Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Michel Delobel

Michel Delobel

Gestionnaire de portefeuille sous mandat via une société de gestion agréée, trader pour compte propre et formateur au trading et à l'investissement en bourse, je suis aussi fondateur du site Fenêtre sur Cours et de la société ACGest, via laquelle j'accompagne également mes clients dans la constitution et le développement de leur patrimoine, la préparation de leur retraite ou encore l'optimisation de leur fiscalité.

Vous pouvez prendre contact avec moi par email

emails

promospeciale

Epargne salariale : un paradoxe bien français ?

Audience de l'article : 1114 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
En réaction à plusieurs sondages et analyses que j’ai lu très récemment sur l’épargne salariale et la retraite, j’aimerais vous proposer aujourd’hui un petit questionnaire, étant en train de travailler justement à une offre auprès des salariés, entreprises et des TNS sur le sujet.

Mais avant cela, replaçons le sujet dans son contexte.


Epargne salariale : un succès réel


Selon le dernier baromètre annuel du club de l’épargne salariale mené par Harris Interactive, l’épargne salariale continue de remporter un succès non négligeable, puisque près de 6 salariés bénéficiaires sur 10 déclarent avoir investi dans leur épargne salariale au cours de la dernière année, les sommes investies représentant en moyenne 9% du salaire net, en légère augmentation par rapport aux années précédentes.

Près de 60%, c’est à la fois peu et beaucoup, sachant qu’il faut tenir compte de ceux qui ont accès à une épargne salariale, qui voudraient bien investir mais n’en n’ont pas les moyens, et ceux qui ne font rien par manque de connaissances et d’information.

Une chose est sûre : les français sont de plus en plus inquiets au sujet de leur retraite (et ils ont bien raison…). Mais il ne suffit pas d’être inquiet pour passer à l’action, et c’est un premier paradoxe.

En effet, selon une étude Deloitte, les retraités ont préparé leur retraite en moyenne seulement 8 ans à l’avance. C’est bien trop peu pour être efficace, et en décalage par rapport aux intentions évoquées.


Mais un manque clair de formation


Les raisons : souvent par manque d’information et de formation. C’est en effet un des autres paradoxes qui ressort de ces enquêtes : bien qu’investissant dans l’épargne salariale, les français ne s’y connaissent que très peu, et ont bien du mal à savoir comment ventiler leurs investissements.

C’est ainsi que près d’un salarié sur 2 ne sait pas ce que sont les fonds monétaires et près d’un salarié sur 3 ne sait pas ce qu’est une obligation. Et encore, parmi ceux qui considèrent connaître les placements monétaires, ils sont 1/3 à considérer que ce sont des placements assez ou très rentables, et ils sont près de la moitié à considérer qu’il s’agit de placements peu (29%) ou pas du tout sûr (18%) ! Seules les actions semblent à peu près parler à nos salariés interrogés, avec plus de 80% des personnes interrogées à même de répondre aux questions posées.

Mais comment les blâmer, sachant que notre système éducatif n’aborde absolument pas le sujet, et que c’est la même chose au niveau des formations proposées au sein des entreprises.

Même au niveau des retraites (et les résultats sont peut-être plus dramatiques encore, en terme de conséquences et désillusions), le manque d’information est flagrant. Près d’un tiers des sondés ne savent pas quelle part de leur dernier salaire net ils toucheront (même approximativement). Et parmi ceux qui savent, très peu sont dans le vrai, surestimant parfois de façon importante la retraite qu’ils percevront.

Il devient donc urgent d’agir, d’autant que s’il y a un résultat très clair dans ce sondage, c’est bien le décalage important qu’il y a entre la retraite que les salariés considèrent comme nécessaire et celle qu’ils percevront réellement. 

Dernier point
 qui me semble également très intéressant : si les dirigeants se montrent dans l’ensemble très satisfaits du dispositif d’épargne salariale présent dans leur entreprise, on note un décalage non négligeable avec la perception du côté des investisseurs, a priori également en raison d’un manque d’information et de formation.


Aussi, que vous soyez dirigeant ou salarié, je vous invite à répondre par email (anonymement ou pas, comme bon vous semble) aux quelques questions suivantes, et à me les retourner par email par un simple copier-coller (adresse : contact ( at ) acgest .com).

Au-delà de mes activités de gestion sous mandat et conseil patrimonial, je suis en effet avec un collègue CIF en train de travailler à une offre de formation auprès des entreprises, des salariés et des TNS, pour répondre à ce manque d’information et de formation sur le sujet de la retraite et des solutions d’investissement. Vos réponses nous permettront de mieux affiner notre offre et répondre à vos besoins.


Le questionnaire :



1 - Vous êtes : salarié du privé ? salarié du public ? Dirigeant ? TNS ? Autre (précisez) ?


2 - Dans combien de temps pensez-vous prendre votre retraite ?


3 - Vous estimez vous informé / à l’aise sur les sujets suivants :

Fonctionnement général de la retraite : Très / Assez / Pas assez / Pas du tout

Montant de la retraite que vous toucherez : Très / Assez / Pas assez / Pas du tout

Epargne salariale : Très / Assez / Pas assez / Pas du tout

Les différents supports d’investissement (fonctionnement, avantages, inconvénients, risques, durée) : Très / Assez / Pas assez / Pas du tout

Les différentes solutions retraite : Très / Assez / Pas assez / Pas du tout



4 – Seriez-vous intéressé par une formation d’un jour ou deux sur les sujets ci-dessus ?


5 – Combien de temps avant votre départ en retraite considérez-vous qu’il est important d’agir pour votre retraite ?


6 - Combien de temps avant votre départ en retraite considérez-vous qu’il est important d’être informé / formé sur le sujet ?


Merci d’avance, et n’hésitez pas à rajouter vos commentaires ou me faire des suggestions, si j’avais omis un élément qui vous semble important.
Poster un commentaire