Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne !

Je vis en contraste extrême entre Bangkok la sauvage torride et la jungle encore préservée du sud pacifique du Costa Rica. 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.



Inscription à ma newsletter BOURSE / INVESTIR / PRODUCTIVITE 
(2 emails par mois)

==> C'est ici

Charles-Dereeper

charlesjungle
NOUVEAUTE 2017


Suivez mes "conneries" et ma life sur INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
david renan telechargement livre

Zoom sur le marketing internet - les techniques les plus récentes pour vendre plus - interview de 16 minutes

Audience de l'article : 1919 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Hello Tout le monde

J'ai fait une interview de Guillaume Rondan car je trouvais intéressant son parcours, le fait qu'il accompagne 24 PME e-commercante dans leur développement commerciale sur le net, ses prestations se soldant souvent par des dizaines de pourcent de hausse des ventes. Guillaume développe des outils et logiciels pour quantifier ses démarches, mesurer précisément les comportements et les réactions, ajuster les propositions. La vente sur internet est devenue quelque chose de très précis. Il est loin le temps où on placardait dans tout Paris des affiches dans l'espoir de vendre. Aujourd'hui, les coûts de la communication sont en forte baisse et surtout, on sait très exactement combien on en a pour son argent, car on dispose de reporting sur les résultats des actions de spécialistes comme Guillaume. L'acheteur est traqué, comptabilisé, disséqué. C'est effarant !

Si Guillaume pipote ou est mauvais, il est rapidement démasquable. J'aime bien ce genre de profession où on est sur le grill immédiat sans possibilité de se cacher de ses échecs.

Guillaume a pris contact avec moi assez méthodiquement (je suis archi débordé en ce moment, mais visiblement, cela ne l'a pas démonté). J'ai bien vu qu'il était motivé plus que les autres vu son insistance tranquille et déterminée. Il a découvert Objectifeco par le biais de Cédric Froment. Il a envie de partager sa passion de la monétisation sur le net. Et franchement, j'ai vite eu envie de découvrir ses compétences. Le net est partout. C'est toujours intéressant d'être au contact d'un marketer ! Il a donc intégré le team ObjectifEco et va développer l'espace entreprise, en espérant qu'il parvienne à vous donner l'envie de vous lancer dans du business internet. Personnellement, je trouve que cela cadre bien avec le fait de s'expatrier, car le business internet est souvent délocalisable. Mettre à disposition ce genre d'outils et de réflexion rentre donc tout à fait en adéquation avec mes idées politiques...

Charles Dereeper


BANDE SON





Parle-moi un peu de ce que tu fais. Ton entreprise, ce que tu as créé, tu me disais que tu avais une vingtaine de clients que tu accompagnais dans leur développement sur le net. Tu as démarré quand ? Raconte-moi un peu l'histoire de ce truc.



Je m'appelle Guillaume Rondan , je suis entrepreneur sur Internet. Je vais peut-être d'abord t'expliquer comment j'en suis venu à entreprendre sur Internet.

Avant, j'étais plus attiré par tout ce qui est finance de marché. J'ai fait une école d'ingé, j'avais envie d'essayer de comprendre - c'est ce qui m'attirait à l'époque - l'évolution des cours de bourse, d'essayer de concevoir des algorithmes pour prédire l'évolution, pour avoir derrière des automates qui rentrent sur le marché. J'ai commencé en tant que salarié dans une banque d'investissement à Paris mais en fait en même temps j'avais aussi un projet que je mûrissais depuis quelques années. Un projet que j'avais en tête depuis que j'étais étudiant.

Un beau jour je me suis dit qu'il ne fallait pas que je passe à côté de ça. Je me suis mis à mi-temps, j'ai consulté un ami et ensemble on a réfléchi, on a beaucoup plus mûri l'idée et on y est allé. De là est né Wexperf. C'est une start-up qui commercialise une solution web à destination des e-commerçants, de toutes les personnes qui ont des boutiques en ligne sur Internet.

En fait cette solution, elle agit sur la conversion des visiteurs en mettant en place des scénarios de marketing et en personnalisant la navigation des visiteurs. Donc en gros, l'idée qu'il y avait derrière c'était : je suis e-commerçant, je vends mes produits et mes services sur Internet, est-ce que j'ai envie - à des déjà clients - d'afficher, d'avoir les mêmes discours qu'à des nouveaux visiteurs qui ne me connaissent pas ? L'idée c'était : à des déjà clients, cela serait peut-être plus pertinent de faire du cross-sell, donc de proposer des produits complémentaires aux achats passés, ou alors de faire monter en gamme le client, et donc de faire plutôt de l'up-sell. Et à contrario, à mon nouveau visiteur, elle est assez répandue toute cette approche content marketing, c'était ça l'idée ; c'était d'abord le nouveau visiteur qui ne nous connaît pas, essayer de l'éduquer, essayer de le familiariser avec nos valeurs, avec ce que l'on propose, avant d'essayer de lui vendre quelque chose. Donc voilà, c'était un peu ce qu'il y avait derrière cette idée de boîte. Là actuellement, on est toujours deux associés et on travaille à cinq personnes. Voilà, c'est mon activité principale : il s'agit de la start-up Wexperf mais à côté de ça, j'ai toujours voulu - pas voler de mes propres ailes - mais travailler aussi en solo.

J'ai une activité de consulting où j'accompagne des clients pour justement utiliser de manière intelligente le canal Internet. Par exemple, je travaille avec un réseau d'agences immobilières que j'accompagne pour asseoir leur image en ligne, comment utiliser les bons outils. Et derrière très souvent, en gros ce que l'on met en place ce sont des stratégies d'acquisition de trafic. Quels sont les leviers à utiliser ? Est-ce que c'est pertinent d'utiliser des campagnes Facebook, des campagnes Adwords (ce sont les campagnes de Google), ou alors à nouveau d'avoir une approche content marketing. Donc, d'abord apporter de la valeur à nos prospects, avant de les convertir en clients. Voilà, c'est un peu ma deuxième casquette, donc plus de consulting. Sur ces deux projets, j'essaie toujours de mettre en pratique - ou d'avoir comme principe - la loi de Pareto. Quand je travaille, où est-ce qu'il est possible de consacrer 20 % de mes efforts qui vont m'amener 80 % des résultats. En gros, d'essayer de trouver les meilleurs leviers à actionner aujourd'hui. Les leviers qui sont les plus rentables et qui génèrent le plus de résultats à court ou à moyen terme.

Dans cette optique de tester les choses du moment, d'expérimenter de nouvelles stratégies, on va dire j'ai un peu une troisième casquette, là j'essaie moi-même d'identifier des besoins sur Internet, d'identifier des niches, des thématiques qui sont derrière économiquement viables. Cela veut dire : Est-ce qu'il y a des gens qui sont prêts à payer si je leur rapporte des produits ou des services qui résolvent des problèmes qu'ils ont, des frustrations qu'ils pourraient avoir ? Sur ces différentes thématiques, j'ai essayé de créer mes propres produits.




Des produits de formation ?

Alors justement, pas forcément de formation. Par exemple, le dernier est tout frais, c'est un produit que j'ai lancé en juillet. Il s'adresse aux professionnels de l'Internet. Cet outil permet un peu de détourner l'utilisation que les trois-quarts des gens font du réseau social Twitter, c'est le troisième plus gros réseau social sur le marché francophone. Lorsque ces professionnels utilisent mon outil, ils sont capables littéralement de capter l'audience du réseau social mais de cibler quelles sont les audiences qu'ils veulent capter. On va cibler les influenceurs de notre thématique, de notre secteur d'activité, et derrière on utilise l'ensemble des fonctionnalités de Twitter pour capter - en gros cela va stimuler le lectorat, en fait derrière cela va le capter - donc faire en sorte que ce lectorat s'intéresse à nous. Et derrière si on a un profil Twitter cohérent, qui est en phase avec ce que l'on a à proposer à notre lecteur, cette personne-là va derrière devenir prospect et peut-être derrière client. Ce ne sont pas juste des produits d'information sur des niches, cela peut être aussi des logiciels, des outils. Voilà un peu mes trois casquettes sur lesquelles je jongle au quotidien.




J'ai oublié de te poser une question un peu basique : tu as quel âge ?

J'ai 27 ans. Cela fait quatre ans que je travaille et on a lancé la structure un an et demi après que je sois salarié. La boîte a à peu près deux ans et demi. Derrière, les autres activités qui en découlent sont venues un petit peu après, cela fait un an- un an et demi - que je travaille sur le sujet.



Tu fais aussi du référencement ?

Oui, je fais un peu de référencement. Alors je ne suis pas un crack du référencement mais forcément quand j'accompagne des clients, je me tiens informé de ce qui se fait en matière de référencement, mais cela reste des stratégies white hat qui restent conformes aux guidelines de Google et qui sont - en gros - surtout les choses à ne pas faire.

Après, je ne suis pas encore rentré dans des stratégies que l'on peut appeler des stratégies de black hat et qui là visent en fait à utiliser des leviers un peu... exploiter certains leviers, détourner certaines utilisations que l'on pourrait faire pour derrière faire ranker beaucoup plus facilement certains sites de niches.



D'accord. L'e-mailing ?

L'e-mailing, J'en fais. Enfin, pas moi personnellement mais je mets en place avec mes clients des stratégies justement pour rester dans cette optique de personnalisation, essayer au maximum en fonction du comportement qu'auront eu nos prospects, donc typiquement envoyer un premier e-mail teaser qui va susciter l'intérêt de l'audience et derrière cibler le lectorat qui aura réagi à l'e-mail, par exemple, qui aura cliqué sur un lien et derrière on va venir segmenter notre base e-mail. Et ces gens-là, "intuiter" qu'ils sont beaucoup plus sensibles à cette première offre qu’on leur a fait. Et derrière toujours utiliser l'optique de : j'apporte d'abord de la valeur et ensuite essayer de lui vendre quelque chose.



Tu parviens à délivrer les e-mails ? Parce qu'en fait, le gros problème aujourd'hui, ce n'est même pas de leur faire ouvrir les e-mails, le problème c'est de les envoyer et que les e-mails arrivent dans les boîtes.

C'est vrai que mes clients ont des problèmes de délivrabilité mais qui sont en fait inhérents à l'ensemble des prestataires actuels. Nous on utilise, chez un client SG Autorépondeur et chez un autre Inxmail, qui est plutôt un prestataire qui s'adresse aux e-commerçants mais c'est vrai que les taux de délivrabilité pourraient être meilleurs.



Ce sont à peu près la moitié des e-mails qui partent à la poubelle, qui sont jamais arrivés, alors que même les gens les attendent, les réclament et qu'ils ne les reçoivent pas. Je voulais savoir comment vous gérez cela. Parce que, à part envoyer des SMS aujourd'hui, je ne vois pas trop comment on peut communiquer auprès des gens qui cherchent à recevoir des informations et qui en ont fait la demande. Vous constatez le même problème de votre côté ?

Oui, c'est ça.



Donc ta structure, vous êtes cinq, ressemble plus à une agence de communication.


Voilà, on a un outil en interne qu'on a développé et maintenant qu'on commercialise. Donc, derrière l'idée c'est d'avoir un support technique mais aussi, on va dire, plus sur la partie marketing pour, en fonction des retours que l'on aura eu de nos clients, mettre en place de nouveaux scénarios marketing sur d'autres sites. Derrière, on veut justement de plus en plus se tourner vers la partie éditeur d'un logiciel pour être beaucoup plus libre de notre temps, et pouvoir utiliser le temps qu'on a pour développer une nouvelle gamme de produits ou enrichir l'outil actuel.




Est-ce que tu as songé à appliquer à toi-même, à des entreprises ou à des niches que tu apprécierais tes propres compétences de vendeur ?


Mes propres compétences de vendeur ?




C'est-à-dire, là actuellement, tu aides les e-commerçants à vendre plus quelque part ? Donc ma question c'est : Pourquoi tu ne rechercherais pas une boîte à laquelle tu crois et tu la développes à partir de tes compétences ? Au lieu de faire des prestations pour des clients, pour le compte de tiers, tu ne fais pas des prestations pour toi-même.


A la base, mon activité principale à Wexperf comme c'est notre boîte, notre bébé on va dire, on tend à la développer un peu comme tu dis. Enfin, de la vente, moi je suis plutôt du côté technique et à suivre les clients au quotidien, j'ai donc mon associé qui est plus sur la partie commerciale mais c'est un produit que l'on essaie de développer et de commercialiser par nous-mêmes.



Ma question c'est, par exemple : Il y a des sites Internet qui sont à la vente en permanence, et ce serait racheter un business avec un site Internet et le développer par toi-même en fait. Avoir une activité d'investisseur dans le domaine des sites Internet, parce que tu maîtrises le développement commercial des sites.


Pour l'instant, ce serait un peu prématuré mais à moyen terme pourquoi ne pas plus rentrer dans le cœur du sujet.




Ou alors, devenir investisseur un peu comme fait Michel de Guilhermier avec son Accélérateur ou e-coach. Et puis en même temps, il prend des parts dans le capital et il participe au développement. Compte tenu des enjeux financiers sur le net aujourd'hui et compte tenu de tes compétences, si j'étais toi je deviendrais investisseur en capital risque.


Quand j'aurai un peu plus de bouteille et un peu plus de sous à placer, oui cela peut être un bon deal, à la fois d'investir et à la fois de coacher.




Vendre des prestations c'est sympa mais il y a beaucoup plus à gagner en prenant carrément des participations comme fait de Guilhermier. Son business model, il est top : il monte une école pour trouver les meilleurs entrepreneurs pour investir dedans, j'avoue que c'est assez fort son histoire.


D'ici quelques années oui, et peut-être passer de l'autre côté de la barrière.




Tu as envie de rejoindre et d'écrire sur objectiféco ?


Oui, développer toute cette partie entrepreneuriat, développement sur Internet, création de business...




Tu as envie de communiquer ? C'est une passion que tu as le développement des entreprises ?


C'est une passion depuis ces deux dernières années. Maintenant, c'est vraiment quelque chose qui m'anime et au quotidien c'est toujours cette réflexion : Est-ce qu'il n'y a pas des business à monter sur ça ? Est ce qu'il n'y a pas des produits à lancer par rapport à des choses que j'entends ? C'est une passion de créer, d'entreprendre et d'apporter de la valeur aux gens et forcément, en retour, de gagner de l'argent grâce à ça.




Donc tu as envie de partager ? Tu as envie de faire le point ? Tu aimes écrire ?


J'aime écrire. J'ai lancé un blog assez récemment, pour justement essayer de communiquer sur les choses à faire lorsqu' on a envie de se lancer, par quelles étapes commencer. Pourquoi, par exemple, privilégier Internet plutôt que de lancer une activité physique ? A l'heure d'aujourd'hui, grâce à Internet, on peut lancer un business et tester un nouveau concept en quelques semaines. C'est vraiment d'essayer d'aider les autres sur tous ces aspects-là.




Excuse de-moi de reposer la question sous un autre angle. Tu écris juste pour communiquer ou tu écris parce qu'il faut que ça sorte de ton crâne ? On écrit tous pour plusieurs motivations mais c'est quoi la première pour toi ? La communication ? L'intérêt ? Tu as vraiment envie de délivrer un message auquel tu crois ?


C'est ça. C'est vraiment faire prendre conscience aux autres que demain ils peuvent, eux aussi, sauter de l'autre côté, entreprendre. Maintenant que je suis tombé là-dedans, j'aimerais bien qu'il y ait plus de gens autour de moi - on peut parler un peu vulgaire - qui ont les couilles de se lancer. Au final, c'est rien de lancer un concept. Voilà, pour moi c'est un peu comme un besoin d'en parler autour de moi, de faire prendre conscience aux autres qu'ils peuvent se lancer sans beaucoup de risques.



Ok. Bienvenue sur objectiféco et au plaisir de te lire.

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire