Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne !

Je vis en contraste extrême entre Bangkok la sauvage torride et la jungle encore préservée du sud pacifique du Costa Rica. 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.



Inscription à ma newsletter BOURSE / INVESTIR / PRODUCTIVITE 
(2 emails par mois)

==> C'est ici

Charles-Dereeper

charlesjungle
NOUVEAUTE 2017


Suivez mes "conneries" et ma life sur INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Vivre sans travailler ? Est ce la solution pour être heureux ?

Audience de l'article : 7368 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 14 réactions
Votez pour cet article
(3 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Des millions si ce n'est pas des dizaines de millions de français rêvent d'une nouvelle vie sans avoir besoin de travailler.

C'est devenu même un thème majeur de société qu'on appelle SORTIR DE LA RAT RACE. Sous entendu, les salariés sont des esclaves au même niveau que les rats en laboratoires qui servent à tester les théories et la recherche scientifique... Sauf qu'en plus, parmi les "rats", il y a une course entretenue par les gouvernements occidentaux, je dirais même stimulée par les gouvernements et oligarches, pour devenir le meilleur rat de la bande.

Ce qui ne manque pas de piquant...

C'est toute la beauté des démocraties modernes qui ont repoussé au delà de toutes les limites, les espoirs de la domination des peuples.

Non seulement, le peuple reste toujours esclave, mais il se bat désormais en plus pour conserver son statut d'esclave, de rat de laboratoire.

rats


D'ailleurs, je pense que mon chat de Bangkok croquerait bien cet adorable petit rat ci dessus...

J'écris cet article car je viens de lire un énième témoignage d'un ancien rat qui a réussi à s'extraire de la course. Et ce rat là, il m'inspire. C'est un américain. Il respire ce vent des esprits libres centrés sur le ressenti personnel quelque soit ce que peuvent raconter les autres, à l'extérieur.


C'est en un mot, un humain unique. Il a fait son MBA. Il a niqué 10 ans de sa vie à coup de 70h de boulot par semaine chez Goldman Sachs et consors. Puis la crise de 2008 est arrivé et il s'est fait virer. En plus, ses opé immobilières l'ont ruiné... et il s'est alors révélé à lui même en rebondissant.

J'adore ce genre de personne.

La grande question est donc de savoir ce qu'il a fait quand il a pu accéder à la liberté, quand il a quitté la rat race, même si lui tournait dans la rat race du haut du panier ?

La réponse est : aucune surprise dans son parcours.


Comme souvent dans les premières années de liberté, le premier réflexe consiste à ne plus trop bosser, à voyager à la rencontre du monde et pour les hommes, soit à fonder une famille en ayant du temps, soit à partir chasser un maximum de femmes histoire de goûter aux délices.

Et comme à chaque fois que je lis des témoignages sur ce sujet, l'histoire de cette américain s'est terminée de la même manière que la mienne ou celle de tous ceux que je connais qui ont quitté la rat race...

On a tous découvert qu'au final, les activités annexes qui font rêver les "rats" en activité, donc en pleine course, avec des phrases du type :

-Ah si j'avais le temps, je ferais cela

-Ah si j'avais de l'argent, je m'achèterais cela, j'irais là, j'expérimenterais ce truc, je retournerais faire...

Hé bien, ces activités sont chiantes.

Voilà c'est dit.

Quand on a le choix, quand on s'est débrouillé pour parvenir à s'extraire de la rat race, on finit invariablement par se remettre à bosser, car rien n'est plus fun que d'avoir une activité économique qui a du sens pour soi.

Cet américain dans son long bilan vient d'écrire exactement ce que j'ai expérimenté en 2006.

Rien ne rapporte plus en bonheur que de s'adonner à ce qu'on aime, à condition qu'on puisse le monétiser.

Et cet américain a placé comme moi la barre à 200 / 400.000€ par an. Parce que cela ne sert plus à grand chose de gagner au delà.

Faire fortune ? Pour quoi faire ?

On vit extrêmement bien dans le monde avec ce genre de revenus annuels.

Il ne sert à rien de se ruiner la santé pour gagner plus et retomber dans une nouvelle rat race des riches d'un nouveau genre.


Cet américain a commencé à arbitrer entre vie perso, vie pro, expérimentation et monétisation, en cherchant à placer le curseur de manière équilibrée et saine. Après, tout dépend d'où on part et la quantité d'efforts nécessaire par rapport aux gains. Il est impossible de généraliser.


Tout ceci m'inspire 6 réflexions

1 - Les rats ne savent pas la plupart du temps qu'ils ne sont pas libres et ne peuvent donc pas comprendre ce que veut dire le mot liberté et ceux qui le prononcent.

70


2 - Les rats se frustrent pour des chimères qui ne remplissent pas le vide intérieur durablement (on se lasse extrêmement vite des jouets pour riche. Beaucoup rêve d'un modèle de vie basé sur la futilité et l'émerveillement ressenti dans le cadre d'une consommation. Le souci majeur, c'est que les sensations disparaissent lors de la deuxième ou troisième expérience identique même quand elle est extraordinaire, donc baser sa vie sur la distraction par la nouveauté permanente, ne peut que mener à terme dans une impasse quoique le stock mondial de nouveautés à expérimenter soit assez énorme. L'impasse naît quand le cerveau a assimilé le schéma et ne génère plus d'excitation). Se frustrer à cause d'un manque de moyens financiers pour participer à ce genre de modèle de vie qui ne délivre pas ses promesses, il faut avouer que notre monde est barré...

société consommation


3 - De nombreux rats n'adhèrent pas au point 2 de la vie à base de consommation comme finalité et espèrent juste une vie simple, tranquille sans obligation de travail. C'est très valorisé en France ce genre de philosophie. On s'écarte de la société de consommation pour affirmer son statut de personne mature qui ne mange pas du pain de la futilité... Malheureusement, on connaît déjà le résultat. Ne rien faire est le plus court chemin pour devenir un légume et réduire son espérance de vie assez fortement. Non seulement ne rien faire rend assez souvent idiot, car aucun effort d'adaptation et d'évolution à faire (ce qui est contraire à la nature humaine et animale la plus élementaire qui a lutté depuis des millions d'années pour survivre) mais en plus, cela fait crever bien avant l'âge comme l'ont montré les statistiques des assureurs allemands sur la vie qui ont découvert des écarts à la moyenne assez hors norme selon que les allemands s'arrêtent ou non de travailler après 60 ans !

idiot


4 - On s'achemine ni plus ni moins en Occident que vers une allocation universelle pour tous. Alors évidemment, actuellement, le concept est trop violent pour le système. On ne peut pas dire à des rats qui courrent qu'ils n'auront plus besoin de courrir. Les grands équilibres sont menacés. Mais enfin d'un autre côté, si on regarde la réalité en France, on est déjà à mi chemin. L'Etat contrôle déjà 10 millions de para fonctionnaires et fonctionnaires. Dans le tas, il doit y avoir à peine 3 millions de mecs qui bossent concrètement, genre des profs, infirmières, policiers, armées et 7 millions qui servent à rien ou presque rien. On créé des nouvelles règles qui font chier l'économie privée, de manière à les occuper plus qu'à servir à quelque chose de concret. Tout cela créé un énorme déficit budgétaire qui est monétisé par la banque centrale qui augmente son bilan et la masse monétaire en compensation. Tout ça parce qu'on ne peut pas dire aux rats que leur boulot ne sert à rien et qu'on pourrait les payer juste à rien foutre chez eux. Et en plus, il n'y a pas de boulot pour eux, puisque l'économie est en pleine mutation avec une migration très violente vers la valeur ajoutée, ce qui exige une formation permanente pratiquement hebdomadaire, ce qu'un rat est incapable de faire, lui à qui on a expliqué qu'il faut un beau diplôme qui sert de porte d'entrée une vie durant dans les entreprises pour décrocher un job.

allocation


Il ne faut pas se tromper. Nous sommes déjà aux portes de l'allocation pour tous de base et de l'oisiveté à volonté. En 2030 je crois, le nombre d'actifs passe sous le nombre d'inactif en France. Donc le système, toute la société française avec sa norme sociale, qu'on connaît actuellement va vaciller par terre. On a construit la France avec 3 actifs pour 1 inactif et là, dans 10 ans, on aura 0,8 actif pour 1 inactif. Donc, autant ne pas se voiler la face, le monde va changer très fortement.

5 - Décider de sortir de la rat race pour basculer soit dans la rat race des riches, soit dans l'allocation universelle, est un piège, une impasse. On ne peut sortir de la rat race sans réfléchir à soi en profondeur, à ce qu'on désire, à ce qui compte vraiment. Et une fois qu'on est sorti de la rat race dans sa tête, il faut construire sa vie perso unique. Car il n'y a aucun point de repère partageable au plus grand nombre. Il n'y a pas de retraite qui apporte enfin la tranquilité et le bonheur... Il n'y a plus de solutions faciles en fait. La rat race, la course à la richesse, l'oisiveté... on est coincé par ces modèles de vie non satisfaisants. Faut trouver autre chose. Innover, chercher.

burnout


6 - Je crois très fortement que l'ère des petits soldats répondant tous ensemble aux injonctions des organisateurs du jeu de la vie va cesser. Nous allons tout droit vers une individualisation, vers des modèles de vie uniques valables que pour soi. Internet est le reflet de la vie de monsieur Tout le monde. Petit à petit, on s'inspire les uns les autres sur des micro niches, chacun à son niveau, en regardant les autres par le biais des réseaux sociaux et autres outils. Petit à petit le modèle centralisateur imposé par l'Etat perd en notoriété. C'est probablement une bonne chose car il respose sur une pure manipulation. Quand on voit depuis 35 ans Mitterand, puis Chirac, puis Sarko, puis Hollande, quand on voit ce qu'ils ont fait de notre pays, le bousillant, le menant à une régression notable sur la scène mondiale, quand on voit le taux de français qui râle, qui a peur pour finalement constater que 80% des rats vont voter pour ces charlots aux prochaines élections présidentielles, franchement, l'évolution sociale en cours qui fait passer d'un modèle de rat race à un modèle de vie unique, ne peut que laisser espérer du meilleur. Je reçois en permanence des emails de français qui annoncent le pire pour le futur. Pour eux, le pire est la fin de la rat race, la fin de l'Etat.

Sérieux, y avez vous réfléchi en profondeur ? Parce que moi, je trouve que c'est une nouvelle fabuleuse que la bande de crétins qui nous détruit, finisse le boulot et qu'on passe à autre chose...

esprit libre


Donc en synthèse, sortir de la rat race est une excellente chose au nom de la liberté, mais la liberté doit s'apprivoiser. Chacun doit trouver sa voie à tâtonner dans le noir en dehors du groupe et de l'opinion des autres. Il faut pouvoir assumer.

Si je devais vous donner un conseil, c'est de commencer à vous trouver en faisant l'expérience d'une expatriation. La vie dans un autre système, avec d'autres manipulations d'Etat, une autre culture, religion, climat... permet de comprendre ce que la France offre, ce qu'on aime ou non. Cela permet d'avoir une alternative et donc de pouvoir choisir avec plus d'éléments. C'est dans cet esprit que j'avais rédigé ma formation sur l'expatriation. Comparer les systèmes de vie, les chiffrer, les essayer, évaluer le plaisir qu'on en tire, les dangers aussi de la perte des repères avec l'obligation de définir ses propres limites... Tout est ici pour ceux qui veulent en savoir plus


Charles Dereeper

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire

14 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper vendredi, 11 mars 2016 05:23 Posté par Charles DEREEPER

    Un lecteur veut publier ce commentaire...


    Bonjour Charles,

    Je vous remercie pour cet excellent article qui montre que depuis notre dernière conversation où vous m'expliquiez que vous n'aviez pas le temps de vous consacrer à l'étude de tous ces sujets de société, vous en avez parcouru du chemin !

    Lors de cette conversation, d'ailleurs, je vous parlais déjà de robotisation globale, de chômage qui ne ferait qu'augmenter, de mutation vers une société des loisirs où quelques-uns travailleraient pour faire marcher la machine alors que le plus grand nombre recevrait une future allocation généralisée.

    Il y a dans votre article beaucoup de choses dans lesquelles je me retrouve.

    Cela fait déjà plus de 15 ans que j'ai arrêté la rat race pour des choses qui comptent vraiment dans ma vie. À cette époque ce n'était d'ailleurs pas très facile socialement. Aux personnes "qui avaient réussi" et qui me demandaient, très arrogants, "Que faites-vous dans la vie", je répondais "Oh, j'ai arrêté la rat race et depuis j'en suis très heureux". Et je voyais alors une expression de dégoût teintée d'incompréhension dans le regard de mon interlocuteur !

    Ce parcours de questionnement personnel, je l'ai fait il y a donc bien longtemps et la solution que j'ai trouvé pour moi me permet de vivre à long terme sans travailler au sens classique du terme et sans stress.

    Cette solution, après avoir testé "les plaisirs matériels", consiste tout simplement à adopter un style de décroissance, à consommer intelligemment, ce que je ne faisait pas dans ma précédente vie. Je suis donc maintenant capable d'apprécier les petites choses de la vie alors que précédemment je n'appréciais même plus les grosses !

    Ce cheminement n'a pas été facile ni rapide. J'estime qu'il m'a fallu environ 10 ans pour me désintoxiquer de l'argent. Mais maintenant, quelle liberté, quel bonheur !

    Maintenant, par exemple, lorsque je voyage, je prends le temps de le faire. Je préfère faire un séjour de trois semaines ou d'un mois quelque part en louant une habitation à coût réduit et prendre le temps de vivre plutôt que faire un séjour éclair d'une semaine dans un hôtel-club hors de prix. Je m'occupe de ma famille (ascendants et descendants) et c'est très agréable. Il est à noter tout de même qu'après 20 ans de relation, ma femme n'a pas supporté ma nouvelle attitude face à la vie et a préféré, elle, verser dans la rat race frénétique. Stress et travail pour avoir toujours plus de pognon, de biens matériels et pouvoir consommer de plus en plus et de plus en plus n'importe comment. Inévitablement la relation a cassé, mais depuis elle s'est remise à fumer un paquet par jour et elle a pris 15 kg. Et elle n'a plus un moment à elle. Chacun son truc.

    Me concernant, cette rupture a permis d'ouvrir la cage à l'oiseau, et je dois dire que depuis, bien qu'ayant 50 ans, je n'ai jamais bai*sé autant et aussi bien...

    Alors il est vrai que parfois, comme vous le soulignez très bien, il peut me venir une certaine lassitude d'avoir lâché une vie trépidante. Mais finalement il suffit de se dire qu'au lieu de faire tranquillement chaz moi un bon tournoi de poker sur internet, je pourrais avoir à me taper deux heures de transports en commun par jour pour avoir à supporter en permanence le stress d'un boulot pas très valorisant et les affres d'un petit chef casse c...

    Et quel plaisir de pouvoir me lever un matin face à la mer, me rendre compte que là-haut dans la montagne il a neigé pendant trois jours, et décider sur un coup de tête de monter en station en pleine semaine hors période scolaire pour profiter seul toute une journée d'un soleil et d'une poudreuse magnifique ?

    Quel plaisir de pouvoir découvrir un lundi matin alors que tout le monde est au boulot après un weekend pourri que le beau temps est revenu et que les vagues devant chez moi offrent un spot parfait pour une session de surf mémorable ?

    Alors il est certain que l'établissement de cette nouvelle sorte de bonheur opposé à l'ancien bonheur "travail-famille-patrie" n'est pas facile à mettre en place, ni matériellement, ni socialement, ni psychologiquement. Mais on peut y arriver, j'y suis arrivé, et j'en suis très heureux.

    Et si mon témoignage peut aider quiconque aurait envie de chercher sa propre voie dans ce sens, ce sera encore un plus grand plaisir !

    Cordialement.

  • Lien vers le commentaire Sebastien mardi, 08 mars 2016 17:30 Posté par imhotep

    Charles, ce n'est pas QUE "par jeu" que tu allumes les fonctionnaires. Il y a aussi en toi une sorte d'aveuglement vengeur (dû à tes expériences passées ??) qui te fait dériver vers le jusqu'au-bout-isme le plus crasse. Il y a des brebis galeuses, donc tout le monde dans le même panier et basta. C'est reposant intellectuellement, ça c'est sûr. Les étiquettes blanches et les etiquettes noires, c'est facile à identifier et ça évite de penser trop fort.

    C'est d'autant plus dommage car sur plein de sujets, tu as beaucoup de choses très intéressantes à dire et à partager. C'est pour ça que je te lis d'ailleurs.

    Enfin bref, je ne vois pas pourquoi je cherche le débat avec toi car finalement, comme tout occidental mâle de plus de 40 ans qui passe son temps à Bangkok, tu n'es qu'un vulgaire exploiteur de misère humaine au tiers-monde, pédophile cynique dégueulasse qui ne mérite que l'arrachage de couilles.

    Elle est bien lisible là l'étiquette, non ?

    Je sais c'est absurde ... tu vois l'ironie ?

  • Lien vers le commentaire Jean-Claude Damant mardi, 08 mars 2016 03:47 Posté par IndySantista

    Un ami de fac est un des premiers orthodontiste á faire le master us. Au retour, associé, tout baigne.  Il marie une splendide jeunesse pleine de talents (pas en or.. dur.. ) Après réussite et 2 enfants, le talentueuse part avec la moitié des biens du couple, y compris le cabinet.
    Chasselat ne tienne disait le vigneron aux mains handicapées par le saturnisme (la Rate Run fait des dégâts et plus que la retraite bien pensée), le redresseur de dents sans tord, peur ni reproche, bosphore.
    55 balais au compteur.. une vive flemme le prend. Il vend et part avec un vieux pote faire le tour du monde.
    Sur une quelconque île paradisaique au lagon irisé, les deux amis se disputent.
    L´un rentre, le dentiste continue. En Australie, la même flemme que pour le travail, le prend pour le farniente.
    Il achète un avion et rentre en France.
    Comme le pays n´offre strictement rien á 56 ans... il ouvre un autre cabinet mais á la campagne, au côté de ses vieux amis d´ècole.
    3h de cabinet s´il veut ,un remplaçant pour le club med Corfou (y a plus..), peu d´impôts, éparpílle ses sous contre le bank run,  revient avec de beaux objets... 

    Voila un vécu. Il travaillera un peu jusqu´au cercueil.

    De tout un peu sans excès.

  • Lien vers le commentaire Jean-Claude Damant mardi, 08 mars 2016 03:22 Posté par IndySantista

    Un envoyé de G.S au Mexique trouve une plage assez déserte. Il discute avec un gars... Puis lui explique tout ce qu´il a de potentiel touristique, immobilier qui sera côté en bourse. Le gars sera richissime !

    - Et alors?

    Alors, vous vendrez par parcelles sans plus travailler. Jouir de la vie, de la nature á 1000%

    -Et alors?

    Alors, vous aurez réussi votre vie, serez heureux dans la plénitude etc.

    Pour fêter cette bonne nouvelle, je vous offre un peu de ma téquila.



    Le Monsieur très intelligent et savant, m´accompagnera t-il?

    Avec plaisir mon nouvel ami car nous pourrons nous associer.

    Dans une petite maison coquette, bien á l´ombre de la forêt, ils entrent.

    Dans le ruisseau, le gars prend une bouteille de téquila bien fraîche.

    “Mon frigo écolo”. Il sort des coupes en bois de coco. “ Bien meilleur que les verres cassables et venez discuter dans un hamac”

    Si je comprends,après 15 ou 20 ans de rate corrida, j´aurai enfin la vie paradisiaque... Que j´ai déjà !  Nirvana, viens dire bonjour au Monsieur de la ville.

    Une sculpturale callipyge vient. Yeux du GS´s man exorbités.

    Elle n´ira jamais á Hollywood ni sur Playboy. On me la piquera pas et pas de divorce ruineux.

    Cher Monsieur diplômé et plein de réussite, vous voyez que j´ai amplement tout votre “paradisiaque” et vous voudriez détruire cette belle nature en plus?

    Allez á l´école de la vie, misérable destructeur. avant que je ne vous lâche au cul mes chiens bien bâtards!



    Les activités sont multiples hors de Wall Street et des multi-nationales.

    40 ou 60.000 $ ou E ou Yen ou clopinettes ? Avec moins de 20000, je vis fort bien ma liberté depuis 16 ans.
    Si la mise en page est douteuse.. faute au teclado português virtuel sur ordi Brésilien... 

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper mardi, 08 mars 2016 02:38 Posté par Charles DEREEPER

    j'allume les fonctionnaires par jeu

    et en meme temps, je les allume car quand on met sa signature sur un contrat avec un ETAT, on sait qu'on devient un parasite payé par les impots des mecs qui vivent dans l'économie privée.

    donc tant que les fonctionnaires ne diront pas merci aux mecs du privé, je les allumerais

    maintenant, j'ai de plus en plus de clients fonctionnaires et ca se passe très bien. j'ai modifié la semaine dernière ma formation sur l'euro en rajoutant 45 minutes GRACE à un commentaire de fonctionnaire. C'est dire...

    je pense qu'une partie d'entre eux ont pigé à quel point le systeme les trahit et trahit encore plus l'économie privée

    donc aucun probleme pour discuter avec eux.

    mais il n'empêche que ces gens tirent leurs ressources de la sueur des autres et ne redonnent pas de contrepartie en face

    il ne faut jamais oublier

    ce n'est pas parce qu'on a une famille à nourrir qu'on est excusé de ce genre de comportements...

  • Lien vers le commentaire Sebastien lundi, 07 mars 2016 15:23 Posté par imhotep

    Un très bon article qui permet de prendre du recul Charles. Merci

    A part bien sûr comme d'habitude la diatribe anti fonctionnaires à courte vue, à base de généralisation infondée et de biais de confirmation personnel ...
    Mais bon je suppose qu'il sera à jamais impossible de te décourager sur cette question. Tu veux que j'organise un petit apéro à BKK avec un ami fonctionnaire pour que vous puissiez échanger des arguments comme des adultes ? ;-) ;-)

  • Lien vers le commentaire sven lundi, 07 mars 2016 14:31 Posté par sven

    Très bon article original sur la post "rat race/retraite anticipée et what for "??

    En fait, réflexion globale sur... le sens de la vie (après la vie des sens, hé,hé)

    On en revient à la quête de l'indicible, quant une certaine sécurité est assurée, n'est-ce-pas Charles ?

    Car là , l'aventure commence en exponentiel....., et n'est pas limitée par la connerie humaine, si on englobe le trip dans son acception la plus pure hors manipulation de gourou.

  • Lien vers le commentaire Pierre lundi, 07 mars 2016 13:22 Posté par 8ball

    Article intéressant, je suis assez d'accord. Tout le problème du "vide" (on appelle ça comme on veut) laissé par une succession d'activités dans lesquelles on ne tripe pas ou plus (travail chiant évidemment, mais aussi loisirs de riche certes mais répétitifs, aussi, comme tu le soulignes),...

    @fabulousfab : sur ce point précis, l'expérience initiée par la khan academy il y a 5 ou 6 ans dans des quartier de (je me rappelle plus le quartier donc je vais dire brooklyn) new york, où le prof ne faisait plus son "cours" en classe, mais les exercices : inversion, cours à la maison 5 minutes sur video, exos en classe. Cela avait donné de bons résultats.
    La fonction de l'éducation qui risque de "rester", c'est d'occuper les enfants pendant que les adultes font autre chose.
    Le monde décrit dans le roman rigolo d'Ernest Cline "Ready Player One!" ne semble plus si improbable que ça.

  • Lien vers le commentaire jctrader56 lundi, 07 mars 2016 11:48 Posté par jctrader56

    excellent article !

  • Lien vers le commentaire Fabrice lundi, 07 mars 2016 10:38 Posté par fabulousfab

    A l'Education Nationale, on se demande déjà comment on va gérer l'explosion des MOOC (c'est à dire que faire des centaines de milliers de profs une fois leurs cours filmés et mis en ligne).

    Quand Pôle Emploi oblige certains chômeurs à suivre des formations, c'est bien pour habituer les "rats" à se former. Pas dans l'espoir de leur trouver du boulot, il n'y en a plus, mais pour tenter de les maintenir actifs.

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper lundi, 07 mars 2016 08:28 Posté par Charles DEREEPER

    corrigé !

    merci

  • Lien vers le commentaire Benoit lundi, 07 mars 2016 08:20 Posté par utilisateur29247

    En tout cas un article une fois de plus plein de bon sens et de vérité.

    Bravo à toi charles.

    Quand mes enfants seront en âge de comprendre ton blog sera leur page d'accueil ;-)

  • Lien vers le commentaire Benoit lundi, 07 mars 2016 08:16 Posté par utilisateur29247

    Hello Charles dit le prince de bel air ;-)

    Une petite coquille a corrigé

    On a construit la France avec 3 actifs pour 1 inactif et là, dans 10 ans, on aura 0,8 actif pour 1 INactif au lieu de actif

    @++

  • Lien vers le commentaire Benoit lundi, 07 mars 2016 08:16 Posté par utilisateur29247

    Hello Charles dit le prince de bel air ;-)

    Une petite coquille a corrigé

    On a construit la France avec 3 actifs pour 1 inactif et là, dans 10 ans, on aura 0,8 actif pour 1 INactif au lieu de actif

    @++