Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Un changement de bouc-émissaire est-il possible ?

Audience de l'article : 1284 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions
L’opinion publique n’a pas pour caractéristique de réfléchir ou d’anticiper. Elle réagit uniquement au présent et à la douleur.

Quand septembre 2020 va arriver, le présent sera très douloureux.

Le coronavirus n’aura sans doute pas été éradiqué, l’économie sera moribonde, la comparaison avec d’autres nations sera humiliante, le dé-confinement aura probablement été violent.

Alors, l’opinion publique oubliera qu’elle a créé cette situation en portant à sa tête des hommes de l’Etat incompétents, qui l’ont achetée avec son accord.

Ses boucs-émissaires actuels, les capitalistes, les riches — ou plutôt l’idée que l’opinion publique s’en fait avec l’aide de Bercy garante du transvasement des fortunes depuis leurs possesseurs vers ceux qui les jalousent – ne seront plus d’actualité. Ces boucs-émissaires auront fait défaut aussi bien contre le coronavirus que contre la faillite des humbles, des petits, de ceux qui prennent des risques et de la peine.

Ce constat ne laissera plus qu’une frange de croyants communistes ressasser sa haine du capital, pendant que la plus grande partie de l’opinion publique regrettera, mais un peu tard, le départ en masse de ce qu’il restera du capital, son aveuglement et son incompréhension de sa réalité et de sa nécessité.

Il n’est évidemment pas envisageable que l’opinion publique se remette en question, analyse la notion de capital, la nécessité de la propriété privée, de la liberté d’agir, ait la révélation du libéralisme qui lui est d’autant plus étranger qu’elle l’a confondu avec la dictature administrative et la connivence économique liée.

Oui, la souffrance de l’opinion publique face à la ruine totale devra se trouver un autre bouc-émissaire, mais lequel ? Là est la question.

Ma réponse est : les fonctionnaires.

Ils ont le profil parfait. Leurs privilèges sont jalousés. Ils se sont montrés odieux et hautains dans l’exercice du pouvoir, laissant ruine et humiliation sur leur passage, tout particulièrement ceux de Bercy, si représentatifs, si en pointe contre les boucs-émissaires actuels, moi et les autres…

Ils sont cinq millions, juste le nombre voulu pour être sacrifiés sans conséquence pour le groupe.

Ce sera une grande joie d’assister à leur martyr. Je n’en serai pas, mais je dois avouer que je devrai puiser dans mes réserves d’éthique pour ne pas en être, tant ils m’ont fait souffrir. Mais, non, je n’en serai pas.

L’opinion publique n’a pas d’état d’âme, elle assiste au gibet avec délectation. Je n’en serai donc pas, mais je laisserai ma place sur la croix avec plaisir, j’en conviens.

Et la suite

Je crains qu’elle soit décevante. La chasse aux sorcières des fonctionnaires ne va pas trouver un écho retentissant chez les libéraux, qui sont les seuls à pouvoir redonner vie à l’économie, donc au pays.

Pas plus que les pseudo-riches ayant servi de bouc-émissaire n’ont permis à la France de s’épanouir, les fonctionnaires à leur place ne pourront inverser la situation.

Il est même possible que ce soit pire et que les acteurs du virement à 180° des boucs-émissaires ciblés ne puissent aller au-delà de ce simple virage, qui sera d’autant plus violant qu’il sera inutile.

Mon plaisir de voir les fonctionnaires en baver sera entravé par mon humanisme et ma raison.

J’aimerais tant qu’ils abandonnent d’eux-mêmes le pouvoir pour lequel ils ne sont pas faits, qu’ils reviennent vers ce qu’ils savent faire : servir le pays.

Qu’ils admettent que leur statut est indécent, qu’ils y mettent fin eux-mêmes.

Je m’égare sans doute, je rêve…

Changeons de sujet, allons voir du côté de ceux “qui sont Charlie”




PETITE CONVERSATION DU JOUR



Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire

3 commentaires

  • Lien vers le commentaire hftrade jeudi, 16 avril 2020 06:41 Posté par hftrade

    Je ne comprends pas cet article, les fonctionnaires francais, j'ai toujours considéré qu'ils etaient parmi les pires de la planete

    Ils sont ne pas la pour servir la population mais pour se servir et sont extremement aggressifs desagreables et suffisants et jouissent de privileges exhorbitants (dois-je expliquer ca a un francais ?).

    je ne comprends pas comment on peut avoir la moindre compassion envers ces  fonctionnaires francais Dans les gars des base (education nationale, hopitaux, meme la magistrature) j'ai des temoignages de fonctionnaires francais qui ont demissionné par degout du systeme ripoublicain pourri jusuau'a la moelle

  • Lien vers le commentaire philbp jeudi, 16 avril 2020 04:10 Posté par philbp

    Bonjour Henri,

    Vous savez pour ce qui concerne la santé, chacun voit midi à sa porte.

    Je prends mon cas.
    - j'aurai  55 ans en mai
    - 10 km de jogging en moyenne par jour
    - je n'ai jamais pris de médicaments
    - je ne me souviens meme plus si ma dernière angine date de 1998 ou 1993
    - les seuls médecins que j'ai rencontré dans ma vie sont ceux des visites médicales d'entreprise obligatoires pour les expatriations
    - pour ce qui concerne la médecine préventive que je m'applique vaguement, je m''inspire parfois des videos de Thierry Casasnovas (www:regenere.org)

    Pour ce qui concerne le virus, celui-ci ne m'inspire aucune crainte, Ces cas de profils dits sains qui subitement doivent endurer une intubation, je n'y cois pas. Il y a forcément une cause (gavage d'antibiotiques, d'antidiabéte ou d'antidouleurs, leucémie, addiction quelconque, vapotage).

    Ce que je crains, c'est que la grande majorité de la population va réclamer plus de soins, plus de médicaments ultra-puissants, plus de médecins partout. En dehors du fait que tout cela a un cout supplémentaire qu'on pourra encore moins se permettre au coeur d'une dépression économique, je suis d'avis que cela n'amènera pas une amélioration globale de fond de la santé des Français. Je suis meme d'avis que la pratique médicale occidentale est contre productive et que le maintien des gens dans leur état de zombies  asure aux big pharmas un extraordinaire fond de commerce.

  • Lien vers le commentaire Masadj mercredi, 15 avril 2020 16:38 Posté par Max

    Pour vous faire rire (ou pleurer) >

    https://leblogalupus.com/2020/04/14/le-jour-dapres-ils-sont-prets-par-le-rouscailleur/