Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)

1% de la population mondiale détiendrait 47% de l'ensemble des richesses du globe. Warren Buffett a raison, la classe des riches est en train de gagner la partie !

Audience de l'article : 1604 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Le rapport annuel du cabinet financier Boston Consulting Group (BCG) confirme la tendance. Les inégalités entre riches et pauvres n’ont jamais été aussi criantes. Un résultat au combien édifiant puisque les 18.5 millions de foyers fortunés répertoriés dans le cadre de cette étude, posséderaient à eux seuls près de 47% de la richesse mondiale.

C’est aux Etats-Unis que l’on compte le plus de foyers de millionnaires, il y en aurait près de 8 millions. C’est tout de même 4 fois plus que la Chine, qui abrite quant à elle, environ 2 millions de ménages aisés.

Selon BCG, la France aurait bien rétrogradé dans le classement. En effet, un nombre croissant d’actifs s’expatrient pour des raisons fiscales vers des pays où la taxation est plus faible. Conséquence ? Il ne resterait que 445 000 ménages fortunés à travers l’Hexagone.


Une répartition des richesses loin d’être hétérogène

millionnaires dans le monde


C’est le continent nord américain qui concentrerait le plus de richesses. Le montant total des patrimoines cumulés atteindrait la barre des 60 400 milliards de dollars. En Europe de l’ouest, nous en sommes à 40 800 milliards de dollars. La zone Asie-Pacifique truste la troisième marche du podium avec un montant chiffré à 36 600 milliards de dollars. Les autres parties du monde sont à la peine puisque leur concentration de richesses n’excède pas les 13 600 milliards de dollars. Un score obtenu par le Japon.


Une hausse annuelle de millionnaires qui s’avère modérée


De 2013 à 2014, l’augmentation du nombre de millionnaires a enregistré une progression de 7.5%. Entre 2014 et 2015, les turbulences financières, économiques, ont affecté fortement cette progression. Sur un an, la hausse n’est plus que de 5.2%.


Des statistiques parlantes délivrées par les paradis fiscaux

millionaires de plus en plus nombreux


Les patrimoines compris entre 1 et 20 millions de dollars pèsent plus dans les paradis fiscaux, puisqu’ils passent de 7 200 millions de dollars à 7 800 millions de dollars. Quant à la classe des plus fortunés caractérisée par un patrimoine supérieur à 100 millions de dollars, BCG, estime qu’elle va connaître une croissance fulgurante au cours de 4 prochaines années. L’organisme anticipe un bond de 3 300 millions de dollars à 4 300 millions dollars, soit une hausse de près de 25% de la part des actifs au sein des pays à la fiscalité attractive.

répartition richesse offshore dans le monde


Sur les origines de la richesse offshore, là aussi, nous pouvons constater des disparités flagrantes. Pour le moment, ce sont respectivement l’Europe occidentale et le Moyen-Orient qui brassent le plus de richesses, avec 2.6 milliards de dollars planqués dans les idylles fiscaux. La zone Asie-Pacifique suit avec un montant évalué à 1.9 milliards de dollars.

L’Amérique du nord est dans les dernières positions avec 0.7 milliards de dollars. Mais ce n’est guère étonnant ! De plus en plus d’américains rendent leur passeport, car ils sont taxés en raison de leur nationalité US. Cela s’explique également, par le fait que de riches contribuables, ont préféré répartir leurs avoirs financiers sur d’autres continents tels que l’Europe ou l’Asie.


Une évolution inquiétante

évolution millionnaires prévisions


Partout en Europe aux Etats-Unis, les classe moyennes se font rogner leur pouvoir d’achat, et s’appauvrissent. Les salaires baissent, les impôts des pays développés augmentent. Le rapport annuel de Boston Consulting Group (BCG) est d’ailleurs sans équivoque.

D’ici 2020, la part de la richesse mondiale détenue par les millionnaires franchira allègrement les 50%, pour s’établir à au moins 52% ! Plus que jamais, un basculement majeur s’opère.

A nous de trouver les bonnes stratégies pour ne pas finir sur le carreau !

William Finck
Poster un commentaire