Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne !

Je vis en contraste extrême entre Bangkok la sauvage torride et la jungle encore préservée du sud pacifique du Costa Rica. 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.



Inscription à ma newsletter BOURSE / INVESTIR / PRODUCTIVITE 
(2 emails par mois)

==> C'est ici

Charles-Dereeper

charlesjungle
NOUVEAUTE 2017


Suivez mes "conneries" et ma life sur INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Le truc le plus dingue qui me soit arrivé en matière de femmes - zoom sur la réalité des relations amoureuses

Audience de l'article : 6595 lectures
Nature de contenu : Article perso
Nombre de commentaires : 9 réactions
Votez pour cet article
(9 Votes) - Note : 4.67
Partagez cet article avec vos connaissances
C'est une tribune libre personnelle qui n'a rien à voir avec l'économie, la bourse (les bourses peut être - oh Charles, t'es grossier là), l'immobilier... Mais cela reste un truc dingue qui est porteur pour tout le monde de réflexions.

Je vous préviens avant de lire. Attention, cet édito parle de cul, de couilles, de gros seins, de putes, de Bangkok. Bref, si vous êtes sensibles sur ces sujets, oubliez et passez à mon édito suivant... J'ai bien une conclusion intéressante sur les relations amoureuses. Mais avant la conclusion, évitez la lecture en cas de sensibilité. Je crois même que j'ai un peu insulté les cathos une nouvelle fois. Ne vous plaignez pas dans ma boite email que je suis dingue. Si vous lisez l'intégralité, vous assumez.

Je suis à Bangkok depuis deux semaines. Je traîne dans un club chic où pas mal de filles de petites vertues naviguent au milieu de touristes quelque peu égarés (souvent accompagnés de gros boudins occidentaux avec des mollets énormes montés sur des chaussures sans tâlons, histoire de repousser au maximum les mâles, les fameuses ballerines... moins sexy tu meurs quand t'as de gros mollets) et quelques thaïes à la recherche d'un amour sécurisant (traduisez, des putes qui peuvent dans certains cas, migrer vers le statut de femmes officielles, sport national avec la boxe, la Thaïlande étant spécialisée dans la rencontre payante qui devient gratuite, zone grise permanente...)

Tout ce petit monde s'agite ensemble dans un gentil chaos. J'aime bien après le boulot me prendre un verre de vin rouge et observer tout cela. Ca me détend. En plus, de temps à autre, j'en attrape une au passage, en la jouant romantique sans payer. Ce qui n'est jamais très désagréable. Seul souci technique au bout d'un moment, c'est qu'il n'y a pas assez de jours dans la semaine et il faut choisir...

Des fois, on se détend encore plus fort. C'était récemment le nouvel an chinois. Tout le monde était sur le pied de guerre ce soir là. Grandiose. La chasse Thaïlandaise était de sortie comme d'hab avec tous les outils habituels, tailles serrées, tâlons hauts, très hauts, muscle des mollets tendus... L'armée rouge avait fait le déplacement aussi avec des avions russes habillées en robe du soir moins pute que d'habitude, nouvel an chinois oblige. Ah ces russes. Et il y avait la défense Ouzbeck mafieuse à mort, compétition oblige, les robes étaient aussi plus subtiles. Bon les Ouzbecks franchement, il y a à boire et à manger. Faudrait quand même qu'un diététicien mette le nez dans les assiettes Ouzbecks car y a du gras en trop... Je ne me suis pas proposé de conseiller le mafioso du coin, car je me suis dit qu'il apprécierait moyen mon opinion... Mais franchement, il gagnerait plus de pognon à gérer son cheptel en vétérarien.

Du côté des mecs, c'est simple : tout le monde se marchait dessus. On parlait au moins 50 langues différentes. J'ai pas vu un mec capable d'avancer en regardant ses pieds. Tous étaient tellements occupés à ne plus savoir donner de la tête qu'ils se rentraient dedans en permanence. Bref une soirée de dingue unique ce nouvel an chinois où les femmes avaient fait péter les courbes à un niveau stratosphérique, affamant les mâles hagards. Il y avait une formidable énergie ce soir là. Vraiment.

Moi, j'y peux rien. Les temples, cela me fait chier. La bouffe aussi. L'alcool également. Discuter et refaire le monde, j'en baille vu que je ne crois plus à une quelconque possibilité d'amélioration. Ce qui me déstresse, c'est de plonger dans ce genre de scène du Nouvel An Chinois où je me marre à fond. J'oublies tout. Plus rien n'existe. Face à l'abondance de femmes, les mecs deviennent des agneaux. Ils viennent des 4 coins du monde. Tout le monde se parle. C'est friendly à mort. Je reste persuadé que le sexe en occident est tellement contrôlé et rendu rare que les hommes compensent de manière mauvaise le manque. Car quand il y a abondance, jamais aucune bagarre. Jamais de jeux sociaux à la con avec des marques. Jamais de barrière et d'absence de contact. Tout le monde a le coeur ouvert en grand. Tout le monde se parle. Tout le monde sourit. (donc oui, désolé, je vais devoir écrire une énième fois CONNARD DE CATHOS)

J'en arrive à mon histoire de dingue. Je passe 3 soirs par semaine dans ce club. J'ai donc passé au moment des faits 7 nuits. En moyenne, il y a bien dans les 300 filles de passage en quelques heures. Cela fait donc 2100 filles moins les doublons, notamment les putes les plus régulières qui tapinent tous les soirs ou presque. Bon, c'est juste pour donner une grandeur d'idée. A la louche, j'ai croisé au moins 1500 filles.

J'en ai approché que deux. 2 sur 1500. Notez bien le chiffre. Il a son importance.

La première était danseuse. Elle carburait à la tequila. Elle sortait d'une relation d'un an avec un américain depuis 4 jours seulement. C'est typiquement le genre de zone grise. La fille ne couche pas. Elle danse tous les soirs sur une estrade affichant un cul cambré de taré. Elle gagne aussi sa vie en se faisant payer des verres dont elle touche une commission. Ca veut dire qu'elle se fait éventuellement pâlucher un peu, mais rien de plus. Après elle rentre et mène une vie amoureuse avec un pharang (un étranger)...  Pas vraiment une pute donc. Mais enfin, pas vraiment une femme normale non plus hein ?...

Elle pleurait toutes les nuits m'a t elle dit avec sa rupture. Efficace pour me la couper que de me raconter qu'elle a pleuré toute la nuit précédente. Bon donc, je passe la soirée à lui payer ses verres et à discuter. Elle était au demeurant charmante. Mais je me garde bien d'aller proposer plus. Il sent pas bon ce plan là... faut attendre et se le mettre dans le garde manger. Les femmes aiment en plus les hommes patients qui sortent pas leurs bites au bout de deux heures et disparaissent dans la foulée. Ils sont si rares les patients.

La deuxième a un physique qui n'a rien à voir avec la première. Elle est beaucoup plus petite. Un visage différent, d'origine chinoise. Et elle a comme caractéristique de porter la paire de seins naturels la plus énorme du club. Je crois même de toutes les femmes asiatiques que j'ai jamais croisé. Attention, le châssis sans être sport, reste tout à fait dans les normes. Je ne parle pas des femmes style bouées d'entrée de port en Bretagne, en forme de cône inversé vers le bas. Je parle d'une petite bombe sexy avec des courbes que d'habitude, on ne voit que sur les sites de cul (oui, je sais, en France, 50% des requêtes google sont liées au cul, mais personne n'y va officiellement sur ces sites, même pas moi... D'ailleurs le mot cul, je sais jamais comment l'écrire. Faut toujours que je vérifie dans un dictionnaire avant). Celle là, la chinoise, quand je l'ai vu, j'ai croisé son regard et j'ai foncé dessus. Un physique unique qui change des avions de chasse thaï classique. J'ai traversé la boîte les yeux dans les yeux et j'ai fait comme un drône américain piloté par une manette que je ne contrôlais pas. J'ai sorti mon téléphone portable et j'ai ouvert sur la page contact. Je lui ai demandé de m'écrire son prénom et son téléphone. Il y avait bien 50 mecs qui lui tournaient autour, mais j'en avais rien à foutre. Je lui ai dit que je voulais la voir ailleurs qu'ici. Et elle l'a craché son téléphone. Et quand j'ai appelé, elle a accepté de me revoir le lendemain. As friend. Même pas pour du pognon.

Pourquoi moi ?

Nous y voilà ? Cédric Froment qui connaît déjà la fin, m'a posé une question lors du premier reporting. Il voulait que je lui demande POURQUOI DEREEPER au milieu d'une horde de sauvages prêts à payer ?

Moi aussi, je me posais la question en tant que principal intéressé, limite angoissant le truc. Pourquoi j'ai traversé la piste de danse pour aller lui arracher son tèl, truc que je ne fais jamais et pourquoi elle a accepté ? Un piège ? Ben oui, mais du tout celui qu'on attendait.

Le grand soir arrive. Suis un peu frétillant mine de rien. La vie m'a réservé une pièce en plusieurs actes dont elle a le secret. Mais je ne le sais pas. Je croise la miss qui est déjà entourée de chez entourée. Elle bat des mains pour repousser les mecs. Elle me regarde deux secondes, maxi trois et disparaît. Charmant. Je remballe et je file, déçu là. Je tombe dans la foulée sur la danseuse que je me réservais pour l'avenir quand elle serait calmée de son chagrin. Je passe une demi heure avec. Bon contact. J'ai limite oublié l'autre. Mes affaires sont en bon chemin. Je suis là en train de me demander si je ne vais pas pousser plus fort ce soir.

Sur ce, elle annonce qu'elle va fumer dans l'autre salle. Elle m'accroche la main et je suis. Seulement en chemin, trône la petite bombe. Et avec effroi, je vois ma main dans la main de ma danseuse stopper et démarrer la conversation. Les deux se connaissent. C'est quand même assez con que mes deux targets sur 1500 possibilités se parlent. Pour se griller, je ne crois pas qu'on puisse faire mieux. La conversation s'étire. Je parle aux deux en même temps, passant d'une à l'autre devant un choix cornélien. Pour le coup, on m'aurait couper la couille que je ne l'aurais pas senti. Stratégiquement, je n'ai rien vu venir. Rien. Je n'ai jamais imaginé ou vécu ce genre de situation. Je n'ai rien dans mon sac. Fuir ? Choisir ? Boire ? Tiens bonne idée. Je leur paye à leurs copines et à elles une bouteille de tequila pour gagner du temps. J'en lâche même mon traditionnel verre de vin rouge et je me mets dans le gosier deux rhums de mon côté. La partie est compliquée là... Va y avoir de la perte ! 

La petite bombe est devenue tout à fait accueillante. Moi clairement, je l'ai dans la peau. La danseuse pleureuse ne fait pas le poids. Après quelques conversations animées entre elle, elle disparaît. Ahhahhah, petite bombe, toi et moi, à nous deux. Je ne vous dirais pas tout. Je suis passé du vin rouge au rhum. Puis du rhum à la tequila. A 5h du mat, on est parti en after et je me suis dit qu'au point où j'en étais, je pouvais bien essayer le whisky. Les mélanges, ce n'est pas bon, qu'elle dit la théorie, mais une fois que tout est mélangé, c'est foutu. Autant continuer à mélanger...  Le nouvel an chinois fut fêté dignement. On est sorti à 7h30 du club. Moi, perso, je ne voyais plus bien (je ne devais pas ressembler non plus à grand chose, concentré à tenir debout, mission militaire numéro 1) à part qu'il fallait viser la porte du taxi et rentrer. Mon guidage laser automatique étant tombé en panne, je suis passé en mode manuel avec une précision plus qu'aléatoire dans mes trajectoires... La petite bombe et moi, nous sommes rentrés vomir, euh non dormir. L'ivresse de temps à autre, cela reste une valeur sûre pour s'amuser ! Le temps s'arrête sur place ! Merveilleux.

Bon avec tout ça, je n'ai toujours pas pu répondre à Cédric http://www.objectifeco.com/blog/Cedric-Froment.html et Samuel Rondot http://www.objectifeco.com/blog/Samuel-Rondot.html qui suit désormais aussi l'affaire d'état.

POURQUOI ? Hein ? Pourquoi Dereeper et pas un autre ? Même pas pour de l'argent ? Même pas en draguant. Rien. Sur un coup de tête ! POURQUOI ?

Ce n'est que deux jours plus tard que j'ai mis la main sur l'explication renversante : les deux targets sont DEMI SOEURS !!!!!

J'ai sélectionné et extrait parmi 1500 filles, le même patrimoine génétique. C'est juste renversant. Totalement impossible en probabilité. En fait, elles sont demi soeurs par le père et non la mère, d'où l'absence de ressemblances physiques. Pfff, fastoche à contourner le piège... Il en faut plus pour me détourner de ma mission !

Les implications de cette aventure sont évidentes : il n'y a aucun doute possible pour moi depuis plusieurs années (même si chaque femme à qui j'explique cela, prend un air pincé que vous imaginerez tous). Dans les relations amoureuses, nous réagissons à une sorte de code génétique. Nous sommes des animaux. Je ne sais pas comment est véhiculé l'information, probablement avec les odeurs ou les hormones, mais j'ai accroché la plus grosse bombe d'un des plus grands clubs de Bangkok uniquement parce que mon code génétique était compatible avec. Ok, j'ai une chance énorme sur ce coup là.

Mais cela veut dire surtout qu'on se trompe complet dans la manière de nous assembler. Personne ne dit : je veux rencontrer une femme génétiquement compatible. Tout le monde dit : j'ai adoré sa manière de danser ou son intelligence m'a littéralement séduit ou il/elle est si romantique et ses yeux bleux sont si beautiful, j'ai craqué... (je ne vous fais pas la liste des salades que les femmes se racontent sur le mâle qu'elles se choisissent, c'est encore pire que nous). C'est une manière de nous mentir. Car en fait, tout se joue sur un autre plan qui nous échappe. Je joue avec depuis plusieurs trimestres. J'accumule trop d'expériences pour pouvoir imaginer autre chose désormais.

Il y a deux mois, j'avais fait beaucoup rire Claude Mathy (http://www.objectifeco.com/blog/Claude-Mathy.html), car je lui avais envoyé une photo d'une petite bombe thaïe. Il m'avait demandé si je tapais toujours dans ce niveau. Je lui avais répondu que je ne croyais plus depuis des années à une quelconque sélection ou méthodes de drague. Mon seul job consistait à scanner les femmes par intuition à la recherche d'une compatibilité génétique de la même manière que je sélectionne mes trades sur le CAC 40. 

Quand une femme se révèle compatible génétiquement, il n'y a pas besoin de draguer. Une seule phrase suffit (genre je veux te voir ou n'importe quel style google) et j'ai toujours obtenu oui à chaque fois. Je crois que la vie s'est chargée à travers ces deux demis soeurs de m'apporter la preuve de la pertinence de ce que j'en avais compris en matière de relations amoureuses.

Halte aux mensonges. Oubliez le CV de votre dulcinée. Ce n'est pas romantique cette histoire. C'est juste animal ! C'est chimique ce bordel, comme dit Cédric. Plus je vieillis, plus je me dis que le scénario de MATRIX est proche de la réalité. Nous vivons tous dans une fiction... On se ment à un niveau que nous ne soupçonnons même pas, avec une délectation et une mauvaise foi qui dépassent tout !

Quand à moi, j'évite les réunions de famille.... elles sont quatre dont trois demi soeurs. Déjà deux dans la liste. En plus, c'est le père qui sème à tous vents ses gênes. Dès fois qu'il me chope, vu notre compatibilité, faut que je fasse gaffe putain à mon arrière train. Je mets deux caleçons l'un sur l'autre... 

Charles Dereeper


lead-enrichir-25000
Poster un commentaire

9 commentaires

  • Lien vers le commentaire Jean-Claude Damant dimanche, 17 juillet 2016 03:00 Posté par IndySantista

    Plus phénoptype que génotype, ADN, ARN sont fixes pour des millénaires.
    La mitichondrie maternelle vient chez l´enfant et est le siège des évolutions aquises.
    Vieille étude sur des macaques au Japon montre intelligene femelles pour se nourrir sans le sel de mer quand les connards restent sur la falaisse en guetteurs affamés...
    Filles peuvent retrouver des attitudes du père et si elles en sont encore marquées.. ça roule.
    Pour agir vite, notre cerveau en permanence, prèvoit la suite sous plusieurs formes et au max, nous déclenchons la plus opportune.

  • Lien vers le commentaire Jean-Claude Damant dimanche, 17 juillet 2016 02:22 Posté par IndySantista

    Abandonne ces coins has been. recale sur le Brésil puis Argentine.

  • Lien vers le commentaire Math.ber mardi, 19 février 2013 09:36 Posté par math_ber

    Trop fort! Pour ma part, ça me fait penser à une citations que j'ai entendu. Une femme européenne (française en fait!) trouvait incroyable la méthode de sélection d'africaines (d'Afrique hein, pas les black d'ici...) vis à vis des blancs. En gros, blanc = riche = espoir de sortir de la misère = homme qui correspond à mes "rêves". Cette brave femme expliquait que chez les blanches, en France, les femmes ne se marient que par amour et que chez elles cet amour est d'une pureté sans égal, et patati et patata... Et impossible de lui faire comprendre que peut etre, meme inconsciemment, elle choisissait de la meme manière. Pourtant, dans la fabrication de cette vision d'un amour si pur et si beau qu'il mériterait d'etre décrit comme la chose la plus noble qui soit, n'entre pas la taille de la maison? on va dire la situation professionnelle, etc etc...? Ces femmes françaises qui se croient si détachées qu'elles pensent etre insensibles à de nombreux stimuli pourtant aussi "basiques" que les africaines. Une fois de plus, les humains occidentaux si évolués se persuadent d'etre en dehors d'un cadre naturel, plus fort meme que la nature : c'est moi qui choisi et pas les autres! Je choisi donc je suis en somme... douce illusion matrixienne...

    Au moins les hommes ont des repères qui sont objectifs et on ne s'en cache pas! Ceux qui aiment les grosses poitrines, les aiment en Afrique, en Europe ou en Asie. "Nous, c'est plus simple", on a nos pulsions animales et on fait avec! :)

  • Lien vers le commentaire Yves vendredi, 15 février 2013 21:18 Posté par yves

    Audience de l'article = 600 pour ce vendredi soir ... par contre ce compteur ne présice pas combien de sujets ont lu TOUT l'article ou seulement la conclusion ;-). Pour ma part, j'ai pris mon temps.

  • Lien vers le commentaire Jolicoeur mardi, 12 février 2013 19:28 Posté par jolis2

    Je plussoie.

  • Lien vers le commentaire Sébastien mardi, 12 février 2013 09:56 Posté par pavdu69.

    Sympa l'article, ya que Charles qui peut se permettre ça sur ce site!
    Et quand l'économie va mal il vaut mieux avoir les bourses en action que des actions en bourse!

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper mardi, 12 février 2013 07:20 Posté par Charles DEREEPER

    J'ignore quel est l'impact du physique du père ou de la mère dans le cadre d'enfants à moitié commun.

    Mais votre réaction est intéressante. J'explique pendant tout mon article que seule la variable de compatibilité génétique joue et au final, votre commentaire traduit bien l'erreur que nous commettons tous, y compris moi meme dans nos jugements. Vous parlez que ces deux demi soeurs aiment bien mon comportement qui ressemblent au père.

    la question est par conséquence : comment une fille peut juger en l'espace de seulement quelques secondes le comportement d'un homme ? Parce que la deuxième n'a eu que quelques secondes pour me jauger, me laisser m'approcher et déterminer qu'elle voulait un vrai contact avec moi et non simplement du pognon ?

    Et vu que j'ai dupliqué ce genre de scènes au cours des derniers mois, il y a de quoi se poser des questions sur les théories psychologiques. La théorie dit qu'on choisit effectivement en fonction de notre histoire familiale parents enfants de manière à faire des expériences émotionnelles précises.

    Je m'interroge. Cela veut dire que nos cerveaux sont capables d'échanger de l'information en quelques secondes, de jauger nos patrimoines génétiques en terme de compatibilité et de déterminer qu'il y a adéquation émotionnelle en fonction des scénarios d'enfance ?

    Si c'est cela, alors je crois que nous les humains, nous sommes encore très loin d'avoir compris comment nous marchons. Et surtout, nous nous fourvoyons completement dans notre manière de penser nos relations amoureuses qui aboutissent pour leur grande majorité à un échec, voire les statistiques des chercheurs américains ici

     

  • Lien vers le commentaire Falconni lundi, 11 février 2013 22:39 Posté par Mapomme

    Il est en effet de plus en plus connu que, si les phéromones ne nous dirigent pas comme elles peuvent le faire pour des chiens, elles n'en ont pas moins une influence forte sur nos choix ; on cherche en fait quelqu'un dont le système immunitaire est complémentaire du nôtre, afin de donner le plus de possibilité de lutte aux futurs bébés.
    De même, nos systèmes digestifs utilisent l'un de trois types de flore intestinale lequel induit nos goûts et la façon dont nous métabolisons notre nourriture ; plus que jamais, le libre arbitre est une supposition...

    > elles sont demi soeurs par le père et non la mère, d'où l'absence de ressemblances physiques.
    D'où tenez-vous cela ? Le père donne la moitié des gènes y compris aux filles (sauf le Y), je n'ai jamais rien lu  sur le fait que le physique dépende plus de la mère.
    Ne serait-ce pas plutôt que vous ressemblez au père qu'elles aiment bien - au moins dans la manière d'être ?