Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Laurent Conte

Laurent Conte

Je m'intéresse à tout ce qui a trait à l'immobilier et l'économie. J'ai une prédilection pour les prix immobiliers, la tendance dans le neuf et l'ancien, les indicateurs de marché, les avantages fiscaux, que ce soit pour la France, mais en Europe et dans le reste du monde. J'espère vous faire partager ma passion à travers des news originales qu'on ne lit pas ailleurs dans les circuits traditionnels des grosses machines à informer.

Mon blog est : http://www.immobilier-finance-gestion.com/

promospeciale

Immobilier : les prix devraient baisser de plus de 7% en France en 2014

Audience de l'article : 1516 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Selon le nouvel indicateur de tension immobilière (ITI) lancé par MeilleursAgents.com, la baisse des prix de l’immobilier devrait s’accentuer l’année prochaine.

La baisse des prix de l’immobilier devrait s’accentuer en 2014 - AFP
La baisse des prix de l’immobilier devrait s’accentuer en 2014 - AFP


Toujours pas de boule de cristal pour prédire l’évolution des prix de l’immobilier, mais, alors que les prix ont baissé de 3,8 % à Paris l’an dernier, un nouvel indicateur simple et qui semble fiable pour anticiper la tendance. « Jusqu’à présent, en matière immobilière, on était dépourvu d’instruments scientifiques quantifiables », constate Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com .

L’ITI, indicateur de tension immobilière créé par MeilleursAgents.com devrait permettre d’anticiper de manière plus fiable les variations du marché. Cet indicateur mesure le rapport de force entre les acheteurs en recherche active et les vendeurs, dans un marché donné à un moment donné. Il indique la tendance de fond sur l’évolution des prix dans les six prochains mois. L’ITI est calculé à partir des estimations immobilières (150.000 par mois) réalisées sur le site MeilleursAgents.com où chaque utilisateur souhaitant obtenir une évaluation d’un bien immobilier doit renseigner une adresse précise et décrire le bien. Il déclare aussi gratuitement la raison de cette estimation qu’il soit sans projet, souhaite vendre ou acheter. L’ITI est donc tout simplement le rapport nombre d’acheteurs actifs sur nombre de vendeurs actifs. Un concept qui neutralise les variation de trafic selon les périodes et les zones. Pour que l’ITI soit significatif, il faut au moins 500 déclarations pour chaque zone délimitée par les experts de MeilleursAgents.com.

Comment interpréter l’indice  ?

Comment l’interpréter ? Un indice supérieur à 3 indique une tendance haussière des prix. Par exemple, un indice de 3 signifie qu’il y a trois fois plus d’acheteur actifs que de vendeurs dans une zone donnée. Situé entre 2 et 3, l’ITI indique une stabilité des prix. S’il est inférieur à 2, soit moins de deux acheteurs pour un vendeur, cela signifie que les acheteurs ont la main et donc que la tendance est baissière. Selon MeilleursAgents.com, il faut toutefois tempérer l’interprétation de l’ITI pour l’évolution des taux. Celle-ci l’influence, sans toutefois inverser la tendance dessinée par l’indice. Ainsi, une baisse des taux accentue la hausse des prix (ou ralentit la baisse). A l’inverse, une hausse de taux ralentit la hausse des prix (ou accentue la baisse).

Ainsi, si les taux restent stables, MeilleursAgents.com estime qu’en 2014 les prix devraient baisser de - 5 à - 7 % à Paris et Lyon (ITI de 1,2). A Marseille, où l’ITI n’est que de 0,8, la baisse des prix est estimée entre - 7  % et - 10 %. Sur la France entière, qui affiche un ITI de 0,5, la baisse des prix devrait être supérieure à 7 % et les volumes de transactions réduits. Des prévisions plus pessimistes que celles des autres réseaux ou experts (voir encadré).

Par ailleurs, tempère Sébastien de Lafond, « l’effet qualité va continuer de jouer et d’atténuer la baisse ». En d’autres termes, seuls les biens d’une certaine qualité trouvent aujourd’hui preneur. Ceux de mauvaise qualité sortent carrément du marché, ce qui in fine améliore les statistiques. Mais «  les chiffres officiels sur les prix refléteront ces évolutions dans 6 à 12 mois », affirme-t-il.

source Les Echos par Marie-Christine Sonkin
Poster un commentaire