Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Chroniques d'un entrepreneur expatrié: la France marche sur la tête, est-ce une nouvelle opportunité?

Audience de l'article : 5828 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 3 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Le mois dernier, j'ai passé une semaine en compagnie d'une centaine d'autres chefs d'entreprises. Evidemment, mon expatriation est perçue comme un choix sortant un peu de l'ordinaire mais finalement assez bien compris par ce panel de chefs d'entreprises. Ils ont tous bien compris les raisons de mon expatriation, entre les règlementations beaucoup plus simples, la meilleure rentabilité, ou encore la meilleure ambiance au travail.

J'ai connu cependant cette année une chose inédite, qui m'interpelle particulièrement. Je m'explique: le secteur du transport routier connaît aujourd'hui en France une véritable pénurie de main d'oeuvre. Voilà plus de 18 mois qu'il devient problématique de trouver du personnel fiable et qualifié en France.


Pénurie de main d'oeuvre en France

Cette situation n'est pas très étonnante, étant donné la réalité du terrain. Le métier de conducteur routier n'est pas très attirant, en particulier pour les jeunes:

  • On n'est pas souvent chez soi.
  • A moins de faire beaucoup d'heures supplémentaires, le salaire n'est pas très élevé.
  • Au stress de la route s'ajoute le stress constant du respect des horaires.
  • On travaille souvent en horaire décalé.
  • Le métier peut être physique car il comporte souvent des phases de manutention.

Vous me direz que la profession n'a qu'à mieux faire son job et doit mieux se promouvoir, en particulier auprès des jeunes. Et vous aurez raison. Cependant, je trouve assez incroyable d'avoir des secteurs entiers de l'économie française (la restauration ou l'hotellerie ont le même problème, par exemple) se trouvant en pénurie de main d'oeuvre alors que le pays a six millions d'inactifs. Mais ce n'est même pas le plus fort. Non.

Le plus fort, c'est que cette année, plusieurs chefs d'entreprises m'ont demandé s'il me serait possible de leur trouver de la main d'oeuvre roumaine, MAIS PAS EN RAISON DE SON COÛT MOINDRE.

Une demande à satisfaire

Ces chefs d'entreprises serait en effet prêts à embaucher du personnel roumain avec des contrats de travail français, en payant bien sûr toutes les charges afférantes, à s'occuper du logement des salariés ainsi que des démarches adminitratives. tout ça, pour avoir du personnel fiable et motivé! Je trouve cela complétement délirant.

Chacun jugera des conclusions à tirer de cette réalité. Les jugements de valeur ne m'intéressent pas. Seuls les faits m'intéressent et me font m'interroger.

Je m'interroge donc évidemment sur l'opportunité écnomique que ces demandes représentent. Que puis-je faire pour répondre à cette problématique? Y-aurait-il un modèle économique à imaginer?

Moral ou non, le débat n'est pas là. Je vois simplement un gisement de client qui ont une vraie problématique à résoudre.

Il ne reste plus qu'à la résoudre!

Jean-Noël
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Poster un commentaire

3 Commentaires

  • Lien vers le commentaire alex6 vendredi, 16 juin 2017 00:44 Posté par alex6

    Mais non, le metier ne va pas disparaitre mais simplement muter et s'adapter a l'automatisation.
    On retrouve les discours sur le chomage de masse a venir a chaque evolution technologique majeure depuis, au bas mot, l'invention de la machine a vapeur.

    C'est vrai que c'est tendance sur Objectifeco depuis un moment mais sans veritable justification derriere, theories maltusienne qui ont demontre leur incapacite a anticiper l'avenir de maniere tres rigoureuse depuis toujours.

  • Lien vers le commentaire Fabrice mardi, 13 juin 2017 12:38 Posté par fabulousfab

    Le prix du permis poids lourd représente peut-être un frein pour les jeunes ?

    Mais comme l'a rappelé hftrade, c'est un métier qui va disparaitre très vite avec les véhicules autonomes

  • Lien vers le commentaire hftrade lundi, 12 juin 2017 14:15 Posté par hftrade

    facteurs a considerer selon moi, comme vous le dites, pour le transport routier


    - dumping tres important par les chauffeur de l'est sous-payés, 400, 500/mois et ils vivent dans le camion ou des locaux insalubres

    - salaires tres bas

    -metier avec peu d'avenir et de perspectivessauf transports exceptionnels, aux US on voit deja des camions autonomes qui circulent sur les autoroutes. robotisation en marche


    EN france il y a aussi beaucoup d'abus avec pol emploi et la secu et les metiers du batiment ou de la restauration et boulots de ce type. Il y a du boulot mais les gars preferent etre au chomage ou sur la secu a cause de la penibilité (dangerosité parfois pour certains metiers du batiment) ou des bas salaires


    En france saviez vous qu'il y a intermittents des de la restauration qui vont parfois se dorer la panse avec l'autorisation de Pol emploi a l'autre bout du monde, et qui reconnaissent qu'ils peuvent trouver un boulot le lendemain s'ils le veulent (ex : cuisinier)