Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Survivre en Tribu - quelques unes de mes idées que je vais tester dans les années à venir

Audience de l'article : 2371 lectures
Bonjour,

Je me prénomme Christian, Scorpion comme vous, mais de 1956 et ''jeune'' retraité depuis peu. Je me permets de vous adresser ce courriel suite à votre dernier écrit sur le business passion et votre projet de tribu mi-techno mi-sauvage et autonome. Il se trouve que le sujet me passionne moi-même depuis fort longtemps, depuis 1975 précisément et mes premières tentatives de vie communautaire. Depuis, en fonction des circonstances et de mon évolution, je n'ai cessé les aller-retours entre des schémas de vie relativement individualistes et de nombreuses et diverses tentatives, formelles ou informelles, de vie plus ou moins collective, plus ou moins matérialiste, organisée, spirituelle, politique, etc, etc... avec cependant pour toile de fond commune un retour vers la nature et une relative autonomie. Au final le bilan est plutôt mitigé et le constat essentiel, ce que je retiens en premier lieu de toutes ces expériences, c'est qu'il n'est rien de plus difficile, ardu, compliqué, que de vivre à plusieurs dans un lieu et un projet commun, notamment sur le long terme, quelque soient par ailleurs les gens, le lieu, le projet, le mode d'organisation, de gestion... et tout le reste ! Une vie de solitaire ou de couple, même si elle est plus âpre, plus ingrate, plus égoïste, plus réduite, reste quand même plus simple à gérer.

Loin de moi l'idée de vouloir vous décourager dans votre projet, bien au contraire, je salue votre choix parce qu'à mon sens... il a du sens ! Il porte quelque chose de sain, d'essentiel, a vrai dire de très stimulant et pour lequel je ressens de fortes accointances... ce qui fait d'ailleurs que je vous adresse ces quelques mots. Toutes ces expériences collectives auxquelles j'ai participé, même si je ne les ai en fait que traversées pour un temps... m'ont appris pas mal de choses, essentielles justement ou du moins qui me semblent telles. Des choses qu'on ne trouve pas dans les livres mais qu'on apprend en pratiquant sur le terrain et par ailleurs bien souvent à ses dépends et en dépit des ses convictions, certitudes ou attentes... tout comme vous me semble t-il en matière de bourse et de trading.

Boursicoteur depuis peu, j'ai retenu bien des enseignements au travers de vos textes et vidéos, surtout en matière de psychologie plus que d'un point de vue technique, ce qui fait que je ne m'en sors pas trop mal pour un bleu... senior en plus ! D'emblée, après quelques gains confortables je me suis lamentablement planté, mais j'ai su remonter lentement la pente jusqu'à aujourd'hui ou j'ai non seulement retrouvé ma mise, mais suis régulièrement bénéficiaire même s'il s'agit de gains très modestes. Je vous dois en grande partie ce parcours, cette expérience très formatrice et vous en suis gré. Je ne sais ou vous en êtes dans l'élaboration de votre projet ni même au juste ce qu'il en est précisément mais je serai ravi de pouvoir à mon tour vous faire profiter de mon expérience si tant est bien entendu que vous lui accordiez valeur. Si tel est le cas et si donc il vous reste, sur le facteur humain entendons nous, quelques questionnements, quelques points à éclaircir, voire carrément non résolus je suis tout disposé à en débattre avec vous... sans pour autant prétendre pouvoir assurément y répondre, ce serait bien prétentieux, il y a peut-être moyen de faire quelques pas, d'y voir un peu plus clair à défaut de solutionner le problème. Je crois utile de vous préciser, sait on jamais, que je ne suis pas coach, psychologue, ethnologue, anthropologue ou autre et que je n'ai absolument rien à vendre, ni formation ni conseil ni rien du tout... qu'il n'y ait pas de méprise, ce serait un comble !

Pour finir, outre pouvoir éventuellement débattre avec vous du côté humain/social de votre projet si tant est bien évidement que vous y trouviez un quelconque intérêt et que mes arguments vous semblent patents, j'avoue, bien que ma démarche soit assez prématurée et plutôt intrusive dirons nous et je vous prie de bien vouloir m'en excuser, j'avoue que j'apprécierai beaucoup si vous daigniez communiquer sur les aspects purement pratiques, concrets, matériels de votre projet... il va de soi que si tel n'est pas le cas je comprendrais tout à fait, et pour des raisons évidentes, votre souci de discrétion sur ce point, soyez en assuré.


C'est clair que vivre en tribu ne peut marcher que si on est forcé de la faire... genre par exemple avec un écroulement du socialisme mondial sous le poids des retraites non payées en mode vénezuela avec de la monnaie de singe. Les chaînes alimentaires sont ultra courtes. Un gros bug et tout le chateau s'écroule. Au panama, 70% de toute l'alimentation est importée...


Après, c'est toujours pareil. Il faut une organisation militaire pour de la survie et beaucoup de pognon + techno. Les expériences qui sont faites actuellement sont faites par des utopistes sans moyen financier. Il y a des expériences plus intéressantes faites par des milliardaires américains, y compris dans une serre géante que j'ai suivi.

Je constate qu'actuellement il y a peu de modèles de millionaires par exemple se regroupant pour essayer une tribu qui s'affranchit du système, hors sourcing d'appareils techno et industriels dont je suis très friand car produire de la bouffe reste éreintant. Je suis parvenu à la conclusion que la meilleure forme de stockage est l'absence de stockage et qu'il vaut mieux produire 10 fois ses besoins et aller se servir en permanence dans la nature en laissant pourrir le gros de sa production. Paradoxalement, la vie a toujours fonctionné comme cela et c'est l'option la moins couteuse en terme d'efforts humains, même si c'est contre intuitif.

Nous vivons dans un monde intensif. Le jour où je me lancerais, je miserais sur du pur extensif. Peut être que je calibrerais sur du 15 fois mes besoins et ceux des gens autour de moi. Ce qui laisse de la marge.

Ce qui compte c'est l'expertise en semences et dans la gestion des sols. Je parierais sur du très large, genre 3 ou 4 hectares en back up d'1 hectare cultivé, pour balancer du carbone en masse en le prélevant sur le réservoir des 3 ou 4 hectares, le tout sans se casser la couille avec des machines, des grosses machines capables de gérer des arbres et du lourd. Donc un minimum de terrain plat ou en pente légère.

Quand je vois les mecs se branler à 100m² près pour évaluer combien ils ont besoin pour produire leur bouffe et survivre, je me dis que je ne vis pas sur la même planète qu'eux. 1 hectare par personne minimum. D'ailleurs c'est ce que consomme une vache au Costa Rica par an...

J'ai claqué pendant dix ans au Costa Rica je ne sais pas combien de fric à faire des expériences. J'ai pu me confronter à la réalité et à la cruelle vérité qui est... que nous les humains, sommes littéralement incapables de vivre ou survivre sans les autres humains. Sans groupe, on est mort. Je ne sais pas quel est le niveau minimal, mais à la louche, j'ai le sentiment qu'il faut au moins 25 à 50 familles réunies dans une tribu pour avoir une chance d'y arriver. Donc il faut des centaines d'hectares pour que la tribu puisse fonctionner et pallier la volatilité de la vie, les emmerdes volant en escadrille serrée...

Ensuite, je sais aussi qu'il faut un climat chaud. Le financement corporel de la température est beaucoup plus facile quand il fait 30 à 33 degrés par rapport à 37 degrés que quand il y a un hiver. En même temps, l'hiver a forcé les hommes blancs à se creuser les méninges pour trouver des solutions.

Après il y a le souci de sécurité. Comment se protéger des paresseux en train de crever s'il y a bien un accident mondial ? Là aussi quand je lis les réponses de mes chers compatriotes en train de présenter leurs petites armes pour défendre leur famille..., je suis effaré. Aujourd'hui on sait que les chinois ont monté sur drones des AK47. En 2020. Ils ont aussi développé toute une gamme d'armes télécommandées genre sous marin. Donc faut pas être un expert pour piger qu'il n'y aura plus de guerre dans le futur entre les humains. On va se foutre sur la gueule à coup de drones et de robots tueurs. Donc le mec qui n'a pas une thune avec son fusil, il ne va pas aller bien loin. La défense du futur passera par la techno et les machines qui font froid dans le dos.... en même temps chacun comprend qu'on défend ses frères, ses femmes et ses enfants en premier. S'il faut fumer un mec pour que son enfant vive, via un drone piloté depuis un bunker, c'est moche, mais c'est la vie. Tuer pour un drapeau pour de la conquête de merde au profit de la banque et des fripouilles mondiales, c'est très discutable. Mais tuer pour la survie de sa famille, je ne connais pas beaucoup d'hommes capables de culpabilité. Cela n'a rien à voir.

Enfin il faut du génie humain, des compétences dans pleins de domaine, du médical au technique et à l'énergie. Ou même dans la gestion des humains. Des médiateurs. Des négotiateurs. 

Pour réunir ce genre d'individus pointus, il faut de la peur. Une peur massive du futur. Cela tombe bien. On a tous peur. Tous les mecs câblés sniffent la grosse embrouille généralisée capable sous 15 ans de leur flinguer leur petite vie de millionnaire peinard... hahahahaha

Quand on parle de futur, il faut des scénarios. J'ai prévu deux scénarios (trois en fait). Le premier est un futur chaotique avec un monde qui ne perd pas la boule. C'est ce que je vais développer à moindre frais au Panama à partir de 2020.

La deuxième option est un effondrement du socialisme dans un chaos plus extrême où tout part en couille pendant quelques années. Là, j'ai prévu une deuxième expérience dont l'existence même sera secrète. Cela réclamera plus de moyens financiers et je ne compte pas lancer ce machin là, avant 2030 quand on en saura plus. J'ai déjà localisé où je ferais cela.

La troisième option, c'est le truc que je redoute le plus, la réduction de la population mondiale, soit par maladie criminelle, soit par absence de cycle solaire + nuit volcanique avec des éruptions en pleine explosion. Là, faut se planquer. Et j'ai aussi trouvé la planque...

Rigolez pas pour le climat. Pendant que les crétins se branlent sur les taxes carbone, la NASA prévoit le plus bas cycle solaire des 200 dernières années ce qui l'amène à relancer les programmes spaciaux. Entre les taxes et envoyer de la vie dans l'espace, je parie que réellement le cycle en cours va être tout petit. source site NASA ici https://www.nasa.gov/feature/ames/solar-activity-forecast-for-next-decade-favorable-for-exploration/
Le danger devient alors les éruptions volcaniques. Le binôme eruptions + cycle solaire faible a déjà eu dans l'histoire à de nombreuses reprises des conséquences sur la température qui se chiffrent en décennies.

Charles
Poster un commentaire