Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne ! 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.


MON COMPTE FACEBOOK est ici

MON COMPTE TWITTER est ici



Le livre JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE (10.000 ventes à 40€) est téléchargeable 

==> ici

Charles-Dereeper

charlesjungle

Mes 2 comptes INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit
User 2  = charlesbkkcr

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

L'immobilier et les actions coteraient ils le même prix s'il n'y avait pas l'argent de la drogue ?

Audience de l'article : 3834 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions


Des expériences récentes m’ont fait longuement réfléchir sur ce sujet tabou. Avant de démarrer, je suis obligé de préciser mes relations à la drogue. Je fais partie des rares qui n’ont jamais expérimenté les produits. La raison est simple : j’ai bataillé pendant onze ans de manière acharnée pour optimiser ma psychologie et être heureux tous les jours. Il m’est donc impossible de laisser un produit chimique se fixer sur mes neuro transmetteurs pour les booster le temps de quelques heures moyennant une sensation agréable et accessoirement, un allègement de mon portefeuille... Car derrière, une fois un apport de drogue effectué, le corps très rapidement arrête de travailler pour produire en interne le bonheur… préférant l’apport extérieur, moins exigeant en terme d’efforts.



Ce qui ne m’empêche pas de penser qu’il est normal que des milliards d’humains sur terre préfèrent éviter la bataille contre soi et miser sur la solution de la drogue, qu’elle soit légale (psychotropes, anxiolytiques, décontractants musculaire, somnifères… la liste est longue) ou illégale. Il y a là un besoin fondamental qui devrait être géré par le marché s’il n’y avait pas la question de morale que certaines drogues sont acceptables et d’autres non…



Mon contact économique avec la drogue se limite à trois expériences. J’ai été approché une fois par des dealers qui avaient un gros problème à gérer... Ils gagnaient tous entre 700.000 et 1 millions d’euros par an… sous la forme de billets. Ils ne savaient plus quoi en faire et étaient prêts à donner jusqu’à 10% des flux à celui qui trouverait une solution pour dématérialiser ! J’aime bien l’argent, mais là, suis parti en courant.



Mon deuxième contact a eu lieu récemment. Je ne peux rien écrire, par mesure de sécurité, mais je me bornerais à dire que les esprits criminels non sanguinaires, donc attirés par l’argent, sont parfois brillants et feraient d’excellents chefs d’entreprise s’ils se donnaient la peine d’accepter un peu moins de rendements avec des produits ou services légaux. J’ai été renversé par l’ingéniosité de ce que j’ai vu au Costa Rica. Incroyable.



Mon troisième est aussi récent. Il concerne l’immobilier. Une transaction vient de me passer sous le nez sous le prétexte que le prix officiel versé par l’acheteur était en fait accompagné d’une belle et grosse mallette remplie de billets dont la provenance ne laissait aucun doute.



Ce qui m’amène donc à réfléchir sur un plan macro économique. Ce que nous savons de manière certaine, c’est l’existence « d’un fameux trou noir de la comptabilité mondiale », dixit les statisticiens. Pas grand monde n’en parle, mais si chaque année, on confronte les chiffres d’importation d’un pays contre un autre par rapport aux chiffres d’exportation de l’autre côté, on constate des décalages. Mis bout à bout à l’échelle mondiale, il manque chaque année des dizaines ou des centaines de milliards, qui, sur une période de trois ou quatre décennies, finissent par représenter beaucoup, beaucoup d’argent.



Ces décalages d’argent sont issus essentiellement de la fraude et évasion fiscale, mais en grande partie, de tous les trafics avec en premier poste, la drogue. Il m’a toujours étonné de voir les politiciens refuser de mettre la main sur cet immense pactole fiscal en légalisant la drogue. D’un côté, la demande a toujours existé et existera toujours. Avec l’explosion de la démographie mondiale, le business est juteux. De l’autre, la morale en plein déni, refuse la réalité humaine. Les Etats dépensent sans compter de l’argent pour tenter de limiter le trafic de stupéfiants, le genre de combats inutiles et perdus d’avance qu’aiment entretenir les sociétés humaines.


 

 

 

 

 

 

Toujours sur un plan macro, les dealers de haut niveau, accumulent des fortunes assez rapidement. Ils se retrouvent souvent dans la peau d’investisseurs économiques. Ce qui pose plusieurs énormes et dangereux problèmes. Le premier, c’est que « ces investisseurs » ne combattent pas à armes égales, puisque eux ne subissent pas d’impôts dans leur business de base. Ils ne sont donc pas freinés et vont plus vite dans leur développement. En matière économique, les business légaux n’ont aucune chance de survie face à cette concurrence anormale.

 

Deuxième point, ces investisseurs doivent trouver des produits supports pour placer leur argent. L’immobilier et la bourse sont souvent le réceptacle de cette finance criminelle. J’ai lu des articles sur les mafias chinoises qui contrôlaient le développement des villes en Chine ou la mafia russe qui était dégoûtée d’avoir perdu autant d’argent dans l’immobilier à Londres. J’ai vu un reportage sur le marché espagnol où l’on voyait les autorités démunies face au fait que les russes faisaient des transactions légales avec des maisons sur les bords de mer, tandis que ces mêmes gangs russes commettaient les pires choses en Russie. La justice espagnole ne pouvait pas prouver que les transactions immobilières étaient criminelles. Le droit international est du gruyère.

 

Il est évident que les prix immobiliers sont impactés assez considérablement par l’argent criminel. Il n’y a pas que les vilains traders, les entrepreneurs esclavagistes ou les footballeurs pour se payer des luxueuses demeures. Il faut allonger la liste avec tous les trafiquants…

 

Comme l’immobilier et les fonds de commerce, les obligations et les actions sont également touchées. L’argent de la drogue est partout. Les îles Caïmans et d’autres « hot spot » sont les principaux témoins du souci… On ne connaît pas le montant global de l’argent du crime qui a été accumulé depuis des décennies, mais il est probable qu’il s’agisse désormais de l’une des plus grosses puissances financières de la planète.

 

Il se pose alors une question : si rien ne se passe, le dominant financier du monde sera mécaniquement à terme, mafieux.

 

Que pour une question morale, on laisse faire cela, sans même un semblant de pragmatisme, montre à quel point, l’être humain est encore peu développé contrairement à ce que tout le monde prétend. Il n’y a pas de conscience du monde. Bilan ? Toujours le même, il faut la jouer pour soi et oublier ses congénères humains.

 

Charles Dereeper

 

Pour suivre mes opérations boursières et patrimoniales en temps réel : ARGENT : gagnez +10% par an

crisedusiecle
Poster un commentaire

2 commentaires