Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne ! 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.


MON COMPTE FACEBOOK est ici

MON COMPTE TWITTER est ici



Le livre JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE (10.000 ventes à 40€) est téléchargeable 

==> ici

Charles-Dereeper

charlesjungle

Mes 2 comptes INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit
User 2  = charlesbkkcr

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

promospeciale

Une vie d'expatriation rime avec aéroport et compagnie aérienne... découvrez mon dernier bon plan !

Audience de l'article : 5994 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions
La connexion entre la France et l'Amérique Latine, notamment le Costa Rica est assez mauvaise question transport aérien. Le choix se résume basiquement à American Airlines ou Iberia. Etant en transit tous les mois ou tous les deux mois entre Bangkok et Costa Rica, j'ai le choix comme plaque tournante Paris, Francfort ou Rome, Madrid n'étant pas interconnectée avec l'Asie alors qu'elle l'est à l'Amérique Latine. Voilà le paysage pour faire simple. Autant, l'Asie est ultra compétitive au niveau des compagnies, Emirates étant ma chouchoute avec la Thai Airways. Autant s'envoler pour le Costa Rica est compliqué.

Il faut savoir naviguer en étant vicieux. j'ai parfait récemment mon niveau dans le domaine. Je vais vous raconter ma dernière combine. Revenons avant à nos deux grands gagnants du concours de la loose, AA et Iberia.

Iberia fume régulièrement la moquette question tarifs. Ils tournent généralement entre Paris et San José à 850 / 900 euros. Mais pour un oui ou pour un non, dont la logique échappe à la majorité d'entre nous, le ticket s'envole à 1500, voire 1800 euros. Le trajet fait autour de 10.000 km, le même qu'entre Paris et Bangkok où à certains moments de l'année, Emirates est capable de sortir des tickets à 480 euros pour des prestations de qualité entre 2 et 3 fois supérieures à Iberia. De là à vous écire que Iberia pue la loose et se fout littéralement de la gueule des clients, il n'y a qu'un pas que j'ose sans hésitation franchir... 

N'ayant pas envie de larguer 1800 euros à des crétins finis qui abusent, je me rabats piteusement sur American Airlines (au passage grand associé de Iberia... qui se ressemble, s'assemble) dont les scores de retard ou la désorganisation vole de records en records. 

Laissez moi vous en conter quelques uns... Je publie ces infos, car un espèce de gros porc de français (120kg au bas mot, plus de cheveux, un troll pur) travaillant pour Americain Airlines Paris s'est comporté une fois avec moi de manière hallucinante alors que je n'avais rien à voir avec leur bordel. Et derrière, même pas un mot d'excuse, juste le sourire gêné des hôtesses qui n'ont même pas le courage d'arrondir les angles du dérapage du chef, alors qu'on est des clients qui larguont tout de même 900 ou 1000 euros. Du coup, le petit missile ci dessous est franchement de bonne guerre.

American Airlines à Paris est débordé à l'embarquement. En effet, les riquains déconnent pas avec les terroristes. Ils se sont lancés dans une campagne d'envergure. Vous devez passez une interview bidon avant le checkin des bagages qui fout en l'air tout le process du check in. Avec ce genre de compagnie, clairement, cela ne sert à rien d'arriver en avance. Il faut les prendre pour ce qu'ils sont, des loosers. Les passagers des différents vols s'entassent dans des queues sans fin de tous les côtés. Les employés sont au bord de la crise de nerfs dès 10h le matin. 

Du coup, j'ai analysé leur système et j'ai cherché la faille. Et je l'ai trouvé.

En tant que compagnie, ils sont quand même obligés en bout de course, au bout du bout, de vous faire monter dans leur putain d'avion vieillot à la déco qui chie, à la bouffe américaine d'un genre assez spéciale, enfin, sans TV individuelle pour vous occuper l'esprit (sur certains vols, il y a juste des TV dans l'allée centrale et American Airlines ne vous fournit pas les écouteurs. Vous pouvez juste regarder les images...). Vous charger et vous transporter, c'est leur métier... Et ça, c'est leur faille.

Ce qu'il faut, c'est appuyer dessus comme un chacal. J'arrive donc à 10 minutes de la fermeture du check in. Je file direct m'adresser au gars aux yeux exhorbités vu le bordel qu'il gère, qui fait le dispatch des clients entre sécurité et le reste des manèges. Je lui dis que je suis dans la queue depuis bientôt 45 minutes, mais que celle ci n'avance pas (donc je mens). Je lui montre mon vol et lui demande comment techniquement je peux faire le check in et le contrôle de sécurité à l'embarquement dans un laps de temps aussi court. C'est juste impossible. Je le sais et lui aussi.

Et là, pof, je me retrouve dans la file des business class avec boarding pass d'urgence prioritaire. Je fais mon check in peinard en 5 minutes. Et j'échappe au contrôle des bagages à mains qui durent de plus en plus souvent une bonne heure. Je me retrouve dans la file à nouveau des business class avec un beau carton rouge dans la main. Cela ne prend que 10 minutes à tout casser. Je me retrouve nickel en 15 / 20 minutes au boarding time.

Super efficace.

Je fais le coup à Paris, mais je n'ai pas peur... je le fais à New York aussi. Il faut dire que là, c'est plus facile. Il y a la case passeport à franchir en plus du reste. Cela coûte entre une et deux heures. J'en ai plein le cul de cette énorme hypocrisie américaine. Les mecs sont en train de creuser le plus grand, le plus vaste et le plus intolérable des trous comptables publiques qui n'a jamais existé. Ils ont envoyé sur la table 9000 milliards de dollars pour sauver leurs copains de la finance et de l'assurance. Mais ils veulent nous faire gober qu'il n'y a pas de pognon pour payer des douaniers au contrôle des passeports. Faut pas déconner. 

Du coup, quand j'ai déboulé au passeport à New York hier et que j'ai vu la queue de tarés, j'ai réfléchi deux secondes dans mon crâne et j'ai dit niet. Je ne me mets pas à 4 pattes devant ces cons. J'ai refoulé mon chemin et je suis allé peinard m'asseoir dans un coin, en jouant la montre. J'ai fait confiance à ma copine American Airlines toujours en retard partout dans ses interconnexions pour sauver mon cul. 

En fait, le plan, c'est que American Airlines n'hésite pas à vous faire sauter votre vol quand il y en a un, suivant, identique, quelques heures plus tard. Mais ils sont baisés si l'interconnexion, surtout internationale, suivante, est le lendemain. Je ne sais pas quelles sont leurs obligations, mais à priori, ils doivent être responsables et doivent financer une nuit en hôtel ou trouver une solution. Le risque est qu'il trouve justement une solution merdique, genre, vous décollez de New York pour Dallas et de Dallas, vous rejoignez le Costa Rica... Là, c'est de la baise. Donc, mon approche est plutôt risquée. Mais bon, s'enquiller 2 heures de queue après 8h de vol, c'est aussi de la baise... Quitte à être baisé, autant choisir...

En outre, je ne suis pas le dernier des cons. Il est 15h00. Je connais les vols interconnectés avec le Costa Rica depuis Dallas ou Miami. Mon risque, je le contrôle. Ils sont baisés ! Je le sais. Il n'y a pas de vol à ma connaissance vers le Costa Rica qui part de 20h des USA.

J'ai donc choisi. Je joue au con la montre jusqu'à ce qu'il craque et qu'il me passe dans la business class...

Sauf que les riquains, ils ont une capacité de résistance au stress largement supérieure au bureau parisien. Avec eux, il faut vraiment que ce soit impossible pour qu'il craque. J'y suis allé à boarding time moins 15 minutes, sachant que j'ai le contrôle de sécurité à passer qui prend des heures. Figurez vous que j'ai essayé à boarding time moins 30 minutes. J'ai perdu. Il a fallu que j'y aille à moins 15 minutes et que je prenne une autre personne !

Elle a craqué ! Comme à Paris. Je me suis retrouvé en 3 minutes devant un douanier que j'ai réussi à faire marrer. Et ça, c'est de la performance. Car faire marrer un douanier riquain qui peut à chaque instant déceler en vous un terroriste en puissance qui va faire péter deux tours à Manhattan, franchement, le mec, il est souvent concentré et n'a pas envie de rire. A lui tout seul, rendez vous compte, ce mec est une frontière qui défend son pays. Oh quand même !

J'arrive donc à son comptoir et il me demande :

Combien de temps comptez vous rester aux Etats Unis ?

Là, je prend mon Samsung avec toutes le pendules mondiales, vu que je suis un peu paumé entre l'heure de Bangkok que j'ai quitté il y a 24h, celle de Paris où je suis resté en transit et celle de New York avec ma cervelle éclatée par les heures d'avion et je lui réponds.

Je reste environ 12 minutes.

Il a souri puis s'est mis à se marrer franchement.  Bon attention, je n'ai pas de barbe, une tête quand même assez éloigné des musulmans et je viens d'un pays ami. Sinon, ce score de 12 minutes aurait pu être jugé suspect, genre, j'ai peut être posé une bombe et je veux maintenant me tirer le plus vite possible... ahhahahahaha

3 minutes pour franchir le douanier. Arrivée nickel devant le contrôle des bagages à mains et de ma bite, dès fois que j'y ai planqué du liquide explosif.

Une heure de queue à nouveau. Je ressors mon argument choc.

Bonjour, j'ai un petit souci, j'ai le boarding time dans 5 minutes ! En prenant un air innocent, apeuré, voire même un peu paniqué genre, je vais rater mon avion...

La réponse tombe dans la seconde :

Prenez la file des clients prioritaires !

Facile Dereeper, facile, j'enchaîne comme un pro là...

Et je suis arrivé peinard à mon boarding time.

Là dessus, je suis monté dans avion Americain Airlines qui a réussi, du jamais vu au cours des 7 dernières années, malgré ma présence régulière dans les airs, à nous faire voyager entre New York et le Costa Rica avec des données affichées partout dans l'avion d'un vol, Londres / New York ! Trop fort American Airlines ! Trop fort ton organisation !

A mon arrivée au Costa Rica, je découvre avec stupéfaction dans mon bagage à main un tube entier de lubrifiant (Thaïlande oblige désolé), que j'ai oublié depuis plus d'un mois, de quoi largement planqué de l'explosif liquide. Je trouve ça hallucinant. Il a passé tous les contrôles de sécurité, à Bangkok, à Vienne, à Paris, à New York !!!! Bizarre. Par moment, les gars choppent 2cl d'eau en vous expliquant que grand dieu, vous n'y songez même pas. Et un bon tube Durex de 50ml, ca passe nickel. 

Mais je garde le meilleur pour la fin.

J'arrive à Paris à Roissy. Je sors de mon vol et je pars récupérer ma valise. Je suis le flot des voyageurs. Et je me retrouve à un contrôle passeport. Vaguement, quelque chose dans mon cerveau fait tilt, mais, je viens de m'envoyer Bangkok, Vienne, puis Paris et je suis rincé physiquement. Je n'ai pas envie de réfléchir.

J'arrive devant le douanier français qui m'aboie dessus littéralement.

Votre ticket Monsieur ! 

Genre connard, tu sais pas qu'avec ton passeport, faut donner ton ticket ? Hein ?

Ba moi, dans ma tête, je me demande bien à quoi cela sert de checker un ticket d'embarquement périmé pour aller chercher sa valise...

Le mec scanne mon passeport français, puis passe, accrochez vous, 10 secondes, 10 secondes !!! à checker mon ticket périmé, avant de me le rendre et d'énoncer avec un air super sérieux :

C'est bon, vous pouvez embarquer !

Je le regarde interloqué. Ah bon, je repars déjà ? Et sinon, ma valise, c'est comment que je la récupère ?

Je ferme ma gueule. Je regarde mon ticket. Me voilà en zone internationale sans ticket... et sans valise. Quel pipoteur ce gros con !

Je chope une employée et je lui demande comment récupérer ma valise. Et là, elle me répond :

Ah non monsieur, vous ne pouvez pas. Vous êtes dans l'espace européen. Il faut ressortir par le contrôle des passeports et rerentrer à la douane pour aller dans l'espace valise. Mais au fait, que faîtes vous là ?...

Bref, la France dans toute sa splendeur.

N'oubliez pas. Jouez la montre pour les US, cela marche pour les interconnexions et toute la séquence boarding de A à Z !

Charles Dereeper

PS : souvenez vous de ma stratégie pour dormir allongé en avion en classe economy. Je l'ai utilisé des dizaines de fois depuis. Elle marche toujours ! http://www.objectifeco.com/bourse/trading/les-traders/strategie-pour-dormir-allonge-en-avion-avec-un-billet-deuxieme-classe.html



crisedusiecle
Poster un commentaire

3 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Yves dimanche, 22 décembre 2013 09:04 Posté par yves

    Il y a aussi UNITED via San Fransisco / Tokyo, souvent bon marché mais toujours l'inconvénient de passer par le sol américain. Au moins tu t'évites l'Europe et tu auras le plaisir de voir le mon Fuji dans ce long voyage de 40 heures en moyenne tout de meme !!

  • Lien vers le commentaire Sebastien Chaumet vendredi, 20 décembre 2013 13:37 Posté par imhotep

    Merci pour les astuces Charles ! C'est vrai que de nos jours, il vaut mieux compter sur soi-même et sa débrouille. Perso, je ne prends que les compagnies du golfe pour aller à Bangkok, j'ai rarement des problèmes.


    Au rayon anecdotes dans nos chers aéroports français, j'en ai une symptômatique. J'ai entendu parler du service "PArafe" qui permet d'éviter les fonctionnaires humains à la douane française et de faire controler son passeport par la machine en passant dans un sas, et donc de zapper l'éventuelle file d'attente.


    Je pars à Bangkok fin octobre. Je suis déjà passé au checkin de Qatar Airways, qq minutes comme sur des roulettes. J'ai un peu de marge avant mon embarquement, je me dit que je vais passer par le sas Parafe pour essayer. J'arrive au biniou à l'étage, pas de queue à la douane, le fonctionnaire humain a donc le temps disponible pour m'indiquer qu'il faut préalablement que je m'inscrive au service avant de pouvoir l'utiliser. Pour cela, je dois descendre au RDC pour faire cette inscription au bureau "Parafe", ouvert de 8h à 20h. Je m'execute, il est 18h15 donc no problemo. J'arrive devant le bureau où je trouve bien entendu porte close, malgré le joli écriteau qui répète : horaires d'ouverture : 8h à 20h. Je remonte au guichet où le "gentil" fonctionnaire humain me réponds le plus normalement du monde : "ha oui ok , mais c'est normal, on est en manque d'effectifs !"


    Vu que je partais en vacances, j'étais calme, j'ai donc pas pété un cable en me demandant pourquoi on payait chaque seconde plus d'impôts que la seconde précédente ... ça doit être pour payer le caviar et les "fines bulles" dans les ministères ...