Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Bruno Napoli

Bruno Napoli

Tout jeune quinquagénaire, originaire du sud de la France, ayant grandi en Afrique de l’Ouest entre 1977 et 1987 (Mali, Gabon, Sénégal et Côte d’Ivoire), titulaire d’un BEP et CAP en Electromécanique (2 ans après la 3ème), ayant passé 25 ans à Paris, pas mal voyagé en Amérique du nord, et récemment expatrié à Hong Kong depuis la Fin 2018. Je bosse actuellement dans l’industrie de la lumière.
Je suis passionné de nouvelles technologies, surtout dans le monde de la HiFi, la vidéo, le Home Cinéma et depuis 10 ans maintenant la Domotique. Ces dernières années je me suis beaucoup intéressé aux implications des smart technologies avec les assurances, la cybersécurité et la géopolitique. J’écris depuis 5 ans dans plusieurs revues et blogs professionnel Français, Américain et Asiatiques sur le sujet.J’ai presque toujours été entrepreneur dans ma vie, j’ai monté plein de petites et moyennes boites et projets en France qui se sont toutes cassées la gueule. J’ai donc mon diplôme universitaire de “Tombe, relève-toiaméliore-toi et recommence”.
Je suis connu pour ne pas avoir ma langue dans ma poche, mais ouvert d’esprit et toujours prêt à reconsidérer mes pensées. A travers mes articles je vais tenter de vous faire partager mes analyses et vous faire comprendre les opportunités qu’il pourrait y avoir dans cette industrie.
Je vous souhaite une bonne lecture.

promospeciale

Les nouvelles technologies mettent elles les assurances habitations en danger ? (Part 1)

Audience de l'article : 1311 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions


Aujourd’hui on va parler d’un
e théorie que j’ai depuis presque 3 ans : Je pense qu’à partir du moment où une habitation équipée de domotique, elle enfreint presque toutes les conditions générales de la police d’assurance et la rends de fait caduc. Si jamais dans l’auditoire il y a des experts en assurance, je suis super preneur d’info et de feedback. Bonne lecture...

Explication : Selon moi, les assurances ne sont absolument pas prêtes à intégrer le fait que les habitations sont dorénavant connectées. A terme il risque d’y avoir un GROS souci s’il y a un accident industriel majeur du genre attaque informatique sur des objets connectés qui mettraient le feu aux maisons (ne rigolez pas, c’est tout à fait possible). On risque de voir le même types de réaction négatives des assurances face aux entreprises qui réclamaient le remboursement des pertes d’exploitations dues au Corona Virus et il faudra engager de lourdes procédures pour tenter de se faire entendre.

Il y a quelques mois de cela, j’ai fait une petite expérience croustillante. J’ai passé un coup de fil a 4 assurances. J’ai expliqué que dans les jours à venir j’allais acquérir une jolie maison dans la banlieue chic de Paris, et que donc j’allais avoir besoin de l’assurer. Mais, et c’est là que les choses se compliquent, que j’avais en projet d’en faire une Smart Home, une vraie chimère connectée, la maison du Dr Frankenstein. Que tout serait contrôlable via mon smartphone où que je me trouve dans le monde. Et quand je dis “tout serait contrôlable”, je dis bien tout ce qui est possible à ce jour et qui le sera au fur et à mesure que des smart bidules seront disponibles sur le marché mondial.

J’ai expliqué que seront connectés sur mon réseau informatique local, les volets roulants, les pare soleils sur les terrasses, les rideaux, la clim, le chauffage au fioul, l’allumage de la cheminée bio éthanol, la ventilation, l’éclairage, l’arrosage du jardin, la gestion de la piscine, l’ouverture des portes, portes de garages et portails, mais aussi le remplissage de ma baignoire le matin, la plaque et le four électriques, mon autocuiseur, ma machine à café et la bouilloire ainsi qu’une ribambelle de capteurs de températures, d’ensoleillement et d’humidité... Bien sûr, j’avais aussi pensé à équiper ma maison de détecteurs de fumée et de fuite d’eau connecté. Et que forcément, dès qu’un nouveau truc connecté allait sortir quelque part dans le monde, je l’achèterai, que parfois je l’installerai moi-même si ce n’est pas trop compliqué, et que parfois je ferai appel au vendeur ou à un “pro” pour me l’installer.

Tiens, d’ailleurs j’aimerai bien savoir à ce stade, c’est quoi un “pro” de la domotique ? Quelsdiplômes reconnus par l’état et les assurances et quel type d’assurance professionnelle il a ? Dans la domotique il y a une notion de réseau informatique. Est-ce que ce “pro” a une certification réseau ? Est-il à même de rendre mon réseau informatique fiable dans le temps ? C’est important parce que si je fais appel à quelqu’un pour installer quelque chose chez moi, qu’il s'avère qu’il sait très bien ce qu’il fait et qu’il le fait bien, mais n’a de pro que sa passion et qu’il n’est pas assuré pour le travail qu’il réalise chez moi, en cas de pépin, si son assurance pro considère que ce qu’il fait sort du cadre de ce pour quoi il est couvert,il n’est pas assuré et du coup, moi non plus.

Revenons à mon coup de fil..En gros, je venais d’expliquer que tout ce qui pouvait potentiellement endommager ma maison en activant l’électricité, le gaz, le feu ou l’eau, que tout ce qui pouvait ouvrir ma maison aux quatre vents ainsi que les détecteurs qui étaient censé la protéger allait être interconnecté entre eux, qu’ils prendraient des décisions en fonctions des uns et des autres, de décision semi intelligentes et/ou de programmations humaine, et qu’ils seraient connecté sur mon réseauEt on sait bien que tout ce qui est connecté est de fait vulnérable. Ne vous y trompez pas, on est là face à un cas extrême, une caricature que j’ai créée pour voir si ça ferait réagir les assurances, mais un simple robinet ou électrovanne connecté peut créer un dégât des eaux s’il interprète mal un ordre qui passe sur le réseau.

Une fois fini d’expliquer tout ce que j’allais installer, j’ai posé la question suivante :

Donc, si je comprends bien, si je sors de chez moi et que je laisse la porte grande ouverte, que je me fais cambrioler, vous ne me remboursez pas, parce que c’est ma faute et qu’il n’y a pas d’effraction. Et de la même manière, si je n’ai pas acheté la bonne serrure trois points certifiée que vous m’avez recommandé, je ne suis pas non plus remboursé en cas de cambriolage.
- “Absolument Monsieur”

- “ Alors dite mois Madame l’assurance, vous avez des experts,qui en fonction de mon type d’habitation, du quartier et de la valeur des objets que je possède sont capables de me dire quelle est l’épaisseur de la porte d’entrée, quel type de serrure certifiée il me faut et qui dans certains cas, me demanderont même de m’équiper d’une alarme agréé reliée à un centre 24/7. Est-ce que vos experts peuvent me dire quelle devrait être la complexité minimum de mon mot de passe Wi-Fi et combien de fois par an je dois le changer pour rester en conformité avec vos exigences en termes de cybersécurité ?

Et là, c’est le drame... Personne n’est capable ni de me répondre, ni même de comprendre ma question. Du coup j’enchaine :

Vous comprenez Madame, si jamais quelqu’un pirate mon Wi-Fi parce que le mot de passe c’est mon numéro de téléphone, donc facile à trouver, et qu’il arrive à ouvrir les portes de chez moi pour me cambrioler, ça me ferais mal que vous me disiez que comme mon mot de passe n’est pas assez fort, vous ne pouvez m’assurer parce que vous considérez ça comme laisser sa porte ouverte”...


Et là, encore une fois, personne au bout du fil n’est capable de comprendre ce dont je parle. Alors j’enfonce le clou :

Est ce que vous pourriez me faire une attestation comme quoi, quel que soit le niveau de sécurité de mon réseau et quel que soit les produits installés, que ce soit par moi ou par le vendeur vous pouvez m’assurer tout de même ?

Bien sûr non, aucune assurance ne me donnera ce certificat.


Question : Quand on installe de la domotique, prend -on le risque d’invalider son assurance habitation ? Si en partant je laisse la radio allumée pour tenir compagnie à mon canari dépressif et que pendant une émission un des type lâche un truc du genre “Alexa, allume le radiateur” et que justement j’avais laissé mon pullover dessus et que tout brûle... Qui est responsable et qui paye ?  

Fin de la première partie


Poster un commentaire