Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
H16

H16

Je suis naturellement grand, beau, j’ai le teint buriné par le soleil et le sourire enjôleur et des mocassins à gland, un très gros zizi et une absence totale de lucidité sur mes qualités et mes défauts !

J'ai un blog sur lequel j'aime enquiquiner le monde : Petites chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition...

        BOUTIQUE DE
                H16
 H16

Le livre de H16 sur Amazon : cliquez ici

promospeciale

Exclu Présidentielle 2017 : les tubes de campagne !

Audience de l'article : 839 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Onze candidats ? Onze raisons d’écouter de la musique, et notamment celle qui colle le mieux à leur personnalité, leur programme ou leur façon d’être.

Jean-Luc Mélenchon, par ses prises de position, son programme et sa puissance vocale, mérite amplement Christophe Maé qui se demande « Il est où le bôônheur ? » avec son accent si caractéristique.



Pendant ce temps, Emmanuel Macron semble parfaitement adapté à Deep Purple, et plus spécifiquement, « Smoke on the water ».


 

François Fillon ne pourrait rien choisir d’autre qu’Elton John, « I’m still standing » :




Si l’on imagine bien Marine Le Pen écouter de la fanfare bavaroise ou une marche militaire cadencée, elle doit aussi pouvoir s’adapter à des rythmes péchus d’un petit trash metal, comme Coroner et son « Mistress of Deception » :




Nicolas Dupont-Aignan est encore une fois dans la course. Il sait qu’il va gagner. Il sait qu’il est le seul rempart contre Marine Le Pen et sait aussi qu’il va décrocher, cette fois-ci, l’investiture suprême. Il veut le pouvoir, il l’aura. Comme Queen, he wants it all.



Benoît Hamon, en revanche, doit surtout compter sur lui-même et sent bien que sa candidature est mal partie. Comme Brel, il ne lui reste plus que l’amour… 

Dans les autres candidats, on fait assaut d’inventivité et on tient absolument à se renouveler. Ainsi, Nathalie Arthaud et son programme collent parfaitement aux meilleurs passages de Henri Salvador et tout particulièrement sa chanson douce :

 


Jacques Cheminade, lui, nous offre certainement un aller simple vers… l’Île aux Enfants :

 


A contrario, il semble bien que François Asselineau choisisse plutôt le rythme lourd d’un Metallica, genre « For whom the bell tolls » 

Enfin, notons encore Jean Lassalle, qui s’adapte merveilleusement bien à Francis Cabrel et son « Il faudra leur dire » … 

… Tout comme Philippe Poutou semble tout à fait suivre les recommandations de Carlos (le chanteur, pas le terroriste collectiviste matérialiste), avec « Big Bisous »
 


Terminons cependant par une mention spéciale pour François Hollande qui, s’il n’est pas en lice, aura quand même le droit à sa musique :

 


Ces choix sont ouverts à débat, bien évidemment et en conséquence, si vous avez mieux à proposer, n’hésitez pas !
Poster un commentaire