Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne !

Je vis en contraste extrême entre Bangkok la sauvage torride et la jungle encore préservée du sud pacifique du Costa Rica. 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.



Inscription à ma newsletter BOURSE / INVESTIR / PRODUCTIVITE 
(2 emails par mois)

==> C'est ici

Charles-Dereeper

charlesjungle
NOUVEAUTE 2017


Suivez mes "conneries" et ma life sur INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Petit manuel pour révolutionnaire peureux avisé à la recherche d'efficacité

Audience de l'article : 3212 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 6 réactions
Votez pour cet article
(53 Votes) - Note : 4.60
Partagez cet article avec vos connaissances

Je cite un lecteur d'ObjectifEco

 

 

Comme vous le dites, ceux qui bossent en France et qui se font **culer par l’état sont trop occupés, qui a le temps de la faire cette révolution ? Ceux qui ne travaillent pas ? Pourquoi ne travaillent-ils pas ? Trop en dehors du système, des larves ? ou bien au contraire trop à l’intérieur dans des planques en or ?

 

 

Faites-la donc la révolution, vous serez on ne peut mieux placer pour la voir ! Facile d’attendre qua ça pète en étant à 9000 bornes !

 

 

 

Très franchement, il n'a jamais traversé mon esprit de faire la révolution à l'ancienne, old school, à la Française, genre 1789, on bute tout ce qui bouge ou on pète tout dans la rue pendant un mois, version décembre 1995. Le monde moderne a changé. Nous avons déposé les armes et embrassé le pognon, le blé, le fric, la fraîche... pour faire la guerre, il faut donc penser argent et laisser les flingues dans le placard.

 

Si révolution il y a, il ne sert plus à rien de voter. Tous les français avisés le savent bien au fond d'eux. Zéro résultat. Il ne sert plus à rien non plus de faire grève. Le rendement des gains obtenus par la manifestation est ridicule. 100€ par ici, 74€ par là. En plus, c'est dangereux. On peut prendre des coups de matraques. Les CRS, ils aiment bien en coller une ou deux au passage, ni vu ni connu... Non, oh que non, il ne me viendrait pas à l'idée de promouvoir l'idée d'une révolution old school.

 

En revanche, ce dont je suis certain, c'est qu'à mon petit niveau, je fais la révolution. Comment ? En ayant arrêté de financer cette machine étatique qui me révolte. Parce que le nerf de la guerre est ici précisément : l'argent !

 

Vous voulez faire la révolution ? C'est super simple. Quittez la France ! Il n'y a rien d'autres à faire. Le navire s'effondrera de lui même, sous le poids de ses manipulations. En quittant la France, en plus de faire exploser votre niveau de vie assez facilement, vous attaquez l'Etat dans ce qu'il a de plus cher, ses finances. Si un mouvement de fuite se répand, c'est toute la macro économie qui flanche. Et là, croyez moi, les vieux d'en haut se feront réveiller car ils ont tout basé sur une approche pyramidale et la peur empêchant la fuite (comme tous les systèmes communistes d'ailleurs).

 

Evidemment, partir naviguer dans les eaux internationales exigent un sens de l'autonomie économique, ce qui fait cruellement défaut aux français qui ne savent plus gérer la liberté. Vous pouvez sourire, mais je suis de l'autre côté de la barrière avec mes 5 à 10 emails quotidiens de témoignages. Imaginez : vous dîtes à un français qu'au lieu de payer 65,8% sur la marge qu'il va réaliser à faire son petit business, il va cracher autour de 2000€ de frais annuels. Pas un euro de plus s'il sait bien s'organiser. Donc il va passer de 20, 30, 100.000€ de taxes diverses et variées à juste 2000 !!!

 

Autant dire que faire la compétition économique sur le sol européen, asiatique ou américain avec un atout aussi énorme, c'est du gâteau pour la personne autonome. Mais pas pour les français. C'est ce que j'ai compris de tous vos témoignages. Après 40 ans de cage dorée, les français ont besoin de réapprendre à vivre sans assistanat. Ils sont tout simplement mort de trouille à l'idée de voler librement. C'est pour moi totalement hallucinant. Je vais devoir lancer un programme de formation internet, genre, je n'ai pas peur de devenir libre. Ahahah. Je ferais une remise spéciale lecteur d'Objectifeco... 

 

Charles Dereeper

 

www.charlesdereeper.com

 

www.europecostarica.com

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire

6 commentaires

  • Lien vers le commentaire graphitos samedi, 03 novembre 2012 20:04 Posté par graphitos

    Bonjour
    Charles  a raison quand il dit que faire la révolution à l'ancienne ne sert à rien , par contre je ne cautionne pas "la sortie du territoire"  pour plusieurs raisons :
    1 j'habite une région  (les savoie) dont je me lasse pas  et qui  donne un sens à ma vie par la sérénité qu'elle me procure au travers de ses paysages et pour rien au monde je ne partirai dans des contrées fussent-elles plus sauvages pour vivre dans la moiteur tropicale sans horizon.
    2 l'argent n'est pas tout et la révolution peut se faire en  optant pour une consommation de cycle court pour la nourriture, et en étant sélectif sur ses besoins pour le reste, par exemple en achetant des outils qui permettent de faire ses meubles ,ce qui procurent économie et satisfaction.
    3 Franchement Charles je doute que si vous aviez des problèmes de santé vous feriez le pari des hopitaux du Costa Rica ???
    Bon allez je m'arrête là mais il y aurait un livre à écrire..... sur l'autonomie et sa mise en pratique ici et maintenant 

  • Lien vers le commentaire graphitos mercredi, 25 janvier 2012 09:54 Posté par graphitos

    Bonjour Charles
    je pense qu'il y a d'autres solutions. Je pense que fuir ailleurs est un peu fuir à soi-même.
    Personnellement voici ma stratégie : j'habite un département qui m'apporte beaucoup et auquel je suis très attaché, les savoie, je ne désire donc pas les quitter (pour l'instant) il en va de mon équilibre. Mon activité indépendante de photographe et privilégiée au niveau des charges sociales (et oui cela existe)m'apporte assez facilement un revenu que je limite moyen. Cela me permet de jouir de temps libre que je partage entre mes différentes passions : bricolage, sport de montagne, ecologie et bien sur photographie. Au résultat ,j'ai peu de contraintes,j'ai rarement l'impression de travailler au sens péjoratif du terme, je fabrique mes meubles, j'aménage ma maison, (recemment un gite de vacances que je loue aux touristes (gite du saladin allez voir sur internet,vous seriez surpris du prix de revient quand on le fait soi-meme ))je cultive mon jardin, au final je consomme assez peu le plus possible local et vit largement en dessous de mes moyens, donc pas de prêt, peu d'impots, peu de besoins et pas d'attirance pour les temples de la consommation, seuls les outils m'interessent car ils permettent la création et l'autonomie. Et c'est juste ce qu'il faut pour vivre et être heureux. Et cela ne m'empêche pas de voyager pour découvrir ailleurs avec les revenus issus du gite. En fait avec une maison et un bout de terrain, des enfants qui ont acquis leur autonomie, un peu de courage et beaucoup de passion 1000 € mensuel suffisent largement à pourvoir les besoins de base (l'investissement par exemple dans des capteurs solaires pour fabriquer de l'electricité revendu à EDF compense ma consommation et l'installation sur la durée du contrat de 20 ans)et il y a encore beaucoup à faire.
    Pour conclure les deux maux les plus aliénant de notre société sont la télé (qui formate) et l'assistanat (qui bien sûr ôte toute autonomie)

  • Lien vers le commentaire ebjiadang mercredi, 25 janvier 2012 06:56 Posté par ebjiadang

    Bonjour Charles, j'apprecie beaucoup votre ton rebelle contre cet esprit moutonnier Francais, quel va être le prochain instrument à tondre lancé par nos "élites" qu'il va falloir supporter... Je ne le supporte plus!!! J'ai déjà vécu pas mal de temps à l'étranger en etant expatrié pour des boîtes françaises et j'aime cet esprit de conquête et de liberté que l'on ressent au contact de cultures plus ouverte. Mais que proposez vous pour pouvoir se barrer et vivre à l'étranger, car le nerf de la réussite c'est l'aspect financier. quels pays, quels business, proposer des formations!!! Car aujourd'hui vous vivez en parti de revenus de ces français mainland France.... qui font pour beaucoup de l'investissement financier pour espèrer avoir de l'oxygène. Ne devenez pas le " Yannick Noah" de la finance des "rebello moutonniers" qui se fout de la gueule du système mais qui vit grâce à lui. Au plaisir de vous lire sur objectif eco ou votre blog Costa Rica!!! EB