Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Où est la frontière entre le bien et le mal quand on aide financièrement ? La vie me fait une bonne surprise

Audience de l'article : 2217 lectures

Je ne sais pas pour vous mais quand je me regarde, je vois beaucoup d'ambivalence entre le bien et le mal. J'arrive pas à me retrouver derrière les images toutes lisses toutes propres du monde moderne, qui est en réalité refoulé et ignorant pour ne pas dire aveugle sur l'ombre qui existe partout dans le cadre de la polarité globale. Mi ange mi démon me parle beaucoup plus comme lunette.

J'ai une femme Thaï que j'ai embarqué dans mon shift au Panama. Elle est orpheline et a cette caractéristique si rare d'avoir conservé un accès à son innocence malgré les pires évènements que des enfants peuvent affronter.

Elle a une seule amie à Bankok, qui crève la dalle, elle et sa famille avec la farce corona virus (tout particulièrement en Thaïlande où avec 56 morts pour 69 millions de personnes dans le pays et environ 30 morts par jour sur la route... la destruction de l'économie n'est plus de la bêtise mais de la pure haine).

J'ai envoyé 20.000 baths toutes les 6 semaines pour leur maintenir le ventre à peu près plein.

C'est là ou toute l'ambivalence de la vie démarre.

Je ne donne pas pour donner. Je reste très dubitatif sur le caritatif. Que des enculés aient transformé le monde en gigantesque esclavagisme et puis ensuite que ces mêmes enculés s'achètent publiquement une image en faisant du caritatif au lieu d'instaurer des règles du jeu plus justes qui permettent à chacun de s'insérer dans la vie mondiale... très clairement, j'ai du mal avec le caratitatif. C'est un foutage de gueule qui dépasse la raison.

Aider en one to one, financièrement, ou avec autre chose... me laisse tout aussi perplexe, car sans autonomie, cela revient à chercher à arrêter l'eau d'une rivière avec une simple épée...

Aider la seule amie de ma femme à la dérive pour apporter du soutien à ma propre femme de manière à ce qu'elle ne me casse pas les burnes, ce n'est pas vraiment aider et en même temps, cela l'est car il s'agit quand même d'un humain luttant pour ne pas crever de faim (sachant qu'elle sort d'une leucémie). Je dirais que je fais un deal, un échange sain de service, donc de l'entre aide.

Seulement, voilà, la vie n'est ni du caritatif lisse dégueulasse, ni un échange de service.

La complexité et l'ambivalence peuvent entrer dans la danse et transformer le tout, le sublimer de quoi faire oublier les débats intello.

J'ai envoyé 10.000 baths il y a une semaine, soit un peu plus de 300$.

La famille de l'amie de ma femme a prélevé 2.000 baths pour acheter des matériaux. Puis ils ont décroché un petit contrat leur permettant de faire 5000 baths de profits en plus des 2000 investis.

Voici les photos

IMG-20200522-WA0022

IMG-20200522-WA0024


IMG-20200522-WA0025

IMG-20200522-WA0026

IMG-20200522-WA0027

IMG-20200522-WA0028

IMG-20200522-WA0029

J'avoue que là, mon coeur a explosé. Une immense joie. Celle d'avoir contribué à aider une famille à pêcher au lieu de rester dans la dépendance et la victimisation.

Ma femme a explosé de joie aussi car tout ceci est bon esprit.

Alors que mes intentions initiales étaient ambivalentes, égoïstes également, j'ai contribué à la création d'une belle expérience de vie qui me rend fier et qui a redonné de la fierté à cette famille.

La vie est curieuse et complexe.

Bien sûr, on pourrait débattre à l'infini sur le fait d'aider les gens autonomes massacrés par le système et délaisser ou faire crever (Bill Gates s'en charge)  les victimes dépendantes irrécupérables... c'est toute la logique judéo chrétienne à laquelle je ne crois pas une seconde d'ailleurs, qui dit que toutes les brebis du troupeau ont les mêmes droits et valent l'amour de dieu, y compris celles qui s'écartent du troupeau et nécessitent une intervention au risque que celles du troupeau se retrouvent sans maître et connaissent des périphéties.

Le fait est que je me sens ultra à l'aise à pousser les humains à l'autonomie, les aider, leur apporter des ressources, des contacts, de l'argent, des outils et que je me sens extrêmement mal et ce, très rapidement, quand on tombe dans l'instauration d'une mise en dépendance. A ce jour, sans me cacher, je constate qu'une fois identifié le dépendant dans la merde, je détourne sans aucun état d'âme le regard et le laisse sombrer. Alors que je suis prêt à me casser le cul sur plusieurs années (et les exemples pullulent dans ma vie perso) pour aider à surmonter les épreuves du candidat humain autonome.

Chacun positionne son bien et son mal là où il l'entend.

J'avoue que cette famille thaïe m'a offert une belle et pure émotion et aussi l'occasion de revisiter ce qui comptait vraiment pour moi.
Poster un commentaire

4 Commentaires

  • Lien vers le commentaire David mercredi, 27 mai 2020 20:18 Posté par clementdavidfr@gmail.com

    Le don qui aide à grandir le recepteur est le meilleur. Guider et former sont aussi mes plus grandes satisfactions. La boule de neige peu parfois continuer bien au delà des buts ou objectifs initiaux :-) Enjoy !

  • Lien vers le commentaire hftrade mercredi, 27 mai 2020 05:09 Posté par hftrade

    vivre dans des sociétés rstées tribales, indiens d'amerique du sud, village melanesiens dans le pacifique (c'est en espagnol, francais comme au vanuatu ou anglais donc la langue est pas un obstacle normalement) ca a un interet pour comprendre le modele tribal. en amerique centrale, meme dans des pays comme le costa rica ou panama, il y a encore des reserves indiennes (kuna au panama)

    le chef est au service de la tribu et n'est pas du tout un dictateur. le jour ou il ne remplit plus son role il est degagé. il faut comparer ca aux hauts fonctionnaires francais (noblesse d'etat) qui sont la pour se servir plutot que servir

    quelle lecon pour les francais ou le president se comporte en monarque ui meprise la population francaise

    comme le dit engin, la solidarité et partage va de soi dans le modele tribal, le mec qui joue pas le jeu est exclu

  • Lien vers le commentaire Engin-ear mardi, 26 mai 2020 09:58 Posté par Engin-ear

    Nous sommes câblés génétiquement pour aider nos proches par des dizaines de milliers d'années d'existence tribale.

    Celui qui refusait de partager à l'époque était exclu de la tribu, devenait possiblement un esclave d'une tribu voisine, en tout cas perdait la chance d'avoir de la descendance.

    Donc, sauf quelques individus pathologiques, nous avons tous de la vraie joie à partager pour *sauver* les gens qui font partie de notre tribu.

    Et les amies de ta femmes forment ta tribu virtuelle.

  • Lien vers le commentaire hftrade mardi, 26 mai 2020 05:51 Posté par hftrade

    je suis d'accord avec cette vision

    le sage confucius aurait dit " quand un homme a faim mieux vaut lui apprendre a pecher que lui donner du poisson"


    mais actuellement on assiste au communisme mondial et la mise en esclavvage des peuples. dans de nombreux pays dont l'espagne on parle du revenu universel, ou comment mettre le peuple en dependance

    les grands patron US qui traitaient (GE par ex mais on en parle pas) leur personnel comme des chiens (personnel qui les font vivre quand meme), mais avaient de nombreuses fondations caritatives avec des millions ou milliards pour bonnes oeuvres (sans parler de la vaccination par Bill gates en afrique), ca m'a toujours mis mal a l'aise egalement.

    en France, actuellement, 60% de la population active est payée par l'etat ! avec 10 millions de personnes en chomage partiel. on est certainement pas en train d'apprendre a pecher aux petits francais !