Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Thibault Doidy de Kerguelen

Thibault Doidy de Kerguelen

Je suis président de la Compagnie Financière et Patrimoniale de Normandie. Vous pouvez me suivre sur mon site http://maviemonargent.info/

promospeciale

Investir dans l’immobilier, un contexte presque parfait..

Audience de l'article : 3301 lectures
Nombre de commentaires : 6 réactions

Les prix de l’immobilier sont stables. Les taux des crédits sont à leur plus bas historique, la configuration est donc parfaite pour acheter un bien immobilier.


Néanmoins, quelques précautions s’imposent.

Qu’il s’agisse de votre résidence principale, d’un appartement pour les études des enfants ou d’un investissement locatif, l’acquisition d’un bien immobilier nécessite de prendre en compte un nombre important de paramètres.

Il faut choisir un lieu où le marché est dynamique. Pourquoi? Parce que la vie n’est pas un long fleuve tranquille et qu’en cas de nécessité de votre part de vous désengager, il est nécessaire que vous ayez un maximum de chances de pouvoir réaliser sans y laisser toutes vos plumes. Quelques villes répondent à ce critère. Le marché de l’immobilier rennes est un des plus attractifs. Il est en constante progression, avec des quartiers qui se rénovent, d’autres qui surgissent avec une grande offre d’appartements neufs, une activité économique constante, un taux de chômage qui, malgré la crise que nous connaissons, se situe deux points en dessous de la moyenne nationale, une population estudiantine toujours importante et plutôt aisée.

Il faut choisir un bien de qualité. Qualité de construction, qualité architecturale, qualité environnementale, constructeur réputé. Ce qui pourrait paraître à première vue comme un éventuel surcoût s’avère rapidement un facteur de profit. Profit car ouvrant droit à des avantages, profit car économe en coût de fonctionnement et d’entretien, profit car permettant une revente aisée.

Il ne faut pas hésiter à se faire conseiller dans le cadre de son acquisition. Chaque marché immobilier répond à des spécificités, des critères, que seul un professionnel de ce marché et de la région est en mesure de maîtriser. Là encore, une recherche d’un appartement à Rennes, par exemple, doit se faire en compagnie d’un professionnel rennais de l’immobilier neuf et de l’achat appartement neuf rennes.

Pour conclure, nous dirons que vous aurez bien du mal à retrouver un contexte aussi favorable à l’investissement immobilier. Ne vous laissez pas décourager par ceux qui vous affirment que les prix sont susceptibles de baisser. La demande de logements est telle en France par rapport à l’offre, que les prix ne baisseront jamais de manière importante. Par contre, il est certain que dans les années à venir, l’inflation et les taux de crédits vont augmenter considérablement. Si vous empruntez aujourd’hui à env. 3% et que l’inflation dépasse (ce qui est plus que probable) ces 3% dans les années qui viennent, vous paierez votre investissement immobilier chaque mois un petit peu moins cher.


Poster un commentaire

6 commentaires

  • Lien vers le commentaire N mardi, 23 juillet 2013 12:31 Posté par Nico455

    Juste une petite precision, la loi des 25% ne concerne pas les villes de -de 1500 habitant en Ile de France et de - de 3500 personnes dans le reste de la France.

    Ce qui concerne 30% de la population.

    Donc la loi englobe les communes representant 70% de la population soit : 45 464 300 personnes soit 20 665 590 foyer.

    Donc si on considére que l'ensemble des logement sociaux locatif se trouve dans les commune de + de 1500 en Idf et 3500 hors Idf, la proportion actuel de logement sociaux et de maximum 22% dans les communes concernées par la loi.
    Il manque donc au minimum 620 000 logement sociaux dans les zones concernés (Zone tendue).

    Bref ca change rien a la conclusion, l'état va donc devoir continuer a requisitionner des terrains.

  • Lien vers le commentaire N mardi, 23 juillet 2013 10:25 Posté par Nico455

    La population augmente, et ceux qui n'ont pas les moyens de se loger, on les met dans des logements sociaux, mais des logements quand meme, des logements que ceux qui ont les moyens de se payer paie, dans le prix du foncier, dans les taxes, dans la fait que les emplacements stratégiques deviennent encore plus rare car pris en partie par ses logements sociaux.

    Légalement, une commune doit fournir 25 % je crois maintenant de logements sociaux, ce qui veut dire que 25 % des territoires tendus sont occupés par des personnes non solvable.

    En 2011, si on fait les petits calcul sur les chiffres donnés précédement, la france compte : 64 949 000 / 2,2 = 29 522 272 logements.
    La france compte en 2011 - 4 576 100 logements sociaux locatif soit environ 16% de logement sociaux.

    L'état va donc encore devoir "requesitionner" des terres pour contruire les 9% restant.

    Ce qui va encore tendre un peu plus le marché privé.

    Et contrairement a ce que tu sembles croire, on est loin d'être les pire :

    Nbre de logements sociaux pour 1000 habitants - Source Wikipedia :
































    Pays-Bas 147
    Autriche 102
    Danemark 102
    Suède 95
    Royaume-Uni 85
    France 69.23
    Allemagne 27
    Italie 18
    Espagne 3

  • Lien vers le commentaire Helios mardi, 23 juillet 2013 09:45 Posté par helios

    Avec de tels raisonnements les prix devraient être bien supérieurs au Bengladesh à ce qu'ils sont en France.

    Oui, en France nous avons une augmentation de population, mais en même temps une récession et la disparition des industries (faudrait voir aussi le genre de population qui augmente). Tout juste bon à soutenir le développement de bidonvilles.

  • Lien vers le commentaire N lundi, 22 juillet 2013 20:24 Posté par Nico455

    Explication simple :

    Population allemande :
    Année 2000 -> 82 259 540
    Année 2011 -> 80 200 000
    Taille moyenne des ménages Allemand en 2010 : 2 personnes
    Soit en 11 an : (82 259 540 - 80 200 000) / 2 = 1 029 770 logements en trop (hors nouvelle construction)


    Population Francaise :
    Année 2000 -> 60 508 000
    Année 2011 -> 64 949 000
    Taille moyenne des ménages francais en 2010 : 2,2 personnes
    Soit en 11 an : (64 949 000 - 60 508 000) / 2,2 = 2 018 636 logements manquant (hors nouvelle construction)


    alt

  • Lien vers le commentaire Helios lundi, 22 juillet 2013 11:15 Posté par helios

    Petite comparaison avec l'Allemagne.

    Il suffit de se balader un peu en Allemagne, et de comparer les économies des deux pays d'une part, et les prix de l'immobilier d'autre part, pour se rendre compte que les prix sont complètement aberrants en France. Qui peut me justifier les prix deux fois plus chers à Melun qu'à Kaiserslautern (je connais bien ces deux villes) ? A votre avis où est le niveau de vie le plus élevé ?

    Il est amusant d'ailleurs de voir la symétrie des courbes d'évolution des prix moyens de l'immobilier en France et du déficit du commerce extérieur pendant la période 2000-2013. La première courbe grimpe, la seconde plonge. Y aurait-il un rapport entre les deux ? N'est-ce pas l'indice d'investissements massifs inappropriés ?

  • Lien vers le commentaire N lundi, 22 juillet 2013 08:25 Posté par Nico455

    Merci, de faire un article sur l'immobilier en intégrant l'inflation futur.

    J'essai d'en parler dans les commentaires dès que je lis un auteur défaitiste sur l'immobilier.

    C'est souvent un élément important qui est négligé dans les autres articles, et pouratnt un élément très important au vu des taux d'emprunt actuel.