Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
William Finck

William Finck

Je m'intéresse à l'économie, la finance, la santé et... les impôts !

J'ai vécu 6 mois en Colombie, expérience que j'ai relaté sur un site : www.capcolombie.com

William-Finck

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Les 4 raisons pourquoi je quitte la France

Audience de l'article : 3865 lectures
Nombre de commentaires : 10 réactions
Votez pour cet article
(4 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Cela fait un peu moins de trois décennies que j’ai les pieds et l’esprit liés au culte franchouillard. Mais cette fois-ci, je crois que c’est la bonne, je quitte définitivement la France. La coupe est pleine.

Je suis conscient de faire un choix qui impose des sacrifices. Pourtant, il n’y a pas d’autres alternatives que d’écouter le plus profond de soi-même. Assez de faire semblant, de tourner autour du pot.

A long terme, on en ressort d’ailleurs toujours perdant. Le temps des regrets vient avec la vieillesse.

citation-20893

Je ne vais pas me plaindre de ma situation financière. Sans être super riche, j’ai de quoi vivre confortablement et me la couler douce dans notre beau pays. Cependant, ma façon d’être ou de fonctionner n’est plus compatible avec le schéma sociétal français. Beaucoup de personnes sont focalisés sur la manière dont elles vont s’acheter une image. Elles cherchent obstinément la recette pour décrocher absolument le Graal.

Rien que dans ma famille, je le constate. Mon subconscient a été formaté ainsi au fil des années. J’ai toujours détesté l’école, j’étais un gros cancre à l’époque. Sans le savoir, un mauvais feeling s’opérait entre moi et les professeurs gauchistes. Seulement, je n’arrivais pas à saisir le message.

La situation s’est débloquée lorsque j’ai commencé à voyager. Quand je suis revenu de mon premier périple, je savais que je ne voulais plus rester en France indéfiniment. Mais vous le savez tous comme moi. On peut rêver, fantasmer nos idéaux, plus de mille fois dans sa cervelle. Le résultat opérationnel au bout du compte, frôle le zéro pointé.

Le plus difficile, c’est lorsque que l’on est fauché. Avec peu de diplômes, obligé de passer par la case rat race. Inutile de vous faire un dessin, l’expérience ne se relève pas des plus excitantes. Je dirais même qu’elle est ennuyante à mourir.  On se sent comme un acteur piégé par son propre jeu. On joue un rôle ingrat que l’on déteste. On est le spectateur du reniement humain. On évolue dans un environnement où quasiment tout le monde se renie, à commencer par sa personne. Franchement c’est une sensation très désagréable !

rat race

Se prostituer pour un patron est un drôle de concept. Je dois dire qu’il fait pas mal de dégâts à l’arrivée. Combien de retraités sombrent dans la dépression ou l’alcoolisme ? Soulignons, qu’une partie d’entre nous aura le privilège d’atteindre le cap de la soixantaine. Et pour ceux qui l’ont déjà franchi, j’espère qu’ils ont réalisé de belles choses dans leurs vies, des trucs qui leur tiennent à cœur.

L’autre choix, ne rigolez pas s’il vous plait, consiste à devenir fonctionnaire. En France, ce statut est très valorisé. Des amis ont adopté cette voie là. Je ne critique pas ce chemin de vie qui permet d’éviter bon nombre de questionnements. Je crois que cette trajectoire est une prison dorée, où comme dans un zoo, vous êtes le singe à qui les visiteurs lancent des cacahuètes à longueur de journée.

monkey-cage

La liberté est notre droit le plus fondamental et beaucoup de gens y renoncent. Peur, paresse ? Les causes sont multiples. On pourrait même pousser le raisonnement plus loin, « Sommes-nous réellement libres ? ».
Et là, je dois vous avouer que je sèche. Je n’ai pas encore réussi à résoudre cette énigme de la vie. J’ai ma petite idée sur le sujet. A mon humble échelle de mortel, je ne pense pas que nous soyons libres totalement.

C’est le cas en occident et plus particulièrement en France.

Des pans entiers de la société ont été castrés. S’enrichir en France est devenu pratiquement impossible en partant de rien !

Notre Hexagone a une haine viscérale envers les créateurs de richesse. L’égalité est une vaste plaisanterie qui a tendance à tirer les gens plus bas que terre. Le pire c’est qu’une grande majorité de français soutient cette politique du nivellement par le bas.

Concrètement, cela produit de la jalousie, de l’immobilisme. Les dirigeants sont arrivés à leur but, infantiliser le plus possible la population en chantant, martelant à tue tête, une ode à la déresponsabilisation. Tout ça pour vous dire que le cadre est très important. Comment être productif dans un univers négatif et triste ? On peut l’être sur un, deux, trois, cinq ans, mais il y a un moment donné où l’on décroche.

Une fois qu'on vous a laminé le moral, on vous pompe encore davantage avec les impôts. L’Etat vole le fruit de vos efforts.


Le statut de salarié ne débouche pas sur l’enrichissement personnel

Partout dans les économies développées, les classes moyennes se font violer par la violence et la bêtise des hauts fonctionnaires. Nous nous dirigeons vers un monde où l’unique salut sera « le marche ou crève ». L’égalité est une utopie. Le 21e siècle va mettre une claque sévère à tous les français qui ne se préparent pas dès maintenant. Nous sommes en compétition mondiale, il y a plein de joueurs sur le marché international… Chinois, américains, ils ont tous faim et nous ne ferons pas de cadeau !

Il y a aussi, les progrès technologiques, l’intelligence artificielle, les robots, la blockchain… Une panoplie de professions aura disparu au cours des prochaines décennies au profit de nouveaux métiers. Aujourd’hui, nous avons par exemple le secteur de l’impression 3D en pleine phase ascensionnelle. Il devrait tripler d’ici 2020. C’est un excellent secteur pour s’enrichir. La demande est forte. Le ticket d’entrée reste accessible !
 

Une mentalité française insupportable

Sortir du moule, c’est s’exposer à la critique. Le problème, c’est qu’en France on juge trop les gens pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils font. Or, c’est cette soif d’action, ce goût de l’aventure qui m’anime au quotidien. J’aime avoir différents projets à réaliser, m’éclater, faire des choses passionnantes.

En France, c’est mal vu. Il est préférable de rester installé, inerte, dans son fauteuil. Malheur, si vous vous bougez le cul, vous serez tôt ou tard épinglé.


Se lamenter, une solution inutile

La France, on l’aime ou on la quitte. Je tourne la page sans remords. Et il y a de quoi ! Si même humainement, vous ne vous accordez plus aux joyeuses valeurs républicaines, c’est qu’il y a un souci. L’autre soir, on m’a bassiné avec le combat féministe, alors que je m’en contrebalance totalement. C’est se mettre des œillères pour ne plus voir un vagin ! Car en réalité, c’est l’ensemble de la classe moyenne française qui en train de sombrer.

On la divise dans l’objectif de mieux la contrôler en agitant des faux problèmes.

Mettre à niveau égal la femme et l’homme est un débat foncièrement stérile. Nous sommes différents point barre. Je ne développerai pas ma théorie ici au risque de passer pour un macho irrespectueux. Je tenais juste à dire que j’assumais mes prises de position.


L’expérimentation est le meilleur moyen de se perfectionner, d’avancer

L’expatriation est une affaire de sensibilité. Je peux témoigner. Souvent, le gap est plus corsé que ce que l’on imagine. Nos échecs prennent racine dans l’essence de nos illusions. La confrontation avec la réalité balaye les errements humains. Il n’y a guère d’approximation possible.

Ce qui est vrai sur le plan financier, l’est tout autant sur l’aspect psychologique ou émotionnel. Une fois les barrières tombées, il n’existe plus de normes. Celles que nous avons connues depuis l’enfance se volatilise très vite. Il faut donc faire face à une perte de repères, et apprendre à gérer son existence solitaire. En gros, on construit son propre monde sans garde fou. Cela peut faire peur, mais c’est le prix de la liberté.

Entreprendre, s’enrichir, nous partageons tous cet idéal. Mais le must, c’est se sentir satisfait par la vie qu’on mène. Je ne sais pas combien de gens y parviennent, ce qui est sûr c’est qu’ils sont peu nombreux.

Pour ma part, je suis conscient de l’énorme piège que l'on nous vend en France. Partir de ce microcosme nauséabond est un début de solution. Etre heureux, vivre ses aspirations, est ce qu’il y a de plus chère à mes yeux. L’enrichissement personnel et pécuniaire s’inscrit sur le long terme.
 
William Finck


NB : Si vous voulez creuser le sujet de l’expatriation un peu plus en détail, je ne peux que vous conseiller l’excellente formation de Charles Dereeper. Mettre les voiles, s’installer hors de France, c’est comme le sport de haut niveau, la sélection naturelle s’avère drastique. Disposer des bons tuyaux, de retours d’expériences diverses et variées, est à mon sens primordial. Cela représente un facteur déterminant dans la réussite de son projet.
Poster un commentaire

10 Commentaires

  • Lien vers le commentaire DE PRINCE mercredi, 19 octobre 2016 20:15 Posté par geekofrun

    "Les 4 raisons pourquoi je quitte la France"

    On dirait que la grammaire t'a quitté la première ;-)

  • Lien vers le commentaire hugues206 mardi, 18 octobre 2016 14:36 Posté par hugues206

    Bonjour William,

    Felicitation pour ce billet plein de sincérité. Je vous ai parfois critiqué pour vos méssages que je trouvais trop conventionnel, trop dans l'air du temps...

    Je ne partage pas forcément tous les points de vue de ce billet mais il est sincère et c'est ce que je viens chercher ici.

    j'espère que vous continuerez à publier sur ObjectifEco, en particulier à relater vos expériences de l'expatriation.

    Hugues.

    ps: je pense que les freins à l'enrichissement (economiques ou personnels) sont avant tout en chacun d'entre nous, pas besoin de bouc emissaire. Je partage avec vous l'idée que les Francais préfèrent une cage protectrice, dorée ou pas d'ailleurs, plutôt que la liberté. Mais n'est-ce pas un avantage pour ceux qui osent et savent se faufiler à travers les barreaux ?


  • Lien vers le commentaire Fabrice mardi, 18 octobre 2016 08:08 Posté par fabulousfab

    A mon avis : Equateur vu que c'est une destination prisée par les expats et que William connait bien la Colombie.

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper mardi, 18 octobre 2016 07:20 Posté par Charles DEREEPER

    Il tape fort cet article. je l'avais raté. de l'émotion William. de l'émotion...

    moi je sais où il est parti le William

    ca commence par un E....

    a toi de jouer Thimothé...

  • Lien vers le commentaire zoulou2 mardi, 18 octobre 2016 00:24 Posté par zoulou2

    @imhotep

    Il y a une difference entre donner de l' argent de son propre chef, (faire un don a la croix rouge ou autre) et se faire extorquer de force par les impots et taxes.

    Allez faire un tour tous les samedis matin a Hong kong, ceux qui connaissent Hong kong savent.

    Relire les fables de la Fontaine: la Cigale et la Fourmi.

    C'est la cerise sur le gateaux.

    https://plus.google.com/112908655139838276564/posts/PxJWQKYcwTu

  • Lien vers le commentaire Sebastien lundi, 17 octobre 2016 15:00 Posté par imhotep

    Nous nous dirigeons vers un monde où l’unique salut sera « le marche ou crève ». L’égalité est une utopie. Le 21e siècle va mettre une claque sévère à tous les français qui ne se préparent pas dès maintenant. Nous sommes en compétition mondiale, il y a plein de joueurs sur le marché international… Chinois, américains, ils ont tous faim et nous ne ferons pas de cadeau !


    La loi du plus fort, la loi de la jungle, c'est ce que semble vouloir de tout leur coeur l'ensemble des intervenants sur objectif éco.
    Mais quand vous aurez basculé dans le camp des faibles (patience, le temps va vous y aider), on verra si vous aurez le même discours.

    Vous confondez égalité et justice. La justice, à l'échelle d'une communauté d'êtres humains (quartier, cité, pays, continent) c'est quand les forts aident les faibles, et qu'en retour toute la communauté y trouve son compte. Et un jour le fort deviendra faible et sera bien heureux que le fort du moment lui vienne en aide.
    Ca s'appelle la civilisation.

    Entreprendre, s’enrichir, nous partageons tous cet idéal

    Comme le dit bien Alex6, en êtes-vous bien sûr ?

  • Lien vers le commentaire zoulou2 lundi, 17 octobre 2016 06:15 Posté par zoulou2

    Savoir si on doit s'expatrier est simple: si j'essaye de gagner de l'argent en france, je vais me faire enculer par les impots, TVA , taxes et autres . La reponse est simple, on doit s'expatrier.

    Si on y ajoute, l'education national socialo-communiste, l'insecurite, les barbus, la justice vendue, on doit doublement s'expatrier.

  • Lien vers le commentaire alex6 dimanche, 16 octobre 2016 23:01 Posté par alex6

    "Entreprendre, s’enrichir, nous partageons tous cet idéal".
    Tout depend ce que l'on met derriere la notion d'"enrichissement". S'il s'agit de l'enrichissement materiel, je ne fais pas partie de votre "tous". S'il s'agit d'enrichissement immateriel (famille, voyages, experience...) alors oui.
    La recherche d'un rendement de son capital ou de l'augmentation de son compte en banque pour seule finalite, ca n'a aucun interet. Il faut y donner du sens sous peine de rester bloque au niveau materialiste.

    Apres la notion meme de salarie n'a plus beaucoup de valeur aujourd'hui. Il faut se considerer avant tout comme "consultant" des boites qui nous emploi avec comme but premier de se developper pour conserver ses avantages marches (competences mais aussi homogeneite de ces competences), peu importe si le job est un cdi ou un cdd ou un veritable travail independant (qui reste toujours dans une certaine mesure du salariat)
    Faire le boulot mais garder en tete que l'on travaille avant tout pour soi-meme, en pensant au prochain boulot ou potentiellement a creer ce dernier si necessaire.

    Et pour en revenir a ma discussion avec Charles dans un autre article, s'expatrier pour des seules raisons negatives (fuite d'un systeme) est dangereux a mon sens, sauf si bien sur il s'agit de sauver sa vie ou celle d'un proche. Payer mon d'impots, etre entoure par moins de foncitonnaires ne suffit pas a rendre plus heureux, surtout pas sur le long terme.
    Et c'est pour cela qu'il y a des expats malheureux et des francais vivant en France tres heureux. Le cadre importe souvent bien moins que l'etat d'esprit, tout du moins tant que l'etat de droit est respecte.

    Quelle est la destination?
    Alex

  • Lien vers le commentaire Tim Sanchez dimanche, 16 octobre 2016 14:38 Posté par Tim Sanchez

    Bonjour William,

    Merci pour cet excellent article.

    Tu pars ou alors ? 

    Tim

  • Lien vers le commentaire hftrade dimanche, 16 octobre 2016 13:23 Posté par hftrade

    Etre fonctionnaire c'est peut-etre une prison dorée (a ce sujet voir les privileges exhorbitants des fonctionnaires francais dont on parle peu, salaire 170% dans les DOM-TOM, retraites dorées etc) mais le salariat c'est une prison tout court !

    A l'heure de la mondialisation et de la concurrence sur les salaires, les salariés francais ne sont pas competitifs et sont pressés comme jamais, y compris par les impots/URSS- AF etc

    En fait c'est le francais tout court qui vit dans une cage et est amoureux des barreaux de sa cage bureaucratique que des fonctionnaires ont dréssé pour lui. A ce sujet avec ses 6 millions de fonctionnaires, la France a le plus de fonctionnaire par habitant en Europe..

    Il semble que le francais moyen neanmoins n'assume pas le bonheur de vivre dans sa cage bureaucratique, ca c'est le plus gros consommateur de psychotropes au monde,.. pour oublier son paradis socialiste ?

    Les valeurs de la republique francaise ne sont-elles pas plutot, calquées sur le caractere du francais moyen : rale, predation (Bercy/RSI ..), jalousie,

    Debattre avec des francais releve de la gageure actuellement. en effet on est confronté a

    - refus du debat sur des themes socio-politiques

    - deni de l'evidence

    - obsession avec l'egalité et le social. la seule chose qui importe semble-t-il est l'egalité ! meme quand on parle de projets d'invetissements ou de sujets economiques. L'education natioanale, en plus de former des esprits mediocres (cfr Brighelli) et malleables est parvenue a lobotomiser les gens