Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Chroniques d’un entrepreneur candidat à l’expatriation, chapitre 3 : de nouvelles raisons de s'expatrier.

Audience de l'article : 2098 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Mon troisième édito sur ma future expatriation. Mes réflexions, mes tribulations...

Cher lecteur,

Voilà plus d'une semaine que nous avons changé d'année, me rapprochant encore un peu plus de la date de mon départ, que j'ai fixé à la dernière semaine du mois de mai! Cela fait du bien d'avoir enfin une date limite, concrétisant ainsi toutes les réflexions menées ces derniers mois. Mon projet prend enfin corps!

Tu l'auras compris dans mes éditos (le dernier à retrouver ici), les raisons principales pour lesquelles je compte m'expatrier sont économiques et professionnelles. Cependant, mes derniers voyages en Roumanie me font entrevoir d'autres raisons, bien plus personnelles et humaines, de m'expatrier.

Voilà maintenant trois ans que je voyage régulièrement en Roumanie, je commence donc à avoir une idée précise de ce qui m'attend, des us et coutumes du pays, de l'ambiance générale.

Différents points sont à mettre en avant:

L'aspect humain:

Le premier point, qui est inexplicable, c'est que je me sens bien en Roumanie. Je le sens dans mes tripes. Cette sensation est vraiment difficile à décrire, mais il se trouve que j'ai le sourire quand je suis la-bas.

Le peuple roumain ne vit pas dans une cage dorée socialiste et n'a pas peur du travail. Ce sont des gens chaleureux et accueillants pour peu qu'on les respecte et qu'on s'intéresse à eux. Ils ont su conserver une réelle proximité dans leurs communautés, les gens se connaissent et communiquent, à des années lumières de notre manière de vivre, où nous ne connaissons même pas notre voisin de palier... La roumain est fêtard, il aime la musique et fait la java dès qu'il le peut. Ca tombe bien, je suis dans le même cas!

La question de la gente féminine est aussi importante, étant célibataire sans enfant. Le moins que je puisse dire, c'est que l'aviation de chasse locale sait se mettre en valeur... Et qu'une grande partie de ses membres feraient beaucoup de choses pour la sécurité matérielle. Je ne suis donc pas trop inquiet de ce côté là...

L'aspect financier:

L'aspect finances personnelles me semble également important. Cela ne devrait pas être un problème insurmontable.
  • L'immobilier est deux à trois fois moins cher qu'en France. Je peux louer 80m² dans un immeuble de 2014 pour 300-350 € environ.
  • Les impôts sur le revenu sont prélevés à la source et sont compris dans les charges salariales, c'est donc une part de trésorerie en plus!
  • L'alimentaire et l'energie coûtent à peu de choses près la même chose qu'en France. Vu le climat, l'énergie devrait être le seul poste de dépenses plus important qu'actuellement, mais avec des températures hivernales pouvant aller jusqu'à -15°C, cela peut se comprendre...
  • Les biens d'équipements comme le mobilier sont 20 à 30% moins chers.
  • Tous les produits de consommation provenant d'une marque mondialement connue (habillement, cosmétique, etc.) sont systématiquement plus chers que chez nous, mais vu que je suis loin d'être féru de shopping, ça m'est un peu égal!

L'aspect pratique:

Côté culinaire, on y mange des plats sains et simples, mais souvent riches... Ce qui est certain, c'est que l'industrie agro-alimentaire n'a pas encore complètement pollué les assiettes roumaines. Le poulet a un goût de poulet et le jaune d'oeuf est... jaune! Cela donne des saveurs authentiques me donnant parfois la sensation de retomber en enfance quand ma grand-père cuisinait les légumes de son potager... Ajoutez à cela des restaurants 50% moins chers qu'en France, je crois que je vais devoir me surveiller pour ne pas enfler démesurément... La seule chose qui pourrait me manquer, c'est la baguette et le fromage! Je n'ai pas encore trouvé un seul pays qui soit au niveau de la France de ce côté là!

Les éventuels retours en France se feront facilement avec les lignes aériennes low cost. Aujourd'hui, j'ai 3 à 4 liaisons hebdomadaires pour 100 à 200 Euros l'aller-retour.

Côté loisirs, tout est possible puisque je suis à 2 heures de la montagne et 4 heures de la Mer Noire. Toutes les activités sont disponibles,y compris culturelles (opéra, concerts, expositions, musées, etc.) mais à deux fois moins cher... J'ai même trouvé un club de rugby! Pour la petite histoire, le rugby est un sport si confidentiel en Roumanie (moins de 8000 licenciés), qu'en règle générale, on me demande si cela se joue avec un casque... Il faut dire que le rugby a été le sport imposé par le régime de Caucescu, ce qui lui vaut la rancoeur de nombre de roumains!

Sur le plan sécuritaire, la Roumanie est le contraire de ce à quoi on s'attend. La région dans laquelle je vais vivre a l'un des taux de criminalités les moins élevés d'Europe! Evidemment, la corruption est encore présente, mais elle l'est de moins en moins. Il faut dire que les Roumains la supportent de plus en plus mal. Le dernier gouvernement est d'ailleurs tombé sous la pression de la rue en fin d'année dernière, suite à maints scandales de corruption.

En ajoutant à tout cela les aspects économiques beaucoup plus favorables, un taux de croissance qui devrait approcher les 4% en 2016, moins de concurrence, et des marchés vierges dans de nombreux domaines, me voilà définitivement convaincu de la pertinence de mon choix!

Je pense donc être psychologiquement prêt pour le départ. Aujourd'hui, seules les contraintes administratives et matérielles me retiennent!

Le mot de la fin sera donc le même que pour mon dernier édito: VIVEMENT LE DEPART!


Jean-Noël


Poster un commentaire