Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Startup

Startup

Que font les autres ?

Les expériences des entrepreneurs.

Les français qui lancent leur startup.

Les tendances dans les autres pays à adapter en France.

Les idées de produits et de services.

Comment développer les entreprises, leur faire vendre plus...

promospeciale

Tous les chiffres de la publicité sur les réseaux sociaux à connaître

Audience de l'article : 8145 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Si vous voulez savoir quels sont les sujets brulants qui agitent la sphère des social media managers aujourd'hui, cela se résume à un pile ou face entre : le social media advertising - la pub sur les réseaux sociaux - et les emojis. D’un côté, nous avons cette collection de têtes jaunes et de symboles les plus divers ; de l’autre, nous avons un levier puissant qui va grandement peser dans votre budget marketing en 2016, et au-delà.

Ce n’est pas que nous n’apprécions pas le monde bigarré des emojis à sa juste valeur (nous avons consacré un article sur une micro-startup dans ce domaine), mais cet édito va se concentrer sur l'autre sujet.

A un rythme incroyable, c’est comme s’il ne se passait pas un mois sans qu’un réseau social ne dévoile un nouvel outil de pub sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter et LinkedIn ont depuis longtemps colonisé ce territoire, alors qu’Instagram et Snapchat progressent à vitesse grand V. Cette explosion des options pub a pourtant laissé un nombre non négligeable de marques à la traine. Aujourd’hui, elles tentent de s’accrocher aux wagons.

Si vous n'êtes toujours pas convaincu de savoir pourquoi vous devriez investir dans des campagnes sur les réseaux sociaux, voici une longue liste de statistiques publicitaires sur les média sociaux qui devrait contribuer à vous motiver.

1. Les statistiques d'utilisation de la pub sur les réseaux sociaux

Social ad spend world by region

Les annonces sur les réseaux sociaux ne représentent qu'environ 14% des dépenses totales de la pub digitale.

Cette statistique importante doit être soulignée avant de poursuivre notre tour d’horizon. La pub sur les réseaux sociaux est relativement récente et en constante évolution. Si vous avez loupé le train, vous n'êtes probablement pas seul sur le quai. Tout le monde ne fait que commencer à utiliser ces outils, entre expérimentation et apprentissage. Et même si les annonces sur les réseaux sociaux ne représentent que 13,9% des dépenses de la publicité numérique, elles sont en pleine croissance - un boom rapide.

De 2014 à 2015, on estime que 70% des markéteurs vont dépenser plus en annonces sur les réseaux sociaux.

Une belle proportion qui souligne un consensus. Les markéteurs reconnaissent désormais que la pub sur les réseaux sociaux est un outil qu’ils vont devoir comprendre et maitriser s’ils veulent parvenir à atteindre ces utilisateurs, convoités et toujours en mouvement, des réseaux sociaux. Cette statistique montre qu'ils veulent monter dans le train.

La pub sur les réseaux sociaux n’est pas seulement un phénomène nord-américain ou occidental.

En 2015, les analystes prévoient une augmentation globale de 33,5% des dépenses d’annonces sur les réseaux sociaux.

Bien sûr, les Nord-Américains sont de grands amateurs de social networks, tout comme les internautes d’Amérique du Sud, d’Europe, d’Asie et d’Afrique. Les réseaux sociaux sont abondamment utilisés dans le monde, de même que la publicité sur les réseaux sociaux est en croissance partout sur la planète. Indépendamment de votre marché, vous pouvez trouver des pistes pour rendre efficiente la pub sur les réseaux sociaux. Dans cet investissement, vous ne serez probablement pas tout seul...

Les dépenses en annonces sur les réseaux sociaux sont susceptibles de dépasser 23 milliards de $ en 2015.

Voilà d’énormes chiffres, pour d’énormes budgets. Cette montée en puissance s’est déroulée sur une période de temps incroyablement courte. Et cela n’est pas fini, quand on poursuit cette impressionnante tendance.

Les dépenses en annonce sur les réseaux sociaux devraient dépasser les 35 milliards de $ en 2017.

Le nombre exacte est de 35,98 milliards de $, si on veut être précis. Cela représente une augmentation de près de 13 milliards de $ en seulement deux ans. Au-delà de cela, les réseaux sociaux auront maintenu une croissance constante - de l'ordre de 6 milliards de $ chaque année - pendant près d'une demie décennie. D’habitude, ces tendances augmentent rapidement sur une période d’un an ou deux, avant d’atteindre un palier. Alors si les dépenses en pub sur les réseaux sociaux continuent au même rythme effréné, personne ne peut prédire la façon dont le secteur et ses outils vont évoluer.

Mais ce genre de dépenses devrait en réaliter refléter les coûts des ces annonces en elles-mêmes ? Eh bien, en fait, les markéteurs font face à un paradoxe.

Plus de 50% des markéteurs B2B classent les réseaux sociaux dans la catégorie des options d’annonces pub « très » ou « plutôt low cost ».

Une enquête de 2014 a sondé 200 markéteurs B2B pour évaluer les coûts des canaux de génération de la demande sur la base du coût par prospect. Un peu plus de 50% des sondés ont classé les réseaux sociaux dans la catégorie des leviers à « coût très faible » ou à « assez faible coût ». A comparer aux 42,5% pour les search ads, et aux 41,7% pour les display ads. La vérité, sauf exception notoire, c'est que les annonces sur les réseaux sociaux sont, de manière générale, relativement abordables. De nombreux réseaux offrent la possibilité de tester votre contenu avant de le promouvoir, de quoi vous donner les meilleures chances de toucher votre public cible. 

2. Les statistiques de la pub sur les différents réseaux sociaux

Social media spend per Soc networks world

Les recettes publicitaires de Twitter se sont élevées à 513 millions de $ au 3ème trimestre 2015, soit une augmentation de 60% en cumul annuel.

La publication des résultats de Twitter pour le 3ème trimestre 2015  le confirme : les annonceurs investissent plus que jamais sur les annonces Twitter. La plateforme de micro-blogging a été l'un des premiers réseaux à reconnaître et à capitaliser sur le potentiel du social media advertising. Depuis que Twitter a lancé ses premières options pub, le volume d’annonces a connu une croissance rapide et constante. Avec 60% de croissance en cumul annuel : cela laisse peu de place au doute, les annonces sur Twitter ont fait leurs preuves en tant qu’options efficaces pour les entreprises. D’ailleurs cela trait à la volonté de Twitter d’investir les smartphones et le Web mobile.

Les revenus de la publicité mobile ont représenté 86% des recettes totales de pub de Twitter.

L'avenir de la pub sur le Net se niche dans votre poche. Et les markéteurs ne peuvent plus ignorer les dernières tendances de la pub sur le Web mobile. L’utilisation des smartphones est tellement omniprésente que chaque entreprise se démène pour optimiser sa com sur les supports mobiles. A ce jeu là, Twitter a toujours été à la pointe à travers le développement d'application pour smartphone, et c’est tout aussi vrai au niveau de leurs possibilités en pub sur le Web mobile. Au vu de ces stats, il est clair le smartphone est le support où les annonceurs veulent être. Et Twitter a su s'y prendre pour les attirer.

Alors, comment ces chiffres sur les revenus se traduisent-ils en termes d'utilisation ? 

En juin 2014, près de 80% des annonceurs US utilisaient des tweets sponsorisé.

twitter-cpc-cpe-costs

Et oui, cette stat est déjà un peu dépassée mais elle est révélatrice. En juin 2014, près de 80% des annonceurs aux États-Unis ont utilisés des Tweets sponsorisés. Ce chiffre montre l'adoption rapide des annonces Twitter, mais il faut garder à l’esprit que ce nombre a augmenté depuis lors. D'autant plus que Twitter a élargi sa plateforme publicitaire. Lorsque plus de 80% des markéteurs utilisent un outil spécifique, il y a fort à parier qu'ils en retirent un bénéfice certain. Au regard des ces données, cela semble plus que soutenir cette théorie.

Les Tweets sponsorisés affichent des taux d'engagement moyen de 1 à 3% -beaucoup plus que les bannières pub traditionnelles et autres display ads.

Autrement dit, les annonces sur Twitter performent et sont engageantes. Les options de ciblage permettent de toucher un public très spécifique, et de leur fournir le contenu que vous avez pu tester et dont vous savez qu'il est pertinent. Tout cela se traduit par plus d'engagement et plus de bénéfices pour votre entreprise.

Alors que Twitter est l'un des pionniers de la pub sur les réseaux sociaux, de nouveaux venus débarquent dans le jeu.

En 2015, Instagram va engranger 595 millions de $ de revenus publicitaires sur les mobiles dans le monde.

Les annonces sur Instagram sont un phénomène relativement nouveau, mais qui ne doit pas être sous-estimé. Le réseau social (propriété de Facebook, on le rappel) a commencé un partenariat avec de grandes marques pour tester leurs pubs au début de cette année, et les résultats ont fait clairement tourner les têtes de quelques uns. Dans leur première année d'existence, les annonces Instagram vont engendrées l’impressionnant revenu de 595 millions de $. En pourcentage du montant estimatif de 23 milliards de $ qui seront dépensés sur les annonces sur les réseaux sociaux dans leur ensemble, cela pourrait ne pas sembler beaucoup. Mais accrochez-vous, car voici la stat suivante.

Instagram engrangera 2,81 milliards de $ en revenus publicitaires sur supports mobiles d'ici 2017.

Insta net mob ad revenue world

Non seulement cela représente une augmentation de 400% des recettes provenant des pub Instagram, si les prévisions sont correctes, mais cela représente également une augmentation de 7% de la part d’Instagram dans l’ensemble des recettes publicitaires de Facebook, et une augmentation de 5% de la part d’Instagram dans les revenus pubs des réseaux sociaux. Comme vous vous en doutez, ces chiffres reflètent le déploiement de la plateforme de pub d’Instagram auprès de tous les utilisateurs, et pas simplement cantonné aux grandes marques. Mais d'autres facteurs rentrent également en jeu.

Avant tout développé comme un réseau social sur mobile, Instagram est parfaitement placé pour tirer parti de la croissance des supports mobiles, principal vecteur d'utilisation des réseaux sociaux. Instagram est aussi très largement utilisé par la prochaine génération de consommateurs, avec 55% des utilisateurs qui sont âgés de 18 à 29 ans. Avec des annonces Instagram, les marques seront en mesure de toucher les consommateurs partout où ils sont. De quoi capitaliser sur ces jeunes utilisateurs - dont les revenus et les dépenses ne feront qu'augmenter année après année. Bien que Facebook soit de plus en plus délaissé par les jeunes, ils n'on pas (encore) abandonné le réseau.

Social networks used by young Americans n

Enfin, les annonces Instagram s’intègrent de façon transparente dans l'expérience de navigation sur smartphone, probablement plus que toutes autres annonces sur les réseaux sociaux. En d'autres mots, Instagram s’apparente à un rêve pour les annonceurs. Toutefois, les annonces Instagram sont un nouvel outil, et n’ont pas encore réellement fait leurs preuves sur le long terme. Mais si ces premiers résultats sont une indication, la tendance demande à être surveillée de près.

Le taux rappel des messages sponsorisés sur Instagram était 2,9 fois plus élevé que les normes constatées par Nielsen pour la publicité en ligne.

Dans plus de 475 campagnes mondiales, Nielsen a constaté que le taux de rappel pour les annonces sur Instagram a dépassé - de près de trois fois - les normes que l’on rencontre dans la publicité en ligne. En d'autres termes, les annonces Instagram sont mémorables ; elles font une impression durable sur le public qui les voit. Voilà une belle performance dans un univers des réseaux sociaux inondé par du contenu. A mesure que les marques continuent d'expérimenter et de découvrir la publicité sur les réseaux sociaux, cette statistique devrait mettre les annonces Instagram sur les écrans radar de tout le monde.

Au troisième trimestre 2015, Facebook a engrangé 4,3 milliards de $ de recettes publicitaires, contre 2,96 milliards de $ l'année précédente

FB revenue Q3 2013 to Q3 2015

Encore une fois, environ 595 millions $ en recettes publicitaires cette année pour Instagram, c’est impressionnant ; mais n'oublions pas qui a acheté qui. Facebook a performé avec un remarquable 4,3 milliards de $ de revenus publicitaires en un seul trimestre. Ce chiffre a augmenté de plus d'un milliard de dollars en cumul annuel – de quoi réfléchir sur ce que cela implique au niveau des recettes publicitaires annuelles de Facebook.


La donne est simple : Facebook est le plus grand réseau social dans le monde. En raison de son usage ultra répandu, de nombreuses marques sont plus à l'aise pour expérimenter des annonces sur Facebook que partout ailleurs. De plus, le réseau dispose d'une expérience avérée en matière de social networks advertising.

Sur Facebook, les annonces sur les ordinateurs fixes et portables ont un CTR 8,1 x plus élevé et les annonces mobiles ont un CTR 9.1 x plus élevé que les autres annonces web traditionnelles.

Pour rappel, le CTR (pour Click Through Rate) est le ratio du nombre d’affichage d’une pub / le nombre de clics – c’est le taux de conversion de la pub.

Il faut garder cela à l’esprit : Facebook a rejoint l’arène de la publicité digitale longtemps après que les display ads et les search ads avaient elles-mêmes été mises en place comme outil pour les entreprises. Dans un laps de temps très court, le réseau social a été en mesure de créer des annonces qui sont beaucoup moins intrusives et beaucoup plus efficaces que leurs homologues. Avec des CTRs entre 8 et 9% plus élevés, cela devrait être suffisant pour vous inciter à monter à bord du train Facebook.

L’impressionnante croissance des revenus pub de Facebook peut également être attribuée à un autre facteur, à savoir : leur rôle croissant en tant leader de la social video.

Plus de 90% des annonceurs prévoit de diffuser des annonces vidéo sur Facebook l'année prochaine.

Cette stat, extraite d’un récent rapport de Mixpo, montre à quel point Facebook est devenu la plateforme de choix pour les annonceurs vidéo. Les annonceurs et les agences font clairement confiance à Facebook pour ce format d'annonces, alors même que Facebook commence seulement à y mettre un pied.

Ads in video forecast
Si vous regardez le graphique ci-dessus, Facebook a clairement joué le rôle de second couteau quand on regarde la publicité vidéo au cours de cette dernière année. Mais il a rapidement dépassé la locomotive YouTube en termes d'intérêt qu’il suscite.

C’est un bel exploit, compte tenu de la stat suivante.

Parmi les 100 premiers annonceurs de YouTube, la moyenne des dépenses pubs a augmenté de 60% en cumul annuel

C’est un signal important pour la plateforme vidéo. En dépit de tous les gains de Facebook, ceux qui font de la publicité sur YouTube continuent à augmenter leurs dépenses. On pourrait imaginer que cela implique que les annonces marchent et fonctionnent biens. .En tout cas assez bien pour justifier ces augmentations de budget d’annonces dans les vidéos sur YouTube.

D’ailleurs, qui sont ces annonceurs ?

Un chiffre simple :100% des 100 plus grandes marques mondiales ont diffusé des annonces sur YouTube au cours de la dernière année.

Avec ce communiqué sur ces stats, YouTube fournit un éclairage précieux sur le respect dont il jouit auprès des grandes marques. Alors que Facebook est en train de devenir l'outil de la pub vidéo pour toutes les entreprises, YouTube maintient toujours - et renforce même de plus en plus – ses puissantes relations avec les plus grandes marques du monde.

Tant que nous sommes sur le sujet des grandes marques, voici une dernière stats à connaitre.

La nouvelle fonctionnalité Sponsored Selfie Filters de Snapchat, qui pourrait coûter jusqu'à 700 000 $ par jour, devrait atteindre les 16 millions de vues journalières.

Le PDG Evan Spiegel et son équipe ont prévu que les Sponsored Selfie Filters, qui permettent aux utilisateurs de transformer leurs selfies en pubs, atteindront jusqu'à 16 millions de vues par jour. Avec le coût de ces annonces qui peuvent couter jusqu’à 700 000 $ par jour, il y a fort à parier que Snapchat se tourne – aussi – vers les plus grandes marques du monde, ou en tout cas ceux qui ont de conséquents budgets publicitaires à investir sur les réseaux sociaux.

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire