Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Chroniques d’un entrepreneur expatrié, chapitre 2: l'aventure a commencé.

Audience de l'article : 1299 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 2 réactions
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Cher lecteur,

Depuis mon dernier édito (à retrouver ici), pas mal de choses ont évolué et je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer. Pour tout dire, je n'ai pas eu le temps de grand chose... L'activité aura été soutenue pour ce premier mois de production et les chiffres plus qu'encourageants. Il est évident que mon rythme de travail est tout aussi soutenu. J'ai juste parfois la sensation que le temps m'échappe, mais comment pourrais-je m'en plaindre, étant donné ma situation?

La machine se lance petit à petit. Notre équipe commence à s'agrandir et le besoin de faire évoluer la structure commence déjà à se faire ressentir. Les perspectives sont au beau fixe. Cela faisait bien longtemps que ça ne m'était plus arrivé! Dieu, que cela fait du bien de se demander comment effectuer les prestations promises aux cleints et non plus comment faire face aux échéances financières!

Des perspectives, des projets et le temps qui manque

Je crois que mon analyse des perspectives que m'offrait la Roumanie est en train de se révéler exacte. Voilà un mois que je suis sur place et on m'a déjà proposé deux nouveaux business! J'ai malheureusement dû repousser ces offres par manque de temps, mais je compte bien me rattraper dans quelques mois! Il est clair que c'est mon expatriation qui a déclenché ces deux nouvelles propositions. En aucun cas, je n'aurais pu ne serait-ce que rêver à de telles opportunités en France !!

Après un mois sur place, je commence à mieux appréhender le mode de vie de la population roumaine. Et cela me donne beaucoup d'idées. J'ai moi-même déjà élaboré à 3 ou 4 projets que je pourrai démarrer dans un avenir proche. Pour l'instant, ils sont rangés dans un coin de ma tête, attendant leur tour... Je ne veux pas mettre en péril ce que je suis en train de créer actuellement en me lançant trop tôt dans de nouvelles choses. Je dois d'abord grandir! Et mieux comprendre mon nouvel environnement pour éviter les erreurs.

De nouvelles rencontres

Comme je pouvais m'y attendre, j'ai fait quelques nouvelles rencontres. En particulier celle d'un entrepreneur français installé comme moi en Roumanie. Cette rencontre m'a fait prendre conscience que j'ai de la chance et que mon expatriation aurait se passer bien plus mal que ce que je vis aujourd'hui. De mauvais conseils juridiques et comptables, des rencontres avec des gens intéressés (même pas roumains), peuvent vous faire prendre beaucoup de risques... Malgré tout, cet entrepreneur est en train de remonter la pente. Il a pris conscience de beaucoup de choses et à commencer à se débarasser des gens qui lui voulaient du mal.

Les premiers changements

Tu auras sans doute l'impression, cher lecteur, que je découvre la vie, et que pour moi, le monde était rempli de gentils bisounours. Et tu auras raison. J'y vois les méfaits de la société française, qui m'a rendu incapable de voir les menaces ou les opprtunités. Sortir de chez moi et de mon environnement rassurant, rempli de gens amicaux, m'émanciper de l'autorité paternelle, parfois encombrante, mais souvent très arrangeante, aura probablement été la meilleure décision que je pouvais prendre pour ne pas me retouver prisonnier de mon "ancienne" vie. Une cellule de prison, aussi grande et bien aménagée soit-elle, reste une cellule...

J'espère que ce changement de vision indique que je commence à me libérer de la pensée socialiste française...

Cette semaine, j'ai entendu une nouvelle formule me qualifiant de mieux en mieux. A force de d'échanger avec des Roumains, d'expliquer quel est le contexte entrepreunarial français, quelqu'un m'a dit: "En fait, tu es un réfugié économique". Je ne peux que m'incliner devant tant de clairvoyance...

Je terminerai donc cet édito comme le dernier: VIVEMENT LA SUITE!

Jean-Noël, le réfugié économique



Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Jean Noel Heb lundi, 04 juillet 2016 07:42 Posté par Jean Noel Heb

    Zoulou2: Etant donné que rien de tout cela n'existe en Roumanie, je vous laisse deviner combien je touche...

  • Lien vers le commentaire zoulou2 dimanche, 03 juillet 2016 01:28 Posté par zoulou2

    Tu est un réfugié économique, mais peux tu nous dire combien tu touche en aide de la Roumanie ?, équivalent RSA, CMU, aide aux logement ....