Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

Les chiffres, c'est magique.

Audience de l'article : 556 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Tracfin, Ah !! Tracfin, quel bonheur statistique.

Donc, Bercy annonce 64.815 dénonciations par an à Tracfin. Pas mal non ?

64.815 probables terroristes ou blanchisseurs d’argent sale, repérés par la population attentive des opérateurs de confiance, banquiers, notaires, agents immobiliers etc… ceux-là même dont par le passé on louait le respect qu’ils avaient du secret professionnel. Sacré changement de paradigme.

Et ce n’est rien, la progression des dénonciations est de 43% par an.

Même 71% par an en ce qui concerne les hommes politiques, dont chacun sait qu’ils sont pratiquement tous terroristes ou lessiveuses à argent sale quand ils ne piquent pas un roupillon sur leur banc de l’Assemblée Nationale qui ne leur sert que de couverture. Tout cela est bien connu. Et ils ont voté Tracfin ces cons.

Pauvre France, mais où va ce pays de merde ?

Comment, après avoir survécu à la collaboration des années sombres puis, en suivant, avoir connu la liberté et le respect des personnes et de leurs biens, ce pays peut-il retomber encore plus bas que le pire du pire de son passé lié à la milice et aux dénonciations ?

Il reste une lueur d’espoir. Le petit peuple ne triche pas.

Jugez-en, ceux que l’on accuse injustement de couter cher au pays, de profiter du système, de toucher primes ou allocations indues, ne sont que 165 à avoir été découverts par Tracfin, qui pourtant a le nez fin.

Tout est clair, nous avons d’un côté des centaines de milliers de français qui s’adonnent au terrorisme et au trafic de drogue, ou encore au blanchiment d’argent sale qu’ils se procurent par camions entiers, et de l’autre164 français indélicats qui trichent avec la sécurité sociale ou les allocations familiales.

Vous voyez bien que les chiffres ça ne pardonnent pas, c’est par eux que s’exprime la vérité. Vous ne l’auriez pas perçu sans eux celle-là, non ?

Soyons sérieux.

Comment peut-on transformer un pays paisible, de gens majoritairement honnêtes et responsables, respectant la liberté des autres, en une bande de délateurs assoiffés de sanctions, participant à un régime de terreur aveugle et avilissant pour tous ?

Comment Bercy a-t-il pu nous coller cette « pécole » ?

Le dogme, encore et toujours le dogme.

La vérité imposée, sans rapport avec la vérité recherchée, ne peut se maintenir qu’à travers la délation de ceux qui ne sont pas conformes au dogme et leur condamnation aveugle à l’aide d’une justice dépendante, l’ensemble installant la terreur, seule arme capable d’imposer un dogme, une fausse vérité.

L’égalitarisme est le dogme, la fausse vérité à laquelle nous sommes tenus de croire.

Pas de compétence reconnue avec l’égalitarisme, la compétence étant par essence un privilège qui n’a pas sa place dans une société égalitariste.

Toute compétence doit être dénoncée, évidemment dans son expression matérielle ultime l’accès à la bonne fortune économique, que l’on va nommer blanchiment d’argent sale ou terrorisme.

Jusqu’où tout cela peut-il aller ?

Loin, très loin. Ce peut même être irréversible. Ce l’est sans doute.

Fuyons, fuyons, c’est la seule solution. J’ai cru qu’il était possible de faire face, non, ce ne l’est pas.

Dommage. Saint Depardieu, priez pour nous….

Bien cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire

1 Commentaire