquête parlementaire pour laver de tout soupçon les dirigeants de notre police et des services secrets ainsi que le ministre de l’Intérieur. C’est bien la preuve que je ne considérais pas ces accusations comme vérifiées. » La preuve aussi que RMC n’a pas apprécié.

Source et Vidéo ici
Poster un commentaire