Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Etienne BROIS

Etienne BROIS

L'auteur de ce blog est Conseil Indépendant en Gestion de Patrimoine sur Angers. Ex-ingénieur à l'international, il aide ses clients à construire leur avenir financier en leur proposant des solutions originales taillées sur mesure comme l'investissement dans des immeubles de rapport par exemple. A travers ce blog, il vous propose de vous livrer sa vision, ses secrets et de vous faire profiter de son expérience pour gagner en liberté et ainsi maîtriser votre temps.

http://www.independancefinanciere.fr/ 

Sauvez votre retraite (Partie 2) : L’épargne financière est-elle une stratégie retraite efficace ? [Vidéo]

Audience de l'article : 3923 lectures
Nombre de commentaires : 13 réactions
Bonjour à tous et bienvenue sur Indépendance Financière

L’épargne financière est-elle une stratégie retraite efficace ?
Dans cette vidéo nous allons tenter de répondre à cette question de manière très précise et directe, en utilisant des cas pratiques chiffrés et argumentés, et surtout, sans langue de bois. Vous pouvez également télécharger ici le tableau Excel qui vous donne les rendements nets réels corrigés de l’inflation en fonction du rendement brut (inflation-placement-rendement.xls).

Vous pouvez voir cette vidéo sur YouTube en cliquant ici : L’épargne financière est-elle une stratégie retraite efficace ?

Bonne vidéo à tous


Etienne

 

 
Retranscription de la vidéo

Dans notre dernier article  » sauvez votre retraite : le constat « , nous avons pu démontrer que notre système de retraite n’était plus adapté à notre mode de vie et que les prochaines générations ne pourront plus compter sur ce système généreux pour leurs vieux jours.


Pour résumer la situation, les facteurs démographiques français sont aujourd’hui très différents de ceux des années 50, période à laquelle notre système a été mis en place. En effet, les 2 pyramides des âges ici représentées pour 1950 et 2030 parlent d’elles même : de plus en plus de séniors à la retraite et la relève n’est pas assurée.

il n’y a plus suffisamment de cotisants pour payer les pensions des retraités
Le nombre de cotisants baisse rapidement alors que le nombre de retraités augmente de façon exponentielle. En cause, des politiques sociales très généreuses (avec la retraite à 60 ans) et un constat simple : il n’y a plus suffisamment de cotisants pour payer les pensions des retraités toujours de plus en plus nombreux !
 
Evolution du_ratio_actifs_cotisants-retraites-300x211  

Sur ce graphique du Conseil d’Orientation des Retraites (COR) nous voyons qu’en 2050, il y aura 1.2 cotisant pour 1 retraité, contre 1.7 aujourd’hui. Maintenant cette statistique ne parle ni de chômage, ni de temps partiel. Cela revient à dire qu’un actif devra financer sa retraite plus celle d’un retraité… Je vous laisse conclure !

Les rapports périodiques aux gouvernements successifs du COR vont toujours dans le même sens et la solution est connue depuis plus de 30 ans : il nous faut une réforme en profondeur du système de retraite par répartition sous peine d’explosion de ce dernier.

Pour les cotisants, cette réforme correspond à une hausse drastique des cotisations, une hausse des impôts et une hausse des durées de cotisation (fini la retraite à 60 ou 62 ans, nous passerions ici de retraite à 65 voir 71 ans)

Pour les retraités, le traitement serait tout aussi difficile, avec une baisse drastique du montant des pensions et une hausse importante de la fiscalité (ISF, Impôt sur le revenu).

Pour terminer, les conséquences de ses réformes à venir seront importantes :

  • AUGMENTATION DE L’ÂGE DE DÉPART
  • DIMINUTION IMPORTANTE DES PENSIONS
  • AUGMENTATION DE LA PRESSION FISCALE
Quelles sont alors les solutions pour se mettre à l’abri financièrement ?

Elles ne sont pas nombreuses, mais consistent toutes à :

  • PRÉPARER SA PROPRE RETRAITE
  • NE PLUS COMPTER SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE et surtout à
  • DEVENIR RENTIER avant la retraite.
L’idée de cette série d’articles est de passer au crible toutes les solutions possibles à ce problème bien réel de retraite. Parmi ces solutions, une est très souvent mise en avant et proposée par les banques, les assureurs, les courtiers et autres conseillers : il s’agit de l’épargne financière !

Mais L’épargne financière est-elle une stratégie retraite efficace ?

C’est que nous allons voir ensemble aujourd’hui !

TIITRE : Comment préparer votre retraite ?
…ce titre accrocheur fait très souvent les couvertures des principaux journaux financiers ! Comme solutions proposées, une myriade de PRODUITS financiers en tout genre (et là je parle bien de produits et non d’investissements). Ces produits proposent des performances comprises entre 2 à 6% pour les meilleurs ! Avec des actifs un peu plus risqués, nous plafonnons à 7 ou 8% brut par an !

Mais ces produits sont-ils aussi rentables pour les épargnants que pour les banques ?

Tout ces placements sont-ils adaptés à la stratégie retraite que nous souhaitons mettre en place ?

Personne ne remet en cause le fait de constituer une épargne financière, qui est une réserve de sécurité pour les projets d’avenir ( comme les études des enfants, l’achat d’une nouvelle voiture, ou un apport pour l’acquisition d’une maison par exemple). Mais de là à dire que c’est un moyen de « préparer votre retraite », ces journaux vont peut-être un peu loin ! Nous savons bien que ces journaux sont en grande partie financés par les sociétés financières via la publicité !

Autant vous le dire tout de suite si vous aviez encore quelques espoirs,

L’ÉPARGNE FINANCIÈRE N’EST PAS UNE STRATÉGIE RETRAITE EFFICACE
Et voici pourquoi !

Tout d’abord, ce que les fournisseurs de produits financiers nous vendent semble du simple BON SENS : pendant votre vie active, vous stockez de l’épargne, que vous placez chez eux, épargne qui sera par la suite consommée pendant la phase de retraite, au moment ou vos revenus s’affaibliront. Vous pouvez retrouver cette forme en cloche sur les statistiques de l’INSEE.

Pour vous convaincre de l’intérêt ou non de constituer une épargne financière comme UNIQUE moyen de préparer sa retraite, nous allons faire une petite simulation en prenant des hypothèses réalistes.

Prenons tout d’abord, un couple de salariés, que nous appellerons M et Mme PINEAU, Monsieur et Madame gagne un salaire de 2 500 euros nets chacun (environ 2 SMIC), soit 5 000 euros nets par mois avant impôt à eux 2. Ils ont 30 ans et sont sans enfants. Leur imposition annuelle est de 5 067 € et ils ont une Tranche marginale d’imposition (ou TMI) de 30%.

Leur conseiller bancaire leur recommande de placer 10% de leurs revenus sur un placement sécurisé à 5% brut par an (nous sommes sur un scénario optimiste dans ce cas). L’inflation actuelle est de 2%. Ils capitalisent leurs intérêts, c’est-à-dire qu’il laissent les intérêts produire d’autres intérêts.

QUESTION : Quel capital pourront-ils constituer avec 500 euros par mois pendant 30 ans ?

PHASE 1 : LA PHASE D’ÉPARGNE

PREMIER RÉSULTAT

Avant même de prendre nos calculettes, le chiffre nous met l’eau à la bouche !

Capital constitué sur 30 ans, hors fiscalité est de 409 349 euros

Ce chiffre pourrait suffire à faire croire à ce couple, que sa retraite est assurée. Or si le conseiller est honnête et possède une bonne connaissance des mécanismes financiers, il devra alors être plus précis. Le résultat ci-dessus est donc faux !

PRISE EN COMPTE DE LA FISCALITÉ

Bien entendu, il est important de prendre en compte la fiscalité dans notre équation : 5% brut, ce n’est pas 5% net ! Notre couple à une TMI (Tranche marginale d’imposition) de 30%, c’est-à-dire qu’avec la fiscalité applicable en 2013, notre couple paiera 45,5% des intérêts à l’état (soit 30% TMI + 15,5% de CSG-CRDS).

Rendement net = 5% – (5% x 45,5%) = 2,73 %

Capital constitué sur 30 ans (fiscalité incluse) = 277 313 euros

Maintenant que le chiffre est plus cohérent, cette somme peut nous paraître relativement importante, mais dans 30 ans, que pourrons-nous acheter avec 277 000 euros, peut-être une petite voiture, ou bien une piscine, nous n’avons pas de boule de cristal et il n’est pas possible de le prévoir. Et oui, il manque là encore un paramètre essentiel qui est rarement présenté aux clients ou investisseurs : l’inflation.

PRISE EN COMPTE DE L’INFLATION

En effet l’inflation vient grignoter notre capital jour après jour et si nous ne prenons pas garde, nous pouvons perdre de l’argent sans même nous en rendre compte. La méthode la plus simple pour prendre en compte l’inflation est d’enlever 2% du rendement net après fiscalité ce qui nous donnera le montant capitalisé équivalent aux euros d’aujourd’hui.

Le capital constitué sur 30 ans, fiscalité incluse et corrigé de l’inflation, est donc de 201 210 euros, ce qui fait un rendement net corrigé de l’inflation de 0,73%

Ici nous sommes au plus juste de la réalité. En tenant compte de la fiscalité et de l’inflation, avec un placement de 5% brut annuel, ce couple aura constitué un capital important.

Maintenant quel est le bilan de cette phase d’épargne ?

M et Mme ont investi 500 euros par mois pendant 30 ans, ce qui correspond à 180 000 euros injectés. Avec un rendement de 5% brut par an, notre couple a constitué un capital corrigé de l’inflation de 201 210 euros, ce qui fait un gain net de 21 210 euros.

QUESTION : qui s’embêterait à investir 500 euros par mois (soit 10% de ses revenus) pendant 30 ans, pour un gain net réel de 21 210 euros ?

PHASE 2 : LA RETRAITE

Nous passons maintenant à la 2ème phase, LA RETRAITE

Notre couple a 60 ans et vient de partir en retraite il y a quelques jours. Ils découvrent avec effroi que le montant de leur pension est de 40% de leur dernier salaire (ce qui est tout de même une version optimiste), mais heureusement ils ont tout prévu, ils ont méthodiquement épargné 10% de leurs revenus pendant 30 ans et sont à la tête d’un capital de plus de 200 000 euros.

Ils décident donc de laisser travailler ce capital sur le même placement qui leur rapporte 5% brut annuel, et nous utiliserons les mêmes données de fiscalité et l’inflation afin de bien comprendre les mécanismes d’érosion monétaire .

QUESTION : Si ce couple veut vivre uniquement des intérêts générés, combien toucheront-ils par mois ?

Le but de ce couple étant de ne pas toucher au capital, mais uniquement de vivre des intérêts, nous allons calculer combien rapporte ce placement à 5% brut, ce qui nous aidera à déterminer si cette stratégie est efficace pour préparer sa retraite.

Avec un capital de 201 210 euros placé à 5% annuels sécurisé, ce placement génère donc 10 061 euros par an, soit 838 euros par mois

Intérêts bruts annuels = 10 061 euros
Intérêts bruts mensuels = 838 euros

Comme précédemment, il est important de tenir compte de la fiscalité. Les pensions de retraite étant réduites à 40% des derniers salaires, la TMI de M et Mme PINEAU n’est plus à 30%, mais passe à 14%, ce qui est un avantage important en matière de fiscalité.

Les intérêts seront donc imposés à 29.5% (c’est à dire 14% de TMI + 15,5% de CSG-CRDS).

Après fiscalité, ce placement génère donc 7 093 euros nets d’intérêts annuels soit 591 euros par mois. Le TRI est donc de 3.53% net.

La fiscalité est maintenant incluse, mais là aussi, l’inflation n’est pas prise en compte. En effet, ce couple ne touche pas au capital et donc l’inflation vient grignoter ce capital au fur et à mesure des années. Voici les nouveaux chiffres qui tiennent compte de cette inflation à 2%.

PRISE EN COMPTE DE L’INFLATION

Pour prendre en compte le chiffre de l’inflation, et donc de l’érosion monétaire qui vient manger notre capital, il suffit de retrancher 2% du rendement net après impôt. En effet, si ce couple ne touche pas au capital, mais uniquement les intérêts, le capital restera à 201 210 euros et perdra donc 2% de sa valeur chaque année. En résumé, au moment du départ en retraite, 200 000 euros peuvent-être suffisants, mais 20 ans après, ce montant ne représente certainement plus la même chose.

Avec un capital accumulé sur 30 ans de 201 210 euros et un rendement brut de 5%, M et Mme PINEAU obtiendront une rente nette corrigée de l’inflation de 256 euros par mois, soit un TRI de 1.53%.

BILAN

Ce couple, sur les conseils de professionnels du placement financier, on mit en place une stratégie lourde d’investissement consistant à épargner 10% de leurs revenus pendant 30 ans, soit 500 euros par mois. À l’issue de la phase d’épargne, le montant du capital constitué (corrigé de l’inflation) est l’équivalent de 201 210 euros d’aujourd’hui. Avec ce capital, et en tenant compte d’une inflation à 2%, ce montant leur permet d’obtenir des revenus nets équivalents à256 euros à vie !


EST-CE UNE BONNE STRATÉGIE RETRAITE ?

Je vous laisse donc répondre à cette question ! En réalité, cette stratégie fait apparaître beaucoup de lacunes. Le TRI (Taux de rendement interne) est très faible pendant la phase de capitalisation, car même si nous avions 5% brut, le rendement net après impôts et après correction de l’inflation n’est plus que de 0,73% ! Autant dire nul !

Une bonne stratégie de préparation de retraite tient évidemment compte de la fiscalité, mais surtout de l’inflation. Dans notre exemple, l’effort est énorme (500 euros par mois) pour un résultat très moyen (256 euros par mois à vie).

CONCLUSION


L’épargne financière est un bon moyen de stocker de la valeur sur le court terme, mais attention ce n’est pas un investissement ! Il s’agit plutôt d’un placement d’épargne. Il est important de parler de produit et non d’investissement, car à aucun moment, vous ne voyez un actif réel en face.


L’épargne financière peut servir de réserve de liquidité pour les dépenses les plus importantes (voiture, apport personnel, immobilier, travaux, etc…), mais l’inflation et la fiscalité viennent manger l’essentiel de la performance des « placements financiers » ce qui les rends peut rentables sur le long terme.

Cette réserve de sécurité constituée par l’épargne financière est importante, mais elle est surtout utile pour servir de garantie ou de contrepartie aux banques pour financer des projets plus rentables comme l’immobilier ou la création d’entreprises par exemple.

Pour conclure, NON, l’épargne financière seule n’est pas une stratégie de retraite efficace, car elle demande un effort d’épargne très important sur le long terme et 2 forces travaillent contre nous, l’inflation et la fiscalité !
 
Voici un tableau qui vous donne les rendements nets réels corrigés de l’inflation en fonction du rendement brut, de votre fiscalité et de l’inflation. Vous pouvez télécharger ce tableau en cliquant sur le lien bleu de l’article ci-dessus.

À SUIVRE…

Dans notre prochain article, je vous expliquerai pourquoi l’immobilier est une stratégie à privilégier pour sauver votre retraite.

Etienne 
Poster un commentaire

13 Commentaires

  • Lien vers le commentaire alex6 mercredi, 27 mars 2013 03:27 Posté par alex6

    @pavdu69,
    Vous n'avez pas saisi... ce que je veux dire, c'est que le fameux "en France c'est different", c'est du pipeau d'agents immobilier.
    La sur-construction dans le pays (2,000.000+ de logements vacants) associe aux montages de type PTZ ne s'appuyant sur aucun fond et une croissance a 0% de l'economie sont deja largement suffisants a permettre un retour des prix sur le niveau d'il y a 10ans (-50% annulant les 100% de la hausse recente)
    Et je considere cela comme etant une excellente chose. Il faut imperativement que les fonds betement bloques dans la pierre puissent aller alimenter de vrais projets creant de la valeur dans l'economie.
    Les prix stratospheriques de l'immobilier sont, avec le systeme de retraite par repartition, les deux raisons fondamentales de la stagnation de l'economie francaise.

  • Lien vers le commentaire Sébastien lundi, 25 mars 2013 11:45 Posté par pavdu69.

    @ alex : mais je n'ai jamais dis que l'etat n'intervenait pas!

  • Lien vers le commentaire alex6 dimanche, 24 mars 2013 21:58 Posté par alex6

    @pavdu69,
    Bien sur, en France, il n'existe strictement aucune intervention de l'etat pouvant deformer le marche immobilier et le montage des prets a taux 0 n'a jamais existe.
    Je me demande parfois jusqu'a quel point nos oeillieres peuvent nous empecher de voir la realite des choses.

  • Lien vers le commentaire Sébastien vendredi, 22 mars 2013 17:40 Posté par pavdu69.

    Bonjour,

    @ Alex   je parlais de l'immo en france et non en espagne ou aux usa avec des taux revisables ou autres montages farfelus.

    @ Le banquier   je ne pensais pas au de robien qui pour est un attrappe couillon, si certains gogo veulent payer 3 fois le prix du marché pour avoir un appart en placo c'est leur problème.

  • Lien vers le commentaire Le Banquier vendredi, 22 mars 2013 10:06 Posté par Le Banquier

    Bonjour pavdu69,

    Voici comment ça peut tourner mal dans l'immobilier tangiblement...

    La loi de robien Partie 1

    La loi de robien Partie 2

    Ce texte est un texte partisan (ça ne me géne pas,) mais grossiérement mensonger.

    Tout marchand de melons atteste que ses melons sont doux" (proverbe chinois)

  • Lien vers le commentaire alex6 jeudi, 21 mars 2013 22:31 Posté par alex6

    @pavdu69,
    Vous lisez ce qui vous arrange mais non, nous ne sommes pas du tout d'accord.
    Que pensez-vous de l'investissement de certains americains dans les subprime ou des espagnols sur leur littoral? C'etait aussi du tangible que je sache et pourtant aujourd'hui, c'est le capital qu'ils ont pu placer ailleurs qui leur payent leur retraite, surement pas les logements qu íls ont du vendre a perte.
    Je ne dis nulle part qu'investir dans l'immobilier est mauvais, je dis simplement que c'est EXACTEMENT similaire a n'importe quel autre investissement et que ca peut tres bien engendrer de fortes pertes.
    Vendre ca comme etant un investissement superieur a la capitalisation (un investissement immo etant aussi de la capitalisation avec versement d'interet au passage...) est simplement mensonger. Surtout en cette periode de retournement de tendance LT (en France j'entends)

  • Lien vers le commentaire Sébastien jeudi, 21 mars 2013 13:00 Posté par pavdu69.

    Donc l'erreur viendrait de la manière dont est calculé l'inflation?

    Mais pour le fond du problème, c'est-à-dire la meilleure manière de se constituer une épargne, nous sommes à peu près tous d'accord pour dire que l'investissement locatif est plus rémunérateur que l'épargne financière qui peut être inretirable comme à Chypre actuellement?

    Même si les calculs ne seraient pas justes, l'immo c'est quand même du tangible et un appart ne disparaît pas comme une somme d'argent virtuelle...

  • Lien vers le commentaire alex6 jeudi, 21 mars 2013 01:15 Posté par alex6

    @Etienne,
    Personne ne parle ici de negliger l'inflation, nous avons des notions en economie merci bien.
    Ce que vous ne comprenez pas, c'est que la capitalisation progressive se fait sur les salaires qui sont necessairement INDEXES sur le taux d'inflation.
    Vos 10% d'economie ne sont donc pas une somme fixe dans le temps mais une somme qui evolue avec l'inflation. C'est aussi sans compter les evolutions de carrieres qui font que votre salaire augmente en theorie plus vite que l'inflation car le travail rendu evolue aussi.
    Etant donne que certains pourraient etre tente de suivre vos conseils, il est plutot inquietant que vous ne compreniez pas quelque chose d'aussi basique et surtout que vous meconnaissiez les systemes de capitalisation et leurs fonctionnements.
    Je ne me prononcerais pas sur la fiscalite, n etant pas competent en la matiere.

  • Lien vers le commentaire Le Banquier mercredi, 20 mars 2013 23:11 Posté par Le Banquier

    je suis désolé mais concernant la fiscalité, vous dites n'importe quoi !

    Depuis quand le PFL a disparu de l'assurance vie et du PEA ?

    Vous ne maitrisez pas la base de la base de votre métier, je n'ai jamais lu une telle ineptie financière, d'autant plus incroyable venant d'un ''professionnel'' ....

    Vous pourriez à minima refaire vos calculs et votre vidéos au lieu de laisser ce truc sur ce site !

    Un lien ICI pour le pauvre lectorat qui a rempli son cerveau avec une telle incurie

    Incroyable

  • Lien vers le commentaire Etienne BROIS mercredi, 20 mars 2013 08:41 Posté par independancefinanciere

    @ Le banquier et @Alex6

    Effectivement la fiscalité n'est pas exactement la même pour un PEA, l'Assurance Vie, le contrat de capi, mais la suppression des PFL (Plafonds Forfaitaires Libératoires) implique que chaque investisseurs est maintenant imposé à hauteur de sa TMI.

    D'autre part, négliger l'inflation et la perte de valeur qu'elle induie sur le long terme me semble aléatoire ! Si on se basse sur les chiffres de l'INSEE, nous sommes à 2% annuel, c'est à dire que si vous placez une somme de 200 000 euros en billet sous votre matelas, il vous restera,  dans 25 ans, l'équivalent de 121 910 euros d'aujourd'hui, et ceci si les billets ont encore une valeur dans 25 ans.

    L'inflation est un phénomène qui fait perdre de la valeur à l'argent (dévaluation) et gagner de la valeur aux actifs (inflation)

    Mais en réalité, il faut être bien conscient que si la maison vaut plus en euros au bout de 25 ans, elle ne prend pas de valeur, c'est la monnaie euro qui en perd, il faut donc plus d'euros pour acheter la même chose. La hausse des salaires n'impact pas l'inflation directement mais indirectement elle met plus d'argent en circulation, et avec plus d'argent en circulation,

    Bref, oublier l'inflation peut devenir très ruineux de nos jours... 

  • Lien vers le commentaire Le Banquier samedi, 16 mars 2013 13:45 Posté par Le Banquier

    Bonjour,

    La vidéo est bien faite (jolie et tout et tout), mais totalement fausse.. surtout concernant la fiscalité de l'épargne pendant la constitution, et de la rente ou des retraits pendant la retraite.

    Il existe des solutions qui permettent de ne pas être prélevé à hauteur de sa TMI sur ses rendements financier...

    A minima : PEA, Assurance vie, contrat de capitalisation...

    Et puis, lL'inflation et la fiscalité rogne toutes les classes d'actif, y compris l'immobilier

    Bref...

    Je suis désolé mais ce texte est une véritable  petite catastrophe !

  • Lien vers le commentaire alex6 jeudi, 14 mars 2013 21:55 Posté par alex6

    Votre calcul est faux car biaise.
    L'inflation ne mange l'epargne que si les salaires ne suivent pas cette infloation ce qui est faux. Les 10% epargnes ne sont donc pas des apports fixes mais des apports qui evoluent avec les salaires. Si les salaires stagnent, c'est que l'inflation est faible voir nulle donc vous pouvez l'enlever de votre equation.
    Pour ce qui est de la fiscalite, c'est effectivement le probleme en France mais pas dans les pays ou la retraite par capitalisation existe puisque la fiscalite est fortement allegee dans ce domaine.
    C'est ce qui explique pourquoi il y a bien plus de gens dans le monde qui ont une retraite assure par leur capital et non pas leurs biens immobiliers. Aux US, le crash des subprimes a bien montre qu'une capitalisation bine geree est bien plus efficace qu'un montage immobilier. Car en cas de crash, la diversification est tres peu possible en immobilier a la difference des placements de capitaux.
    Reste que sur le fond, il est de bon sens de posseder au moins sa residence principale au moment de la retraite ce qui est parfaitement jouable en parallele de la capitalisation de 10% de ses revenus, surtout en ces temps de stagnation ou baisse des prix immo.

  • Lien vers le commentaire Sébastien jeudi, 14 mars 2013 18:17 Posté par pavdu69.

    Super! L'explication par vidéo + le texte si on préfère lire, c'est très pédagogique merci.