Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
3 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - trouver la paix - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, l'expatriation, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Si j'étais coincé à devoir vivre en France, voici un secteur dans lequel je monterais une boîte...

Audience de l'article : 4685 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Aujourd'hui, grosso modo, la moitié de la population est en surpoids ou obèse. On voit partout des jeunes de 25 ans, déformés par la graisse... ce qui est assez hallucinant vu leurs âges.

Bien sûr, par lâcheté et commodité, tout le monde se pipote la tronche doucement et sûrement, les parents, les consommateurs, les fabricants qui augmentent la taille des fringues sans toucher à la classification histoire de laisser l'honneur sauf des femmes qui n'aiment jamais trop respirer la merde qu'elle créé par leurs comportements émotionnels et alimentaires. Mais dans le fond, chacun sent bien que ca couille à un endroit cette histoire de malbouffe... Les hommes ont tous une bedaine qui pend et les femmes ont des culs en forme de bouées d'entrée de port...

Au début, on a cru que c'était une histoire de protéines, puis de lipides, puis de glucides, puis d'anti oxydants, puis... on s'est pris la tête... Des milliers de livres tous contradictoires sont sortis, des médecins en pagaille ont lancé tout plein d'idées foireuses alors qu'ils n'ont jamais testé leurs déclarations, parce qu'on ne peut pas tester contrairement aux stratégies de trading par la modélisation, l'impact des comportements alimentaires sur la santé à long terme et le vieillissement tout autant que l'aspect physique... Lire mes articles du Club des 40 ans qui vieillissent bien...

Bref, après avoir mis en application les reco de la santé publique pendant 30 ans, on voit bien que les fonctionnaires et les médecins déconnent. Ce qu'ils racontent est bien sympa, mais sur le terrain, les résultats sont juste une énorme catastrophe de santé humaine...

De fil en aiguille, on a commencé à sentir que le souci n'était pas des idées, la quantité de calories, mais ce qu'il y avait au fond des assiettes, la nature même des produits qu'on ingérait, en clair, l'alimentation produite industriellement qui est toxique.

Les fonctionnaires chargés de réguler l'agroalimentaire ont depuis longtemps déserté leur job, corrompus de manière presque visible.

Il reste les réseaux parallèles type AMAP ou auto production, et l'industrie du bio à deux vitesses, celle des hypermarchés pue, tandis que celle très chère des réseaux spécialisés comme Biocoop tient la route tout en étant élitiste financièrement.

Cet univers moderne est en train de créer une opportunité de business.

La défiance, qui se développe en plus à l'aide des scandales sur les viandes (là aussi, on découvre qu'il n'existe aucun contrôle et que les fonctionnaires ont déserté une énième fois leur job), est en forte hausse vis à vis des fabricants de bouffe.

Mais la bouffe, c'est une activité agréable, source de bonheur et de plaisir. Il y a une composante curiosité réelle aussi.

De plus en plus de gens ont envie de découvrir comment se produit ce qu'ils mangent, en visitant les producteurs. Ils sont désormais plusieurs millions.

Du temps où je vivais en France, je partageais cette envie de partir à la rencontre des producteurs, des maraîchers, des petits artisans de la bouffe bio qui fabrique avec amour des bons produits en goût. Je me souviens d'une visite aussi d'un maître sushi, probablement, le plus grand en France, qui officie à Brest, complètement taré de perfectionniste. Il lui avait fallu des mois pour trouver la bonne eau en bouteille pour cuire son riz. Il passait aussi des semaines à acheter ses algues pour faire ses suhis. Les couteaux qu'il utilisait pour couper ses poissons étaient spéciaux. Je crois que le gars n'avait pas un seul truc standard dans son resto. On avait passé une soirée entière à le mitrailler de questions sur son art et son organisation qu'il partageait avec passion.

Si j'étais coincé en France dans cet enfer, je monterais une boîte de tourisme de visites de producteurs de bouffe de qualité qui ont encore une âme.

Charles Dereeper




Poster un commentaire