Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne ! 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.


MON COMPTE FACEBOOK est ici

MON COMPTE TWITTER est ici



Le livre JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE (10.000 ventes à 40€) est téléchargeable 

==> ici

Charles-Dereeper

charlesjungle

Mes 2 comptes INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit
User 2  = charlesbkkcr

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

promospeciale

2 jobs à forte demande et faible concurrence pour changer de vie et s'expatrier

Audience de l'article : 5276 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions
Quoi faire Charles ? Comment gagner de l'argent à l'international ?

Je veux quitter la France, mais je n'ai pas d'argent !

Ah ca, c'est tous les deux jours que je reçois ce message d'impuissance dans mes boites emails !

Avant de vous livrer deux solutions, je me permets de vous rappeler la réalité, un truc qui est considéré comme un détail insignifiant en France par notre culture, mais qui est fondamental dans la vraie vie économique...

Le modèle - j'étudies à l'école, j'obtiens un bon diplôme, je bosse toute ma vie avec une belle situation - ce modèle là est foireux quand on se confronte à la réalité mondiale hors des frontières françaises.

Pour pleins de raisons.

La première et la plus grosse, c'est que l'éducation nationale française est composée d'un ramassis de déconnectés du ciboulot incapables de piger quoique ce soit au monde de l'entreprise... Faire confiance à ces gens pour manager votre vie pro, cela revient à apprendre des règles du jeu auprès de loosers... Les règles qui marchent ne s'apprennent pas à l'école. Sinon d'ailleurs, la France serait championne du monde des exportations. Si vous souhaitez vivre en France dans cet univers parallèle, passe encore. Mais si vous souhaitez vous confronter à l'international, il faut changer de monture. Vous le voyez tous par vous même. Le capitalisme à la française n'est pas compétitif à l'international. Sa maman l'Etat n'est plus là pour le protéger. Il s'écroule tout seul sous le poids de ses illusions. Les balances commerciales sont méthodiquement négatives depuis si longtemps...

Et la dernière réaction gocho du moment sur le souhait de devenir milliardaire montre à quel point notre pays cultive la loose.

Il est impératif de se connecter aux besoins des entreprises, de les comprendre et de les fournir. Il n'y a pas besoin de profs pour cela, encore moins de diplômes. Partout dans le monde, les gens veulent gagner de l'argent. Il n'y a rien d'autres à saisir.

Il y a deux langues internationales, l'anglais et l'argent...

Et surtout, il est impératif de saisir que de nouvelles activités naissent en permanence, détruisant les anciennes sur leur passage, ce qu'on appelle la destruction créatrice, un processus qui est nié et combattu en France par les politiciens, les syndicats et tous les peureux qui aimeraient que le monde soit fixe une bonne fois pour toute, sans même piger que l'être humain et donc eux mêmes, changent au fil des ans dans leurs goûts et leurs envies. Les entreprises ne font que s'adapter à ces variations et les réfleter. Mais les français refusent leur propre nature.

La survie dans le bain économique mondial exige une bonne perception de cette réalité et une bonne capacité d'adaptation.

Le modèle du diplôme est donc une aberration à mon sens.

En plus, aujourd'hui, le monde économique avance à une vitesse terrible entre mondialisation et internet. Il faut pédaler en formation continue presque chaque mois si on ne veut pas se faire décrocher. Un diplôme obtenu il y a 10 ou 20 ans est complètement dépassé !

Enfin et surtout, la vie impose à pas mal d'entre nous des virages à 90 degrés, voire 180 degrés dans mon cas.

Il faut savoir redémarrer à zéro ! Peu importe notre situation vis à vis de notre passage dans les mains de l'éducation nationale française. Ces gens ne doivent pas nous définir. Ils apportent un faux référentiel, une fausse identité, une fausse carte de la route, un mauvais rapport à la reconversion et à l'adaptation ou au changement.

Ce qui compte, c'est le pognon et se réaliser dans ce qu'on fait et non de s'enfermer dans une logique que d'autres ont dessiné pour nous.

Enfin, dernier rappel, rien ne tombe tout cru du ciel par miracle. L'économie et les entreprises, c'est comme le trading, un jeu à quasi somme nul où la référence est circulaire. On joue les uns contre les autres. Choisissez un job que tout le monde veut, sur lequel il existe des wagons de mecs qui se battent et vous aurez des emmerdes tout autant qu'un rendement limité. Les trades faciles ne rapportent pas. Vous le savez tous comme moi. Ce qui paye, c'est ce qui est dur, ce que les autres ne veulent pas faire !


PREMIER JOB : DATA MINING

Le data mining... Aux USA, ce job explose avec des salaires pour les débutants entre 60 et 80.000 USD par an. J'ai vu la semaine dernière la démo du spécialiste de l'équipe de foot allemande qui a décroché la coupe du monde et qui montre dans un salon américain avec son programme pourquoi il fallait faire rentrer à la 88ème le mec qui va marquer le but de la victoire. Le data mining est pour les matheux. Les entreprises récoltent de plus en plus d'informations sur leurs clients, leurs marchés, leurs environnements. Elles doivent digérer ces infos et créer de la valeur ajoutée en devenant toujours plus précises dans leurs offres et leurs actions. Il faut des gens capables d'extraire du chaos des données bruts, une logique et une stratégie. C'est le genre de prestations intellectuelles qui peuvent se localiser n'importe ou sur terre ! Devenir un spécialiste du date mining, c'est l'assurance d'exploser profesionnellement. En plus, comme c'est nouveau, y a pas de compétences universitaires spécifiques à décrocher. Et il y a une grosse demande !


DEUXIEME JOB : COMMUNITY MANAGER

Ce job là, si j'avais du temps, je le lancerais. Franchement, il a toutes les caractéristiques positives à mes yeux. Délocalisables dans le monde entier, il se pratique en toute liberté. Surtout, la demande est en train d'exploser avec deux types de clients. Les premiers sont les centaines de milliers de sites internet commerciaux qui doivent interconnecter leurs activités avec les réseaux sociaux pour trouver des clients et se développer. Et les deuxième clients sont le SEO. Google a modifié son algo en sept et oct 2014 en incorporant un concept d'autorité à côté de leur jus traditionnel à base de backlinks. Tous les SEO sont condamnés à bosser deux fois plus qu'avant, en développant des réseaux sur les réseaux sociaux. Croyez moi, y a du job énorme pour les community manager. Aucun diplôme là non plus ne prépare à ce taff ! Il faut se former sur le tas.

Autant Data mining a une barrière à l'entrée. Il faut des maths et de la programmation en background et aptitudes naturelles. Autant community manager, faut sauter sur le secteur pendant qu'il est encore temps. C'est facile à démarrer.

Une fois que vous avez le job et les clients, c'est que de la tambouille opérationnelle comme j'ai tenté de le synthétiser ici !

Charles Dereeper



lead-enrichir-25000
Poster un commentaire

4 commentaires

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper samedi, 17 janvier 2015 09:07 Posté par Charles DEREEPER

    c'est pas le boulot qui fait la solitude. c'est le choix du lieu d'expatriation.

    si je prend bangkok, y a 30.000 francais. et des centaines de milliers de baiseurs internationaux. parmi eux, il y a d'énorme pointure dans le business internet qui trainent à bangkok.

    c'est impossible d'être seul à moins de le vouloir...

    Au costa rica, en revanche, j'aurais pu sentir la solitude. j'ai pas pu parce que tout partait en couille de tous les cotés dans ma vie... la solitude aurait été une promenade par rapport à la souffrance que j'ai bouffé !!!!!

    super intéressant en tous les cas vos réactions.

    l'expat, c'est un projet global. climat, impot, pognon, amis, art de vivre, bouffe, sport et santé. sans parler de la sécurité...

  • Lien vers le commentaire Eric_Prudhon vendredi, 16 janvier 2015 23:33 Posté par Antifragile

    chris74, idem que toi et Charles pour la solitude à l'étranger...


    nous avons fait le choix opportuniste de la carrière en priorité, je ne regrette rien, bien au contraire mais sur le long terme, ça devient plus compliqué à gérer...


     


    Charles, j'ai le profil parfait pour ton 1er job: DATA MINING


    Master de Mathématiques Appliquées Options Statistique et Mathématiques financières... seul hic: ça ne m'intéresse plus les stats... ;)


    depuis j'ai découvert l'économie, la finance, ...


    Je bosse dans une banque au Luxembourg je suis ingénieur financier senior dans une cellule de pricing, j'ai une vue prévilégiée sur tout ce qu'il se passe en bourse depuis presque 10 ans maintenant...


    Mon but: devenir trader à mon compte et ne pas avoir de frontière géographique


    Seul problème: j'ai les bonnes idées, mais pas la carrure psychologique d'un trader ^^


    j'étais un des rares à gagner de l'argent en septembre 2008, mais j'ai reperdu par la suite, à cause de mon biais de pessimiste...


    je n'ai pas hésité à bouger à la fin de mes étude,s mais avec l'âge je me sédentarise trop, je me suis habitué au confort de mon train-train quotidien, même si tout n'est pas parfait


    point positif quand même: je ne suis plus en France depuis l'arrivée de Sarko! j'ai échappé à la folie de ceux qui entraîne la France vers sa ruine!!! :)

  • Lien vers le commentaire chris DEOM jeudi, 15 janvier 2015 00:56 Posté par chris74

    Hello Charles,


    Je te suis depuis une bonne année sur tes blogs et je gère justement des sites en indépendent (editorial, graphisme, SEO).


    C'est vrai que c'est un sacré atout de pouvoir travail ou l'on veut et presque quand on veut..


    Concernant l'expatriation, j'ai fais ma derniere année de master au Uk puis apres quelques années j'ai tenté Londres (salariat) puis récemment Chypre (à mon compte), je suis de retour en France avec des regrets et  songeant a repartir.. italie? malte? autre...


    l'inconvénient majeur avec ce genre de profession c'est la Solitude.. (5 ans que je fais cela en solo) au début cela ne se sent pas mais avec le temps...


    Et cela est d'autant plus vrai quand on part a l'etranger... que nous reste t'il pour rencontrer des amis a l'etranger.. que des salles de sport ou des activités du soir.. c'est vraiment pas aussi aisé que lorsqu'on est ERASMUS ou integré dans une boite...

  • Lien vers le commentaire Harry Haller lundi, 12 janvier 2015 09:47 Posté par harry

    Tu peux prendre tout le SEO, d'ailleurs l'explosion du nombre de blogs, consultants SEO et outils de guerre SEO ne trompe pas, je parle notamment de ceux apparus en FR ces dernies 12-18 mois. Il faut bosser 2x ou 4x plus oui mais ça s'industrialise (une vraie industrie de guerre) donc l'automatisation va rejoindre les nouvelles exigeances de l'algo rapidement.

    Les lignes ont été bouleversées depuis 2011, on ne parle même plus de distinction BlackHat/WhiteHat (ce qui était de l'hypocrisie), maintenant on résume : je suis plus/moins malin que GG, j'ai ou pas les moyens de tel objectif, voilà ce que je montre et là ce que je cache, etc.

    D'ailleurs on ne parle plus de "référencemet naturel" et c'est très bien mais de SEO. Ou plus précisément de Webspam (WhiteSpam même) puisque toute entreprise de positionnement ou d'apport de trafic en général s'apparente à du spam et du nono "naturel", tout ça à un coût et s'achète. ;)