Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Conquérir la bourse

avantages du revenu de subsistance (3), contrôle de l'immigration, conclusion.

Audience de l'article : 5202 lectures
Nombre de commentaires : 8 réactions

 

 

Etant plutôt souverainiste, je suis totalement opposé à l’opinion de certains libéraux souhaitant la libre circulation sans restrictions de toutes les personnes de toutes nationalités, donc la suppression de l’idée de nation.
Nous bénéficions (encore) aujourd’hui en France d’un niveau de vie,  de conditions de santé et de sécurité et d’une qualité de vie nettement au dessus de la moyenne mondiale.

 

Cet avantage est dû au fait que la population française est en moyenne plus qualifiée, mieux formée et plus productive que la moyenne mondiale, et que cela crée des synergies spécifiques dans notre pays, qui expliquent par exemple qu’à niveau et travail égal, un ingénieur français sera mieux payé que son homologue indien ou tunisien.

Si nous ouvrons notre pays à  tous vents sans aucun contrôle (c’est pratiquement ce que font nos dirigeants actuels en raison d’un humanisme mal compris et utopique), cet avantage de "synergie" disparaîtra, et nous chuterons au niveau de la moyenne mondiale (ou même en dessous si les immigrants proviennent majoritairement de régions situées en dessous de cette moyenne).

 

Ce n’est évidemment pas une raison pour supprimer toute immigration et de nous priver des apports bien réels de certains immigrants. Simplement, le droit donné à un étranger de pouvoir travailler en France devrait être une chance accordée seulement aux plus méritants et à ceux qui sont le plus susceptibles de contribuer à la richesse nationale. Une sélection via le niveau de formation (tests de niveau  de type PISA par exemple) serait une bonne solution.

Il n’est évidemment nullement question pour moi de « race » ou de « religion » ici. Simplement de sélectionner les candidats les plus intéressants, d’où qu’ils viennent, ce qui serait pour eux une assurance d’intégration dans notre pays, et pour nous un apport intéressant.

 

Une fois qu’une vraie politique d’immigration choisie (et pas la politique «passoire» actuelle  qui est extrêmement coûteuse) serait mise en place, l’allocation universelle (qui serait distribuée à tous les français, ainsi qu’aux immigrés réguliers ayant un travail et participant à la production de richesses du pays) permettrait de décourager l’immigration illégale, dont les coûts viennent s’ajouter à ceux de l'immigration légale non sélective actuelle

 

En effet, un immigré entrant illégalement sur notre territoire ne bénéficierait pas du « filet de secours » et de l’allocation universelle, et se trouverait en compétition avec des français ou immigrés réguliers plus intéressants à employer du fait de la subvention permise par l’allocation universelle. Il aurait alors très peu de chances de trouver un moyen de subsistance dans notre pays et serait ainsi fortement incité à aller tenter sa chance ailleurs !

 

Mes propos pourront choquer ou sembler trop durs. Mais notre pays n’a ni la vocation, ni les moyens de subventionner ou d'accueillir le reste du monde au nom de prétextes humanistes irréalistes.  Si il continue de le faire, il faut bien comprendre que tout le monde finira par y perdre, français comme immigrés.

 

Conclusion et garde-fous sur l’allocation universelle.

 

Evidemment, le filet de secours universel ne règlerait pas tous les problèmes. Il créerait cependant les conditions de base nécessaires à la réalisation d’une société libérale (c’est à dire celle où l’état influence le moins possible nos choix de vie), qui assure en même temps le minimum de solidarité nécessaire à la cohésion sociale, et rende cette société acceptable par tous.

 

Le principal danger de ce système est qu’une partie de la population ne revendique une hausse incessante de l’allocation universelle.
Si le niveau est bien calculé pour permettre la subsistance mais pas plus, l’allocation universelle est un encouragement et une subvention intelligente au travail et à la production de richesses.

 

Mais au delà d’un certain seuil, l’allocation encourage les modes de vie parasites et la production de richesse globale s’effondre (dérive vers le socialisme).

 

Il est évident qu’il faudrait inscrire dans la constitution des garde-fous solides en terme de pourcentage du PIB à ne pas dépasser, non modifiables autrement que par référendum.

 

La crise qui se développe, avec les faillites d’états qui s’annoncent comme étant de plus en plus probables, nous offrira sans doute l’opportunité de changer de système de protection sociale et d’adopter l’allocation universelle à la place des lourdes et coûteuses usines à gaz actuelles.

 

Espérons que certains dirigeants sauront la proposer aux citoyens le moment venu !

 

 

 

Vous pouvez suivre mes anticipations économiques, la composition de mon PEA et mes opérations avec ma lettre Boostez votre PEA ! .

 

Loïc Abadie

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

8 Commentaires

  • Lien vers le commentaire fitch samedi, 03 décembre 2011 14:54 Posté par fitch

    Bonjour,

    Intéressant par sa simplicité, avec l'avantage de neutraliser de coûteuses "usines à gaz" qui mobilisent de nombreux fonctionnaires et un sentiment de stricte égalité des citoyens devant les aides sociales.

    Mais quid de l'inflation ? Une allocation universelle n'est-elle pas inflationniste ? L'augmentation des revenus de base n'entrainerait-elle pas un hausse des prix des produits de base (spirale inflationniste) ? Une indexation sur le PIB est-elle suffisante dans ce cas ?

    Mais l'idée semble saine et mérite d'être approfondie.

  • Lien vers le commentaire balthazar dimanche, 20 novembre 2011 23:02 Posté par balthazar

    "Si nous ouvrons notre pays à tous vents sans aucun contrôle cet avantage de "synergie" disparaîtra, et nous chuterons au niveau de la moyenne mondiale" > oui

    Ce n’est évidemment pas une raison pour nous priver des apports bien réels de certains immigrants. > oui

    "le droit donné à un étranger de pouvoir travailler en France devrait être une chance accordée seulement aux plus méritants" > qui sont "les plus méritants" ? C'est subjectif et source d'erreur.
    Et la particularité des immigrés, c'est d'apporter de la valeur ajouté insoupsonnée (gràce à l'apport culturel de l'immigré), ce n'est donc pas à nous de définir ce qu'elle sera !
    Donc non.
    Non je crois qu'il faut juste s'assurer que les conditions d'acceuil sont suffisantes pour que l'immigré puisse s'incérer tranquillement dans la société.
    L'immigration illegale serait interdite et condamnée
    L'immigration légale serait acceptée à condition de se déclarer et de déposer un sequestre (inférieure au cout que prendrait un passeur) et de pournir la preuve d'un logement pour au moins trois mois. Le sequestre serait perdu en cas de crime ou délit, de travail au noir, ou de vagabondage, et permettrait de financer le retour.
    Il existe une idée d'achat de la nationalité dont le cout varirait selon la demande et les capacités d'acceuil, assortie d'un prêt éventuel pour l'acheter qui me parait assez séduisante.

  • Lien vers le commentaire london511 dimanche, 20 novembre 2011 20:17 Posté par london511

    Selon vous quels seraient les réformes nécessaires pour la retraite, car 500 euros par personne c'est très peu si l'on a cotisé toutes sa vie, faut-il passer progressivement ( 40-50 ans) à un système de retraite par capitalisation?

  • Lien vers le commentaire Joseph Pietri dimanche, 20 novembre 2011 19:17 Posté par Joseph Pietri

    Bonsoir Loïc, merci pour ces 3 papiers remplis d'espoirs,de bon sens et de pertinence.
    Encore faudrait il que la classe politique se réveille comme vous le soulignez si bien.
    Il n'est peut être pas encore trop tard! De toute façon la balle est dans leur camp! Osons y croire!