Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
William Finck

William Finck

Je m'intéresse à l'économie, la finance, la santé et... les impôts !

J'ai vécu 6 mois en Colombie, expérience que j'ai relaté sur un site : www.capcolombie.com

William-Finck

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

S'expatrier au Bahamas - tous les chiffres pour se décider

Audience de l'article : 10098 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 2 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
S’expatrier au Bahamas ! Voilà un choix intéressant pour les personnes en quête de soleil qui souhaitent également disposer d’une qualité de vie exceptionnelle. Les deux îles les plus populaires aux Bahamas sont Nassau et Grand Bahama.

Bahamas Paysage

Les plages de sable fin, les eaux transparentes, le climat en font un petit paradis sur terre ! Fiscalement aussi, c’est le grand décalage par rapport à la France. Imaginez, pas de TVA, pas d’impôts sur le revenu, pas de taxes sur les plus-values, pas d’ISF ou de droits de succession ou donation… c’est bien la réalité de l’île.

bahamas-beach


Le coût de la vie au Bahamas reste par contre sensiblement élevé par rapport à la France, environ 40% de plus. Nous y reviendrons plus tard !


Comment avoir le statut de résident ?


Pour pouvoir profiter du soleil bahaméen en permanence, plusieurs solutions s’offrent à vous :

1. La manière la plus simple à part de vous marier à une locale consiste à faire l’acquisition d’un bien immobilier d’un montant minimum de 500 000 $.

2. Malheureusement, pour la plupart des investisseurs cela reste trop cher. Si vous achetez une propriété de valeur inférieure, vous avez néanmoins une autre option. Après votre acquisition, en tant que propriétaire vous devenez admissibles au titre de « propriétaire d’une maison ». Ce statut vous donne droit à l’exception de travailler, de pouvoir entrer et sortir librement du pays sur une période d’un an (comme le proposent  les visas de longue durée ou les permis de séjour dans d’autres pays). Ce titre vous coûtera 500 $ annuellement, comptez environ 100 $ de frais administratifs. Une carte est valable pour une famille complète, ce qui est intéressant si vous êtes nombreux.


Le logement


700 îles composent l’archipel des Bahamas, 30 seulement sont officiellement  peuplées. Les zones qui comprennent le plus d’habitants sont, Nassau, Freeport, Governor’s Harbour et Paradise Island. C’est là aussi où les prix sont les plus élevés.

Deux cas de figures

1. Vous souhaitez investir dans un terrain afin d’y construire une maison.
2. Vous désirez acquérir déjà une propriété existante.


1. Si vous voulez bâtir une maison,  il vous faudra un permis d’achat pour un terrain de 5 acres minimum. Ajoutez à cela 2.5% de commission (frais juridiques) sur le prix d’achat, plus une autre taxe administrative appelée « stamp duty » évoluant entre 4 à 12% selon votre achat.

2. Dans le cadre d’une maison déjà existante, les taxes immobilières sont très faibles. Il n’y a aucune imposition pour un bien immobilier inférieur ou égal à 250 000 $. Pour les maisons plus chères, attendez-vous à payer une taxe comprise entre 0.75 et 1%.

Autre solution, vous pouvez aussi passer par la location et vous éviter ainsi une partie des tracas d’un propriétaire. Des appartements en centre ville vous reviendront à 740 dollars pour un studio, 2 000 dollars pour un T3.


Vie courante : prix de l’alimentaire, des transports et des vêtements


Le mode de vie insulaire engendre des frais supplémentaires, et cela se confirme au Bahamas. Acheter des biens de consommation importés fera automatiquement gonfler votre budget final ! Vous payez entre les frais d’acheminement, de transit et de douane.


J’ai réalisé ce petit comparatif en images pour vous aider à vous situer par rapport aux prix français (chiffres septembre 2015)


Nourriture :

nourriture bahamas1
nourriture bahamas

Shopping et pouvoir d'achat :

shopping bahamas

Je reviens aussi sur les prix de l'immobilier, les coûts énergétiques, de communication, et le transport


expatriation bahamas 1
expatriation bahamas 2

Conclusion


bahamas Beach Caribbean resorts

S’expatrier sur une île comme les Bahamas ne doit pas rimer en priorité avec fiscalité avantageuse et comptes offshore. C’est avant tout une qualité de vie qu’on s’offre à soi-même ainsi qu’à celle de ses proches. Vivons heureux, vivons cachés, est peut être la meilleure maxime qui puisse s’appliquer.  Profiter du soleil et d’une existence heureuse et simple n’est-il pas finalement la clef du véritable bonheur ?

William Finck
Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Philippe mercredi, 25 novembre 2015 17:24 Posté par Zorg

    D'accord avec le 1er commentaire, article un peu baclé...
    Et puis tout est surgelé, produits importé taxés, besoin de qqche de précis rapidement ? Impossible obligé de commander aux USA avec cout du port et taxes d'importation.
    Voitures pourries et ultra-chères.
    Il faut aimer la non-chalance et s'armer de patience avec la mentalité Bahamiène...

    Et puis c'est une prison dorée, les photos de plages de l'article, pour en voir (et pas toujours les mêmes!) il faut bouger: cela veut dire bateau (ou avion local, bonjour les nerfs quand vous volerez dans un vieux coucou russe de 40 ans pas entretenu pour aller sur un ile paradisiaque).

    Et puis on s'en lasse un moment, on a un cruel manque de civilization, de vie moderne, normale, donc on doit prendre l'avion pour aller à Miami, NY ou autre monde "normal".

    Bref tout ceci à un cout, qui cumulé, à l'année, revient à un bel impôt indirect !

    Pour moi, il vaut mieux y aller en vacances qu'y vivre, il y a d'autres solution pour s'expatrier en payant moins d'impots qui sont plus simples.

  • Lien vers le commentaire Fabrice jeudi, 05 novembre 2015 10:49 Posté par fabulousfab

    Un gros bémol tout de même :

    - Il existe une TVA à 7.5% depuis le 1er janvier 2015

    - Les autorités locales sont inquiètes car l'ouverture du tourisme cubain aux citoyens américains risque de faire chuter sensiblement une économie déjà fragile et trop dépendante des USA

    - Les cyclones frappent régulièrement la zone. L'ouragan Joaquin a dévasté la partie sud de l'archipel le mois dernier

    - L'insécurité est très forte à Nassau  : plus de 120 crimes/an, agressions sexuelles, vols de CB...