Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Un commentaire de haut niveau d'un lecteur sur le mouvement en cours et le futur de nos vies

Audience de l'article : 2703 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Je ne sais pas si ce lecteur qui a commenté sous ma dernière vidéo YOUTUBE est aussi un lecteur Objectif Eco, mais si oui, rejoignez nous et écrivez nous des éditos please !!! https://www.youtube.com/watch?v=lHThRFFD5b4&list=PLELTi-TMEX28AcvZ5jEUFqJupXEqcKDzw

Oui, il y a effectivement une dérive qui va de plus en plus vite vers une société collectiviste dans laquelle l'individu est sommé de s'assimiler... Bienvenue chez les Borgs !
Oui, ce n'est pas nouveau et a été théorisé dès la fin du XIXème/début du XXème siècle par les adeptes du "progressisme", des utopistes qui nous ont amené directement vers une première moitié de XXème où la pensée du "collectif" (qu'il soit universel ou d'un "groupe") prévalant sur l'individu a fait des centaines de millions de morts, du communisme à l'ultranationalisme de conquête.

Oui, après cette douloureuse expérience il y a eu une nouvelle vague qui de la fin des années 70 à la fin des années 90 a servi de piqûre de rappel en soulignant les mécanismes qui amenaient la recherche de l'utopie à la dystopie. On en trouve la trace dans la résurgence de la véritable pensée libérale (d'Adam Smith à Frédéric Bastiat dans les années 80s, le "moins d'Etat" de Reagan, la chute du Mur de Berlin, etc.), ainsi que dans le succès des fictions allant de Logan's Run à The Matrix au cinéma, d'une foultitude de livres (y compris en France et même dans la bande-dessinée, lisez "SOS Bonheur"), ainsi que d'une créativité musicale inégalée.Oui, c'est aujourd'hui oublié et nous avons une pieuvre sous une nouvelle forme mi-étatique mi-privée (mais issue du capitalisme de connivence des grandes entreprises, et non du véritable libéralisme) qui veut tout contrôler et a des moyens de masse considérables jamais vu dans l'histoire : éducation, médias, informatisation.Face à cela les réponses politiques sont nullissimes : d'un côté la tentation de résoudre tous les problèmes par un retour à l'Etat pur, d'un autre la communautarisation à outrance autour de "valeurs" douteuses de plus en plus sectaires. Et maintenant les deux à la fois : "l'intersectionnalité des luttes" n'est jamais ainsi que la mise en pratique de la double-pensée de 1984.

Bref toujours des solutions collectives à des problèmes qui le sont déjà. D'aucuns appelleraient ça jeter de l'huile sur le feu...Et un peuple prisonnier démographiquement entre ses soixante-huitards (la génération des Baby-boomers) qui refusent de renier leur mentalité de merde allant maintenant jusqu'à la peur de perdre ce qu'ils ont volé aux générations passées et futures, et leurs enfants les millennials (la génération Y) complètement embrigadée qui ne comprend rien à la réalité car envoyée depuis sa naissance sur des fausses pistes.Les seuls clairvoyants sont la génération X et peut être ses enfants la génération Z, mais ni l'une ni l'autre n'a le pouvoir et ne pense plus - probablement à raison - qu'à s'en tirer individuellement et à se tirer physiquement, quand ce n'est pas déjà fait, vers des cieux plus cléments.Un bémol : le fichage massif n'est pas nouveau, c'est juste que le grand public n'en avait pas connaissance.D'une part les RGs ont toujours eu des dossiers sur tout le monde et une surveillance des gens influents (mises sur écoute etc.)

D'autre part l'administration française a toujours eu des renseignements sur ce que l'on pourrait penser être d'ordre privé, et ceux-ci étaient déjà faciles à obtenir pour celui qui voulait chercher, bien avant qu'ils ne soient partiellement mis en ligne.Pour ne prendre qu'un seul exemple, l'existence d'un seul bien immobilier dans votre famille ascendante ou dans vos oncles et tantes sans descendance, même il y a de nombreuses années, fait que n'importe qui peut aller au cadastre, de là obtenir les références, de là demander "l'origine de propriété", à laquelle est attachée la liste des actes notariés et notamment les "actes de notoriété" lors des successions, de là vous avez tous les liens familiaux, les adresses, les dates et lieux de naissance, les mariages, les divorces, les donations, les métiers.

Vous pouvez ensuite recouper avec les registres du commerces et des sociétés, publics également, où il y a non seulement les boîtes classiques mais également les SCI, vous avez également les annuaires d'anciens élèves, les statuts des associations loi 1901 et les déclarations de changements de bureaux, etc. A partir de tout cela, d'autres noms, d'autres adresses, recommencez et en quelques semaines vous avez de façon parfaitement légale un arbre généalogique complet d'un parfait inconnu avec tous ses biens, tout son parcours scolaire et professionnel, tous ses mouvements physiques et patrimoniaux, j'en passe et des meilleures, sans même avoir commencé à utiliser des méthodes plus limites et plus ciblées (détective privé, fouille de poubelles, etc.)
De là le ridicule de ce que j'appelle la "paranoïa numérique" où quelqu'un s'offusque de voir le moindre élément personnel figurer sur une page web, au titre de la "protection de la vie privée" (les cons, s'ils savaient...)De là également la constatation de l'incompétence risible des sites qui permettent de récupérer ses mots de passe "oubliés" en mettant des questions de "sécurité" pour s'authentifier : nom de famille de la grand-mère, nom de la rue où vous habitiez quand vous étiez enfant, etc.

Rajouter un peu d'algo pour tester à partir d'un dictionnaire classique toutes les combinaisons des dates clés de la vie de quelqu'un, prénoms et diminutifs usuels de ses enfants, les E remplacés par des 3, les S par des 5 etc, et vous craquez aisément bon nombre d'accès sans même devoir y connaître quoique ce soit en informatique et d'être un hacker de haut niveau.De plus sur les blogs et réseaux sociaux, pseudonymes, modes "sécurisés" des navigateurs et autres VPNs sont dangereux car ils donnent l'impression à l'auteur d'être anonyme, alors qu'il ne l'est pas pour ceux qui pourraient lui vouloir du mal, mais qu'il l'est pour ceux qui pourraient le soutenir quand ça tourne mal. Pire, ils déresponsabilisent et incitent au laissez-aller, à l'argumentation foireuse et à l'insulte facile.

Des textes qui pourraient se retrouver bien embarrassants des années après et que l'on ne manquera pas de vous ressortir de derrière les fagots si vous deveniez un jour un peu trop bruyant.
La futilité de l'anonymat factice va plus loin en ce qui concerne la surveillance automatisée.Savoir contourner tous les dispositifs et ne laisser aucune trace est rassurant, mais quelque chose à garder sous le coude dans un hypothétique cas où vous devriez transmettre une information vitale.Le protocole TCP/IP a certes été conçu pour résister à une attaque nucléaire en étant complètement décentralisé, ce qui rend le blocage de l'information impossible, mais il n'a pas été conçu pour être complètement anonyme. Votre no d'IP n'est d'ailleurs qu'une pièce, il y en a beaucoup d'autres à prendre en compte.

Pour battre un tel système il faut considérer cela presque comme un crime parfait, qui nécessite une grande technicité, un one shot, pas quelque chose que l'on peut maintenir au quotidien, c'est tout simplement impossible et c'est alors votre santé mentale qui en prendrait un coup, et de paranoïaque vous en deviendriez suspect.Une chose reste sûre cependant, c'est que les lois liberticides qui se développent ne sont pas faites pour préserver la vie privée du public, mais pour empêcher que celui-ci n'ait trop facilement accès à l'information que l'on ne veut pas lui montrer. En France l'interdiction de certaines statistiques, des tests génétiques, des "discours de haine" à géométrie variable, fait intégralement partie de cette catégorie.Mais les bases de données sur les préférences des internautes qui sont gérées par des boîtes de marketing, elles, sont réellement là pour vous passer de la publicité ciblée qui rapportent des $$$, et non espionner tous vos faits et gestes dont tout le monde se contrefiche.

Quant aux méthodes chinoises, elles sont loin de fonctionner comme on vous le présente. On vous montre quelques expériences ultra-sophistiquées pour vous faire croire qu'elles sont généralisées, mais ce n'est pas du tout le cas. Qui connaît un peu le pays sait bien que le "Great Firewall" ne bloque que le dernier des néophytes, que la plupart des caméras ne sont reliées à rien, que les portiques à rayons X dans le métro ne sont là que pour la figuration et occuper des emplois inutiles alors que l'on passe ce qu'on veut, que l'on enlève les briquets dans les aéroports pour les avions qui décollent mais pas pour ceux qui atterrissent, la liste est sans fin...L'objectif ici n'est pas de contrôler tout le monde mais que tout le monde s'autocontrôle... raison pour laquelle cela ne fonctionnera jamais en France où il faudrait que le contrôle soit réel (comme pour les radars routiers), or les coûts seraient tels que l'Etat aura déposé le bilan et ses techniques obsolètes avant d'y parvenir.En conclusion, oui il y a bien une dérive collectiviste, mais elle n'est pas si simpliste que l'on pourrait la percevoir, et toute prévision à 10 ans ou plus est hasardeuse du fait des possibilités de changements de paradigmes.
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire sven dimanche, 08 septembre 2019 10:11 Posté par sven

    intéressant et documenté, et je suis d'accord avec le fond.

    et il y a aussi des lectuers de haut niveau, qui ne publient pas de commentaires (pas à chaque fois) ......  :=))