Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tanguy CARADEC

Tanguy CARADEC

Je suis investisseur et blogueur, à la fois passionné de l’investissement et curieux du fonctionnement de notre monde moderne.  A l’age de 16 ans, j’ouvre mon premier PEA au Credit Mutuel, placé sur un fonds indiciel CAC 40. Coup de chance, en 1 an le gain est de près de 50%. Depuis, je sais que l’on peut gagner en bourse… j’apprendrai plus tard que l’on peut aussi perdre.

4 ans plus tard, je commence des études en école de commerce, à l’ESSEC et je cherche un investissement pour financer en partie mes études (qui coutent cher à mes parents). Le rendement des actions est depuis plusieurs années supérieur à 10% par an (nous sommes en 1999) et je réfléchis à faire un prêt étudiant à 4% pour le placer sur les marchés actions. Au même moment, je tombe sur une offre de la Société Générale proposant un produit garantissant (croyais je à l’époque, en fait un produit structuré), sauf accident exceptionnel, un rendement de 40% sur 3 ans. Ni une, ni deux, je vais ouvrir un compte à la Société Générale, emprunte le maximum possible et soucrit au placement en récupérant au passage la différence sur mon compte. Le placement devant à échéance rembourser 100% de mon prêt et de ses intérêts. Mais je comprends plus tard que je parie au pire moment, nous sommes en pleine bulle internet et le placement soi-disant garanti sera en fait une grosse perte étant investi entièrement en actions.

A la sortie de l’école, mes premiers salaires contribuent à rembourser mon prêt étudiant et je fais une pause dans mes investissements. Puis le prêt soldé, je m’intéresse de nouveau à la bourse en particulier à l’analyse technique, mais aussi aux turbos, sans grand succès. je dois remettre en question l’enseignement que j’ai reçu et décide d’apprendre à investir. A force de lire et d’apprendre auprès de mes mentors, je finis par comprendre plusieurs lecons essentielles pour réussir ses investissements. J’ ai diversifié mes investissements avec l’ immobilier et l’ or, et je peux envisager à présent de devenir libre financièrement sans travailler jusqu’à 65 ans.

Mon objectif est de continuer à développer mon patrimoine ainsi que de partager mon expérience pour vous aidez à vous aussi investir et devenir libre.

Tanguy Caradec

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Investir dans le viager mutualisé

Audience de l'article : 1118 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances

Suite à l’article précédent expliquant pourquoi le viager va devenir un investissement de plus en plus rentable, nous allons explorer à présent les différents supports d’investissements

1. Investir directement dans un viager

C’est la solution parfaite pour les investisseurs chevronnés et qui disposent d’un patrimoine élevé. Investir directement dans un viager signifie que vous allez contracter directement avec un vendeur en viager. Vous allez porter seul la charge du paiement de la rente et subir l’aléas de longévité.

Avant de vous lancer, je vous recommande de vous faire accompagner par un spécialiste. Il en existe finalement assez peu car c’est un marché niche et rares sont les professionnels réalisant beaucoup de transactions.


L’idéal est de se constituer un portefeuille de « petits viagers » plutôt que d’acheter un seul viager pour mutualiser le risque de longévité des vendeurs occupants.

2. investir dans un fonds de viager

L’alternative lorsqu’on ne peut pas acheter plusieurs biens en viager, c’est de se regrouper avec d’autres investisseurs. C’est ce qu’on appelle investir dans le viager mutualisé. Il existe aujourd’hui plusieurs fonds sur le marché dont les rendements oscillent entre 5% et 9% par an, sachant qu’il est trop tôt pour se faire une idée de la performance à terme, ces fonds ayant été créés récemment.
NB: il s’agit d’informations publiques qui ne constituent en aucun cas une recommandation, me contacter directement si vous souhaitez me poser une question.

  • Sicav CDC Certivia
    D’une durée de vie de 25 ans au minimum, le fonds devrait atteindre un rendement de 6 à 6,5%. Selon Challenges, doté initialement de 120 millions d’euros pour 4000 biens, Certivia pourra atteindre jusqu’à 150 millions d’euros par la suite.
  • FCPI Silver estate Perial. Il s’agit d’un FPCI (Fonds Professionnel de Capital Investissement) de viager. Il est investi en titres de sociétés immobilières, et réservé à des investisseurs professionnels.
  • SCI Vitalico de France Viager. L’investissement se fait via une SCI qui achète des biens en viager. Une vingtaine de biens est prévue au lancement.
  • La sicav 123Viager de 123Venture. Il s’agit d’une sicav lancée fin 2012 avec une actif de 2 millions d’euros dont la performance annuelle est de 8,7%. Bien qu’elle soit récente, elle a déja pu vendre au moins un bien d’après son rapport trimestriel de gestion
  • UMR Corem immo. Ce produit s’adresse aux sociétaires de la COREM, je n’ai pas trouvé d’information sur la performance passée
Je vous parlerais bientôt d’une autre solution pour investir dans le viager mutualisé, surveillez vos emails !

Bons investissements

Sources
Challenges Peut on sauver sa retraite grâce au viager
Poster un commentaire