Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tim Sanchez

Tim Sanchez

 
Si j’avais un rêve un peu fou ça serait de fédérer une communauté qui rêve davantage de vaincre les difficultés et pas seulement de leurs survivre.


Si j’avais la main verte, j’aiderais les autres à cultiver une pensée libre: créatrice de valeur, définitivement tournée vers la réalisation de l’excellence.

Mes convictions :

1-La vie d’un être humain est trop courte pour qu’il demeure l’esclave de sa vieille habitude de ne penser que dans une seule direction.

2-Il n’y a pas « de bon moment » pour se lancer, s’améliorer et avancer vers la liberté financière et d’être.

3-La clef n’est pas la motivation ou les conditions mais l’information à laquelle on a accès.

Mes constats :

a-La « crise » a bousculé à peu près tout ce qui existe dans ce monde, à part la manière dont les hommes pensent : si vous voulez investir dans quelque chose de stable qui à survécu à l’épreuve des balles, voilà une piste intéressante.

b-Point de liberté individuelle en focalisant son temps et son énergie sur des problèmes collectifs : La crise, les impôts, les contraintes sociales sont des problèmes collectifs, les solutions individuelles enjambent ceux-ci.

c-Il est plus facile d’avancer dans la vie en tant qu’écho, seulement jusqu'à temps que l’autre joue une fausse note.

d-Le monde change à une vitesse hallucinante, ouvrant la voie à un cycle de destruction créatrice intense qui ravage l’ancien modèle sur son passage.

Ici je partage avec vous mes réflexions pour investir, protéger son patrimoine et entreprendre.

PS : Il paraît que je suis un rêveur invétéré avec deux mains vertes , et vous ?

 
PS2 : Vous pouvez me retrouver sur Facebook ou je poste en exclusivité pour ceux qui me suivent une image commentées de temps en temps  ou bien poser une question ici :

sanchez.tim @ yahoo.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

Développer son business, faire de la croissance, gonfler son chiffre d’affaire …

Audience de l'article : 1128 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances

Vous serez sans doute d’accord si je vous dis qu’il n’existe au final que trois catégories d’entrepreneurs sur terre.


 

Pas quatre ni douze , juste trois.

 

Il y a les innovateurs, les copieurs et la masse des incompétents.

 

Pour les innovateurs dès qu’une entreprise sort de la phase de démarrage qui à porter toutes ses promesses, vient le moment ou la pérennité pointe le bout de son nez.

Et deux mots sont sur toutes les lèvres : croissance et développement.

C’est le moment ou se pose la question de la croissance organique (dite aussi interne).

Pour ce faire il y a quatre chemins principaux à étudier attentivement :


ansoff-matrix-table

 

1/ améliorer son taux de pénétration d’un marché donné existant.

Le but du jeu consiste à vendre plus de produit à des clients déjà existants.

C’est l’approche la plus simple mais pas la plus facile.

Parce que l’entreprise dispose déjà d’un feedback sur ces produits et sa clientèle et peut donc moduler son offre sans naviguer à vue (dans la mesure du possible) sur ses nouvelles actions commerciales.

Mais elle devra aussi faire face à une clientèle plus exigeante qui est habitué à un niveau de service et qui en attend toujours plus.

Dans ce cas c’est bien souvent des stratégies d’upselling et de crosselling qui sont les plus efficaces.



 2/ Vendre davantage de ses produits sur un nouveau marché.

Là,  les commerciaux se transforment en Indiana Jones à la conquête de la nouvelle terre.

Ils iront chercher la fortune soit sur un segment de clientèle faiblement développé (sexe, âge, tranche de revenus) soit une zone géographique non-conquise (région, pays).

L’avantage principal, c’est que les forces de vente connaissent le produit à vendre tout le challenge consiste à adapter le discours pour convaincre une audience différente qui ne sera pas sensible au même bénéfice que les marchés préexistants.



3/ Créer de nouveaux produits pour de nouveaux marchés

Cette stratégie repose sur les points forts de l’entreprise pour augmenter ses ventes en créant un nouveau produit destiné à un nouveau marché.

Mais ce produit reste dans le domaine de compétence de l’entreprise, la croissance reste « organique ».



A un moment donné quand un marché donné commence à être saturé, c’est la grande question que tous les entrepreneurs conquérants se sont posée au moins une fois dans leur vie.



4/ Créer un nouveau produit pour un marché existant.

Construire de zéro un nouveau service ou produit destiné à un segment de marché sur lesquel l’entreprise est déjà présente suppose deux choses :

-bien identifier la demande et les besoins de ce marché grâce à une bonne communication entre les techniciens et les commerciaux.

-Bien marketer le nouveau produit pour qu’il soit assez cohérent avec l’image de l’entreprise pour ne pas se décrédibiliser mais aussi assez novateur pour drainer une clientèle de plus en plus nombreuse de jour en jour.

C’est un art passionnant à maîtriser.


Poster un commentaire