Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Le génocide des entrepreneurs

Audience de l'article : 1865 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Il n’y a que 36% des français qui pensent avoir la capacité d’être entrepreneur, seuls 2% se lancent avant 25 ans.

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’entrepreneur n’est pas majoritaire. Or, sans entrepreneur, pas d’économie. Sans économie, pas de société avancée.

C’est à ce problème qu’est confrontée la démocratie, c’est à dire l’organisation sociale, le pouvoir confié à la majorité, donc l’Etat.

L’économie et l’entrepreneur :

L’économie est le fruit de la multitude des contrats librement débattus entre les hommes. L’entrepreneur est celui dont l’imagination, accompagnée d’un engagement personnel et financier, génère l’objet des contrats.

Économie et entrepreneurs sont à la merci des 64% qui ne souhaitent pas ou n’ont pas les capacités d’être actifs dans le domaine économique. En clair, la démocratie est fondamentalement antiéconomique.

C’est ce qui explique la réussite économique de dictatures comme la Chine, lorsque les tenants du pouvoir politiques deviennent des entrepreneurs sauvages, sans limite, sans opposition.

En France :

Au cours des siècles, et à la suite d’une alchimie improbable, économie et démocratie avaient réussi à cohabiter. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’Europe, et la France en particulier, ont enfanté le communisme qui n’est rien de plus que la négation de l’entrepreneur.

Il s’est trouvé, ici ou là, des sociétés en déshérences qui se sont reconstruites à partir de cette négation. Ce fut, ou c’est, pour elles, la misère et ses cortèges de malheurs liés à leurs échecs économiques, qui sont inéluctables.

Aujourd’hui, la pensée majoritaire en France est collectiviste et rejette philosophiquement l’entrepreneur. Mais elle le fait de façon particulièrement perverse et dissimulée.

Elle prétend que l’Etat, donc les français majoritaires non intéressés par l’économie,  serait en droit, soit de réguler l’activité des entrepreneurs, soit même de se substituer à eux.

Or l’Etat ne peut ni contraindre les entrepreneurs ni se substituer à eux, pour une raison simple et universelle : le socle de l’entrepreneuriat est la responsabilité, alors que celui de l’Etat est l’irresponsabilité, rien ne peut être plus antagoniste. Sans responsabilité pas de droit, sans droit pas de contrat, sans contrat pas d’économie.

L’intervention de la bureaucratie :

Pour atteindre son objectif, la majorité antiéconomique, l’Etat démocratique, charge la bureaucratie d’une mission d’éradication des entrepreneurs.

Cette mission est tacite, masquée. Elle est génocidaire, elle en suit les étapes connues, répertoriées.

D’abord le pillage, c’est Bercy qui s’en charge. Puis le déplacement des populations concernées, aujourd’hui les jeunes, demain les plus âgés qui accepteront de tout laisser en partant. Enfin viendra le temps de la purge, du meurtre, il n’est pas si loin que le croient certains.

La bureaucratie est le pouvoir idéal pour cette triste besogne. Inaccessible à l’émotion, à la raison, elle échappe à toute possibilité de sanction, voire même de jugement. Elle se rend régulièrement célèbre dans l’histoire de l’humanité pour ce genre de mission qu’elle accomplit sans état d’âme.

Le génocide des entrepreneurs est en route, il est illusoire d’imaginer que quoique ce soit puisse l’arrêter. Même pas en rêve.

Les derniers responsables bureaucratiques, ceux qui verseront le sang qui suivra la ruine, quelques uns de ceux là, quatre ou cinq pauvres mecs, paieront peut-être un jour la facture, pour que la majorité responsable soit absoute de la catastrophe que nous allons vivre.

La vie n’est qu’un éternel recommencement.

Cordialement. H. Dumas.
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Guillaume mardi, 28 janvier 2014 20:59 Posté par Guillaume

    "Économie et entrepreneurs sont à la merci des 64% qui ne souhaitent pas ou n’ont pas les capacités d’être actifs dans le domaine économique"


     


    Qu'est-ce que c'est que ce raccourci ? Ce n'est pas parce que l'on a pas été entrepreneur que l'on est pas acteur de l'économie. Les entrepreneurs ont besoin de travailleurs aussi !