Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Rendez l'argent

Audience de l'article : 1029 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Chaque situation, aussi pénible soit-elle, doit servir à la réflexion, permettre d’avancer dans l’amélioration de la vie des hommes.

La méthodologie est simple, analyse des faits, recherche des causes, liste des moyens, mise en place des dispositions rectificatives.

La crise du coronavirus nous a permis de constater que les sommes exorbitantes prélevées sur l’économie du pays pour assurer la santé de ses habitants n’ont pas été investies dans l’outil dédié à cet effet : l’hôpital.

Cela a généré un confinement catastrophique et a obligé les soignants à des sacrifices hors du commun.

Le confinement va nous apporter la preuve que le pays n’est pas capable de résister à un blocage de deux petits mois, que son capital est inexistant. Alors que la justification des impôts, que nous payons abondamment, est la constitution d’une force collective protectrice pour contrer les imprévus susceptibles de frapper le pays.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

C’est très simple, la caste des fonctionnaires, ceux-là même que nous chargeons d’organiser notre vie collective, notre sécurité, que nous payons à cet effet, a failli à sa mission.

Bien plus, elle a tapé dans la caisse.

Abusant de notre confiance cette caste a tout d’abord prétendu, contre toute raison, que le capital est néfaste, que la dépense sous toutes ses formes, notamment sous sa forme démagogique de l’égalitarisme, est la seule voie possible.

Pour entretenir cette illusion la caste des fonctionnaires a entraîné le pays et les individus vers une dépendance au crédit, mortifère.

Pour, in fine, nous enfermer seuls, chacun chez nous, pour faire face par nos propres moyens au coronavirus.

Bien plus, cette caste s’est donnée des avantages de sécurité et des revenus supérieurs qui lui ont permis de mener grand train, de se reproduire sans limite et de prendre tous les pouvoirs décisionnels de notre pays.

Nous en sommes là : désunis et ruinés par la faute de cette caste.

Selon l’adage : pollueur payeur, il est tant que cette caste assume ses responsabilités.

Pour cela elle doit rendre le pouvoir et s’interdire à l’avenir de l’exercer.

Elle doit participer préférentiellement à la reconstitution du capital qu’elle a dilapidé.

A tout le moins rembourser elle-même, par un impôt spécifique payé par elle seule, le déficit public qu’elle a créé.

Ainsi le pays sera remis d’aplomb, la sérénité revenue et la caste des fonctionnaires de nouveau appréciée à sa juste valeur.

Ceci n’est pas un rêve.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire