Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

S'enrichir sans souffrir... ou être pauvre parce qu'on le mérite ! (partie 1)

Audience de l'article : 5143 lectures
Nombre de commentaires : 13 réactions

Comprendre ce qu'est la chaîne de valeur pour travailler plus rentable et s'enrichir...

 

Il n'y a pas grand monde qui parle de ce sujet. Comme si le fantasme français de l'égalité entre tous avait submergé également les médias économiques, les créateurs d'entreprise et tous les esprits infestés contre leur volonté par le communisme... Voici donc un mémo pour se purifier la tête et redevenir un bon capitaliste qui a "la ouine" dans le sang... Rien qu'avec une phrase comme cela, j’entends le grincement de dents de certains et le bruit de la souris qui clique sur la note minimale. Dereeper, coupons lui la tête ! On ne choisit pas la pauvreté, jeune fou (cela reste à prouver que les gens ne sont pas pauvres par défaut, ne rien faire étant un choix jusqu'à preuve du contraire !)

 

Allez, démarrons...

 

Pour s'enrichir par le travail, il faut en théorie trouver une bonne idée, créer son entreprise, travailler beaucoup pendant des années... puis en cas de succès commercial (qui ne dépend toujours en théorie que de la fameuse bonne idée initiale), le candidat commence "à palper de la monnaie"...

 

C'est séduisant comme idéal : tout le monde peut le partager et espérer pour son sort. Seul souci, c'est totalement bidon. Désolé... mais j'insiste, c'est bidon. Je vais d'ailleurs vous montrer en quoi c'est vérolé.

 

Dans le monde réel économique, il existe en fait 70 à 80% des entreprises qui ne dégagent que peu de valeur ajoutée et une minorité qui gagne gros. C'est le concept phare génial de la loi de Pareto.

 

J'ai pris conscience de ce qui signifiait la valeur ajoutée économique dans une chaîne (cad de la matière première jusqu'au produit fini et acheté par le consommateur) le jour où j'ai découvert le métier de SSII, sorte de négrier moderne, qui profite comme un parasite des déficiences des lois organisant le travail en France.

 

En effet, il est long, coûteux et lourd administrativement de licencier en France. Du coup, de nombreuses grandes entreprises préfèrent louer des ingénieurs aux SSII et se débarrasser (excusez moi, il faut dire "externaliser") du problème sur un tiers, moyennant finance. Une SSII aujourd'hui, c'est avant tout une société qui mutualise les risques de licenciement des grandes entreprises, contre le versement d'une prime de risque qui va de 1500 à 7000 euros par mois par têtes boutonnées à lunettes (non, ce n'est pas vrai Charles, tous les ingénieurs ont les cheveux longs et sont tatoués...).

 

Je vous laisse calculer la SSII qui a ne serait ce que 100 ingénieurs placés. Altran et Atos ont fait fortune à ce petit jeu. C'est le royaume de l'argent facile. Car la quantité de travail n'est absolument pas proportionnelle à la marge obtenue. Le rapport relatif dans les SSII est énorme.

 

 

 

 

 

En comparaison, un restaurateur qui bosse 50 heures par semaine ne parviendra même pas à accumuler sauf les stars et les industriels du secteur (et encore), l'équivalent de 5 à 10 ingénieurs, loués dans le secteur des SSII.

 

A ce stade de l'article, il est déjà clair que les pauvres et les riches se sont déjà départagés par leur choix de secteur. Tout n'est affaire que de choix conscients maîtrisés ou de démission de soi.

 

La vérité crue, c'est que de nombreux métiers dégagent des clopinettes en valeur ajoutée, pendant qu'une minorité permet de gagner facilement, à quantité de travail équivalente. Cela démontre d'ailleurs que les gens ne travaillent pas pour l'argent. Sinon, il y aurait un gros souci technique...

 

Prenons quelques exemples.

 

General Motors qui a fini par faire faillite, a gagné en 2007, 2,5 milliards de dollars en... créant et vendant des voitures ? Pffff, perdu ! Il n'y a pas de valeur dans ce métier. Les comptes étaient flats ou perdants sur l'aspect industriel. Non, l'argent a été accumulé en finançant l'acquisition des voitures fabriquées. Le métier de banquier dégage bien plus de valeur ajoutée. General Motors était devenu un vulgaire banquier qui utilisait sa position forte dans l'automobile pour distribuer en masse du crédit.

 

Darty en France, Circuit City ou Best Buy aux USA sont des distributeurs de produits électro ménagers qui gagnent leur argent en tant que commerçant ? Ba non ! Le commerce est ultra lourd sur un plan capitalistique, avec des faibles marges. Darty et les autres sont en fait des assureurs. Ils réalisent le gros de leurs profits par rapport aux ressources utilisées, sur du service, à savoir les extensions de garantie fabriquant qui rapportent beaucoup de valeur économique. Une TV vendue 1000 ou 1500 USD permet de fourguer une garantie d'un an à 100 dollars. Les particuliers achètent souvent du 5 ans de garantie, soit 500 dollars ou un tiers du prix de vente des grosses TV.

 

On est pauvre par choix... si si ! Tant qu'on cherche à travailler et non à gagner, on choisit de ne pas gagner.

 

En France, les personnes qui travaillent le moins de tous les secteurs, selon les classements, sont ?.... les assureurs ! Bizarre... Cela doit être une coincidence, cette histoire de Darty, Best buy. Ou alors, les actionnaires ont du réfléchir sur leur niveau de pauvreté...

 

A quand un assureur low cost qui casse le business ?

 

Un dernier exemple : Capital One aux USA est spécialisé dans la distribution de cartes de crédit. Oui ou non ? Eh bien, la réponse est grise : oui et non. Ils ont visé les pauvres. Car un incident de paiement est facturé 25 dollars. Avec 50 millions d'incidents en 2005, c'est 1,25 milliards de dollars qui ont été facturés... Est ce que le métier de Capital One est vraiment distributeur de cartes de crédit ? Franchement, le vrai business est ailleurs, aux limites de la tolérance morale... Par contre, il n'y a pas de souci, il rend riche !

 

La morale de ces entreprises, c'est que pour créer de l'argent, il est nécessaire d'identifier dans son secteur à quel endroit de la chaîne de valeur, les clients acceptent de payer cher et d'intégrer par tous les moyens ce segment d'offre, tout en sponsorisant à prix coûtant les échelons où de toute façon, l'argent sera toujours dur à gagner. L'idée, c'est de trouver des clients par un segment en étant ultra compétitif et de les remonter ou les descendre vers le segment où la demande est négligente quant au prix.

 

Si vous voulez devenir riche facilement, il suffit de piger qui fait quoi dans votre domaine et de foncer sur le maillon le plus juteux. Tous les secteurs économiques sont concernés.

 

 

Prenons le pétrole. Total gagne t il en exploration, forage, découverte de gisements ? Dans le transport et la vente du brut ? Dans le raffinage ? Ou dans la distribution ? Où est l'argent ? Total est énorme dans un secteur de géant. Mais, il est possible d'appliquer ce modèle à tous les secteurs, même les petits.

 

 

Le meilleur des secteurs en France, c'est l'immobilier qui a créé de manière artificielle une énorme valeur ajoutée. Il y a dans les activités immobilières 300.000 personnes qui dégagent 250 milliards de valeur ajoutée dans l'économie. C'est le record absolue. La fête est finie ? Oui et non. Nul doute que certains tirent leur épingle du jeu. Finance et immobilier sont les voies royales sur un plan strictement macro économique.

 

 

 

 

 

... La suite ici, sinon, c'est trop long et vous décrochez... : http://www.objectifeco.com/argent/s-enrichir/article/charles-dereeper-s-enrichir-sans-souffrir-ou-etre-pauvre-parce-qu-on-le-merite-partie-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charles Dereeper

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poster un commentaire

13 commentaires

  • Lien vers le commentaire stifler samedi, 25 juin 2011 18:43 Posté par stifler

    Brucibru2,

    Je te prierais de rester correct. Si tu as envie d'un défouloir ou de jouer au keyboard warrior, va sur d'autres sites stp.

    Va sur désir d'avenir de Ségolène par exemple, tu vas adorer et peut-être même te trouver une fille.

    InvestisseurHeureux a entièrement raison. Charles Dereeper aussi. Je sais de quoi je parle. J'ai été salarié dans une banque, j'ai été consultant et je suis dorénavant un free lance.

    Pour étayer ce que dit Charles Dereeper sur les SSII et les achats, il faudrait un thread basé sur des exemples. En quoi consiste le travail d'un bras cassé de commercial en SSII ? Il copie-colle les mots clés de l'AO (sans rien piger par ailleurs) et les colle dans le CV du candidat. Il envoie cela au client en réponse à un AO. Il falsifie aussi le CV (rajout de compétences, etc). Il va ensuite en entretien chez le client et là, il s'écrase. Il note toutes les questions du client pour pouvoir les refiler au prochain candidat afin qu'il bétonne l'entretien. Ensuite, plus rien. Il vient lécher le cul du client de temps à autre pour placer d'autres consultants, etc.

    Chez certains clients, les opérationnels en ont assez. Prenons un exemple concret : chez BNP, dans la filière BFI (Arbitrage, etc.), certains opérationnels demandent à voir le candidat seul; en gros : le commercial tu restes chez toi. Le commercial a encore moins à faire.

    En Angleterre, les free lances peuvent contracter avec les clients. Il faudrait juste faire comme eux.

    Moi, cela fait longtemps que je pense développer ma société pour en faire une grosse SSII. De multiples problèmes se posent, notamment : 1) le système est déjà verrouillé par les clients et les grosses SSII. Que c'est dur pour une petite SSII de se faire référencer 2) Par ailleurs, j'ai une éthique dans la vie, je ne suis pas un pourri. Pipoter des consultants me pose un problème. Là, je reconnais que je suis quand même con ....

    Merci Monsieur Charles Dereeper pour vos threads. Et n'oubliez pas qu'il n'y a que la vérité qui fâche.

    Cordialement,

  • Lien vers le commentaire patlr vendredi, 24 juin 2011 14:04 Posté par patlr

    Bonjour, concernant Darty les salariés qui ont profités du RES,sont devenus très riches !!! et les cadres sup des millionnaires...