Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Gilles Lerat

Gilles Lerat

Ingénieur de formation, j’ai sauté dans le bain de la création d’entreprises dès ma sortie de l’école. Je me suis spécialisé dans la sécurité informatique. Après avoir revendu ma société à un groupe informatique, je me suis dirigé vers le cinéma, ce qui n’est peut-être pas la meilleure option, compte tenu de l’environnement économique actuel.

Je suis à la fois émerveillé en permanence par les prouesses technologiques actuelles et extrêmement inquiet des défis qui nous attendent sur les plans énergétiques, économiques, et surtout sur le plan démographique.

promospeciale

Créer une SSII en France et réussir - dossier spécial partie 1

Audience de l'article : 30343 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
La création d’entreprises est plutôt morose en ce moment. Par ailleurs, pour quelles raisons investir en France avec un gouvernement qui fait tout ce qu’il peut pour décourager l’entrepreneuriat ?

Pourquoi ne pas plutôt suivre les conseils de Charles Dereeper et partir loin, très loin, pour oublier cet état vorace ?

C’est effectivement une bonne solution, peut-être la meilleure, je ne sais pas.

Mais beaucoup de français n’ont pas cette solution. Soit parce qu’ils se sentent prisonniers d’un emprunt, d’une situation, d’un travail qui peut aussi être passionnant, soit parce qu’ils ne veulent tout simplement pas quitter leur famille, leurs amis, et toutes leurs attaches.

Pour ceux qui restent donc, et pour qui le travail au quotidien n’est pas motivant, se pose la question de la création de leur société. Sans doute un rêve d’enfance, un désir d’autonomie, ou bien une volonté pécunière. Probablement un peu de tout cela à la fois.

Je n’ai pas la prétention de donner une solution pour tous. Juste de faire part de ma modeste expérience de créateur d’entreprise, des leçons que j’en ai tiré, et des opportunités que j’envisage pour une création d’entreprise en France aujourd’hui dans le secteur des services informatiques.

Attention ! Selon moi, la création d’une SSII aujourd’hui sans fonds propres conséquents est une affaire principalement de techniciens, d’ingénieurs en informatique. Elle est réservée à des personnes qui ont un savoir-faire, une valeur ajoutée immédiatement intéressante sur le marché.

Ce que je dis est valable dans l’environnement actuel : un monde de réduction des marges, de compétition extrêmement féroce, où c’est votre niveau d’expertise qui fait la différence.

Du point de vue de la SSII, la création en 2013 n’a rien à voir avec 1980 ou même 1995.

Si vous êtes commercial dans une SSII, et que vous envisagiez de créer votre boite, je ne peux pas vous dire à quelles difficultés vous serez confrontés, mais je sais que mes conseils s’adressent avant tout aux techniciens qui se sentent une âme de businessmen, plutôt que l’inverse.

Et par ailleurs, les conseils que je vous prodiguerai ne conviendront pas nécessairement à ceux d’entre vous qui souhaitent travailler en indépendant. Si vous êtes de ceux-là, faites votre « étude de marché » pendant que vous serez salariés, et puis lancez-vous. Votre compétence sera votre meilleur argument de vente.

Ma série de conseils s’adresse donc en premier lieu à ceux d’entre vous qui ont la compétence informatique, qui veulent créer et surtout développer une entreprise, ce qui implique de recruter, de s’attacher les meilleurs expertises, avant de préparer votre revente.

Il ne s’agit pas de vous embêter avec les conseils classiques de développement d’entreprise que vous trouverez de manière plus détaillée dans la plupart des manuels de création d’entreprises.

Il s’agit plutôt de vous donner des pistes de réflexion et des démarches à adopter, en prenant particulièrement en compte les temps troublés dans lesquels nous vivons actuellement et qui sont amenés, selon moi, à perdurer pendant longtemps en Europe…

Pourquoi viser plus particulièrement le secteur des services informatiques ?

Il s’agit d’un domaine qui est en révolution permanente depuis plus de 30 ans, et dont l’impact sur tout ce qui nous entoure, et sur notre manière d’être n’a pas fini de se prolonger.

Pensez à l’énorme besoin de développements spécifiques engendrés par les smartphones, un domaine dont on peut dire sans trop d’exagération qu’il n’a commencé à exister qu’avec l’iPhone d’Apple, il y a à peine 6 ans.

Pensez à la révolution de la virtualisation qui après s’être intéressée aux switches et prolongée sur les systèmes d’exploitation, se déploie sur les systèmes de stockage.

Pensez à l’IPv6 dont l’impact sur les réseaux informatiques et sur les applications, reste encore à déterminer, sans doute parce que moins de 1% des flux s’effectuent nativement en IPv6.

Pensez encore aux nouvelles interfaces, en particulier le large champ de développement ouvert par la réalité augmentée, notamment autour des Google Glasses, et de tous les autres produits qui ne manqueront pas de venir compléter ou concurrencer ces solutions.

Enfin, dernier point : je parle d’une entreprise de services (développement logiciel pour un client, ou bien intégration de produits). Si vous souhaitez développer un produit informatique (logiciel, matériel), alors effectivement il faudrait mieux le faire en dehors de France. Et plus particulièrement aux Etats-Unis.

Cette série sera composée de 7 articles :

Le premier article traitera de la préparation optimale pour lancer votre startup, qu’il s’agisse d’une SSII ou de toute autre appellation que vous voudrez bien lui donner.

Le deuxième article décrira les outils que vous devez maitriser pour avancer dans votre plan de conquête du monde (informatique, bien sûr).

La troisième partie concernera la gestion au quotidien des affaires de votre SSII.

Si vous voulez revendre un jour votre société, et partir rejoindre Charles sous les tropiques, à moins que cela ne soit déjà fait, il va falloir faire grossir votre société. Sauf exception, les groupes ne rachèteront pas une entreprise d’un seul salarié, et plus votre entreprise comptera de salariés, moins grande sera votre période de « lockup » pendant laquelle vous devez rester dans la société. Le quatrième article détaillera le recrutement et la conservation des salariés clés.

Le cinquième article vous parlera des techniques vous permettant de vous différencier de la masse de sociétés informatiques qui essaieront sans relâche de souffler vos clients et d’embaucher vos employés.

Le sixième article s’attachera aux moyens qui s’offrent à vous pour développer la notoriété de votre petite entreprise.

Le septième article enfin vous renseignera sur les pièges à éviter lors de la revente et les meilleurs moyens de la préparer.



Créer une SSII en France et réussir - dossier spécial partie 7

Créer une SSII en France et réussir - dossier spécial partie 6

Créer une SSII en France et réussir - dossier spécial partie 5

Créer une SSII en France et réussir - dossier spécial partie 4

Créer une SSII en France et réussir - dossier spécial partie 3

Créer une SSII en France et réussir - dossier spécial partie 2

 Créer une SSII en France et réussir - dossier spécial partie 1





Poster un commentaire