Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

Le rejet du tourisme...

Audience de l'article : 613 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
L’Europe sature, l’Europe ne veut plus du tourisme de masse. Ah bon ???

Un peu partout des manifestations de refus du tourisme agitent les populations. Tiens, tiens !!!

L’Europe ne veut plus que les gens s’amusent, notamment chez les autres. Allons bon….

Voilà qui est intéressant, car il en est du tourisme comme de la connerie, on est toujours le touriste d’un autre, sauf à rester enfermé chez soi.

Sans être « complotiste », essayons d’y voir clair.

Lorsque je suis un touriste est-il légitime que les autochtones me stigmatisent ? Inversement, lorsque je suis l’autochtone ai-je envie de virer les touristes qui sont proches, qui sont dans mon environnement habituel ?

Bof, cela pour moi ne coule pas de source, pas d’évidence à ce sujet. Mais, en effet, un trouble.

Par contre, je ressens un malaise précis quand je lis que les barcelonais, voisins sympathiques de ma jeunesse, se vantent d’agresser les touristes, d’espérer les chasser, d’avoir par exemple jugulé « Airbnb » grand facilitateur du tourisme de masse.

Ma suspicion s’éveille.

Je ne peux pas m’empêcher de penser à ces utopies qui pour conquérir un pays instaurent — à partir d’une infime minorité — préalablement la haine, puis la dénonciation, puis la terreur et enfin leurs folles utopies meurtrières.

Je me remémore comment Staline ou Mao, totalement inconnus de leurs populations, en restant invisibles, les ont d’abord trahies pour détruire tout le système social — existant ou naissant — avant d’implanter une utopie aujourd’hui reconnue comme mortifère – plus de 70 millions de morts –, pour ensuite apparaître au grand jour et être admis dans le cercle des dirigeants planétaires. Tout cela sur la souffrance de leurs peuples.

Les choses sont abominablement simples, la méthode :

            1- Partir d’une envie, ou d’une frustration, plus ou moins ressentie par le plus grand nombre, en règle générale à base d’avantages matériels.

            2- Dénoncer comme ennemis ceux qui peuvent être considérés comme ayant ou pouvant accéder à l’objet de cette frustration.

            3-  Instaurer à haute dose la délation. L’homme n’aime rien plus que dénoncer. Il aime l’acte en lui-même et encore plus les conséquences visibles de cet acte.

            4- En accompagnement direct de la dénonciation il suffit alors d’installer la terreur par la violence, visible, publique, afin que les délateurs se sentent récompensés et les victimes impuissantes.

La boucle est bouclée.

Une petite minorité intégriste d’utopistes va, à l’aide de la méthode que nous venons de voir, déstructurer complètement une société. Puis, y installer sa démence sociétale par la délation, la violence et la coercition . C’est imparable. La masse ne réagira pas si le choix de la frustration initiale a été judicieux, les victimes ne peuvent espérer aucune compassion à l’occasion d’une telle manipulation du pouvoir politique qui détient la loi et donc la force.

Le lien avec la phobie naissante du tourisme.

Il n’est pas direct, l’affaire est globale.

J’ignore qui est à la manœuvre, mais je connais les troupes et la frustration mise en avant : ce sont les écolos et la peur d’un environnement hostile dont l’autre serait évidemment responsable.

Les dénonciations sont globales et rattachées plus ou moins directement à l’utopie écologiste.

Le clivage est partout, brebis contre loup, voiture contre vélo, agriculture intensive contre agriculture extensive ou bio, énergie fossile ou nucléaire contre énergie renouvelable, économie globale contre économie personnelle, etc… et évidemment touristes contre autochtones.

Nous sommes donc dans une petite partie du schéma global de destruction de notre société.

En ce qui concerne le tourisme, l’étape ultime devrait être une propagande continue affirmant la nuisance du tourisme, donc des résidences secondaires. Puis, une hypothèse pour  leur trouver une nouvelle utilité, par exemple : le logement des immigrés.

Voilà une idée qu’elle est bonne pour participer à la désagrégation de notre société et prétendre en implanter une nouvelle, n’est-ce pas ?

Les questions

Qu’elle est exactement la société de remplacement imaginée par les démolisseurs ? Je ne suis pas sûr que ces apprentis sorciers en aient imaginé une. Staline et Mao avaient un semblant de but le communisme, dont ils se foutaient éperdument, mais l’apparence était sauve.

Aujourd’hui, ceux qui sont à la manœuvre n’ont même pas de projet de société, leur cynisme est total, ils ne visent que le pouvoir, qu’ils comptent établir uniquement sur la peur et par la peur.

Qui sont-ils ? Se connaissent-ils eux-mêmes ? Rien n’est moins sûr.

Leurs armes sont multiples, avec entre autres les agitateurs professionnels, les couillons de service, la presse et Bercy.

La lutte est mondiale, Bercy est en pointe.

Cet aspect mondial est essentiel et, dans ce cadre, Bercy ainsi que globalement tous les services fiscaux occidentaux sont à la manœuvre pour détruire leur propre société.

Je veux dire par là que, comme les occidentaux corrupteurs de Kadhafi qui après l’avoir corrompu l’ont dénoncé et abattu pour le voir remplacé par des voyous, Bercy et ses amis ont corrompu notre société pour faire aujourd’hui chorus avec les voyous qui veulent la détruire pour s’en emparer sans autre but que d’accéder au pouvoir.

Mao n’aurait jamais pris le pouvoir sans l’aide des Américains. Les chinois ne voulaient pas de lui. Mais les américains voulaient châtier Tchang Kaï-chek le corrompu, dont ils étaient les corrupteurs. Ils se sont entichés de Mao et l’ont aidé.

C’est la même émotion stupide de culpabilité qui amène notre trop riche société à avoir honte de ses propres richesses et à favoriser la prise du pouvoir par des voyous, encore inconnus mais à la manœuvre, espérant ainsi se faire pardonner on ne sait quoi.

Quelle dérive fantasmagorique. La phobie touristique n’est qu’une poussée de fièvre de cette dérive qui ne peut finir qu’en massacre vain et stupide.

Ah les écolos ! Tout un programme d’horreurs à venir. Bien le bonjour M. Hulot.

Cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire