Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

J'AI PEUR

Audience de l'article : 1636 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
J’ai peur pour moi, j’ai peur pour mon épouse, j’ai peur pour mes enfants, j’ai peur pour vous, j’ai peur pour nous tous, j’ai très peur.

Quelques jours après le jugement que j’ai publié ici le 23 Août, Je viens de recevoir du Procureur de La République de Montpellier la décision que vous pouvez visionner avec le lien suivant : ICI LE LIEN

J’apprends que je suis :

            – Quelqu’un de menteur

            – Quelqu’un qui fuit ses responsabilités

            – Quelqu’un de méprisant

            – Quelqu’un de méprisant de l’intégrité d’autrui

            – Quelqu’un de méprisant de la personnalité d’autrui

            – Quelqu’un qui pratique la dénonciation calomnieuse

            – Quelqu’un qui pratique la diffamation

            – Quelqu’un qui se rebelle et outrage les agents de la force publique

Que, dans ces conditions, il est normal que je sois assimilé à un gangster, à un terroriste, que ma photo soit incluse dans le fichier des délinquants. Un tel personnage mériterait probablement aux yeux de ce procureur d’aller dans un camp de rééducation, voire d’être interné dans un établissement psychiatrique ou même directement en prison.

Cependant, je ne me reconnais pas dans cette description, ma famille et mes amis ne me reconnaissent pas non plus, pas plus que mes relations sociales.

Dois-je en conclure que moi-même et mes proches vivons sans le savoir à proximité d’un monstre qui se dissimulerait adroitement à nos yeux ?

Eux qui me croient ouvert, généreux, courageux, responsable, ni envieux ni sectaire, disponible, serviable. Ils me reprochent d’être un peu trop entier, procédurier dans mon désir d’un respect exigeant de la loi, tenace, englouti par mes activités, idéaliste, rêveur, anticonformiste, inconscient de mon âge, toujours entreprenant, trop réactif à l’injustice en règle générale.

Ce différentiel d’opinion gigantesque nécessite une explication.

Commençons par détailler objectivement les condamnations qui sous-tendent le jugement des magistrats :

            – Dénonciation calomnieuse. Je me suis permis de poursuivre pour faux des agents du fisc qui avaient réellement trafiqué et falsifié des documents d’urbanisme pour lever un impôt indu contre moi. Mal m’en a pris, la solidarité bureaucratique des fonctionnaires a joué à plein, j’ai effectivement été condamné pour dénonciation calomnieuse. Mais, depuis, La Cour de Cassation a cassé l’impôt en question, démontrant la réalité de mes accusations. Il faudra bien qu’ultérieurement il me soit donné raison sur l’usage de ces faux par les agents du fisc.

            –  Diffamation. Là il s’agit des dénonciations, dans ce blog, visant les méthodes inacceptables utilisées par les contrôleurs fiscaux. J’étais un peu en avance sur mon temps. Les magistrats ont estimé qu’il ne s’agissait pas d’un problème de société. Ils ont fait bloc avec le fisc. De lanceur d’alerte que je croyais être, je me suis retrouvé diffamateur vu du côté de l’amicale des bureaucrates fonctionnaires.

            – Outrage et rébellion. Ici c’est le pot de terre contre le pot de fer. Le pouvoir pur et dur qui tape sans retenu et sans souci de la loi. Trois jeunes gendarmes nous agressent sans aucune raison sur l’autoroute mon épouse et moi-même, nous avons 70 ans. Ils me bousculent, me menottent. Je dépose plainte contre eux, je me retrouve de l’autre côté de la barre. Ma plainte n’est pas prise en compte, c'est celle des gendarmes et leurs déclarations dont les mensonges sautent aux yeux – je tiens le dossier à la disposition de qui voudra – qui est retenue par la justice. La suite coule de source. Je suis condamné pour rébellion et outrage. Je n’ai pas eu les moyens d’aller en Cassation. Dont acte.

Voilà donc de quoi il s’agit. Le résultat est inquiétant. Dans un pays qui se targue d’être un Etat de droit, de respecter les individus, d’avoir inventé “Les Lumières”, l’inquiétude est grande de rencontrer une justice et une police dont l’arme unique est la terreur, au mépris de la loi, au bénéfice de la force et de son obscurantisme.

Cela mérite une tentative d’explication.

J’exclus immédiatement l’idée d’un complot personnel contre moi. Ce serait prétentieux, irrespectueux pour les milliers de français qui sont exactement dans le même cas que moi.

Non, je crois que le problème est global, strictement bureaucratique. Il est lié à une bureaucratie qui a envahi toute la sphère sociale et procède par protocole, indifférente aux individus et aux cas particuliers, donc indifférente à l’idée que l’on se fait benoitement de la justice.

Voici ma vision de cette affaire particulière.

Je renverse un piéton, effectivement sur un passage protégé. Ce piéton est blessé à la tête. Le choc ayant été léger, je suis surpris par ses conséquences. Mais il s’agit quand même d’une voiture contre un piéton, ceci explique cela.

Ce piéton quitte volontairement la scène de l’accident, je l’assiste et l’accompagne en essayant de le raisonner, je ne l’abandonne pas, j’assume mes responsabilités, je suis catastrophé évidemment.

Arrive les pompiers, et je suppose un jeune interne. Une blessure à la tête, quelque soit la gravité, le jeune interne n’a pas à en juger, le protocole prévoit une évacuation vers le CHU, 30 Kms. A partir de là le reste suit mécaniquement.

Double alcootest illégal du conducteur et constat bâclé. Pourquoi s’emmerder à établir la vérité des faits puisque le conducteur du véhicule doit, quoiqu’il arrive, payer le prix fort ? La terreur est la base de la lutte contre l’accidentologie routière. Qu’importe la justice, seul compte le protocole bureaucratique.

Alors, quand le conducteur que je suis essaie de faire comprendre, que les piétons étaient invisibles du fait de la luminosité défectueuse à cet endroit et à cet instant précis, que la victime n’était pas dans un état normal mais très alcoolisée au point d’être en faute sur la voie publique, qu’il demande l’alcootest de la victime et apprend qu’il n’a pas été réalisé, qu’il ne comprend pas pourquoi les photos de sa voiture exempte de choc ne sont pas au dossier, qu’il se demande pourquoi le procureur a demandé pour lui particulièrement un deuxième alcootest illégal, que sa vitesse était normale telle que la déclare le témoin au moment de l’accident avant de revenir plus tard sur sa déclaration, le conducteur que je suis commet un crime de lèse-majesté, d’entrave au protocole, un crime inacceptable.

Pire encore, lorsqu’il demande aux pompiers le PV de prise en charge de la victime, il lui est refusé, même après que la CADA ait jugé que ce PV est communicable les pompiers refusent toujours de le donner.

Le conducteur que je suis complique le travail de tous ces fonctionnaires qui ont appliqué un protocole dont la conclusion s’impose : condamnation maximum,  sans avoir à réfléchir, sans avoir à peser le pour et le contre, sans avoir à juger ce cas particulier.

Il est fou ou sot ce conducteur qui imagine que des fonctionnaires pourraient avoir envie de rendre une justice individuelle, avec toutes les complications et le travail que cela demanderait. Tout ça pour n’avoir au bout qu’une simple satisfaction morale, pas davantage de salaire….

Le conducteur que je suis rêve. Des millions de français rêvent en croyant que dans ce type de cas ils seraient écoutés et jugés équitablement. Des milliers d’autres en font tous les jours l’expérience.

La bureaucratie est maîtresse de notre pays, protocoles et indifférence sont les conséquences de son omniprésence.

In fine, comme ici, c’est l’injustice qui triomphe.

Mon assureur, qui pour couronner le tout a résilié mon assurance et m’a déclaré au fichier des conducteurs asociaux – après 54 ans de conduite et 70.000 Kms par an sans aucun accident –, m’a dit d’embarquer une caméra à bord de ma voiture, comme dans les pays de l’Est coutumiers de ce genre de situation. Bon…

C’est dur, mais c’est ainsi. Si comme moi vous vous dressez contre cette dérive bureaucratique, vous irez pareillement au casse pipe. Si en plus vous vous attaquez au fisc, comme je le fais, votre compte est bon.

Le mien est en cours, comme je vous l’ai dit : j’ai peur.

Cela ne changera rien à la chose, c’est trop tard, je n’aurais pas dû rêver, je me retrouve accusé, à tort, du pire. Mon piéton alcoolique va être, lui, grassement récompensé. La France n’est plus un Etat de droit, elle est un Etat de terreur bureaucratique.

Bien cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire