Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jolicoeur

Jolicoeur

J'ai totalement déconnecté de nos élites auto-proclamées et consanguines, de leurs ministères de la Vérité (médias, éducation nationale, divertissement et arts), de la Paix (guerre), de l'Amour (loi et ordre) et de l'Abondance (économie… non économe).

Je crois au Bon, au Vrai, au Juste et au Beau.

promospeciale

La liberté véritable

Audience de l'article : 1467 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
claude levi strauss

Dans "De près et de loin" (1988), Claude Lévi-Strauss écrivait :

“La Révolution a mis en circulation des idées et des valeurs qui ont fasciné l'Europe puis le monde, et qui procurèrent à la France, pendant plus d'un siècle, un prestige et un rayonnement exceptionnels. On peut toutefois se demander si les catastrophes qui se sont abattues sur l'Occident n'ont pas aussi là leur origine.
En quel sens ?
Parce qu'on a mis dans la tête des gens que la société relevait de la pensée abstraite alors qu'elle est faite d'habitudes, d'usages, et qu'en broyant ceux-ci sous les meules de la raison, on pulvérise des genres de vie fondés sur une longue tradition, on réduit les individus à l'état d'atomes interchangeables et anonymes. La liberté véritable ne peut avoir qu'un contenu concret : elle est faite d'équilibres entre des petites appartenances, des menues solidarités : ce contre quoi les idées théoriques qu'on proclame rationnelles s'acharnent ; quand elles sont parvenues à leurs fins, il ne leur reste plus qu'à s'entre-détruire. Nous observons aujourd'hui le résultat.“

Dans “Le libéralisme comme volonté et comme représentation” (2012), Charles Robin rappelle d'ailleurs que jusqu'à une époque récente, le liberté était l'aptitude à “pouvoir faire ce que l'on doit vouloir” (Montesquieu, De l'esprit des lois). Ce que Rousseau synthétisait par cette phrase : “l'impulsion du seul appétit est esclavage, et l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté”, définition assez éloignée de la conception naïve actuelle du "faire ce que l'on veut", propice à l'envie, à l'instant et au consumérisme marcketé…

Pour visionner la conférence de Charles Robin, cliquer ICI.

Poster un commentaire