Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Négocier votre investissement immobilier

Audience de l'article : 597 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances

Comment négocier le prix d’achat?

.

Il existe plusieurs principes importants pour négocier convenablement dans l’immobilier. L’argent en jeu est évidemment un critère prépondérant , mais c’est aussi une affaire de relation humaine, d’interaction entre acheteur et vendeur. En tant qu’acheteur, il est nécessaire de bien gérer cette relation afin de ne pas payer trop cher votre bien.

Il est peut être évident pour beaucoup que la négociation du prix d’achat est indispensable lorsqu’on achète de la pierre. Cette règle est d’autant plus vraie quand il s’agit d’un investissement et que la rentabilité maximum est visée. Plus un bien sera acheté sous le prix du marché, plus la rentabilité sera intéressante. (logique me direz vous)

Soyez agressif

Beaucoup d’acheteurs ont peur de demander un rabais lorsqu’ils achètent leur bien. J’étais même le premier à me dire que le prix était le prix et que le vendeur n’accepterait jamais de le baisser. Avec le temps, et à force de me former moi même sur le sujet, j’ai retenu que l’acheteur qui ne demandait rien, n’obtiendrait rien ! Les vendeurs prévoient généralement un pourcentage de négociation quand ils établissent leur prix de vente. Disons que la plupart  des acquéreurs se contentent de négocier 5 à 6 % du prix du bien… ou pire : ne rien négocier! Nous, investisseurs, nous essaierons de dilapider le minimum d’argent. Facile à dire. N’hésitez donc pas à être agressif dans votre proposition. Quel est le risque réel ? Dans le meilleur des scénarios, vous économiserez plusieurs dizaines de milliers d’euros… Dans la pire des situations, le vendeur vous enverra balader. Mais il peut tout aussi bien vous refaire une contre proposition…

Vous visitez un appartement à 70 000 euros . Le prix est, pour vous, trop excessif ! Si votre budget est de 55 000, que risquez vous à lui proposer ce prix? Ou mieux… lui proposer 50 000! De cette façon, le vendeur va être surpris par votre proposition. S’il est pressé, il y a des chances qu’il accepte. Il pourra tout aussi bien vous proposer un prix intermédiaire de 55 000 … il aura récupéré 5 000 euros sur sa vente, et vous obtiendrez ainsi votre bien au budget voulu. N’ayez pas peur de vexer le vendeur !

Fixer vos limites

Élaborez à l’avance la somme maximum à la quelle vous acceptez d’acheter ce bien. Sans limite fixée par votre budget ou le prix du marché, vous risquez de dépasser ce plafond. L’émotionnel peut avoir une influence importante. L’effet « coup de cœur » peut vous pousser à faire des efforts et payer un peu plus cher. Si le vendeur vous propose un prix à 100 000 alors que le prix du marché est à 80 000, il y a des risques que vous acceptiez. Simplement car vous le voulez car il est super cet appartement ! Pas besoin de négocier ! Bref, les bonnes affaires se font une fois les limites posées !

Provoquez le vendeur

Il est important de pousser l’autre parti a reformuler un nouveau prix. Trouvez une solution pour que LUI, vous fasse la première proposition de rabais par rapport au prix d’origine. Cela vous fera déjà une nouvelle référence de prix pour la négociation. Prétendez, par exemple, ne pas avoir le montant demandé. Si le vendeur est ouvert au dialogue, vous savez que la réduction est envisageable. Une baisse de 15 à 20% est elle envisageable? S’il vous trouve agressif, demandez lui de faire sa propre proposition. L’immobilier est une partie d’echec !

Negocier-l'achat-de-son-immeuble-ou-sa-maison

Garder le vendeur dans le jeu

Tant que le vendeur ne vous a pas envoyé balader, continuer de négocier. Si le vendeur accepte toujours d’échanger avec vous sur le prix de son bien, c’est que tout n’est pas perdu. Malgré des premiers refus sur les propositions agressives, maintenez le contact. Essayez de grappiller le moindre rabais, jusqu’au point de rupture. N’acceptez pas la première proposition de baisse du vendeur. Même si vous renégociez ne serait ce que 3 000 euros sur un bien à 200 000? Une négociation entre acheteur / vendeur peut prendre de quelques heures à quelques jours. Dites moi, maintenant, quand est ce que vous avez gagné 3 000 euros en l’espace de quelques heures? jours? Seul l’immobilier est capable de cela! Le principe est le même si vous passez par une agence… le délai sera juste légèrement rallongé.

La délégation

Le problème émotionnel de beaucoup empêche de négocier convenablement.  La peur de vexer le vendeur, de se faire envoyer sur les roses,… Dans certaines situations, il peut être judicieux de déléguer cela à une personne non chargée émotionnellement par l’affaire. Un proche, un ami sera plus audacieux que vous pour obtenir un prix intéressant. Ce conseil est donné par l’expert immobilier, Olivier Seban.

Mes débuts dans l’immobilier

Se baser sur son prix sera toujours plus avantageux que de se baser sur le prix du vendeur. Négocier et obtenir permet de construire sa confiance et sa propre estime de soi. Mon premier achat, avant de m’intéresser réellement à l’immobilier, à été pauvre en négociation. Je n’ai obtenu qu’un rabais de 10 000 euros sur le prix de ma résidence principale. Déjà pas mal me direz vous … mais pas assez ! Ma seconde négociation fut plus intéressante. Avec un prix de 170 000 euros pour cette maison et ce projet de colocation. J’ai poussé le vendeur à me proposer un premier rabais (de 5 000 euros) Ma réponse fut une proposition agressive à 140 000 net. J’ai utilisé les défauts de la maison pour appuyer ma proposition. Après un premier refus, j’ai enfin reçu un accord pour la somme de 150 000 euros net vendeur. Le tout en 48h00. Je venais de négocier une somme de 20 000 euros en l’espace de 2 jours. Qui dit mieux?

acheter-sa-maison-moins-chere

Négociateur en herbe

La négociation pour le double immeuble m’a semblée être encore plus facile. Cette fois-ci rempli de confiance en moi, j’ai clairement dit au vendeur que sans rabais, son double immeuble ne se vendrait pas. Moi, petit jeune, j’ai fait plier ce marchand de bien . Le bâtiment était fixé à 127 500 net vendeur. Après une première offre de sa part à 110 000 (j’espérais 115 000 à la base) , j’ai tenté une proposition à 100 000. En quelques jours, et en quelques échanges de mail, nous avons donc fixé une somme de 105 000 euros pour ce double immeuble de 7 appartements. Certes , des travaux importants devront être entrepris, mais l’affaire est hyper rentable. Ce qui nous fait une négociation à 22500 sur ce bien, soit presque 20% de rabais.

Poster un commentaire