Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

promospeciale

La phrase la plus con du monde

Audience de l'article : 2532 lectures
Nombre de commentaires : 10 réactions
Je ne suis pas un philosophe, je n'en n'ai pas les compétences. Je ne suis pas un intellectuel, j'en appréhende mal la définition. Je suis peut-être un penseur libre. Toute la journée je pense, avec plus ou moins de bonheur. Il m'arrive de penser à des choses amusantes, légères, à d'autres graves et tristes.

Mais, ce qui m'arrive le plus souvent c'est d'être étonné. En réalité, je suis un perpétuel étonné. Je n'en reviens pas de tout ce que j'observe, de tout ce que je constate.

Au fil de mes pensées, j'ai acquis la conviction que je suis un peu con. Pour tout vous dire, je crois que j'ai de la chance d'avoir conscience de ma connerie. Autour de moi, j'en vois beaucoup à qui il manque cette lucidité, d'où mon étonnement.

Par exemple, quand je vois Copé lancer le "printemps des cons", je me dis que très peu de gens vont se sentir concernés. A qui pense-t-il ? A lui ou aux autres ? Peut-être à ceux que d'autres traitent de cons, mais qui eux s'estiment très intelligents.

Parce que, quand on est con, entre nous, ce n'est pas le printemps, ce serait plutôt l'hiver, éventuellement l'automne et on a rarement envie de défiler à ce titre.

Bon alors, cette phrase… ça vient ?

Un peu de patience, accordez-moi le fait qu'il fallait d'abord que j'essaie de vous définir ma sensibilité à la connerie et le fait que je me sens complètement impliqué et pas du tout au-dessus ou ailleurs.

Alors la phrase la plus con du monde est pour moi la suivante : "Comment imaginer une croissance infinie dans un monde fini".

Il pourrait s'agir d'une banalité, mais il se trouve que tous les "antitout" en font la preuve que l'économie ne pourrait pas être un moteur, une fin en soi, une nécessité, car, vue par eux, elle ne pourrait qu'aboutir à une croissance infinie, donc destructrice. C'est cet usage, que beaucoup en font, qui m'amène à penser que cette phrase est la plus con du monde.

Pour imager mon émotion, je vous propose la course à pied. L'homme est descendu au-dessous de la barre des 10 secondes sur cent mètres. Tout le monde s'accorde à penser qu'il ne pourra pas descendre, mettons au-dessous de 2 secondes sur cent mètres. Est-ce une raison pour que l'on ne coure plus jamais le cent mètres ? Si l'on considère que la course sur cent mètres est un monde fini pour les capacités pédestres de l'homme, doit-on le dégouter de la compétition à ce sujet ?

Bien sûr que non. L'homme ne court pas le cent mètres pour exploser la barre de ses capacités. Il courait avant les chronomètres. L'homme court pour être premier.

Même dans un espace fini, il y a toujours des premiers.

En économie, comme en sport ou en culture, la conquête de la première place est stimulante et sa possession est inévitablement accompagnée de privilèges.

C'est la conquête de ces privilèges qui vaut de participer à la compétition. La conscience que des records absolus ne seront pas battus est sans importance.

Alors, à l'aide de cette phrase imbécile, détourner toute une société, notamment toute une jeunesse, de l'économie est irresponsable et suicidaire. Car enfin, l'économie est le moteur absolu de tout. Ce devrait être une priorité nationale.

Toute entrave à la liberté et à la compétition économique, quels qu'en soient les motifs ou la philosophie, est un acte d'une très grave portée.

C'est pourquoi, une phrase perverse comme celle-ci, qui a la prétention en quelques mots de définir la vérité, de réguler avec sagesse l'avenir des hommes, est la phrase la plus con du monde.

Bien cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire

10 Commentaires

  • Lien vers le commentaire CB vendredi, 10 mai 2013 10:02 Posté par sehinz

    @alex6, "La population se regulera d'elle-meme", "il y a des milliers de milliers de gens qui travaillent dans le domain" : ça fait beaucoup de phrases péremptoires...

    Sinon contrairement à ce que vous croyez, je n'ai aucun a priori sur la question, ni de réponse d'ailleurs, j'essaye juste de faire avancer le débat qui semblait un peu trop tranché au départ.... Pas la peine de s'énerver donc.

  • Lien vers le commentaire alex6 jeudi, 09 mai 2013 22:30 Posté par alex6

    @sehinz,
    Serieusement, vous vous etes relu? Controler la population mondiale, c'est une blague de mauvais gout? Et concretement vous faites comment? Avortement, euthanasie?
    Il serait grand temps de mettre a la benne ces theories debiles a la sauce Malthus dont la theorie a ete demontree fausse depuis qu'il l'a emise.
    La population se regulera d'elle-meme en meme temps que le progres permettra d'offrir un certain confort de vie aux peuples.
    Quant aux ressources, il y a des milliers de milliers de gens qui travaillent dans le domaine et qui n'ont absolument pas besoin de la pseudo science des decroissants pour evoluer. Soyez un peu moins francais et laissez de cote votre pessimisme genetique, le progres humain n'est pas pres de s'arreter ne vous inquietez pas.

  • Lien vers le commentaire CB jeudi, 09 mai 2013 09:32 Posté par sehinz

    @Dumas, je suis entièrement d'accord avec vous. Mais si un tricheur ne peut être durablement premier, il y en aura toujours d'autres et pas forcément dans la même partie.

    La nature de l'homme nous pousse donc à nous contrôler nous-même, sans quoi nous ne sommes pas tous égaux. Vous dites que le problème de la France n'est pas collectif mais individuel, je vous rejoins sur ce point, d'où mon commentaire sur le "sel control", qui invitait à la réflexion à la fois sur soit-même et sur le monde dans lequel on vit.

    @alex6, le progrès est a mininma déjà contrôlé par le rapport coût/bénéfice... Aussi, il ne s'agit pas forcément de contrôler le progrès, comme vous le dites, mais peut être aussi de contrôler le nombre de personnes sur terre. Ce nombre croissant en effet plus rapidement que ce que le progrès peut leur offrir par rapport aux ressources existantes (simple déduction)...

    Sinon comme je l'ai dit juste au dessus, mon commentaire s'attachait juste à rappeler une autre part importante de l'homme lorsqu'il s'agit de finir premier et qu'il n'y a pas de contrôle suffisant...

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas jeudi, 09 mai 2013 08:57 Posté par Henri Dumas

    @sehinz
    Ce qui me gêne dans votre commentaire c'est l'idée que je ressens du fait que tout premier serait un tricheur, un cynique, un profiteur.
    Cet état d'esprit, si c'est bien lui, est à des années lumières de ma façon de voir la vie. Au contraire, je crois que nul ne peut être premier durablement au moyen de la tricherie.
    Je crois à la sincérité de ceux qui participent à toute activité humaine, à toute compétition. Sans cette sincérité et l'acceptation des règles du jeu, nulle partie ne peut se jouer, pas plus économique que culturelle ou ludique.
    C'est ce qui m'amène à penser et à militer sur le fait que le problème de la France n'est pas collectif mais individuel. La corruption morale a gagné une majorité des habitants de ce pays. C'est elle qu'il faut combattre.
    Cordialement. H. Dumas

  • Lien vers le commentaire alex6 mercredi, 08 mai 2013 22:26 Posté par alex6

    @sehinz,
    Le self-control de qui, de l'espece humaine?
    Le probleme avec la phrase sur la croissance infinie impossible, c'est qu'elle pretend pouvoir rationaliser le progres et encore pire, de pouvoir le controler.
    Personne ne dirige le progres, c'est une caracteristique de l'homme que de chercher a aller de l'avant (ok, un peu moins pour l'homme francais...) Les ressources finies, on s'en cogne completement puisque ca  n'est de toute maniere pas un parametre controlable.
    Surtout quand on voit la faible capacite d'organisation des hommes des qu'ils se trouvent au pouvoir, on voit mal un groupe de gens, aussi geniaux soient-ils, pouvoir changer quoique ce soit au sens de l'histoire.

  • Lien vers le commentaire CB mercredi, 08 mai 2013 12:03 Posté par sehinz

    Je vous invite donc à réfléchir à ce que fait in fine votre coureur de 100 mètres pour finir premier, et à faire le parallèle avec ce qui se passe dans le monde économique en ce moment, notamment aux US.

    Finalement cette phrase n'est pas si conne que ça puisqu'elle met bien en avant une des problématiques de l'homme, à savoir le self control, et ses conséquences...

  • Lien vers le commentaire alex6 mardi, 07 mai 2013 23:08 Posté par alex6

    Pour le coup, patrick est parfaitement dans le sujet de votre article puisqu'il est lui-meme un representant de la meilleur facture de tout ce que la connerie humaine peut produire de plus impressionant.
    Et je suis modere en disant cela tant le personnage est idiot et tant ses performances globales depuis plusieurs annees sont d'un minable difficilement comprehensible.
    Bon en meme temps, shorter les marches et annoncer le crash millenaire tous les jours et se prendre une branlee magistrale en continu depuis 2009, ca doit un peu faire perdre pied avec l'intelligence.

    Pour votre article, je trouve de la meme maniere que cette phrase est d'une betise sans nom. Tout d'abord parcequ'elle ne sert a rien car on ne peut rien en tirer (on s'assoit et on arrete tout?) et surtout parcequ'elle nie les capacites intelligentes de l'homme.
    Le progres ne s'arretera pas faute de matiere. Ceux qui esperent pouvoir anticiper un truc pareil se reveilleront vieux et aigris un jour. Mieux vaut relever les challenges plutot que de pleurnicher sur soi-meme. Il y a aussi un peu de la French touch la-dedans aussi...

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas mardi, 07 mai 2013 21:47 Posté par Henri Dumas

    Qui êtes-vous Patrick ?
    Vous envahissez les commentaires de mes billets, d'une façon souvent inopportune, toujours indélicate.
    1• hypothèse
    Vous êtes un esprit simple, pas complètement coordonné, envahi par une obsession difficile à déterminer. C'est donc le hasard qui, de façon aléatoire, vous a arrimé à mes billets. Vous serez alors sensible à l'idée que cela ne m'est pas agréable et je suis sûr que vous aurez à coeur de m'oublier.
    2• hypothèse
    Vous êtes un esprit pervers, parfaitement structuré, dont le but est de dévoyer ma pensée à l'aide de vos commentaires. Effectivement, je pense que vous y arrivez. Je n'imagine pas vous censurer, je ne l'ai jamais fait et je ne sais même pas si c'est possible. Je suppose que vous poursuivez un but, je ne veux pas le connaître. Sachez que je vous plains si vous êtes cela.
    Si vous êtes autre chose que ces deux hypothèses, sortez de l'anonymat et expliquez vous. 
    H. Dumas