Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne ! 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.


MON COMPTE FACEBOOK est ici

MON COMPTE TWITTER est ici


ME RENCONTRER A PANAMA CITY (Sommet mensuel TRADER INVESTISSEUR ENTREPRENEUR)
>>> Les infos sont ici


Inscription à ma newsletter (BOURSE / INVESTIR / PRODUCTIVITE)
(2 emails par mois)

==> C'est ici

Charles-Dereeper

charlesjungle

Mes 2 comptes INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit
User 2  = charlesbkkcr

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

promospeciale

L'avenir est aux communautés "vertes"

Audience de l'article : 2054 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

C’est une chimère, celle de mettre en place une économie et une société développée sur l’axe durable. Les preuves s’accumulent au fil des mois. Déjà, un voyage à Hong Kong en juin 2009 m’a laissé un arrière goût amer. L’écologie est impossible là bas. Il y a aura toujours des destructeurs de masse présents sur terre. Or, avec dame nature, tout est connecté. La cause est donc perdue d’avance.

Puis Copenhague a poussé la farce plus loin.

Et la France confirme récemment son intention de ne pas participer dans les faits au développement durable. Attention, je ne parle pas des déclarations baveuses. Là, on en a pour notre argent, de tous les bords. De l’écologie en veux tu en voilà, partout. Tout le monde est méga super green pour de vrai… si, si.

Je fais allusion aux faits et à l’action, au vrai monde de la réalité, c'est-à-dire, au mieux, un détail insignifiant pour les politiciens…

La France a annoncé mettre en place une production d’énergie verte à hauteur de 20% d’ici une décennie. Voilà pour la parlotte. Un petit objectif sympa, cela n’a jamais tué les foules…

 

En septembre 2009, elle a annoncé promouvoir pour cela un tarif de rachat intégré au bâti vers 0,60 cts le Kwh. Puis, en janvier 2010, machine arrière toute, sous le prétexte, accrochez vous bien, que cela coûte 50 milliards d’engagements à 20 ans.

Ces 50mds représentent 2,5 milliards par an, lesquels sont pour partie déjà prélevés sur chaque facture des Français d’électricité mensuelle au nom de la contribution aux énergies vertes. Qu’importe, il s’agit de détails… Alors Charles, tu chipotes là !

Ce qui est encore plus acide, c’est que la France a créé un trou de plus de 100 milliards d’euros rien qu’en 2010. Depuis plus de 30 ans, les déficits budgétaires représentent des énormes multiples de ces 2,5 milliards d’euros. Pour financer quoi en bout de piste ? Une société plus propre au développement durable ? Non, aucune amélioration ou changement, juste un financement des dépenses courantes, ou exprimé de manière politiquement incorrecte, juste le financement « du train de vie de tous les parasites », une caste très dense et très développée en France.

Ce petit effort budgétaire de 2,5 milliards d’euros par an mis en perspective au niveau des chiffres montre l’absence complète ou presque d’envie politique de promouvoir une amélioration dans le domaine. Je tire mon chapeau au lobby pétrolier qui est parvenu à torpiller avec patience le projet. Et je dis Vive l’Etat qui fait encore la preuve ici de sa totale incompétence pour la gestion de l’intérêt publique…

En fait, pour être plus précis, seuls désormais, les particuliers ont droit aux subventions. A raison de dix ou quinze panneaux solaires installés sur le toit de leur maison, je vous laisse le soin de calculer le temps qu’il faudra pour atteindre les objectifs fixés au niveau du pays…

 

Les autres chiffres qui sont tombés, vont dans le même sens. Prenons la consommation de produits issus de l’agriculture biologique : elle explose en France. Normal, petit à petit, le lien entre 300.000 cancers annuels et les pesticides s’installe dans les esprits. Qui est suicidaire au point de tenter le diable ?

La France en tant que première puissance agricole de l’Europe, consacre, accrochez vous bien, un petit et maigre 2% de ses surfaces agricoles à l’agriculture biologique. Ce qui implique que les importations sont en hausse, car la demande des Français est supérieure… Super malin l’organisation actuelle ! En même temps, vous me direz, si les fonctionnaires rétribués par les impôts des acteurs du privé, devaient s’occuper de l’intérêt de la population, ça se saurait depuis longtemps…

Le logement ? Ben oui, quitte à nier les besoins des populations au niveau de l’énergie et de la nourriture, autant le faire aussi pour le logement. La région Ile de France est un modèle du genre. A peu près 12 millions de personnes vivent entassées là dedans, dans une densité un peu folle. Les lois sont formelles. Les tours sont toujours interdites, donc impossibilité d’augmenter l’offre par le haut. Et l’allocation des terres à l’habitation est strictement contrôlée, augmentée au compte goutte. La croissance de la population, facteur géopolitique de premier plan, que ce soit sur un plan financier pour éviter que le système Madoff s’écroule (retraites, consommation…) ou puissance tout court, est en permanence stimulée par des politiques natalistes volontaristes et surtout, très largement supérieure au foncier constructible libéré chaque année. Conséquence, ci-dessous sur le graphique, les prix immobiliers sont toujours stratosphériques aux regards des revenus de la grande majorité des Français. Normal, la demande est tellement supérieure à l’offre. Je dis à nouveau : vive l’efficacité de l’Etat !

Le pouvoir d’achat immobilier des Français est au plus bas depuis un siècle !

 

Deux conclusions.

On me demande régulièrement d’apporter des solutions par rapport au portrait acide que je brosse. Il paraît que je n’en donne jamais. Il me semble pourtant l’avoir déjà fait. Il n’y a qu’une seule solution possible : elle consiste à fuir ce système comme les trois millions de français expatriés. Espérer une solution collective est actuellement une utopie déraisonnable ! Si vous ne pouvez pas quitter ce navire qui vous déplaît, subissez et râlez, notre sport national !

Deuxième point : il m’apparaît de plus en plus évident que seule la sphère privée est en mesure de proposer des projets de vie plus en accord avec les aspirations écologiques et de développement durable ressenties par de plus en plus de Français ou d’autres peuples des pays développés. Puisque les Etats, type France, se révèlent totalement incapables de bâtir des propositions, voire, font en sorte de couler et bloquer toutes les avancées en ce sens, je crois qu’il existe à ce niveau un gisement d’opportunités commerciales.

Si demain, il se met à exister des zones où les habitations sont possibles à un coût normal, avec une alimentation disponible selon les standards de l’agriculture biologique, avec un fonctionnement industriel qui s’écarte un peu de la grande fuite en avant actuel vis-à-vis des stocks de matières premières, il me paraît très clair qu’il ne sera pas difficile de trouver des clients et réaliser de grosses marges compte tenu de la rareté importante de l’offre.

Peut être que l’avenir réside dans la mise en place de communautés, presque fermées, comme on en trouve en Amérique Latine ou les expatriés se protègent de l’ultra violence qui règne là bas ! Ces communautés devraient dans le cas présent se protéger non pas de la pauvreté, mais des pollutions, des fonctionnaires, de la densité démographique, des politiciens baveux et vivre autour d’un idéal d’organisation de vie durable. Il existe en Bretagne des petites expériences dans le domaine de la construction écologique. Il faudrait les étendre à une approche plus globale de la vie.

 

Charles Dereeper

 

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire