Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Morgan

Charles Morgan




Bonjour,

Psychologue et formateur au départ, je suis aussi surtout un investisseur privé qui a acheté, rénové, mis en location, fait construire et vendu un grand nombre de propriétés au cours des vingt dernières années pendant mon temps libre, parallèlement à l’exercice de ma profession.

Je viens de publier un guide pratique sur l'investissement immobilier : LES SECRETS DE L'IMMOBILIER - Comment Bâtir Votre Liberté financière & Vous Assurer Une Retraite Confortable (308 page - Ed. Aldanias)


Depuis début 2011, je blogue sur LIBERTE FINANCIERE consacré, entre-autre, au thème de l’immobilier.

promospeciale

Le « Crowdfunding immobilier » : une nouvelle façon d’investir dans l’immobilier !

Audience de l'article : 1668 lectures
Aujourd’hui je laisse la parole à Azar du blog objectif-rentier, qui a choisi d’aborder le thème du Crowdfunding immobilier.

Jusqu’ici, quand on réfléchit au financement d’un investissement immobilier, on pense tout de suite aux banques. Evidemment qui d’autres ? Et bien, une autre façon d’investir dans l’immobilier existe ! LeCrowdfunding immobilier.

Tout d’abord qu’est-ce que c’est que le « Crowdfunding » ?

crowdfunding immobilierEn français, le « Crowdfunding »  signifie littéralement « Financement par la foule » mais se traduit par l’expression « financement participatif ». C’est un principe qui veut que plusieurs personnes se regroupent pour financer un projet. On en a beaucoup entendu parler dans le monde de la musique, (des chansons et des clips ont été réalisés par ce biais), mais aussi dans d’autres domaines : associatifs, artistiques, entrepreneuriales, etc.

Des plateformes désormais connues se sont spécialisées dans lefinancement participatif, comme par exemple kisskissbankbank, qui collecte des dons afin d’aider des personnes en recherche de financement pour leurs projets créatifs, artistiques, humanitaires, ou encore, le ClubFunding qui, lui, aspire à aider des start-up (plus ou moins innovantes) à se développer et à soutenir leurs projets. Mais il ne s’agit plus ici de « donateurs » mais « d’investisseurs ».

Ce phénomène prend de plus en plus d’ampleur, et touche de plus en plus de secteurs, même la politique ! Pas en France bien sûr, mais par exemple, aux USA, la campagne d’Obama a été financée de cette manière.

Que gagne-t-on à financer des projets?

On comprend bien l’intérêt des personnes qui ont besoin de financement, mais pourquoi une personne ferait un don pour financer les rêves de quelqu’un d’autre ou mettrait-elle son épargne à disposition pour une entreprise?

Alors tout dépend de la somme et du secteur. La motivation peut être le plaisir d’aider un jeune qui se lance, une sorte de mécénat, et la contrepartie, peut être un petit geste, comme participer au clip pour une chanson ou une place pour leur concert, un repas offert pour un restaurant, ou indiquer le nom des donateurs sur sa page Facebook ou sur le mur d’un bar subventionné par le crowdfunding.

Pour les prêts destinés aux entreprises, il ne s’agit pas de dons en échange d’un petit cadeau ou d’un remerciement. Dans ce cas, il s’agit deplacements financiers, en effet, les prêteurs reçoivent des intérêts à taux fixe. Ce type de financement est une alternative aux prêts bancaires pour les entreprises en faisant appels aux investisseurs patrimoniaux.

Et l’immobilier dans tout ça ?

Jusqu’ici le financement de projets immobiliers était réservé à des professionnels, mais le crowdfunding est passé par là ! En effet, désormais n’importe qui peut apporter sa contribution :

  • A un projet immobilier (construction d’immeubles, de bureaux, etc.) porté par un promoteur comme le proposent les sites commewiseedLymo, etc. Dans ce cas, l’investisseur est une sorte d’actionnaire du projet.
  • A l’achat mutuel d’un seul appartement pour de l’investissement locatif comme le propose le site Homunity. D’ailleurs, ce site propose aussi de se regrouper entre amis pour acheter un appartement, je trouve que le concept est assez sympathique. Ici, l’investisseur est un acquéreur non exclusif du bien.
Le ticket d’entrée est accessible, environs 1000€, et permet d’avoir en retour, une rentabilité allant jusqu’à 2 chiffres en fonction des projets ou des biens. En tant qu’investisseur, c’est un peu comme acheter de la pierre, avoir un rendement issu de l’immobilier, mais sans en avoir les inconvénients (pas de gestion, impayés, etc.). C’est une façon intéressante et diversifiée d’investir son épargne disponible, tout en ayant la possibilité de commencer à investir « petit ». Evidemment comme pour tout investissement, il y a des risques, mais moins que l’on pourrait l’imaginer, car l’investisseur peut répartir ses mises sur plusieurs projets, pour ainsi diluer le risque. Aussi les projets sont sélectionnés et étudiés en amont par des professionnels.

« Il y a bien des manières de ne pas réussir, mais la plus sûre est de ne jamais prendre de risques »Benjamin Franklin

Donc oui, le risque existe comme il existe dans l’immobilier classique ou encore en Bourse.

A quand la possibilité d’acheter sa résidence principale via le financement participatif ? Ne souriez pas, ça pourrait arriver plus vite qu’on ne le pense. Le Crowdfunding est arrivé chez nous depuis peu et connait déjà un essor fulgurant, ce qui laisse présager un bel avenir devant lui.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires et nous dire si ce type d’investissement pourrait vous intéresser 								</div>
													
						<div class=
Poster un commentaire