Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Guillaume Rondan

Guillaume Rondan

Entrepreneur sur Internet depuis 5 ans, je vis de mes différentes activités en ligne et suis passionné par l'entreprenariat et la création de business sur internet.

Auparavant Digital Nomad, je suis aujourd'hui installé au Vietnam et je souhaite partager avec vous des idées, perspectives et opinions sur la vie d'un expatrié en Asie du Sud-Est.

Egalement cofondateur d'une start-up spécialisée dans le marketing comportemental pour sites e-commerce, j'aime rencontrer des personnes inspirantes qui ont cet appétit d'entreprendre, de création et d'innovation.

promospeciale

Vivre à l’étranger pour s’enrichir et gagner sur tous les tableaux

Audience de l'article : 1289 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions
Une vie à l’internationale peut faire peur à beaucoup de personnes : changer de pays, quitter sa famille, être loin de ses amis, … Mais avez-vous pris un peu de recul sur le potentiel à long terme d’envisager une stratégie globale plutôt que de se contenter de ce qu’on a dans son pays ? Si vous êtes lecteurs d’Objectif Eco, c’est que l’économie, la gestion de ses finances, l’investissement et peut être même la création de business vous passionne !

Être résident français offre d’énormes avantages : vous bénéficiez de la sécurité sociale, du chômage en cas de perte d’emploi, scolarité gratuite pour vos enfants, d’une retraite (si le système ne se casse pas la gueule d’ici quelques années …). De nombreux acquis pour lesquels nos ancêtres se sont battu, ayant bénéficié de l’école gratuite quand j'étais en France, je ne vais pas cracher dans la soupe !

Néanmoins, si vous avez de l’ambition, êtes prêts à prendre des risques, souhaitez gagner en liberté et vous affranchir du système, voici quelques avantages qui iront de pair avec votre expatriation.

Développement personnel : ouverture d’esprit, rencontres, perspectives

Voyager ouvre déjà les yeux sur le monde mais vivre dans un pays plusieurs mois, apprendre une nouvelle langue, travailler ou même créer une entreprise dans votre pays d’accueil n’a rien d’égal pour vous développer personnellement. S’ouvrir à de nouvelles idées, être confronté au quotidien à une autre culture, apprendre la langue du pays d’accueil éveillent littéralement l’esprit. L’aspect personnel est important mais les bénéfices sont aussi financiers lorsqu’on choisi minutieusement son pays d’expatriation.

Théorie des 5 drapeaux pour être maître de votre vie

Le but derrière cette vision est de structurer sa vie, la compartimenter pour gagner en liberté. Le passage obligé est l’expatriation mais les avantages à moyen terme seront juste énormes. La théorie des 5 drapeaux est une suite de choix réfléchis pour choisir l’endroit où vous vivez, votre lieu de résidence, la zone géographique de vos investissements afin de gagner en souplesse dans nos lieux de vie, notre fiscalité et donc in fine la vitesse à laquelle on va s'enrichir.

théorie des 5 drapeaux pour les expatriés

Si vous vivez dans un pays au coût de la vie élevé, avec un salaire médian et des investissement dans une monnaie qui se déprécie : vous vous appauvrissez de jour en jour à l’échelle mondiale.

Pouvoir d’achat international : passer de classe économique à la business !

Charles Dereeper a développé au travers de cet article la notion de pouvoir d’achat à l’international qu’on peut gagner en habitant à l’étranger.

Imaginez une seconde : vous êtes payés sur une base d'un salaire français et vous habitez dans un pays où le coût de la vie est bien inférieur à celui que vous avez en France : vous changez immédiatement de catégorie : vous étiez peut être dans la classe moyenne en France et passez immédiatement dans les 10 % les plus fortunés de votre pays d’accueil.

Qu’est-ce que ça changera dans votre style de vie pensez-vous ? Restaurants tous les jours sans compter, hôtels 4 étoiles le week-end quand vous voyagez … des petits plaisirs qui coûtent un luxe dans votre pays d’origine mais qui sont abordables dans votre nouvelle vie.

Prendre sa retraite en anticipée et continuer de s’enrichir en slip

Bon c’est un peu accrocheur ce titre, mais laissez moi vous présenter deux tableaux … Ce n’est pas l’unique paramètre à prendre en compte mais il reste important sur une vision long terme de vie à l’étranger.

Imaginons deux retraités l’un part en Thaïlande et l’autre au Vietnam. Deux pays qui sont deux excellents choix pour s’expatrier : un coût de la vie bas, une nourriture excellente et des conditions spéciales pour les retraités (la Thaïlande offre un visa retraite, le Vietnam ne taxe pas les pensions de retraite du privé si vous y séjournez plus de 6 mois, en savoir plus ici). Sur un horizon de 13 ans, sans compter l’augmentation des prix dans ces deux pays (ils se sont développés donc il y a forcément eu une différence), voici comment ont évolué les monnaies :
 
Thai Bat vs EUR : variation et évolution des monnaies

VND : vietnam dong comparé à l'Euro sur 13 ans


Bilan ? Le retraité habitant au Vietnam à gagné 23 % de son pouvoir d’achat, l’autre en a perdu presque 40 %.

Expatriation ? On y gagne - on y perd ? A vous de compter

Un projet d’expatriation est propre à chacun : la durée estimée de votre séjour, votre situation personnelle, les choix en matière de pays peuvent être très variés. Pour les entrepreneurs (c’est mon cas!), il faut réaliser des arbitrages si on souhaite vivre une vie à l’internationale, faire grossir son activité sans pour autant se retrouver dans un nouvel enfer administratif et fiscal. A propos des jeunes diplômés, l’Asie du Sud Est est une terre d’opportunités qui offrent des perspectives de carrières. A chacun de réaliser son propre comparatif des pays et savoir si l'expatriation est faite pour vous ... !

... Quand on souhaite partir, il faut prendre ses responsabilités : on ne peut compter que sur soi même, agir selon ses propres choix, prendre des risques et on va avoir de nouveaux devoirs ... nous rentrerons un peu plus dans les détails prochainement sur le cas des retraites, l'aspect travail, l'investissement, la création de business en Asie du Sud-Est et particulièrement au Vietnam.
Poster un commentaire

3 commentaires

  • Lien vers le commentaire popaldebaran vendredi, 06 septembre 2019 14:40 Posté par popaldebaran

    Bonjour Guillaume,
    J'ai réagi au quart de tour car quand ma fille aînée était en cinquième année d'école de commerce il y a déja bien logntemps, elle était revenue avec une de ses amies, qui m'avait doctement déclaré sans sourciller "mais la sécurité sociale, c'est gratuit !". J'étais resté interdit, estomaqué, abasourdi. Le machin communiste qui nous ruine (mis en place par le CNR à la libération, i.e. les communistes) et qui sont des régimes *obligatoires* nous coûtent juste 441 milliards d'euros par an, car évidemment la gratuité n'est qu'une illusion entretenue par la force et la violence. Pour mémoire, Claude Recihman qui a essayé de se battre contre l'affiliation forcée obligatoire vient d'être condamné à 10 mois de prison avec sursis. Circulez, la liberté c'est juste un slogan dans la devise de l'Etat français. En pratique c'est: impôts, taxes, contributions, cotisations, droits, accises, j'en passe et des meilleures, le tout de force. Mais les français totalement abrutis de socialisme par l'EN en redemandent. Bonne chance à vous Guillaume, mais par pitié ne me dites plus que ce qui nous ruine est gratuit :-). Je vous suggère la lecture de "Capitalisme et Liberté" de Milton Friedman, prescription d'un chapitre par semaine, à relire autant que de nécessaire jusqu'à la guérison complète.
    https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/peut-quitter-la-secu-non-reaffirme-la-justice-qui-condamne-le-dr-reichman-fer-de-lance-de-la

  • Lien vers le commentaire Guillaume Rondan vendredi, 06 septembre 2019 10:00 Posté par grondan

    Hello @popaldebaran, merci pour la critique constructive, le français n'a jamais été ma tasse de thé, mais bon j'y travaille :)

  • Lien vers le commentaire popaldebaran jeudi, 05 septembre 2019 10:56 Posté par popaldebaran

    Sans vouloir être méchant, "ayant bénéficier de l’école gratuite quand j'étais en France, etc." - j'observe que non seulement elle n'est pas gratuite puisqu'elle coûte 137,4 milliards d'euros par an (soit 4356 euros par seconde qui sont dépensés pour l'éducation en France !), mais qu'elle ne vous a pas appris la différence entre un participe passé et un infinitif.

    Les poncifs communistes où tout est gratuit du moment où c'est juste payé par les autres (i.e. les parents, les gens solvables, ...) sont le reflet de la grave maladie française.

    Pour le reste, je vous souhaite sincèrement bonne chance quand même.