Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Quand la haine sert de méthode de gouvernement.

Audience de l'article : 1568 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
L'ineffable Montebourg n'a pas de franchouillard que sa marinière bretonne, il a aussi ses sabots. Des vrais, des lourds, en bois.

Astucieux comme pas deux, il n'a pas manqué de prendre connaissance des sondages qui rapportent l'image désastreuse véhiculée par certaines professions. Ainsi en est-il par exemple des huissiers, des pharmaciens et des notaires.

Le voilà donc qui se paie une tentative de montée dans les sondages à l'aide d'une dénonciation de ces professions, dénonciation dont il connait la résonnance assurée pour lui chez le "bon peuple".

Il n'est pas le premier à se rendre intéressant en excitant les bas instincts populaires. C'est un plan "boomerang" qui marche à tous les coups, avec retour assuré en pleine poire. Alors, voyons voir.

Les pharmaciens

Certains sont riches, sans doute. Le plus grand nombre apporte, pour pas grand-chose, une prestation de proximité, que les hommes de l'Etat auraient pu supprimer depuis fort longtemps s'ils l'avaient jugé utile. Il y a belle lurette que la grande distribution propose de prendre en charge la vente des médicaments, leur prix baisserait alors de 30 à 40%. Mais, finie la proximité pour l'usager et la multiplicité des impôts sur les officines pour le trésor public. Sans compter le risque d'augmentation de la consommation liée à l'agressivité commerciale de la grande distribution.

Il faut savoir ce que l'on veut, avant de jeter toute une profession au pilori par intérêt personnel, il serait bon, au minimum, de faire preuve d'un peu de cohérence.

Les huissiers

Il y a bien longtemps qu'ils ne font plus le travail pour lequel ils sont payés : la délivrance des actes. Le tarif auquel ils sont tenus les amène à vous envoyer une simple lettre vous invitant à aller chercher chez eux ce qu'ils devraient apporter chez vous. La part de richesse de certaines études, là encore ce n'est pas la majorité, est liée aux constats, dont, objectivement, les prix se font à la tête du client, ou à des actes non obligatoires où ils négocient leur assermentation.

L'objectif de Montebourg est-il de ruiner les petits huissiers et de remplacer les gros par des fonctionnaires ? Double gain : perte de fiscalité pour lui, dérive assurée d'un service pour nous. Il ferait mieux d'augmenter les huissiers, tout en leur imposant d'accomplir leur tâche réellement.

Zut, j'oubliais son but. En réalité, il n'en a rien à foutre des huissiers, pour lui c'est son coup de pub sur leur dos qui compte.

Les notaires

Comme pour les deux autres professions, il y a davantage de toutes petites études vivant difficilement que de caïds de l'acte notarial. Mais, oublions les petits pour nous pencher sur les gros, ceux qui font fantasmer les jaloux.

D'abord, il y a lieu de remarquer que la plus grande partie (80 à 90%) des émoluments des notaires n'en est pas. Il s'agit de taxes levées pour l'Etat, dont les notaires sont les zélés percepteurs. Imaginons que les notaires soient démotivés ou carrément éradiqués par Montebourg, remplacés par des fonctionnaires, l'effet serait double : lui n'aurait plus à sa disposition ces brigades serviles et gratuites de collecteurs d'impôts, nous, nous devrions faire établir nos actes par une cohorte de "fonctionnaires-notaires" qui ne manqueraient pas de nous faire remarquer à la fois leur épuisement professionnel et notre humiliante place d'usager dont la moindre révolte serait sanctionnée par davantage d'inertie de la part de ces "fonctionnaires-notaires". Pour passer un acte, il ne faudrait pas être pressé.

Je vous laisse imaginer le bazar.

Ajoutons à cela que les notaires s'auto-surveillent, qu'ils absorbent, sur leurs fonds propres, toutes les escroqueries de certains de leurs petits camarades, ce que l'Etat ne saurait faire lorsque, de la même façon, certains de ses "fonctionnaires-notaires" pèteraient un câble.

Conclusion

Les collectivistes ne sont pas possibles. Ce sont bien eux qui initient l'envie, qui font, de la jalousie et de la haine qu'elle inclut, les moteurs de leur gloire. Ce sont eux, il n'y a pas à en douter, qui favorisent les extrêmes qui prônent la violence.

Nous sommes bien loin du libéralisme, de l'individualisme, bien loin de la main invisible que la liberté favorise, qui régule naturellement l'équilibre social. Pas plus que le chien ne mord s'il n'y est pas contraint ou entrainé, l'homme ne hait s'il n'y est pas contraint ou entrainé.

Les collectivistes sont les spécialistes de l'entrainement à la haine, à laquelle sont finalement acculés ceux qui adhèrent à leur système. Ils sont les spécialistes du "poing invisible", ce choc qui surprend et détruit, dont la survenance est symptomatique de leur dogme.

Le collectivisme tue, saborde, dresse les hommes les uns contre les autres, alors que, paradoxalement, il a la prétention d'être la panacée de la vie en commun.

Mais, à y bien réfléchir, comment la perte de liberté individuelle, la contrainte du groupe, pourraient-elles se transformer en plaisir de vivre ?

M. Montebourg le sait bien, lui qui se garde de vivre comme il prétend nous faire vivre.

Bien cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire